background preloader

Divers

Facebook Twitter

Francetv pluzz : programmes de France Télévisions en direct ou en replay ! Le projet de nettoyage des océans devient une réalité. Les résidus de plastique sont ingérés par les créatures des fonds marins. DÉCHETS. La pollution plastique, triste un indicateur de l’impact de l’activité humaine sur le monde, est bien présente dans les fonds marins. 88% de la surface des océans contiennent des microplastiques (particules de plastique) selon une étude publiée en 2014 par le Centre supérieur de la recherche scientifique (CSIC) de l'université de Cadiz en Espagne. Mais jusqu'alors, de nombreuses interrogations persistaient quant à leur destinée finale et leur impact sur l’écosystème. Des recherches publiées le 30 septembre 2016, menées en collaboration par les scientifiques de l’Université de Bristol et d’Oxford, à bord du Royal Research Ship (RRS) James Cook, montrent que ces microplastiques sont en fait ingérés par les créatures des fonds marins, comme cela avait déjà été retrouvé chez les organismes d’eaux peu profondes. 44 à 50 % des espèces marines ingèrent du plastique.

La Mondialisation contemporaine (1/2) Si la mondialisation est devenue incontournable pour appréhender les mutations du monde actuel, il n’est pas toujours aisé de se retrouver dans le maquis, parfois bien confus, des définitions et des notions telles que la mondialisation et la globalisation, sans parler des hypothèses formulées par les chercheurs et des controverses suscitées par la dynamique mondialisante. 1– Est-il possible de définir et de dater la mondialisation ? Le développement du capitalisme libéral depuis le XIXe siècle se traduit par une expansion géographique continue mais contrariée par les guerres mondiales, le colonialisme et le socialisme. Dans le dernier quart du XIXe siècle, l’internationalisation des échanges ne connaît quasiment plus de limites spatiales.

La mondialisation contemporaine favorise la convergence des prix, homogénéise les marchés locaux en un seul marché unique, intégré. . – La traduction française du terme anglais « globalization » hésite entre « mondialisation » et « globalisation ». C. Les zones mortes se multiplient dans les océans. Réparties sur 245 000 km2, ces régions privées d’oxygène augmentent sur les côtes et en pleine mer en raison de l’utilisation de pesticides et du réchauffement climatique. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Clémentine Thiberge Au large de l’Inde, dans la baie du Bengale, la vie marine est en train de disparaître. Cette région de 60 000 km2, soit deux fois la superficie de la Belgique, est aujourd’hui une « zone morte ».

Une étude pilotée par l’Université du Danemark du Sud et publiée dans la revue Nature Geoscience le 5 décembre alerte sur l’instabilité de cette zone. « Aujourd’hui, la baie du Bengale est à un stade critique. La concentration d’oxygène est si faible qu’il suffirait d’un petit changement de conditions pour étouffer le système océanique », explique Laura Bristow, co-auteure de l’étude et biogéochimiste à l’Institut Max-Planck de Munich. Les engrais agricoles responsables Un trop lent renouvellement des eaux Les cycles des nutriments perturbés. La mondialisation : un événement géographique. La mondialisation est d’abord un changement d’échelle : on peut la définir comme l’invention d’un espace d’échelle mondiale à partir des espaces préexistants d’échelle inférieure. Ce processus peut donc être comparé à d’autres, également caractérisés par un changement d’échelle, tels que la construction des États-nations européens par agrégation d’entités plus petites.

Nous savons qu’un tel changement est possible. Nous savons aussi qu’il ne va pas de soi. Les résistances sont d’autant plus fortes que les échelons agrégés retrouvent une nouvelle place (fédéralisme) ou sont menacés dans leur existence par la nouvelle architecture spatiale (empires, États centralisés). Par ailleurs, rien ne garantit que la coalescence d’espaces touche simultanément toutes les dimensions, toutes les « couches » de ces espaces. Par ailleurs, c’est incontestablement l’univers de la télé-communication qui a bouleversé le rapport à la distance. La mondialisation n’est pas un état mais un processus. Source : M. Le concept de gouvernance. Notes John Pitseys est docteur en philosophie de la Chaire Hoover d’éthique économique et sociale, Université Catholique de Louvain (UCL).

Ses intérêts de recherche portent sur la philosophie politique et la philosophie du droit. Sa thèse, intitulée « transparence et démocratie : analyse d’un principe de gouvernement », porte sur l’étude du principe politique de transparence, l’analyse de ses conditions de désirabilité et son influence sur la définition d’un régime politique légitime. Voir J. Habermas, Droit et démocratie. B. C. S. . « Le législateur (…) est dans l’État législateur toujours le seul et l’unique législateur (…) Dans un état législateur conséquent, le législateur doit conserver entre ses mains le monopole de la légalité » (C. Voir J. La règle de droit civil se définissant aux États-Unis comme « a rule of civil conduct prescribed by a state commanding what is right and prohibiting what is wrong » (G.S.

J. U. P. Sur la déterritorialisation des pouvoirs de l’État, A.A. J. K.H.

Les concours de l’enseignement : s’y préparer et réfléchir aux passerelles didactiques entre géographie scolaire et géographie scientifique. 1 Duclert V., 2014. Rapport du jury, concours CAPES externe, section Histoire-Géographie, Session 201 (...) « Enseigner exige de déterminer l’enjeu méthodologique, civique et didactique d’un savoir en histoire ou en géographie »1. 1Cette phrase extraite du rapport du jury de la session rénovée du concours doit attirer l’attention car elle rappelle les attentes et les méthodes à appliquer pour préparer les nouvelles épreuves des concours de l’enseignement (CAPES externe). L’enjeu méthodologique renvoie ainsi aux méthodes utilisées à l’acquisition d’un savoir. Cette acquisition passe par la lecture approfondie des ouvrages de référence des grands historiens ou géographes des questions qui sont au programme.

À propos de ces enjeux méthodologiques, l’étudiant doit se demander quelles sont les finalités de la transmission de ces savoirs aux élèves. Autrement dit, nous pouvons nous demander par exemple pourquoi former aujourd’hui des enseignants à la géographie thématique des Mers et océans.