background preloader

A) les données peuvent être interprétées de façon contradictoire

Facebook Twitter

Deux theories du rechauffement. La thèse dominante de ceux qui ne croient pas à l'effet de serre dû au CO2 rejeté par l'homme Ne faisons pas durer le suspense. Disons le tout de suite : pour les opposants à la théorie de l'effet de serre, le grand responsable du réchauffement actuel (et aussi des réchauffements et des refroidissements passés), c'est tout simplement... le SOLEIL ! Et je vais vous expliquer pourquoi. Pour eux encore, le CO2 émis par l'homme n'a qu'une influence négligeable dans cette affaire !

Tout est de la faute aux éruptions solaires que vous voyez nettement sur l'image de droite comme des taches plus brillantes que le reste de l'astre. De fait, le soleil n'est rien d'autre qu'une gigantesque bombe atomique, une bombe H pour être précis. Pour ce qui est du SOLEIL, l'explosion permanente et continue qui nous réchauffe n'est pas parfaitement constante. Voici, ci-contre, à droite, une illustration de ces pulsations. A moins d'être aveugle, on voit que cela a bien l'air d'être le cas. Fig. 5. Fig. 6. TELE 031 0081. Changement climatique : certitudes, incertitudes et controverses. 1 2 C’est l’affaire dite du « Climategate », qui fait suite à la divulgation des courriels de la Climat (...) 3 Glaciers in the Himalaya are receding faster than in any other part of the world […] and, if the pr (...) 1La publication en 2007 du 4e rapport du Groupe Intergouvernemental d’Experts sur le Climat (GIEC) et l’attribution quasi-simultanée du prix Nobel de la Paix à ce groupe dont la « mission est d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation1 », avait semblé marquer l’émergence d’un consensus mondial sur la nature et l’importance du risque représenté par le changement climatique.

Source : ONERC. Controverse changement climatique. La science à la rescousse ? La possibilité que la science règle tous les problèmes reste ouverte, c’est d’ailleurs l’argument principal des détracteurs, estimant que le changement climatique que nous vivons n’est pas principalement dû à l’homme. Il est vrai que de nombreux progrès sont faits en termes d’écologie. Mais seront-ils suffisants pour supporter l’arrivée de ces centaines de millions de Chinois, d’Indiens, de Brésiliens et autres populations des pays émergents, dans le monde merveilleux de la société de consommation ? Aura-t-on trouvé à temps les parades permettant de produire de l’énergie non polluante ? Les énergies renouvelables L’un des grands espoirs de la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, c’est le développement des énergies renouvelables, utilisant la force du vent, du soleil et des marées. L’énergie solaire Elle peut être de 2 types, thermique ou photovoltaïque.

Les panneaux photovoltaïques transforment l’énergie solaire en électricité. L’énergie éolienne. Changement climatique : les arguments des sceptiques. Pause du réchauffement, absence de conséquences catastrophiques, doute sur les causes anthropiques et critique des politiques publiques : une synthèse de l’argumentaire climatosceptique.Par le Minarchiste, depuis Montréal, Québec. En marge du récent sommet de l’ONU (ici et ici), une marche de 300.000 personnes fut tenue dans les rues de New-York pour inciter les gouvernements à agir davantage en ce qui concerne les changements climatiques. Ce genre de démonstration populaire est plutôt saugrenu dans le contexte de la « pause » du réchauffement. Encore plus risible, des victimes de Sandy et Katrina étaient présentes dans la manifestation, comme si le réchauffement climatique avait quoi que ce soit à y voir.

On protestait aussi contre la production de gaz de schiste, qui s’avère pourtant une manière efficace de réduire les émissions de GES à court terme. Donc, à en croire le « p’tit de RBO », les climato-sceptiques pensent que la terre ne se réchauffe pas. La pause Le rôle de l’humain. Changement climatique : controverses et climatosceptiques - notre-planete.info. Toutes les causes du réchauffement ne sont pas suffisamment explorées Un certain nombre de chercheurs estiment que les causes du réchauffement climatique actuel n'ont pas été suffisamment étudiées pour tenir comme seul responsable le CO2.

A ce titre, Jean Dercourt, membre de l'Académie des sciences déclare : "il me semble que les autres causes sont négligées ou très insuffisamment travaillées, rendant ainsi incomplètes la compréhension du système climatique, un système non linéaire très complexe (...) Il importe, désormais, de déterminer si les gaz à effet de serre expliquent seuls l'élévation thermique rapide du sycle actuel qui serait alors, liée seulement à l'activité humaine.

" Ce reproche ne signifie pas que le réchauffement actuel est contesté, mais insiste pour que la recherche soit aussi mobilisée vers l'étude d'autres paramètres, notamment astronomiques. Le point de vue de Vincent Courtillot Les incertitudes sur les changements climatiques Un réchauffemement climatique bénéfique ? Vincent Courtillot. Vincent Courtillot, né le 6 mars 1948 à Neuilly-sur-Seine, est un géophysicien français. Il fait partie des climato-sceptiques dans les controverses sur le réchauffement climatique et a été au cœur d'une polémique importante qui a eu un large écho médiatique dans la presse française[2],[3]. Ses bourdes lui ont valu le surnom de « chevalier de la Terre noire et plate » par des climatologues américains[4]. Biographie et carrière[modifier | modifier le code] Formation et carrière universitaire[modifier | modifier le code] Travaux scientifiques en géophysique[modifier | modifier le code] Prix et distinctions[1][modifier | modifier le code] Controverses[modifier | modifier le code] Sur le climat[modifier | modifier le code] Vincent Courtillot est proche de Claude Allègre, à qui il a succédé à la direction de l'IPGP, et ils travaillent ensemble pour contester le consensus du GIEC.

. « Leurs interventions publiques sont complémentaires. [...] Publications[modifier | modifier le code] Controverses sur le réchauffement climatique. Carte des changements de températures dans le monde. Les controverses sur le réchauffement climatique concernent le débat public sur l'existence, les causes et les conséquences du réchauffement climatique. Au sein de la communauté scientifique, l'existence n'est plus mise en doute, mais l'ampleur du réchauffement l'est davantage, notamment par rapport à d'autres périodes de réchauffement plus anciennes.

En 2007, le GIEC estimait la « probabilité » que le réchauffement soit dû aux activités humaines « supérieure à 90 % ». La certitude n'est cependant pas absolue et cette question est encore l'objet de recherches faisant intervenir aussi bien des mesures et observations que des modélisations en climatologie. Même parmi les scientifiques s'accordant à considérer le réchauffement climatique comme causé par l'activité humaine, deux sujets suscitent des débats importants. Débat scientifique[modifier | modifier le code] Existence et signification d'un consensus[modifier | modifier le code]

La cause : un réchauffement global | Développement durable, réchauffement planétaire, environnement, énergies renouvelables - M ta Terre. Les arguments climatosceptiques : objections et réponses. Guide Skepticism French. Quelques arguments climato-sceptiques passés en revue. Plongez-vous dans un sujet tel que le réchauffement climatique et vous vous rendrez vite compte que la controverse est rude non pas sur le plan scientifique mais sur le plan sociétal! Une longue liste d’arguments parfois très techniques est régulièrement avancée par les « climato-sceptiques ». Tout cela n’est pas sans rappeler les méthodes utilisées par les mouvements anti-vaccinations, anti-OGMs ou anti-ondes: confusion des problèmes politiques avec les problèmes scientifiques, distorsion des résultats scientifiques, refus de reconnaître le consensus, répétition d’arguments déjà réfutés, etc.

Le dernier rapport du GIEC qui vient de sortir est une occasion opportune d’aborder ce thème sur ce blog. Climatologie et météorologie Si les arguments climato-sceptiques font parfois mouches auprès du grand public, c’est en partie parce qu’ils surfent sur une mauvaise compréhension du climat parfois relayée par les médias. Le climat, un phénomène non linéaire Pertinence des modèles.