background preloader

Pauvreté des enfants

Facebook Twitter

Pauvreté des enfants : une réalité qu’on ne cesse de redécouvrir. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Samuel Laurent Trois millions d’enfants sous le seuil de pauvreté en France, soit un sur cinq, dont 440 000 ont basculé dans cette catégorie depuis 2008 : des chiffres frappants, qui se retrouvent, sans surprise, à la « une » de la plupart des médias en France, mardi 9 juin, Le Monde. fr y compris.

Pauvreté des enfants : une réalité qu’on ne cesse de redécouvrir

La pauvreté, spécialement celle des enfants, dérange et indigne. Pourtant, ce phénomène, et surtout ces chiffres, ne sont pas nouveaux. Et ils sont répétés, régulièrement, par les spécialistes de ces questions, sans grand effet, sinon quelques vagues d’articles de temps à autre. 1. Ces chiffres proviennent d’un rapport de l’Unicef, l’émanation de l’Organisation des nations unies (ONU) consacrée aux droits des enfants. Pourtant, ils pouvaient éveiller des échos familiers à certains.

Il suffit de chercher un peu pour retrouver des dizaines d’articles qui alignaient ces mêmes données au moment de la sortie du rapport Innocenti. 2. 3. 4. Journée mondiale de l'enfance, le 20 novembre. Une classe d'enfants de différents groupes ethniques dans une école de Gao, au Mali.

Journée mondiale de l'enfance, le 20 novembre

Photo ONU/Marco Domino. Travail des enfants : une réalité cachée. C'est un sujet tabou.

Travail des enfants : une réalité cachée

Mais en 2013, le Conseil de l’Europe a publié une enquête affirmant que le travail des mineurs n'a pas disparu du Vieux Continent. Par exemple, près de 29 % des enfants âgés de 7 à 14 ans travaillent en Géorgie, et ils seraient 19 % en Albanie. Plus proche de nous, dans l'Union européenne, plus de 5 % des enfants italiens de moins de 16 ans essaient de gagner leur vie, selon une autre étude datant de juin 2013.

En Bulgarie, certains travaillent même jusqu’à dix heures par jour, dans l’industrie du tabac notamment. Le Royaume-Uni non plus n'est pas épargné. Livret stop idees fausses pauvrete. Un livret destiné aux enfants pour dire stop aux idées fausses sur la pauvreté. Enfance : la crise détruit l'avenir de la jeune génération. États-Unis. Le drame des enfants sans domicile fixe. Aux États-Unis, un enfant sur trente est sans-abri.

États-Unis. Le drame des enfants sans domicile fixe

Ce sont les données qui ressortent du récent rapport publié mi-novembre par le National Center of Family Homelessness (centre national de la famille sans-abri). On apprendra en le lisant que la pauvreté y a fait un bond de 8 % entre 2012 et 2013 et que plus de 2,5 millions d’enfants sont aujourd’hui sans domicile fixe. La rue, les voitures, les campings, les espaces confinés où règne la promiscuité font partie pour eux d’un quotidien qui les oblige à jongler avec les situations précaires.

Une autre sorte de pauvreté frappe les enfants défavorisés. Plus d'un enfant canadien sur sept vit dans la pauvreté.

Une autre sorte de pauvreté frappe les enfants défavorisés

Ce chiffre augmente constamment depuis les années 1990 et comporte des conséquences très réelles, tant sur le plan social, qu'économique. Les enfants qui grandissent dans la pauvreté souffrent d'un nombre disproportionné de problèmes de santé, sont moins scolarisés et sont plus à risque d'être pauvres lorsqu'ils seront adultes. Cette situation nuit à notre économie et entraîne une hausse des taux de criminalité et de chômage ainsi que des coûts dans le domaine de la santé, sans compter une perte des revenus d'impôts et la détérioration du filet de sécurité sociale. Selon les calculs, la pauvreté coûte au Canada 72 à 84 milliards de dollars par année, ce qui représente annuellement entre 2 299 $ et 2 895 $ pour chaque Canadienne et Canadien. Malheureusement, la pauvreté est aussi complexe que coûteuse, et nos tentatives de l'enrayer ont donné des résultats mitigés. Mais il peut en être autrement. Loading Slideshow. L’accès à la cantine scolaire des enfants « pauvres.

Le rapport « Grande pauvreté et réussite scolaire – mai 2015 » de l’igen (inspection générale de l’éducation nationale) révèle que les enfants des familles les plus pauvres n’ont pas accès à la cantine scolaire même les moins chères.

L’accès à la cantine scolaire des enfants « pauvres

L'igen préconise que « la restauration scolaire devienne un droit sans aucune condition restrictive ». Qu’en est-il du droit d’accès pour tous les enfants à la cantine scolaire dans les écoles primaires ? Le 11 juin 2014, le Conseil d’Etat avait rappelé ce droit fondamental, issu de la loi Ferry du 28 mars 1882 sur la gratuité scolaire : « la cantine scolaire doit être accessible à tous les enfants sans discrimination tarifaire et tout particulièrement aux enfants les plus pauvres ». Un enfant sur cinq vit sous le seuil de pauvreté en France. Plus de 3 millions d’enfants, soit un sur cinq, vivent sous le seuil de pauvreté en France, 30 000 sont sans domicile, 9 000 habitent des bidonvilles et 140 000 décrochent de l’école chaque année, s’alarme l’Unicef dans un rapport publié mardi.

Un enfant sur cinq vit sous le seuil de pauvreté en France

De 2008 à 2012, 440 000 enfants supplémentaires ont plongé avec leurs familles dans la pauvreté, avec une prise en compte de l’impact de la crise «dramatiquement insuffisante», selon cette analyse de l’Unicef France sur les moins de 18 ans, intitulée «Chaque enfant compte. Partout, tout le temps» et remise aux experts du Comité des droits de l’enfant, instance de l’ONU. Beaucoup d’entre eux «cumulent les inégalités aux conséquences désastreuses pour leur avenir et celui de la société». Michèle Barzach, présidente de l’Unicef France, le reconnaît : «Notre rapport est un cri d’alarme qui doit pousser les autorités à agir d’urgence et de manière plus efficiente pour chaque enfant».

«Faire mieux avec les mêmes moyens» Diagnostic sévère des droits de l'enfant en France ! Alors que les experts du Comité des droits de l’enfant étudient le cas de la France, l’UNICEF France publie, avec le soutien de ses partenaires, « Chaque enfant compte.

Diagnostic sévère des droits de l'enfant en France !

Partout, tout le temps », une analyse du respect et des violations des droits de l’enfant en France, remise à cette instance des Nations unies. [Version synthétique ici] Comme tout Etat ayant ratifié la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), la France est tenue, tous les 5 ans, de rendre compte de l’effectivité de ses engagements internationaux et des actions entreprises pour la mise en œuvre de la CIDE. L’UNICEF France, dont la mission est de veiller au respect de la CIDE vient d’être auditionné par le Comité des Droits de l’enfant à Genève. Il saisit cette opportunité pour mettre particulièrement en lumière les zones d’ombre de l’application de la CIDE en France, interpeller le gouvernement sur les progrès à réaliser et émettre des recommandations concrètes.

Pauvreté et crise économique. L'Unicef s'inquiète sur le non respect des droits des enfants en France - Le Café des Mamans. Dans son rapport, publié le 9 juin 2015, l’Unicef dénonce les conditions de vie de plus de 3 millions d’enfants en France.

L'Unicef s'inquiète sur le non respect des droits des enfants en France - Le Café des Mamans

L’organisation, dont la mission est de veiller au respect de la Convention internationale des droits de l’enfant, émet 36 recommandations pour remédier à cette situation. 20% des enfants sous le seuil de pauvreté : réagissons. C’est un rapport accablant qui vient d’être publié par l’Unicef.

20% des enfants sous le seuil de pauvreté : réagissons

Dans notre pays plus de 3 millions d’enfants vivent sous le seuil de pauvreté soit près de 20%. 30 000 sont SDF et près de 9 000 vivent dans des bidonvilles. Ces cinq dernières années, le nombre de familles vivant sous le seuil de pauvreté n’a fait que progresser. Encore une fois, la Seine-Saint-Denis est le département le plus touché. Nous ne pouvons pas accepter cet état de fait et devons réagir de manière urgente. La France est un pays développé et dispose des moyens nécessaires pour mettre un terme à la paupérisation des classes populaires. Pendant de trop nombreuses années nous nous sommes contentés de mettre en place des mesures qui n’ont pas eu d’impact fort, sans quoi les chiffres n’auraient pas explosé.

In�galit�s sociales : de graves cons�quences sur le d�veloppement c�r�bral de l’enfant. Les enfants des familles défavorisées auraient-ils plus de difficultés que les autres à cause de changements structurels dans le cerveau ? C’est ce que révèle une étude de l’University of Wisconsin-Madison (États-Unis). Selon les chercheurs, le faible revenu d’une famille aurait un impact direct sur le développement du cerveau des enfants et cela expliquerait leurs difficultés scolaires. Monde : la pauvreté agit sur le cerveau des enfants. Les enfants qui naissent dans un milieu défavorisé ont souvent de plus importantes difficultés à réussir dans le système scolaire par rapport à ceux qui évoluent dans les autres classes sociales. Pour expliquer ce phénomène, on met souvent en avant le manque de temps ou de capacité des parents pour aider au développement de leur enfant. Mais ce que l’on sait moins, c’est que la pauvreté a aussi un impact direct sur le bon développement du cerveau.

C’est en tout cas ce que révèle une nouvelle étude américaine. Enfants et pauvreté : conscients, indignés et prêts à agir. Sans le système de redistribution sociale, un nombre très important d’enfants seraient en situation de pauvreté. La grande majorité des enfants vivant en France voient leurs droits satisfaits. Pour autant, en prenant pour base les seuils fixés en Europe pour définir le taux de pauvreté monétaire (vivre avec moins de 60 % du revenu médian), il y a 8,5 millions de citoyens pauvres dans l’Hexagone, dont plus de 2,5 millions d’enfants et d’adolescents (3 millions pour l’Unicef). Les enfants éprouvent, dès leur plus jeune âge, de réelles craintes par rapport à la pauvreté. Ainsi, 58 % d’entre eux redoutent de devenir pauvres un jour*. Aux Philippines, la malnutrition des enfants reste élevée malgré la baisse de la pauvreté.

Les Philippines figurent au neuvième rang des pays dont les enfants ont un retard de croissance. Une étude de Save The Children indique que le pays est tombé à des niveaux “subsahariens” de malnutrition. MANILLE – Abdul, 3 ans, est né avec une paralysie cérébrale qui affecte ses mouvements et ses capacités motrices. Contrairement aux autres enfants de son âge, Abdul ne peut pas se déplacer et jouer avec d’autres enfants. Également sévèrement sous-alimenté, il ne pèse que 3,6 kg – presque le poids d’un nourrisson. Une étude réalisée aux Philippines par l’Organisation non gouvernementale Save the Children, Sizing Up the Stunting and Child Malnutrition Problem in the Philippines (Évaluer le retard de croissance et la malnutrition infantile aux Philippines) confirme que la malnutrition chez les enfants est toujours répandue aux Philippines, en particulier dans les communautés pauvres.

La pauvreté laisse des traces chez les enfants. Vivre au sein d’une famille à faible revenu cause plus de dommages qu’on ne le croyait pour les enfants. La pauvreté compromet le développement de leur cerveau et le manque de couches en fait des victimes du stress parental. Une nouvelle étude révèle que des enfants vivants près ou en deçà du seuil de pauvreté aux États-Unis (environ 24 000 $ US pour une famille de quatre personnes) ont de sept à dix pour cent moins de matière grise dans certaines parties de leur cerveau que des enfants mieux nantis de leur âge.

Les parties sous-développées sont celles qui régissent le développement de leur mémoire à long terme, de leurs capacités à contrôler leurs émotions et leur attention ainsi qu’à apprendre l’alphabet et les mots. Cette différence physique participe à perpétuer le cycle de la pauvreté, les enfants moins bien nantis étant plus susceptibles de faire peu d’argent à leur tour. Heureusement, il y a de l’espoir pour ces enfants.

La montée des inégalités frappe lourdement les enfants, selon le rapport Comment va la vie ? de l'OCDE. Pauvreté des enfants : une réalité qu’on ne cesse de redécouvrir.