background preloader

Qui lynche qui ?

Facebook Twitter

Pew Research death penalty poll: Why whites support capital punishment more than blacks. Courtesy NYS Department of Correctional Services/Creative Commons We hear a lot about the racial disparity in death penalty sentencing, namely, that black Americans are dramatically overrepresented on death row. Less remarked on is the disparity in death penalty support, as revealed in a new Pew Research Center survey. Overall, 55 percent of Americans support capital punishment, and 37 percent are opposed. Among whites, however, support for the death penalty jumps to 63 percent, compared to 40 percent for Hispanics and 36 percent for blacks. Religion—or at least, Protestantism—seems to increase the divide. Before we get into why whites are so supportive of the death penalty, it’s important to remember this: There’s no separating capital punishment from its role, in part, as a tool of racial control.

Likewise, in Southern colonies like Virginia and South Carolina (where enslaved blacks were close to half the population), legislatures imposed the death penalty for a long list of offenses. La race : parlons-en. Objet d’étude, catégorie d’analyse, voire concept guidant la recherche, la race est présente partout, dans les sciences sociales comme dans les sciences du vivant. À travers recensions, essais et entretiens, ce dossier propose d’interroger la présence historique et les usages contemporains de cette idée qui est loin d’être simplement, comme on le dit trop souvent, un héritage du passé. Ni rire de tout, ni rire avec tout le monde. « Alors le rire, parlons-en et parlons-en aujourd'hui, alors que notre invité est Jean-Marie Le Pen.

Ni rire de tout, ni rire avec tout le monde

Car la présence de Monsieur Le Pen en ces lieux voués le plus souvent à la gaudriole parajudiciaire pose problème. Les questions qui me hantent, avec un H comme dans Halimi sont celles-ci : Premièrement, peut-on rire de tout ? Deuxièmement, peut-on rire avec tout le monde ? À la première question, je répondrai oui sans hésiter, et je répondrai même oui, sans les avoir consultés, pour mes coreligionnaires en subversions radiophoniques, Luis Rego et Claude Villers. Achille Mbembe : « Le sous-prolétaire chinois est un nouveau nègre » Achille Mbembe à Saint-Malo, en juin 2011 (CYRIL FOLLIOT/AFP)

Achille Mbembe : « Le sous-prolétaire chinois est un nouveau nègre »

Aamer Rahman (Fear of a Brown Planet) - Reverse Racism. Race, état d’exception et impasses de l’ « antiracisme ». Militer aujourd’hui avec Fanon. Thuram et Lemarchand ; quand le racisme instrumentalise les violences sexistes. Je vous parlais dernièrement de l'instrumentalisation du féminisme par l'extrême-droite à des fins racistes ; ce weekend en a fait la parfaite démonstration et je crois important d'en parler.

Thuram et Lemarchand ; quand le racisme instrumentalise les violences sexistes

Samedi il était révélé dans la presse que Karine Lemarchand avait porté plainte pour coups et blessures contre son ex compagnon Lilian Thuram. Très rapidement, se créa sur twitter un topic de soutien à Thuram qui dégueulait de propos sexistes : on était en plein slut-shaming, le fait de blâmer la victime. Non moins rapidement l'extrême-droite se jeta sur l'affaire ; l'occasion était trop belle avec un militant noir de gauche accusé de violences sexistes. Karine Lemarchand a depuis retiré sa plainte ; Thuram aura tout de même un rappel à la loi puisque dans ce genre d'affaires, on peut poursuivre sans plainte de la victime. Avant de parler de cette histoire, je pense qu'il convient de parler des accusations de viols - qui sont des violences sexistes - face aux hommes noirs. Christiane Taubira ; un traitement entre racisme et sexisme. Toutes les femmes politiques subissent du sexisme c'est à dire qu'elles sont critiquées sur ce qu'elles sont mais pas sur ce qu'elles font.

Christiane Taubira ; un traitement entre racisme et sexisme

Elles sont ainsi renvoyées à leur genre lorsque leurs idées politiques, leurs propositions de loi ne conviennent pas à leurs opposants. On va ainsi renvoyer une femme à "garder les enfants" ou "à ses casseroles". Lors de la proposition de loi sur les 35 heures, un chef d'entreprise proposa d'envoyer à Martine Aubry un bataillon de parachutistes ; pour lui, il était évident qu'une telle proposition ne pouvait avoir été dictée par la raison, mais par la frustration sexuelle. Lors de l'élection à la députation de Marion Maréchal-Le Pen, beaucoup ne se privèrent pas de créer des photo-montages pornographiques au lieu de l'attaquer sur le terrain des idées. Les femmes sont ainsi renvoyées au sexe et à leur sexe.

Christiane Taubira est ministre de la justice ; elle est également une femme, noire et âgée. La carrière d'un enseignant-chercheur dérape après des mails racistes. Alioune Gueye est intarissable.

La carrière d'un enseignant-chercheur dérape après des mails racistes

L’enseignant-chercheur sénégalais revient inlassablement sur sa carrière universitaire, ses états de services «irréprochables» et surtout, cette «histoire de mails racistes». Après avoir joué le jeu de la discrétion pendant des mois sur les conseils des mandarins de la fac de droit de La Rochelle, le doctorant ne veut plus se taire. Surtout depuis que son contrat d’attaché temporaire d’enseignement et de recherche (Ater) n’a pas été renouvelé à la fin de l’année scolaire. Le juriste, après avoir contacté le quotidien Sud Ouest, menace aujourd’hui de saisir le tribunal administratif. Les faits remontent à novembre 2012. The Good, Racist People. Les fondements politico-économiques du fémonationalisme. Bien que le concept de fémonationalisme soit peu usité en France, il fait écho aux nombreux débats sur l'instrumentalisation de la rhétorique de l'égalité entre hommes et femmes à des fins racistes.

Les fondements politico-économiques du fémonationalisme

« Oui mais quand même, la religion, c’est mal » Relayer l’information de la énième agression d’une femme voilée, ou les propos haineux tenus sur l’islam par la représentante d’une organisation pseudo-féministe, revient immanquablement à emboucher l’appeau à trolls religiophobes.

« Oui mais quand même, la religion, c’est mal »

Islamophobie : entretien avec le sociologue Marwan Mohammed. Marwan Mohammed (@marwanormalzup) est sociologue au CNRS (Centre Maurice Halbwachs) et Abdellali Hajjat est sociologue à l’Université Paris Ouest Nanterre.

Islamophobie : entretien avec le sociologue Marwan Mohammed

Ils animent (avec Houda Asal) un séminaire sur l’islamophobie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS). Ils sont aussi co-auteurs de « Islamophobie. Comment les élites françaises fabriquent le “problème musulman” » (à paraître le 26 septembre aux éditions La Découverte). De l’expression "racisme anti-blancs". Vous savez que vous ne trouverez pas cette expression validée sur ce blog.

De l’expression "racisme anti-blancs"

Mais j’aimerais énumérer quelques unes des choses que j’entends et que je rapporte à celle-ci: Voilà pèle-mêle certaines des idées qui résonnent dans mon esprit quand j’entends cette expression. De l'urgence d'en finir avec le « racisme anti-blanc » Parler de « racisme anti-blanc » c’est confondre ce qui relève des émotions, de la colère et ce qui a trait aux discriminations.

De l'urgence d'en finir avec le « racisme anti-blanc »

En d’autres termes, c’est confondre les relations interpersonnelles et les rapports sociaux [1]. Ainsi, si Fatima, Mohammed, ou Fatou traitent Marie et Louis de « sales français » (relation interpersonnelle), le désagrément certain que constitue l’insulte sera mis sur le même plan que le fait que Fatima, Mohammed et Fatou risquent de voir leur CV refoulés en raison de leur couleur de peau, celle-ci signifiant une origine « autre », qu’elle soit réelle ou supposée (rapport social).

Blanc privilège

"C'est toute l'atmosphère de Trappes qui nous donne des envies de révolution" RokhayaDiallo : Ça devient grave RT “@flnm93:... Le jeu dangereux de Caroline Fourest avec «les radicaux de l’islam» Le piège identitaire. Le dernier livre de Michel Agier nous parle de notre monde et de sa complexité. Il nous fait voyager du monde des migrants échoués à Patras (Grèce) ou morts dans un camion en passant une frontière à la Vila Flaviana de Salvador de Bahia (Brésil), de la maison des initiés dans la société baruya en Nouvelle-Guinée à la Tunda, monstre urbain des quartiers d’Agua Blanca à Cali (Colombie). Mais, s’il nous y conduit, c’est d’abord pour mieux nous parler de nous et des perplexités sociales et politiques que nous avons tôt fait de qualifier « d’urbaines ». Privilège de l’anthropologue : sa proximité avec des situations lointaines le met, plus que d’autres, en capacité de désigner l’étrangeté de ce qui nous est si proche.

La réflexion qu’il nous propose est difficile. Elle est néanmoins salutaire. Eric Fassin : « Manuel Valls valide les thèses de la droite » En invoquant la différence culturelle des Roms, le ministre de l’Intérieur a franchi un cap. Xénophobie d’Etat ? Entretien avec le sociologue Eric Fassin. Regards.fr. En déclarant récemment que les Roms « ne souhaitent pas s’intégrer », notamment « pour des raisons culturelles », Manuel Valls a-t-il franchi un cap ? « Un juste retour de bâton ». Entretien avec Houria Bouteldja et Sadri Khiari. La discrimination négative. Stigmatisation et discrimination des banlieues. « La discrimination négative » le dernier ouvrage de Robert Castel : à lire absolument.

Le racisme anti-blanc n’existe pas. La Condition noire (Pap Ndiaye) Le racisme antiblanc expliqué à mes potes. « Racisme anti-Blancs » : mise en cause, Houria Bouteldja répond. Bouamama, en examen pour racisme anti-blanc. Réflexions Par Alexandre Lenoir | 08H50 | 17 octobre 2012. Racisme antiblancs : spectre de l’anti-France et grande confusion. Domota trouve ça un peu fort. Sartre et le « racisme antiraciste » Le débat sur le racisme anti-Blancs continue de plus belle. Jean-François Copé tente d’utiliser ce thème pour se faire élire président de l’Union pour un mouvement populaire (UMP). Cette offensive, largement reprise à droite et à l’extrême droite, peu combattue à gauche, tente de mettre un signe d’égalité entre toutes les formes de rejet de l’autre.

Mavis Staples "Eyes On The Prize". MALCOLM X: "I Am Not a Racist" (May 21, 1964)