background preloader

Linked Data

Facebook Twitter

Web des données. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Web des données (Linked Data, en anglais) est une initiative du W3C (Consortium World Wide Web) visant à favoriser la publication de données structurées sur le Web, non pas sous la forme de silos de données isolés les uns des autres, mais en les reliant entre elles pour constituer un réseau global d'informations. Il s'appuie sur les standards du Web, tels que HTTP et URI - mais plutôt qu'utiliser ces standards uniquement pour faciliter la navigation par les êtres humains, le Web des données les étend pour partager l'information également entre machines. Cela permet d'interroger automatiquement les données, quels que soient leurs lieux de stockage, et sans avoir à les dupliquer[1]. Tim Berners-Lee, directeur du W3C, a inventé et défini le terme Linked Data et son synonyme Web of Data au sein d'un ouvrage portant sur l'avenir du Web sémantique[2]. Principes[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code]

AFNOR/BnF 2011. Principaux standards du Web Sémantique : les vocabulaires RDF. Lorsqu'on exprime des données en RDF, il est préférable d'utiliser autant que possible des classes et des propriétés déjà définies dans des vocabulaires existants. En RDF, les ressources appartiennent généralement à des classes qui les regroupent par types (documents, concepts, personnes, etc.) . Elles sont qualifiées grâce à des propriétés (prédicats) qui définissent un aspect, une caractéristique, un attribut, ou une relation spécifique de ces ressources . Les classes et les propriétés sont décrites dans des vocabulaires RDF qui permettent ensuite aux machines de les comprendre et de les exploiter.

Ces vocabulaires affectent des URI à chaque classe et chaque propriété qu'ils définissent. RDFS (RDF Schema) et OWL (Web Ontology Language) RDFS (RDF Schema) et OWL (Web Ontology Language ) sont deux vocabulaires RDF qui permettent de définir d'autres vocabulaires, c'est-à-dire de définir des classes, des propriétés, des hiérarchies de classes et de propriétés, et leurs comportements. Modèles FRBR, FRAD et FRSAD. FRBR, FRAD et FRSAD sont trois modèles conceptuels élaborés et approuvés par l'IFLA en 1997, 2009 et 2010 qui couvrent respectivement les données bibliographiques et d'exemplaires, les données d'autorité et la relation de sujet.

Description du modèle FRBR Le modèle FRBR (Functional Requirements for Bibliographic Records / Fonctionnalités requises des notices bibliographiques) est un modèle conceptuel de données bibliographiques élaboré par un groupe d’experts de l’IFLA de 1992 à 1997. Il a été officiellement approuvé par le Comité permanent de la Section de catalogage de l’IFLA le 5 septembre 1997, et le rapport final du groupe d’experts a été publié dès l’année suivante aux éditions Saur. Ce modèle analyse la notice catalographique comme un ensemble d'informations portant sur quatre aspects distincts du document décrit : Extension du modèle FRBR aux données d'autorité : FRAD Extension du modèle FRBR à la notion de sujet : FRSAD Reformalisation du modèle FRBR. Web sémantique, Web de données : présentation. On désigne généralement par le terme de Web sémantique un ensemble de technologies développé par le W3C (l'un des principaux organismes de normalisation du Web) visant à faciliter l'exploitation des données structurées, notamment en permettant leur interprétation par des machines.

Le Web de données (Linked Data en anglais) combine les technologies du Web sémantique avec les principes fondamentaux du Web (protocole HTTP, identifiants URI), avec pour objectif la construction d'un réseau d'informations structurées, disponibles en ligne et facilement réutilisables dans de nombreux contextes. Le Web sémantique Le terme de Web sémantique a été proposé par Tim Berners Lee en 2001 (« The Semantic Web », Scientific American Magazine , May 17, 2001) pour désigner une évolution du Web qui permettrait aux données disponibles (contenus, liens) d’être plus facilement utilisables et interprétables automatiquement, par des agents logiciels .

Le Web de données Autres ressources majeures : Évolution des catalogues : applications pour les bibliothèques. On désigne généralement par le terme de Web sémantique un ensemble de technologies développé par le W3C (l'un des principaux organismes de normalisation du Web) visant à faciliter l'exploitation des données structurées, notamment en permettant leur interprétation par des machines.

Le Web de données (Linked Data en anglais) combine les technologies du Web sémantique avec les principes fondamentaux du Web (protocole HTTP, identifiants URI), avec pour objectif la construction d'un réseau d'informations structurées, disponibles en ligne et facilement réutilisables dans de nombreux contextes. Le Web sémantique et les bibliothèques Dans la mesure où les technologies du Web sémantique s'adressent aux personnes ou aux organisations intéressées par la publication de données structurées sur le Web, les bibliothèques ont toujours eu vocation à s'intéresser à leur utilisation.

Faire évoluer les catalogues SKOS et Dublin Core OAI- ORE , un standard de description des objets numériques. Le Web de données à la BnF : data.bnf.fr. Métadonnées: une initiation - Dublin Core, IPTC, EXIF, RDF, XMP. Par Patrick Peccatte Soft Experience www.softexperience.com Cette page a pour but d'orienter le lecteur abordant le domaine des métadonnées dans le dédale des concepts, des recommandations et des initiatives qui ont trait à ce sujet. Nous y présentons plusieurs techniques fondamentales relatives aux métadonnées (Dublin Core, RDF, XMP), en développant plus particulièrement celles qui sont appliquées aux images (IPTC et IPTC Core, Exif, Geocodage, DIG35, JPX) et à la presse (PRISM, NewsML, NITF).

Sommaire Le lecteur exclusivement intéressé par les métadonnées relatives aux images peut lire uniquement les sections suivantes: Métadonnées , Métadonnées informatiques , Où sont les métadonnées ? , IPTC , Exif , Geocodage, JPEG2000 et JPX , IPTC Core, Les propriétés des images selon Microsoft Les métadonnées Une métadonnée est littéralement une donnée sur une donnée. La description et la recherche de ressourcesla gestion de collections de ressources la préservation des ressources cf. NewsML. Web Sémantique:RDF. Spécification du modèle et la syntaxe du cadre de description des ressources (Resource Description Framework ou RDF) REC-rdf-syntax-19990222 Recommandation du W3C 22 février 1999 Cette version : Dernière version : Editeurs : Ora Lassila <ora.lassila@research.nokia.com> , Nokia Research Center Ralph R.

Statut du document Droit de copie © 1997,1998,1999 W3C (MIT, INRIA, Keio ), Tous droits réservés. Statut de ce document Ce document a été examiné par les membres du W3C et autres groupes intéressés et a été approuvés par le directeur comme une recommandation du W3C. La liste des erreurs connues dans cette spécification est disponible à Les commentaires sur cette spécification doivent être envoyés à www-rdf-comments@w3.org. Sommaire 1. Le World Wide Web a été conçu à l'origine pour la compréhension humaine, et bien que tout ce qui y réside est lisible par une machine, ces données ne sont pas compréhensibles par une machine. 2. 2.1. 2.1.1. 2.2. <?

<? <? <? 2.2.2. 2.2.3. 2.3. 3. Introduction à RDF. RDF est un modèle, associé à une syntaxe, dont le but est de permettre à une communauté d’utilisateurs de partager les mêmes méta données pour des ressources partagées. Nous allons décrire dans cette section le modèle et la syntaxe de RDF, ainsi que le schéma de RDF, RDFS, qui définissent RDF. Philippe Lahaye, Extrait de "Les systèmes de gestion de contenu : description, classification et évaluation" ( 15 octobre 2004 Table des matières Resource Description Framework (RDF) Introduction Modèle et syntaxe RDF Eléments de base Précisions sur les ressources, les propriétés et leurs valeurs : raffinements.

Récapitulation Schémas RDF Déclaration d’une propriété dans un schéma RDFS Restriction du domaine de valeur des propriétés Restriction du domaine d’application des propriétés Déclaration d’une classe de ressource Exemple d’utilisation du schéma RDFS issu des exemples de cette section Annexes Introduction Eléments de base <? RDF pour les nuls. Préambule du 27 août 2007 : à la suite d'un bon billet de David sur RDF, je voulais ajouter en commentaire la référence vers ce billet que j'avais écrit le 8 septembre 2006 ; je me suis alors aperçu qu'il n'avait pas été récupéré lors de l'import de mon ancien blog.

Comme j'avais un peu la flemme de rechercher dans mes archives persos, mon sauveur se nomme Internet Archive dont le crawler salutaire avait indexé cette page. Qu'il en soit remercié. Le voici donc republié en l'état, en espérant que les commentateurs de l'époque m'excuseront le fait que je ne récupère pas leur prose ;-). Pour vous faire apprécier pleinement toute la substantifique moelle du prochain billet, je me suis dit qu'il serait peut-être utile de réexpliquer le principe général de RDF1. Je voulais rassembler toute cela en un billet, mais ça faisait un peu long, alors j'ai séparé les choses. RDF n'est pas un langage de programmation, ni même un langage à balises permettant de structurer une information. Frad_2009-fr.

Frbr_rapport_final. Dublin Core Element Set, Version 1.1 / Définition en français.