background preloader

APPARITION DE LA VIE

Facebook Twitter

Liaison hydrogène. Liaison hydrogène entre des molécules d'eau.

Liaison hydrogène

La liaison hydrogène ou pont hydrogène est une force intermoléculaire impliquant un atome d'hydrogène et un atome électronégatif comme l'oxygène, l'azote et le fluor. L'intensité d'une liaison hydrogène est intermédiaire entre celle d'une liaison covalente et celle des forces de van der Waals. On pensait à l'origine que l'électron de l'atome d'hydrogène était partagé entre les molécules liées[1], et donc que cette liaison hydrogène était quasi-covalente. On sait aujourd'hui qu'elle est à 90 % électrostatique[2].

Pour que cette liaison s'établisse, il faut être en présence d'un donneur de liaison hydrogène et d'un accepteur : Lorsqu'une liaison hydrogène s'établit, les deux hétéroatomes se trouvent à une distance d'environ 0,25 nm. Publications. Historical Development of Origins Research. Origin Of Life: Miller_Urey Experiment. Origin Of Life: Oparin-Haldane Hypothesis.

In the early decades of the 20th century, Aleksandr Oparin (in 1924), and John Haldane (in 1929, before Oparin's first book was translated into English), independently suggested that if the primitive atmosphere was reducing (as opposed to oxygen-rich), and if there was an appropriate supply of energy, such as lightning or ultraviolet light, then a wide range of organic compounds might be synthesised.

Origin Of Life: Oparin-Haldane Hypothesis

Oparin suggested that the organic compounds could have undergone a series of reactions leading to more and more complex molecules. He proposed that the molecules formed colloid aggregates, or 'coacervates', in an aqueous environment. The coacervates were able to absorb and assimilate organic compounds from the environment in a way reminiscent of metabolism. They would have taken part in evolutionary processes, eventually leading to the first lifeforms. Sur une lune de Saturne, des conditions favorables à la vie. Les données récoltées par la sonde Cassini montrent qu’Encelade possède presque tous les ingrédients indispensables à l’habitabilité.

Sur une lune de Saturne, des conditions favorables à la vie

La sonde américaine Cassini a détecté de l’hydrogène dans un panache de vapeur émanant de fissures dans l’épaisse couche de glace enveloppant Encelade, une petite lune de Saturne. Selon les scientifiques dont la découverte est rapportée vendredi 14 avril dans la revue Science, « des réactions hydrothermales entre des roches chaudes et l’océan se trouvant sous la surface gelée de la lune sont la seule source plausible de cet hydrogène ». 300 pizzas par heure Les instruments de Cassini ont détecté cet hydrogène moléculaire en octobre 2015, quand la sonde s’est approchée au plus près de la surface d’Encelade – à environ 50 kilomètres – pour traverser un énorme geyser dans la région du pôle Sud. La mission de Cassini, en orbite autour de Saturne depuis 2004, approche de sa fin. Des microfossiles vieux de 3,77 milliards d’années découverts au Canada.

Ces tubes et filaments microscopiques sont présentés comme les témoignages les plus anciens de l’apparition de la vie sur Terre.

Des microfossiles vieux de 3,77 milliards d’années découverts au Canada

Mais des doutes subsistent. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Hervé Morin La vie sur Terre est née dans les océans, c’est une quasi-certitude. Reste à savoir quand et où. La découverte de structures tubulaires et filamenteuses, dans des roches canadiennes vieilles d’au moins 3,77 milliards d’années, offre de nouveaux indices pour mieux cerner les conditions de son apparition. Décrites dans la revue Nature du 2 mars, ces formes microscopiques sont présentées par l’équipe internationale qui les a étudiées comme les plus anciens microfossiles connus.

En quete de vie dans l'univers. L’aventure Rosetta - ARTE. Documentary - The Cell 3of3 The Spark of Life. En Quête De La Vie Extraterrestre 2/2. En Quête De La Vie Extraterrestre 1/2. The First Creatures That Existed On Earth. Origin of Life - How Life Started on Earth. Meet Luca, the Ancestor of All Living Things. Genes are adapted to an organism’s environment.

Meet Luca, the Ancestor of All Living Things

So Dr. Martin hoped that by pinpointing the genes likely to have been present in Luca, he would also get a glimpse of where and how Luca lived. “I was flabbergasted at the result, I couldn’t believe it,” he said. The 355 genes pointed quite precisely to an organism that lived in the conditions found in deep sea vents, the gassy, metal-laden, intensely hot plumes caused by seawater interacting with magma erupting through the ocean floor.

Deep sea vents are surrounded by exotic life-forms and, with their extreme chemistry, have long seemed places where life might have originated. The finding has “significantly advanced our understanding of what Luca did for a living,” James O. Dr. PBS Digital Studios. Qui est apparu en premier : la vie ou l'habitabilité ? L'auteur Shannon Hall est journaliste à Scientific American.

Qui est apparu en premier : la vie ou l'habitabilité ?

À lire aussi Pour en savoir plus Ceci aussi peut vous intéresser La recherche de la vie sur d’autres planètes est en train de vivre un tournant. Colin Goldbatt a étudié des atmosphères différentes de celles la Terre pour voir comment les concentrations d’azote et de dioxyde de carbone pourraient jouer sur l’habitabilité d’une planète. Le cas de l’azote est plus complexe, car une concentration plus élevée de ce gaz contribuerait à la fois à réfléchir le rayonnement stellaire, ce qui refroidirait la planète, et à rendre l’absorption de la lumière par les gaz à effet de serre plus efficace, ce qui réchaufferait la planète.

Il y a 2,5 milliards d’années, le Soleil était si faible que les océans auraient dû geler, mais ça n’a pas été le cas. Si le contraire s’était produit et que la luminosité du Soleil avait diminué, le refroidissement du climat aurait pu être contrecarré par l’injection de dioxyde de carbone dans l’atmosphère.