background preloader

Nicole Mosconi

Facebook Twitter

Semaine Égalité filles-garçons Canopé de la Marne site de Châlons-en-Champagne du 9 au 15 avril 2015

Égalité filles-garçons : les solutions à la division sexuée de l'orientation. Pour en finir avec les stéréotypes de genre, qui ont une influence sur l'orientation des garçons et des filles tout au long de leur scolarité, des solutions existent, de la formation des enseignants à des pratiques pédagogiques différentes.

Égalité filles-garçons : les solutions à la division sexuée de l'orientation

UFR SPSE - Nicole MOSCONI. Égalité filles-garçons - Genre et pratiques scolaires : comment éduquer à l'égalité ? Par Nicole Mosconi,professeure émérite de l'université Paris X,spécialiste de sciences de l'éducation,membre du Centre de recherche éducation et formation (CREF),équipe "Genre, savoir, éducation".

Égalité filles-garçons - Genre et pratiques scolaires : comment éduquer à l'égalité ?

Introduction Antoine Prost dans son Histoire de l'enseignement et de l'éducation depuis 1930, affirme, à propos de la mixité scolaire sexuée qu'il s'agit d'une des " révolutions pédagogiques " les plus profondes du siècle. Publications de Nicole Mosconi sur Cairn.info. ➜Recherche avancée Publications de Nicole Mosconi diffusées sur Cairn.info Contributions d'ouvrages 7.

Publications de Nicole Mosconi sur Cairn.info

Pourquoi la mixité fait-elle encore parler d'elle ? Université des Femmes - Citation 1. Effets et limites de la mixité scolaire - Cairn info. Le masculinisme des savoirs scolaires Le masculinisme, c’est "ce particularisme qui non seulement n’envisage que l’histoire ou la vie sociale des hommes mais encore double cette limitation d’une affirmation (il n’y a qu’eux qui comptent et leur point de vue)" (Le Doeuff, 1989).

Effets et limites de la mixité scolaire - Cairn info

Mixité 3/4. Education 4/4. Travail et genre dans le monde. Genre et pratiques scolaires : comment éduquer à l'égalité ? Formes et formations du rapport au savoir / Nicole Mosconi. La mixité dans l'enseignement secondaire : un faux semblant ? Effets et limites de la mixité scolaire. Centre francilien de ressources pour l'égalité femmes-hommes. Vidéos des conférences « Encourager l’égalité filles-garçons dès la maternelle » En naviguant sur ce site, des traceurs de mesure d’audience ont été générés, vous pouvez les supprimer et les interdire à l’avenir en bloquant sur votre navigateur les cookies de domaine d’origine xiti.com.

Vidéos des conférences « Encourager l’égalité filles-garçons dès la maternelle »

X Pour paramétrer les traceurs Cartable en ligne. Claude Zaidman École, mixité, politiques de la différence des sexes. 1Au cœur de la démarche féministe se situe le droit des femmes à disposer d’elles-mêmes, c’est-à-dire à n’être pas définies, jugées, étiquetées au nom d’une quelconque définition positive ou négative du féminin.

Claude Zaidman École, mixité, politiques de la différence des sexes

C’est un système de relations entre les hommes et les femmes caractérisé par la domination masculine qui produit des définitions normatives de l’être-femme, que ces discours soient portés par des hommes ou des femmes. 2De ce fait, la question du jeu entre l’universel – accéder au statut d’« individue », de citoyenne, sans être enfermée dans des déterminations particulières – et le spécifique – pouvoir exprimer sa subjectivité propre en tant qu’être particulier sans qu’elle soit niée ou masquée par un prétendu universel humain au masculin – est au centre de la réflexion et des débats entre féministes. 1 Je reprends ici la démonstration de E. Goffman : « In any case, sex-class placement is almost with (...) 2 Collin F., « Pluralité.

Autour du livre de Pierre Bourdieu La domination masculine. Pour qui est sociologue de l’éducation et féministe, la parution de La domination masculine ne pouvait que susciter des attentes très fortes...

Autour du livre de Pierre Bourdieu La domination masculine

On ne peut que suivre avec le plus grand intérêt l’ambition de Bourdieu de décortiquer la domination masculine, qui « s’exerce pour l’essentiel par les voies purement symboliques de la communication et de la connaissance ou, plus précisément, de la méconnaissance... », et de restituer à cette « doxa » son caractère paradoxal, en « démontrant les processus qui sont responsables de la transformation de l’histoire en nature, de l’arbitraire culturel en naturel ». Le rôle de l’école, et en filigrane de l’État, est à cet égard crucial. On aurait pu espérer que Bourdieu mette en perspective ses thèses, telles que largement mises en forme dès 1990, avec les recherches empiriques nombreuses qui ont depuis éclairé les processus scolaires et familiaux via lesquels se reproduit ou, parfois s’atténue, la domination masculine.

Marie-Duru Bellat L'école des filles : quelle formation pour quels rôles sociaux ? Léo Thiers-Vidal De la masculinité à l’anti-masculinisme : Penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive. Origine : Article paru dans Nouvelles Questions Féministes, Vol. 21, n° 3, pp. 71-83, décembre 2002 (Tous droits réservés) Dans cet article, je propose une réflexion sur la manière dont les chercheurs-hommes engagés dans la lutte contre l’oppression des femmes par les hommes peuvent optimiser leur efficacité politique et scientifique dans l’analyse des rapports sociaux de sexe[1].

Léo Thiers-Vidal De la masculinité à l’anti-masculinisme : Penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive

En effet, lorsqu’ils prétendent produire des analyses non-biaisées et pertinentes, ils sont confrontés à une double difficulté : d’une part comprendre pleinement des analyses féministes qui désignent leur existence comme source permanente d’oppression des femmes ; d’autre part apprendre à gérer les conflits intérieurs qui en découlent de façon à leur permettre un regard productif, impliqué autant que distancié, sur leur construction et leur action oppressives. Analyse des rapports sociaux de sexe : le décalage genré Position sociale, androcentrisme et capacité d’analyse Bibliographie. Michèle Le Doeuff La femme sans tête. Ni livre de femme ni livre pour les femmes, l'essai de Michèle Le Doeuff déchiffre mythes et chimères réglant les rapports entre sexes et savoirs Le Sexe du savoir, Aubier, 378 pp., 130 F. Il est certes «permis à une femme de ne pas ignorer que Pékin n'est pas en Europe», mais pas plus, car, «dès qu'elle veut émuler l'homme, elle n'est plus qu'un singe».

Michèle Le Doeuff La femme sans tête. Ni livre de femme ni livre pour les femmes, l'essai de Michèle Le Doeuff déchiffre mythes et chimères réglant les rapports entre sexes et savoirs Le Sexe du savoir, Aubier, 378 pp., 130 F.

Passe qu'un Joseph de Maistre ait écrit de telles sottises: c'était un fieffé réactionnaire. Paola Tabet, La Construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps. 1 Cf.

Paola Tabet, La Construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps

L’Homme, 1979, XIX (3-4), n° spéc. : Les catégories de sexe en anthropologie sociale : 5-61.(...) 1Sous ce titre, l’auteur réunit deux textes légèrement remaniés. Le premier, « Les mains, les outils et les armes »1, est consacré à la division sexuelle du travail considérée sous un angle nouveau : non pas la séparation des tâches, mais celle des outils. L’auteur s’inscrit d’abord en faux contre les considérations idylliques sur les sociétés « sauvages » où les tâches seraient réparties de façon harmonieuse et complémentaire, complémentarité qui renverrait non pas à une inégalité mais à une différence anatomique, et serait donc « naturelle » (p. 15).

Sa thèse est que la division sexuelle du travail « n’est pas neutre, mais orientée et asymétrique […] il s’agit d’une relation non pas de réciprocité ou de complémentarité mais de domination » (ibid.). 2Le fil directeur de l’approche, ce sont donc les outils. 2 Les statistiques sont celles établies par George P. 3 Cf. La mixité à l'école primaire de Claude Zaidman. Christian Baudelot et Roger Establet, de Allez les filles ! Une révolution silencieuse. Pichevin Marie-France De la discrimination sociale entre les sexes aux automatismes psychologiques.