background preloader

Etat d'urgence / Déchéance de la nationalité

Facebook Twitter

La déchéance de nationalité entre les mains du juge judiciaire, nouveau compromis du gouvernement. Le réquisitoire de Christiane Taubira contre la déchéance de nationalité. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Thomas Wieder C’est un texte écrit dans le plus grand secret par Christiane Taubira, imprimé discrètement en Espagne, acheminé sur des palettes opaques et présenté aux librairies comme un « livre sous X » pour réduire les risques de fuites.

Le réquisitoire de Christiane Taubira contre la déchéance de nationalité

Intitulé Murmures à la jeunesse, cet essai d’un peu moins de 100 pages, mis en vente lundi 1er février et tiré à 40 000 exemplaires, se lit comme un réquisitoire contre l’inscription de la déchéance de nationalité dans la Constitution. C’est surtout un coup d’éclat politique dont la date de sortie ne doit rien au hasard, cinq jours après la démission de Mme Taubira du gouvernement et quatre jours et quatre jours avant le début de l’examen du projet de loi constitutionnelle à l’Assemblée nationale, dont l’article 2. Le contact avec l’éditeur, Philippe Rey, que Christiane Taubira connaît pour y avoir réédité il y a quelques mois un livre épuisé depuis des années, L’Esclavage raconté à ma fille, remonte au 10 janvier. Des milliers de manifestants contre la prolongation de l'état d'urgence. Voir la vidéo Francetv info Mis à jour le , publié le Ce samedi 30 janvier, plusieurs milliers de manifestants ont défilé à Paris et ailleurs en France pour protester contre la prolongation de l'état d'urgence, instauré après les attaques du 13 novembre.

Des milliers de manifestants contre la prolongation de l'état d'urgence

Les parlementaires doivent bientôt voter pour ou contre le prolongement pour trois mois de cette mesure qui permet à la police et aux services de renseignement d'utiliser des procédures exceptionnelles pour traquer les individus susceptibles de mettre en danger la sécurité du pays. Jean-Luc Mélenchon a défilé. Etat d'urgence: 4 Français sur 5 favorables à la prolongation. Quatre Français sur cinq sont favorables à une nouvelle prolongation de trois mois de l'état d'urgence à partir du 26 février, selon un sondage Ifop pour Atlantico.fr publié aujourd'hui.

Etat d'urgence: 4 Français sur 5 favorables à la prolongation

Quelque 79% des sondés se disent "assez" ou "très favorables" à cette prolongation, contre 21% qui s'y disent assez ou très opposés. La proportion de favorables monte jusqu'à 85% chez les sympathisants du Front national et 87% des sympathisants des Républicains. Elle est également fortement majoritaire à gauche, 83% des sympathisants du Parti socialiste se disant favorables, contre 65% parmi les sympathisants du Front de Gauche. Annoncé dès le soir des attentats du 13 novembre, qui ont fait 130 morts et plusieurs centaines de blessés, l'état d'urgence avait été prolongé pour trois mois, le 26 novembre par le Parlement, à une écrasante majorité. Une nouvelle prolongation, jusqu'à fin mai, est présentée mercredi en conseil des ministres. Déchéance de nationalité : Manuel Valls tente de faire passer la pilule. Seul un tour de magie pouvait réconcilier l'aile gauche du PS avec l'inscription dans la Constitution de la déchéance de nationalité pour les binationaux.

Déchéance de nationalité : Manuel Valls tente de faire passer la pilule

Et Manuel Valls n'est pas magicien. Quelques heures après l'annonce de la démission de Christiane Taubira, qui avait exprimé son opposition au projet de réforme constitutionnelle, le Premier ministre a déclaré, mercredi 27 janvier, devant la commission des lois de l'Assemblée : Aucune référence à la binationalité ne figurera dans le texte constitutionnel ni, a priori, dans la loi ordinaire. " Avant d'ajouter : "Seuls les principes prévus par la Convention internationale de 1954 et la loi du 16 mars 1998 [...] qui proscrivent la création de nouveaux apatrides devront continuer à figurer dans notre droit positif. Et la France s'engagera d'ailleurs dans la ratification de cet accord qu'elle a signé dès 1955. " Passe-passe Manuel Valls lors d'un discours à Bordeaux (AMEZ UGO/SIPA) Une déchéance étendue aux "délits les plus graves" Sarkozy exhaucé.

Etat d’urgence : « Ce n’est pas tous les jours qu’on touche à notre Constitution » Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Camille Bordenet Au milieu du long cortège, sous leurs parapluies rouges et noirs, Adrien, 27 ans, et son amie Valentine, 29 ans, semblent un peu perdus.

Etat d’urgence : « Ce n’est pas tous les jours qu’on touche à notre Constitution »

Qu’importe, ils sont là, « c’est tout ce qui compte ». Eux ne font pas partie de l’une des quelque cent organisations − rassemblées au sein de deux collectifs − qui appelaient à manifester, samedi 30 janvier, pour la levée de l’état d’urgence et l’abandon de la réforme constitutionnelle visant à étendre la déchéance de nationalité. Mais ils sont venus d’eux-mêmes, en tant que « simples citoyens et électeurs ». « En tant que Français tout court », ajoute Adrien, qui travaille dans la production cinématographique. Manifester sous une pluie battante alors qu’ils auraient pu rester au chaud ? Adrien et Valentine n’ont pas d’autocollants criards sur leurs vestes ni de pancartes « Déçu de ma nationalité » et « Assignés à résistance » à bout de bras.

. « En colère » Des cortèges partout en France. Taubira publie un livre-réquisitoire contre la déchéance de nationalité. Quelques jours après avoir quitté le gouvernement, l'ex-garde des Sceaux sort en librairie un ouvrage intitulé Murmures à la jeunesse.

Taubira publie un livre-réquisitoire contre la déchéance de nationalité

Christiane Taubira a quitté le gouvernement, mardi, mais n'a pas abandonné le débat sur la déchéance de nationalité pour autant. Selon les informations de France 2, l'ancienne garde des Sceaux s'apprête à publier un livre-réquisitoire contre la déchéance de nationalité, mesure qui a valu son départ de l'équipe de Manuel Valls. Intitulé Murmures à la jeunesse, l'ouvrage devrait être publié aux éditions Philippe Rey dès demain, et non dans quelques semaines comme l'indiquait initialement la chaîne. Christiane Taubira y livre sa vision sur cette mesure à laquelle elle n'a cessé de s'opposer et la façon dont il faut, selon elle, concevoir les problèmes posés aujourd'hui par le terrorisme et la peur qu'il suscite.

"Oui, il faut comprendre pour anticiper et aussi pour ramener du sens au monde. Imprimé en Espagne.