background preloader

Nouvelles technologies, externalisation, participation

Facebook Twitter

Externalisation ouverte + democratie, démocratie 2.0, plate-forme, démocratie numérique, gouvernance, open data…

Vouloir un web coopératif. Par Daniel Kaplan le 27/06/08 | 17 commentaires | 17,522 lectures | Impression En 2006, Time Magazine nous nommait, nous tous, “personnes de l’année“.

Vouloir un web coopératif

L’explosion des blogs, des plates-formes de partage d’images, des réseaux sociaux, donnait le sentiment d’une prise d’assaut de l’univers médiatique par son propre public. Mais en page intérieure du numéro de l’année suivante, l’hebdomadaire reproduisait presque la même couverture, avec un autre titre : “Personne de l’année : Eux“, eux les médias, les puissants, les influents. Que s’est-il passé d’une année sur l’autre ? MySpace est devenu un système pour vendre de la musique. Oui : la prise de conscience que le web “massivement relationnel” ne transforme pas à lui tout seul la vie démocratique, ni les médias. Portabilité, propriété La discussion sur la “portabilité” des profils associés aux réseaux sociaux est sans doute la plus symbolique du moment. Salle de presse - Conseil de l'Europe.

Conseil de l'Europe Le Conseil de l’Europe préconise la créativité en ligne pour enrayer la baisse de la participation politique Le rapport invite la société civile à tirer parti de l’externalisation ouverte, le financement participatif et les campagnes virales sur les réseaux sociaux Strasbourg, 18.11.2013 – Les réseaux sociaux, les blogs et les médias en ligne offrent aux citoyens des possibilités sans précédent d’accès direct à la vie publique.

Salle de presse - Conseil de l'Europe

Internet est-il en train de révolutionner notre conception de la démocratie ? Une nouvelle étude réalisée pour le Conseil de l’Europe invite les gouvernements et la société civile à tirer pleinement parti du web en tant qu’outil de démocratie participative. Externalisation ouverte et pérennité. Lebraty (2007) définit le concept de CS de la manière suivante : « Le crowdsourcing signifie l’externalisation par une organisation, via un site web, d’une activité auprès d’un grand nombre d’individus dont l’identité est le plus souvent anonyme. » Reprenons alors cette définition et détaillons ses principaux termes.

Externalisation ouverte et pérennité

Externalisation: l’externalisation est devenue un mode de gouvernance majeur des activités d’une organisation. Agile Démocratie: Externalisation ouverte de l'élaboration des lois: la Démocratie Agile a percé en 2013. La Démocratie Agile a fait ses premiers pas en Europe cette année.

Agile Démocratie: Externalisation ouverte de l'élaboration des lois: la Démocratie Agile a percé en 2013

Elle ne dit pas son nom, mais vous reconnaîtrez sans peine ses caractéristiques, ainsi que les limites des initiatives présentées en vous servant du Manifeste pour le Développement Agile de la Démocratie comme repère. Commençons par deux modèles d'utilisation du "crowdsourcing" (externalisation ouverte) dans le cadre de l'élaboration des lois en Finlande. Sur la plateforme d'Open Ministry, les citoyens proposent des pétitions en ligne. En vertu de la loi sur les initiatives citoyennes, les pétitions qui recueillent 50 000 signatures dans un délai de six mois doivent être examinées au Parlement.

Outre la collecte de signatures, Open Ministry rédige les projets de loi issus des pétitions avec l'assistance de juristes et d'autres experts bénévoles. Qu’est-ce que le web 2.0. The Generative Internet by Jonathan Zittrain. Harvard Law School and Kennedy School; Harvard School of Engineering and Applied Sciences; Berkman Center for Internet & Society Harvard Law Review, Vol. 119, p. 1974, May 2006 Oxford Legal Studies Research Paper No. 28/2006 Berkman Center Research Publication No. 2006/1.

The Generative Internet by Jonathan Zittrain

KmProject - Les 7 principes du web 2.0. Outils du Web 2.0. PDF version Le Web 2.0 est une évolution du Web vers plus de simplicité (ne nécessitant pas de connaissances techniques) et d'interactivité (permettant à chacun de contribuer sous différentes formes).

Outils du Web 2.0

Les internautes contribuent à l'échange d'informations et peuvent interagir (partager, échanger, etc.) de façon simple, à la fois avec le contenu et la structure des pages, mais aussi entre eux, créant ainsi notamment le Web social[2]. L'internaute devient, grâce aux outils mis à sa disposition, une personne active sur la toile. (source (consulté le 30/03/2011)) Plate-forme (informatique) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Plate-forme (informatique)

Une plate-forme est en informatique une base de travail à partir de laquelle on peut écrire, lire, développer et utiliser un ensemble de logiciels. Qu'est-ce qu'une plateforme. Les plateformes nuagiques ou « cloud computing » Eutech SSII. Une plateforme gagne contre une application à tous les coups A chaque confrontation passée, Microsoft a joué la carte de la plateforme avec succès, en l'emportant même face aux applications les mieux implantées.

Eutech SSII

Ainsi, Windows a permis à Microsoft de remplacer Lotus 1-2-3 par Excel, WordPerfect par Word, et le navigateur Netscape par Internet Explorer. Du gouvernement comme plate-forme… ou l’inverse. Par Hubert Guillaud le 24/06/10 | 8 commentaires | 1,659 lectures | Impression Le web 2.0, dès sa définition par Tim O’Reilly, était qualifié de plate-forme pour les usagers et les usages.

Du gouvernement comme plate-forme… ou l’inverse

Depuis, l’image a fait florès. What Does Government 2.0 Look Like? Un gouvernement 2.0 pour demain? Le dilemme est revenu à quelques reprises dans les commentaires émis lors de la table ronde du récent congrès Webcom Montréal, consacré au «Gouvernement 2.0».

Un gouvernement 2.0 pour demain?

L’enthousiasme des participants face aux idées qui surgissent dans plusieurs pays pour rapprocher le gouvernement de ses citoyens «branchés» était palpable, mais comme l’a fait remarquer l’animateur de la table ronde, Marc Snyder, certains des mordus québécois de technologie font la promotion d’un gouvernement ouvert depuis plus de 10 ans. Le gouvernement 2.0 débarque en France. Que l’Europe ait décidé à l’unanimité, à Manchester, la Haye, Lisbonne ou dans son programme i2010 d’être le référent mondial en matière de démocratie est un engagement que nous soutenons avec enthousiasme. Que les plans européens et surtout français en matière de démocratie soient moins ambitieux que les plans anglais – Smarter government, etats-uniens Open Government Directive, ou australiens Engage et que le terme de gouvernement 2.0 n’existe pas encore dans les pages françaises de Wikipedia est un constat qui génère beaucoup moins d’enthousiasme.

Les médias sociaux peuvent contribuer à la gouvernance démocratique. Creative Commons. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Creative Commons (CC) est une organisation à but non lucratif dont le but est de proposer une solution alternative légale aux personnes souhaitant libérer leurs œuvres des droits de propriété intellectuelle standard de leur pays, jugés trop restrictifs[1]. L’organisation a créé plusieurs licences, connues sous le nom de licences Creative Commons. Ces licences, selon leur choix, donnent aucun ou seulement quelques droits aux travaux. Creative Commons France. [Infographie] 10 ans de Creative Commons. Cette semaine, Creative Commons fête ses dix ans dans le monde entier. Une décennie d'alternative à une vision maximaliste de la propriété intellectuelle qui a su conquérir le grand public.

Owni, un des rares médias en CC en France, vous retrace cette histoire en une infographie interactive. Des early adopters aux géants du web, Owni vous retrace en une infographie 10 ans d’histoire de Creative Commons : ou comment un pari que d’aucuns jugeait pascalien a été remporté haut la main : proposer une alternative légale assouplissant la propriété intellectuelle pour favoriser le partage à l’heure du numérique.