background preloader

Disruption

Facebook Twitter

Captologie, nudge : dans les biais des armes de persuasion massive. Ressentez-vous les symptômes suivants : impossibilité de décrocher de l’écran avant d’aller dormir ? Besoin compulsif de jeter un œil à votre smartphone quand il est posé sur une table ? Sentiment d’être influencé par un message Facebook anodin vous proposant de sortir « parce qu’il fait beau » ? Pas de panique, vous êtes simplement ciblé par de grandes campagnes de persuasion 3.0… qui ne vont pas sans poser quelques questions éthiques. Avant de commencer ce petit tour d’horizon, autorisons-nous un rappel : nous sommes moins libres que nous ne le croyons. Bien souvent, nos actes découlent de causes qui nous échappent. La captologie est une « science » qui utilise les dispositifs numériques pour nous influencer, on parle de « persuasive technologies ».

La captologie nous rappelle qu’un objet technique est rarement neutre, c’est-à-dire qu’il ne se limite pas à quelque chose qu’on utilise « en bien ou en mal » ou encore « si on le souhaite ». La carte des biais cognitifs. L'innovation disruptive expliqué avec des exemples clairs. Par le passé, il était impossible de s’assoir à une table de réunion sans entendre l’expression «avantage concurrentiel». Par après, c’était le tour du Balanced Scorecard, et il semblerait qu’aujourd’hui l’une des expressions à la mode est « innovation disruptive », à sortir en public à la moindre occasion. Mais est-ce que tous ceux qui répandent ce concept à tout bout de champ savent vraiment de quoi il s’agit et pourraient donner au moins un exemple d’innovation disruptive ?

Nous parlerons de l’iPhone de Steve Jobs plus loin, mais tout d’abord, cherchons un exemple différent. Il existe en effet un exemple d’innovation disruptive que personne n’avait qualifiée comme telle auparavant : les étriers pour les chevaux ! Mais avant de mieux expliquer cela, essayons de comprendre l’innovation disruptive : des exemples seront donnés par la suite, comprenons d’abord le concept ! Qu’est-ce que l’innovation disruptive ? Innovation disruptive : l’exemple des étriers pour chevaux K7 audio et vinyles vs.

Que signifie vraiment "disruption" ou "disruptif" et pourquoi tout le monde en parle maintenant. Question posée par Martin le 12/10/2017 Bonjour, Vous avez raison: on retrouve les mots "disruption" et ses dérivés un peu partout aujourd'hui. Ainsi on entend parler de "président disruptif", de startup qui "a pour ambition de disrupter le secteur de la douche" ou d'autres qui veulent "disrupter le chômage". En mai 2017, France Télévision expliquait au Monde que les invités mystères de l'Emission Politique, comme Christine Angot, étaient "parfois disruptifs". Rupture ou fracture selon le Littré Selon une défitinition présente dans le Dictionnaire de la langue française (1874) d'Emile Littré, le mot disruption signifie "rupture" ou "fracture".

L'Obs parle de "Disruption" avec le créateur du concept En janvier 2016, la rédactrice en chef du service économie de L'Obs, Dominique Nora, avait consacré un article au "concept de "Disruption" expliqué par son créateur". Mais aussi qu'il n'a pas toujours eu un aura lié à l'entreprise: "Une méthodologie dynamique tournée vers la création". Bonjour, « Shoppers » les attentes des consommateurs français en magasin.

Les Français sont adeptes du magasin physique, attentifs aux solutions connectées et confiants dans le partage de leurs données personnelles Paru en janvier 2018, le Baromètre Smart Retail de Samsung démontrait la nécessité pour les enseignes de repenser le parcours client. Qu’en est-il du côté des consommateurs ? Depuis deux ans, Samsung analyse les évolutions numériques du commerce de détail[1] à travers son baromètre Smart Retail.

La dernière édition, parue en janvier, démontrait la prise de conscience des professionnels de devoir repenser le parcours clients en le digitalisant. Samsung dévoile aujourd’hui les résultats du baromètre « Shoppers » sur les parcours client et les attentes des consommateurs français en magasin. Cette enquête conduite par Infopro Digital Etudes en mars 2018 auprès d’un panel représentatif de 1 000 personnes dresse le portrait d’un client adepte du magasin physique, attentif aux solutions connectées et confiants dans le partage de ses données personnelles. [Ebook] Les attentes des clients dans le digital retail. Changer d’hypermarché prend un an.

Changer d’habitude sur le digital ne prend que trois secondes. La tolérance à l’insatisfaction y est beaucoup plus faible.Pour les retailers qui souhaitent délivrer des services digitaux à leurs utilisateurs, tout l’enjeu est donc de s’assurer que ces derniers vont adopter les solutions proposées. Condition sine qua none pour cela : qu’elles fonctionnent, et ce depuis n’importe quel support.

Mais pas que…. Aujourd’hui, la pression des clients sur la qualité de ce qui est délivré est extrêmement forte. Avec la multiplication des smartphones, tablettes, ordinateurs et consorts, les usages digitaux s’opèrent depuis plusieurs centaines d’appareils différents pour une même application. Une étude digital retail C’est ce qu’a pu constater B/Acceptance à l’issue d’une étude réalisée afin de mieux cerner les attentes des clients.

Du positif et de bonnes idées : « Fonctionne très bien. Téléchargez votre ebook ! Valider les process retail. Les nouvelles attentes des consommateurs en terme d'expérience client - Fabrice Lamirault.