background preloader

Mémoire et thèse

Facebook Twitter

Guide d’entretien


Présentation rapide du cadre de cet entretien :

Je suis étudiant en psychologie sociale et dans le cadre de mes études je réalise un travail sur les relations au sein des entreprises.


Je vous précise également que je dirige un bureau d’étude depuis une quinzaine d’année dans le secteur de la maitrise d’œuvre et que j’emploie aujourd’hui 7 personnes.

Cet entretien d’une heure au maximum restera anonyme et afin de pouvoir ne rien oublier de son contenu j’aurais souhaité l’enregistrer. Est-ce que vous l’acceptez ?


Présentation

Tout d’abord puis je vous demander pourquoi et/ou comment vous êtes devenu dirigeant d’entreprise ?
Quel est la taille de votre entreprise ?
Qui décide dans votre entreprise en matière de stratégie et de management des ressources humaines ?
Faites-vous partie d’une association de dirigeant d’entreprise ou d’un club de réflexion ?
Comment vous tenez vous informé des nouveautés du monde de l’entreprise ?


Actuellement :

Thème 1 :
Quel est selon vous aujourd’hui le rôle des entreprises dans notre société ?

L’autogouvernance : un modèle de société. Le livre du consultant en organisations Frédéric Laloux, Reinventing Organizations, vers des communautés de travail inspirées est devenu l’une des Bibles des livres de management sur les entreprises libérées.

L’autogouvernance : un modèle de société

Et effectivement c’est un longseller très inspirant, riche en exemples et en détails qui rendent l’ensemble vivant. Pour autant, pas plus que le livre de Getz ou de Robertson, on n’y trouvera pas une méthode à appliquer pas à pas pour transformer son organisation, d’abord et avant tout parce que ces transformations sont expérientielles : leur réussite dépend de leur appropriation et de leur adaptation. L’essentiel du livre est consacré à la description d’exemples d’entreprises auto-gouvernées rencontrées aux quatre coins du monde (par exemple, celle des infirmières néerlandaises de Buurtzorg qu’évoquait le Ouishare Mag), dont il souligne des principes d’organisation, des méthodes, des pratiques, des processus, des traits culturels communs qui les caractérisent. Effectivement. Isaac Getz : Libérer l'entreprise.

02 evolution. Entreprises libérées : « C’est la rigueur qui permet l’autonomie » Le terme d' »entreprise libérée » (il semble que beaucoup lui préfèrent désormais le terme d’entreprise libérante), popularisé par Isaac Getz (@isaacgetz) et Brian M.

Entreprises libérées : « C’est la rigueur qui permet l’autonomie »

Carney dans leur livre Liberté & compagnie (2012), désigne des organisations qui donnent des responsabilités et de la liberté à leurs collaborateurs. Sous ce terme générique se rassemblent des interprétations très disparates de l’autogouvernance (allant de la simple disparition des pointeuses, jusqu’à des formes d’organisation sociocratiques avancées), dont le point commun est de faire une critique des techniques de management et d’organisation scientifique du travail qui se sont développées depuis Taylor. Si l’organisation scientifique du travail a surtout produit de l’aliénation, du contrôle et de l’infantilisation, l’enjeu est d’imaginer et de promouvoir désormais une organisation humaine du travail qui mette au coeur de son action de la liberté, de la confiance, de l’autonomie.

Mais comment faire, concrètement ? Les salariés prêts au changement s'ils y sont associés. AREF2007 Vanessa VIDALLER 411. Rôle des représentations sociales préexistantes dans les processus d'ancrage et de structuration d'une nouvelle représentation. 5.1 - Représentations sociales de la vitesse L’évocation hiérarchisée sur le mot Vitesse a permis d’obtenir un corpus de 3015 mots ou expressions (1005 sujets x 3 mots/sujet). Dans un premier temps, le calcul de la fréquence d’apparition et du rang moyen d’importance de chaque mot ou expression de ce corpus a permis d’accéder au contenu de la représentation et d’établir une première ébauche de sa structure (Abric, 2003).

On constate alors que lorsque l’on considère la population dans sa globalité, la représentation de la vitesse est organisée autour d’un seul élément central : le Danger (.60/1,7) [3][3] Les chiffres entre parenthèses renvoient à la fréquence.... En périphérie de la représentation de la Vitesse, on trouve un élément qui va jouer un rôle essentiel dans la représentation : l’élément Plaisir (.28/2,1). Nous verrons que cet élément, tout comme l’élément Danger, va constituer une source de différenciation entre les conducteurs de notre population. Pourquoi certains nient les résultats de la science.

Donald Trump a affirmé que le réchauffement climatique était un canular inventé par la Chine. © Evan Vucci/AP.

Pourquoi certains nient les résultats de la science

DANS sa dernière chronique (payante) publiée dans Le Monde et consacrée au concept de post-vérité dans les sciences de l’environnement, mon confrère Stéphane Foucart rappelle notamment qu’on trouve, parmi les grandes figures du climatoscepticisme, de véritables scientifiques – en général non issus des sciences du climat. La question souvent posée à leur sujet est la suivante : comment se fait-il que des chercheurs rompus à la méthodologie scientifique et capables de lire les publications dans les revues spécialisées refusent d’accepter les résultats et éléments de preuve écrasants rassemblés par leurs collègues climatologues ? La question ne se cantonne pas à ces quelques réfractaires – dont certains aiment aussi à se mettre dans la posture d’un Galilée seul contre tous – mais s’étend à tous ceux que la science ne parvient pas à convaincre.

Mémoire Palo alto.

L'important est le lien entre l'apprentissage d'un individu dans son contexte et système organisé. L'importance de la relation – jacquesphelep

La révolution du management a germé dans un cockpit. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Margherita Nasi La leçon la plus importante sur le plan professionnel, Brian J.

La révolution du management a germé dans un cockpit

Robertson l’a apprise le jour où il a failli s’écraser en avion. Ce PDG d’une société d’éditions de logiciels passe alors son brevet de pilote et parcourt, pour la première fois, une longue distance en solitaire. Un voyant qu’il ne connaît pas s’allume, mais plutôt que d’essayer d’en comprendre la signification, le jeune pilote préfère vérifier le bon fonctionnement de tous les autres instruments. Une décision erronée, qui a failli lui être fatale : il se retrouve perdu, en plein orage, sans lumière ni radio. Dans les mois qui ont suivi, il repense aux décisions prises ce jour-là, et parvient à une conclusion intéressante. « Je continuais de répéter la même erreur, pas dans mon avion, mais avec l’équipe que j’étais censé diriger au bureau.

Lire aussi : L’entreprise libérée est une question de philosophie, ses créateurs… des anti-bureaucrates Réponse au changement de paradigme.