background preloader

Médias non russes

Facebook Twitter

Portail:Presse écrite. Une petite histoire du dessin de presse (2) - Début de l'article Cet âge d’or du dessin de presse s’illustre également en province.

Une petite histoire du dessin de presse (2) -

A Rouen par exemple dès avant 1870 se publient deux hebdomadaires satiriques, Le Tambour et le Tam-Tam. A Lyon on peut lire la Comédie Politique. En 1874 Gilbert-Martin fonde le Don Quichotte à Bordeaux qui obtient un succès national. Après 1881 ce sont des centaines d’illustrés satiriques régionaux ou locaux qui se publient. Ils offrent au lecteur des villes moyennes, voire aux ruraux, une vision caricaturale de la vie locale ou des images de portée plus générale. A la fin du XIXe siècle on trouve des hebdomadaires de grand format, illustrés d’une seule grande caricature en noir ou en couleur et souvent fondés par le dessinateur lui-même. Les supports se diversifient : les caricatures se publient sur des cartes à jouer, des jeux de l’oie, sur des assiettes, des affiches, des cartes postales, des enveloppes. Après 1900, apparaît une imagerie caricaturale à caractère social. Une petite histoire du dessin de presse 1/2 -

Texte de la conférence donnée par Guillaume Doizy le 26 septembre 2008 à la BPI (Beaubourg), à l’occasion d’une après-midi de réflexion sur le thème : « Quel avenir pour le dessin de presse ».

Une petite histoire du dessin de presse 1/2 -

Pour tout vous dire, je me demande encore si j’ai eu raison d’accepter de venir ici raconter l’Histoire du Dessin de presse. Evoquer l’œuvre de Daumier en trois quart d’heure serait déjà une gageure. Parler de l’Assiette au Beurre dans un temps si court, analyser plusieurs milliers de ses dessins et le travail de dizaines d’artistes ayant collaboré à la revue, relèverait du miracle. On pourrait écrire des livres entiers sur le dessin de presse des Années Folles. De « Charlie » à Dieudonné, jusqu'où va la liberté d'expression ?

« Pourquoi Dieudonné est-il attaqué alors que “Charlie Hebdo” peut faire des “unes” sur la religion ? » La question revient souvent. « Pourquoi Dieudonné est-il attaqué alors que Charlie Hebdo peut faire des “unes” sur la religion » ? La question est revenue, lancinante, durant les dernières heures de notre suivi en direct de la tuerie à Charlie Hebdo et de ses conséquences. Elle correspond à une interrogation d'une partie de nos lecteurs : que recouvre la formule « liberté d'expression », et où s'arrête-t-elle ? 1. La liberté d'expression est un principe absolu en France et en Europe, consacré par plusieurs textes fondamentaux. « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi », énonce l'article 11 de la Déclaration des droits de l'homme de 1789. « Toute personne a droit à la liberté d'expression.

L'Humanité. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Humanité

Historique du journal[modifier | modifier le code] La naissance du quotidien socialiste L'Humanité (1904)[modifier | modifier le code] Le premier numéro de L'Humanité paraît le lundi 18 avril 1904. Pour Jean Jaurès, son fondateur, ce nouveau quotidien socialiste (qui avait comme sous-titre « Journal socialiste quotidien »[2]) doit être dans un premier temps un outil pour l'unification du mouvement socialiste français et, par la suite, un des leviers de la lutte révolutionnaire contre le capitalisme. Dans son premier éditorial, Jaurès souhaite fixer deux règles de fonctionnement à son nouveau journal : la recherche d'information étendue et exacte pour donner « à toutes les intelligences libres le moyen de comprendre et de juger elles-mêmes les événements du monde », et l'indépendance financière[3].

Presse de france - journaux français - la presse française. Le Monde diplomatique. Le Diplo. Les blogs du Diplo. Courrier international. Le 17 juillet, "dans la région de Donetsk, annonce le quotidien en ligne Oukraïnska Pravda, un avion civil à destination de Kuala Lumpur a été abattu.

Courrier international

On déplore la perte de 280 passagers et 15 membres d'équipage". Quand le contact s'est rompu avec l'appareil, vers 16 H, heure locale, on a d'abord pu croire qu'il s'agissait d'un accident. Mais très vite, le ministère ukrainien de la Défense a déclaré que le Boeing 777 des Malaysian Airlines avait bel et bien été abattu. Aussitôt, la question de la responsabilité se pose. Pour les médias et les autorités ukrainiennes, la réponse est évidente. Ce drame survient alors que, depuis plusieurs jours, les forces ukrainiennes, après leurs récentes victoires contre les prorusses à Slaviansk et Kramatorsk, dénoncent l'intervention croissante de la Russie dans les opérations sur le terrain.

RADIO. France Info - Toute l'actu, les reportages, les analyses et les débats. La radio et ses rendez vous en live ou en podcast. France Culture - direct - France Culture. FRANCE 24. Mezzo.tv. LCP Public Sénat, video à la demande en accès gratuit et illimité. Médias. L'info libre et indépendante en ligne. MEDIAS D'AILLEURS. Médias alternatifs du net. Blog.