background preloader

Civisme

Facebook Twitter

Municipalisme libertaire. Le projet repose sur l'idée que la commune constitue une cellule de base capable d'initier une transformation sociale radicale par propagation[2]. Histoire[modifier | modifier le code] Affiche de la première Commune de Lyon (sept. 1870), conservée aux Archives municipales de Lyon. Au Moyen Âge, les nouvelles entités communales gèrent collectivement des terres utilisables par tous les « communiers ». Dans ses ouvrages La Conquête du pain (1892) et L'Entraide, un facteur de l'évolution (1902), Pierre Kropotkine structure la société sur la base de la commune autogérée, entité administrative permettant le traitement des problèmes locaux à une échelle humaine, en y recensant les besoins de la population (nourriture, logement, transport, etc.). L'association fédérale de ces communes permet la gestion globale de territoires plus vastes[4].

Description pratique[modifier | modifier le code] Le confédéralisme municipal de Bookchin s’organise sur plusieurs niveaux. [modifier | modifier le code] Pour une démocratie directe !: Ou comment mettre en place une démocratie citoyenne et sans élection - Stéphane Brams. Citoyen. Essentiel Dans les pensées qui suivent, Simone Weil utilise le mot grec metaxu, signifiant pont, intermédiaire, pour désigner l'ensemble de ces biens relatifs qui sont nécessaires aux êtres humains. La cité est l'un de ces biens. «Qu'est-ce qu'il est sacrilège de détruire ? Non pas ce qui est bas, car cela n'a pas d'importance. Non pas ce qui est haut, car, le voudrait-on on ne peut pas y toucher. Les metaxu. Ne priver aucun être humain de ses metaxu, c'est-à-dire de ces biens relatifs et mélangés (foyer, patrie, traditions, culture, etc.) qui réchauffent et nourrissent l'âme et sans lesquels, en dehors de la sainteté, une vie humaine n'est pas possible.

Les vrais biens terrestres sont des metaxu. Comment mobiliser les publics les plus éloignés de la vie de la cité ? We and our partners store and/or access information on a device, select basic ads, select personalised ads, measure ad performance, develop and improve products, create a personalised ads profile, create a personalised content profile, select personalised content, measure content performance, apply market research to generate audience insights, select basic ads, create a personalised ads profile, select personalised ads, create a personalised content profile, select personalised content, measure ad performance, measure content performance, apply market research to generate audience insights, develop and improve products.

These technologies may process personal data such as IP address and browsing data for ensure security, prevent fraud, and debug, technically deliver ads or content. They may match and combine offline data sources, link different devices, receive and use automatically-sent device characteristics for identification. Contrôlez vos données. Les sociologues Didier Lapeyronnie et Michel Kokoreff.

Mettre en œuvre LES INTELLIGENCES CITOYENNES Une méthodologie de Majo Hansotte. Qu’est-ce qu’un citoyen? Éduquer à la citoyenneté c'est : Être citoyen, c'est penser ses mots. Stades Citoyens. La Cartonnerie: Agir le commun, agir en commun ? Ce samedi 10, Carton Plein était à l'Ecole d'architecture de Lyon pour réfléchir à la notion de "commun" ou de "communs" et témoigner de son expérience d'agir en commun en présentant son travail dans le cadre de l'événement Faire la ville en (biens) communs ?

"La notion de « communs » a connu ces dernières années un regain d'intérêt, en même temps que se développent des initiatives visant à générer, gérer et partager des ressources et à répondre aux aspirations de collectifs souvent issus de l'économie collaborative, du numérique et de l'écologie : jardins partagés, habitat participatif, cartographie et semences libres, tiers lieux, fablab, monnaies locales, communautés de défense du patrimoine (écologique, culturel ou industriel), mobilités ou énergie partagées, sciences et contenus éducatifs ouverts, échanges de savoirs, etc. Le peuple ignore son vrai pouvoir. FYP Editions - Editeur de la prospective et des questions de société. De Jean Haëntjens Broché 142 pages, 19,50 euros TTC, Octobre 2011ISBN-13: 978-2916571676 Collection Présence / Essai.

Questions de société / Urbanisme / Environnement / Innovation / Territoire Aujourd’hui, la notion de ville durable tend à devenir un slogan marketing ou une formule politiquement correcte, utile pour créer du consensus, mais peu apte à fonder des stratégies pertinentes pour l’organisation urbaine. Pourtant, nos sociétés et nos villes doivent désormais se préparer à fonctionner avec un pétrole plus rare et plus cher. Les villes les plus audacieuses ont cependant compris que la contrainte énergétique peut être une formidable opportunité de se réinventer en s’appuyant sur une autre vision de la cité de demain : celle d’une ville frugale. Cette approche fixe comme priorité d’offrir plus de satisfactions à ses habitants en consommant moins de ressources. Jean Haëntjens en explique le principe en l’appliquant de manière concrète aux différents composants de notre système urbain. L'éducation à la citoyenneté: sites remarquables, livres ... - ARG CITOYEN. Le consommateur en tant que citoyen : synergies et tensions entre bien-être et engagement civique.

Quel est l'impact de la culture de la consommation sur le bien-être des personnes et leur culture citoyenne ? Ce débat tend à s'enfermer dans un face à face entre deux points de vue contraires et irréductibles. La première approche insiste sur la dimension pathologique de la société d'abondance. Dans ce contexte, on considère que l'émergence, ces dernières décennies, d'une société très riche en produits et en marchandises - et, de ce fait, très séduisante -, ainsi que d'un mode de vie hyperconsommateur, a eu des effets préjudiciables dans les domaines psychologique, civique et environnemental. Certains ont alors définitivement opposé les notions de richesse et de bien-être sur la base d'un certain nombre d'indicateurs, tels que le bonheur individuel ou encore l'augmentation des cas de pathologie mentale et du nombre de divorces.

Les défenseurs de cette thèse nous disent que l'excès de choix nous conduit à la maladie et en particulier à la dépression. La méthode Alinsky (La Traverse #1) HTML. Dialnet LogosEtViolenceEnTantQuePrincipesDeLaPolitiqueEtLa 119187. Extrait de The Phantom Public, Mcmillan & Co, 1925, p. 13-39. Approches pragmatiques de la démocratie : Walter Lippmann et John Dewey (1/2) Walter Lippmann et John Dewey, deux des penseurs américains les plus importants de leur époque, époque qui est encore dans une large mesure la nôtre, partagent une approche des phénomènes sociaux et politiques inspirée par le pragmatisme. Ils ont cherché à penser la démocratie dans sa situation historique particulière, celle de la « Grande société », c’est-à-dire ce que nous nommons aujourd’hui « mondialisation » ou « globalisation ».

Nous pouvons résumer une partie essentielle de leur démarche dans les termes suivants : quelle est la nature de l’expérience démocratique et quelles sont les possibilités de la démocratie à l’âge de la Grande Société, et de quelles illusions devons-nous nous défaire si nous voulons réaliser ces possibilités ? Autrement dit, quelles sont nos attentes vis-à-vis de la démocratie, et que pouvons-nous réellement en espérer ? Pour ces pragmatistes, il y a au moins une illusion dont nous devons nous défaire, celle de la représentation.

Le Citoyen Souverain plutôt que le consommateur client. Le citoyen ne doit pas être remplacé par le client ou le consommateur. C’est pourquoi il doit maîtriser l’économie avec Raison. Le pouvoir politique doit toujours être supérieur au pouvoir économique, car c’est cette économie qui assure la subsistance à la Nation. C’est pourquoi la République sociale engagera sans tarderl’appropriation collective et sociale des moyens de production, d’investissements et d’échange. Elle établira le contrôle public et étatique du commerce extérieur sous contrôle du parlement et descitoyens. Il est donc primordial pour le pouvoir d’être impliqué. Nous devons évoluer vers une gestion démocratique et collective de l’entreprise et vers la socialisation de l’Economie du pays.

Elle prendra également la forme d’entreprises sociales telles que coopératives, mutuelles,associations, entreprises associatives ou autogérées, ateliers sociaux, collectifs de quartiers, ruraux et locaux qui prendront progressivement la place des entreprise privées marchandes. Qu'est-ce qu'un Café Citoyen ? Créé en 1997 par ce qui deviendra plus tard l'équipe de La Nouvelle Arcadie, le premier Café Citoyen est né à Caen (14). L'objectif est à la fois simple et ambitieux : rétablir des lieux publics d'expression où tous les citoyens peuvent se retrouver pour discuter librement.

Un Café Citoyen est un lieu convivial où l'on débat de problématiques de société. Une ou deux fois par mois, les citoyens sont invités à débattre sur un thème qu'ils ont choisi, généralement la séance précédente. Ce qui importe au Café Citoyen, c'est la réelle participation des citoyens. Personne ne peut s'ériger en détenteur de la vérité, ni monopoliser la parole, que l'on soit spécialiste de la question traitée ou que l'on veuille persuader l'assemblée avec un point de vue dogmatique et partisan. Un Café Citoyen est donc régi par une Charte garantissant la liberté d'expression de chaque citoyen. La séance dure deux heures. Le débat fait l'objet d'un ou plusieurs comptes-rendus (synthétique, analytique).

La révolte citoyenne, tout en douceur - L'avenir. Sillonnant les salles de Wallonie, le film de Manuel Poutte propose des alternatives au système. Lentement, doucement, mais sûrement. Quelle pétition signez-vous cette semaine? Manifestations, actions spontanées, Syriza, Podemos, pétitions anti-TTIP… On le voit: une partie des Européens étouffés par l’hégémonie des diktats de l’ultralibéralisme s’indignent, et le font savoir.

Réalisateur d’Une Douce Révolte, Manuel Poutte en sait quelque chose: en 2000, son film En Vie tissait le portrait de militants engagés et enragés contre la mondialisation de l’économie de marché. «Hélas, souvent ces mouvements sont portés par des jeunes qui à un moment s’épuisent ou se rangent. De l’indignation à l’action Pas spectaculaire, mais bien révolutionnaire. «Ce qui m’intéressait, c’est que ces actions ne venaient pas de jeunes révoltés, mais de citoyens lambda», poursuit Manuel Poutte. «Et aussi l’aspect positif de toutes ces démarches, loin des violences des manifestations et des actions “contre”! Qu'est-ce que la citoyenneté? - Dominique Schnapper - Folio actuel - Site Folio. Citoyennete.

Dans son ouvrage, Dominique Schnapper nous fournit une représentation de la citoyenneté. Elle permet de définir, d’expliquer plusieurs phénomènes liés à certaines transformations qui peuvent être constaté dans notre société, comme par exemple : Le rôle du citoyen ou bien le délitement du sentiment d’appartenance à une société. Elle pousse sa réflexion au niveau européen en comparant la citoyenneté nationale et la citoyenneté européenne. Plusieurs thèmes sont étudiés dans cet ouvrage qui incite à une certaine image de la citoyenneté. Peut-être faut-il partir de l’individu se transformant en un citoyen, membre actif d’une société, pour devenir un individu-citoyen souverain. A partir du moment où l’individu citoyen est souverain il doit disposer des moyens matériels nécessaires pour rester cet être indépendant et autosuffisant qui est à l’origine de la légitimité politique.

Dominique Schnapper remonte aux révolutions du XVIII et XIXème siècles pour comprendre l’évolution du citoyen. La participation citoyenne, pour faire quoi ? - Forum Belge pour la Prévention et la Sécurité Urbaine-La participation citoyenne, pour faire quoi ? Il faut choisir son polemos de sylvain rochex. 001511ar. Habermas – Citoyenneté et responsabilité (sommaire) Avant-propos Introduction Première Partie Entre éthique communicationnelle et éthique de la nature humaine : les fondements anthropologiques de la citoyenneté Introduction Chapitre I Fondements langagiers et pragmatiques de la citoyenneté 1 - Formation de la conscience et développement cognitivo-moral 2 - Agir communicationnel et performances de l'acteur 3 - Entre contextualisme et universalisme 4 - Nouvelle articulation de la théorie et de la pratique Chapitre II Ethique de la nature humaine et compréhension de soi : fondements existentiels de la citoyenneté 1 - Le débat sur la génétique 2 - La controverse Habermas-Sloterdijk 3 - Usages privés et publics de la philosophie Conclusion Deuxième Partie Droit, morale et politique Chapitre III Le droit moderne, fondement de la légitimité démocratique 1 - Retour de la philosophie politique 2 - Le droit entre factualité et validité 3 - Critique de la sociologie du droit de Max Weber 4 - Droit, système et monde vécu : le débat avec Luhmann Conclusion.

Retour sur les concepts de citoyenneté et d’espace public chez Hannah Arendt et Jürgen Habermas pour penser la continuité du politique de l’Antiquité à la Modernité. La participation citoyenne : pour qui, comment et pourquoi? - Kaléidoscope. Par Maud Emmanuelle Labesse, comité de rédaction À l’invitation de Développement social, cinq praticiens et chercheurs ont accepté de partager leur point de vue sur la participation citoyenne. Nous vous les présentons : Valérie Lemay est employée à la Conférence régionale des élus (CRÉ) de l’Abitibi-Témiscamingue. En charge des dossiers du Forum Jeunesse de l’Abitibi-Témiscamingue, elle a pour mandat de contribuer à l’émergence de la participation citoyenne et de l’implication des jeunes en Abitibi-Témiscamingue.

Michel Venne est le fondateur, en 2004, et directeur général de l’Institut du Nouveau monde (INM). Luc Rabouin est le directeur général, depuis 2006, du Centre d’écologie urbaine de Montréal (CEUM) qui s’est donné pour mission de développer et de partager une expertise quant aux approches les plus viables et démocratiques de développement urbain durable. Ian Renaud-Lauzé est responsable de l’animation politique au Collectif pour un Québec sans pauvreté. Qu’est-ce qu’un citoyen? Du souffle, de l’ambition et du rêve. Analogie. (Philippe LABBE, 15 juillet 2012) - Mission. Insertion (Philippe Labbe Weblog. II)

Il est toujours possible de critiquer la technique argumentaire qui, s’appuyant sur une réflexion générale, étire celle-ci vers une préoccupation bien plus mince ou à première vue éloignée et, pourtant, cette modalité de raisonnement par analogie est généralement éclairante ; elle participe d’une migration des concepts, d’une fertilisation croisée des pensées trop souvent cloisonnées où ce qui a été vérifié ici peut, à l’épreuve, servir ici. Que risque-t-on à la tenter ? Il en est ainsi de la lecture de l’article interviewant Luc Boltanski – une page pleine – dans Le Monde daté du 12 juillet 2012 et titrant « Notre avenir est-il démocratique ? » Faut-il rappeler qui est Luc Boltanski ? Frère du – célèbre - plasticien Christian Boltanski, celui-ci, sociologue, a commis avec Eve Chiapello un gros ouvrage qui a fait date, Le nouvel esprit du capitalisme (Gallimard, 1999) : « monde connexionniste », « cités par projet », etc.

L'assemblee generale des chomeurs a Jussieu. L'assemblée générale des chômeurs à Jussieu1 I. Connaissance et ignorance 1. L'idée que la connaissance est le mouvement interne du monde ne nous satisfait plus ; elle ne satisfait plus le monde, dont le mouvement interne va aujourd'hui plus loin.

La connaissance est pratique, mais pas toute pratique ; elle ne recouvre la totalité que pour la conscience. La connaissance est la représentation que la conscience se fait de la pratique ; et si la pratique est bien le secret du monde, la connaissance ne semble plus armée pour percer ce secret. Soumise à l'explosion d'aliénation qui est le phénomène du monde, toujours plus restreinte, rognée, dépossédée de ses prérogatives à mesure que ce monde de l'esprit s'étend au-delà même de toute lisibilité, la conscience tend paradoxalement à se prendre pour le monde.

L'aliénation, qui ne laisse rien indemne, a aussi joué des tours à l'ignorance. Jamais nous ne serons fiers de notre ignorance. 2. 3. Ceux qui ignorent jusqu'à leur propre ignorance. II. La participation citoyenne: c’est quoi, pour qui et surtout comment ? | Ensemble ... pour Orp-Jauche. Le Paradigme de Protagoras. Animation note 2014. De la guerre au polemos : le destin tragique de l’être.

Citoyenneté pouvoir d'agir.