background preloader

Le livre 2.0

Facebook Twitter

L'Apprimerie : “aller plus loin” en couplant livre papier et ebook interactif. L’Apprimerie est, à l’origine, spécialisé dans la conception et la fabrication de livre interactif.

L'Apprimerie : “aller plus loin” en couplant livre papier et ebook interactif

Pour quelles raisons passez-vous au livre papier ? Julie Guilleminot : Dès l’origine de L’Apprimerie, nous souhaitions garder le lien entre le papier et le numérique. Nous l’avons d’abord imaginé sous l’angle de la diffusion, avec la création des Cartes à lire, qui permettent d’offrir des livres numériques interactifs par l’intermédiaire d’un objet papeterie. Nous avons rapidement eu envie d’aller plus loin, en imaginant une offre couplée et complémentaire entre livre papier et livre numérique interactif. La collection de La Chouette du cinéma, en coédition avec Les Films du Nord, a été pour nous une formidable opportunité pour éprouver cette idée. Littérature jeunesse et numérique. Dossier réalisé pour Savoirs CDI par le CRDP de l'académie de Nice.

Littérature jeunesse et numérique

Qui veut la peau du livre numérique ? - Tech. L’ebook va mourir !

Qui veut la peau du livre numérique ? - Tech

Mais si, vous l’avez lu un peu partout dans la presse il y a quelques semaines. Les études le prouvent : le marché du livre numérique serait au point mort quand le livre papier reviendrait en force. Pour certains, l’affaire est pliée, le bon vieux bouquin a gagné et la technologie a perdu. Enfin ça, c’est ce que certains aimeraient croire. Sans doute un peu parce que ça les arrange. En septembre dernier, l’association des éditeurs américains balançait une étude incendiaire pour l’e-book. Les métiers du livre face au numérique.

Pour sa 3e édition, la Biennale du numérique, organisée par l'Enssib, était consacrée aux transformations que le numérique fait subir aux métiers et à l'organisation du travail des différents acteurs de la chaîne du livre 1.

Les métiers du livre face au numérique

Le succès était plus que jamais au rendez-vous avec une salle comble de 180 participants, convaincus que c'est bien du débat interprofessionnel que naîtra la nécessaire définition des adaptations à mettre en oeuvre pour répondre aux enjeux posés par le numérique dans nos métiers. L'intérêt d'associer des chercheurs à cette réflexion a été souligné.

Or, la prise en compte du numérique dans les politiques publiques du ministère s'est faite en plusieurs étapes : des premières campagnes de numérisation ciblée dans les années 1990, aux dispositifs de soutien à la numérisation de masse au milieu des années 2000, avec un objectif d'autonomie stratégique pour relever le défi lancé par Google Books. Des librairies de plus en plus connectées La désintermédiation en question. SensCritique et Babelio : comment la lecture sociale évolue-t-elle. Engagées depuis quelques années sur le web, Babelio et SensCritique sont deux start-up dynamiques.

SensCritique et Babelio : comment la lecture sociale évolue-t-elle

La première est exclusivement dédiée aux livres, tandis que la seconde met en avant plusieurs univers culturels (livres, cinéma, séries TV, musique, jeux vidéo). Ces plateformes agrègent des avis et des évaluations, mettent les internautes en relation et proposent des moteurs de recommandation automatisée qui suggèrent des idées d’œuvres à partir de l’identification des préférences.

Co-fondateur de Babelio en 2007, Pierre Fremaux travaille sur l'évaluation des projets de recherche et sur les interfaces homme-machine, tandis que Guillaume Boutin, co-fondateur de SensCritique en 2011, est responsable de la monétisation et des partenariats. Tous deux nous expliquent le fonctionnement de ces réseaux sociaux de lecteurs. Quelle influence exerce votre réseau social sur la trajectoire d’une œuvre ? Comment les avis des internautes sont-ils distribués sur votre réseau ? Qu'est-ce que la lecture sociale. Hier « lecture 2.0 », aujourd’hui « lecture sociale » (et ses variantes : « livre 2.0 », « livre social », etc.) : la « lecture sociale » semble suivre les évolutions sémantiques du « web 2.0 », devenu « web social ».

Qu'est-ce que la lecture sociale

Trop chargées idéologiquement, trop flottantes, ces expressions doivent néanmoins être prises au sérieux. Elles sont en effet au croisement de mondes sociaux (monde des institutions, monde des entreprises, etc.) qui parviennent à se réunir et à se comprendre, malgré les différences qu’ils attachent aux significations de ces expressions. Si le chercheur doit se montrer critique face à leur mobilisation, qui peut être le signe d’une pénétration de discours d’accompagnement, il peut aussi y trouver un ressort méthodologique.

C’est ainsi moins à la définition de ces expressions que l’on s’attachera qu’aux discours qui les légitiment, qu’aux lieux où ils s’épanouissent et aux acteurs qui les crédibilisent. La recommandation est à ce titre exemplaire. . [4] . [12]. Les métiers du livre face au numérique. Aujourd’hui, « le numérique modifie tous les aspects de la chaîne de l’imprimé et remet en perspective le métier de tous ceux qui y travaillent (…).

Les métiers du livre face au numérique

Tous ces acteurs sont fidèles au livre physique mais doivent dorénavant diversifier leurs rôles et leurs offres »[1]. De fait, les bibliothécaires font face à un bouleversement des écosystèmes documentaires qui voient notamment émerger des bibliothèques « numériques » et de nouvelles pratiques quotidiennes (écrire un blog, gérer sa page Facebook, son fil Twitter…). Les libraires sont quant à eux confrontés à de multiples missions nouvelles (gestion d’une communauté virtuelle, formats multiples, mise en concurrence renforcée…) et à la reconfiguration de leurs modèles économiques.

Enfin, l’autoédition et l’édition (numérique) indépendante s’imposent de plus en plus sur le web, les « nouvelles écritures » changent simultanément la pratique de l’écriture et le statut d’auteur (via des phénomènes de « co-création »). Le livre, partagé entre papier et numérique. Le livre numérique multiplie les possibilités d’innovations en matière de consommation : « achat à l’unité, abonnement à des sites, à des collections ou selon des thématiques, lecture seule, offre multiformat avec téléchargement, offre limitée au format de l’appareil, location, acquisition d’extraits (…), achat pérenne ou simplement lié à un nombre limité de téléchargements, streaming (…), financement par la publicité ou par un tiers ».

Le livre, partagé entre papier et numérique

Au-delà de ces modes de consommation aussi nombreux que variés, le numérique rend également possible le piratage, qui se porte surtout vers les best-sellers, la littérature de genre (SF, fantastique, fantasy), les livres pratiques et de sciences et techniques. Dans ce contexte, quelles sont les stratégies adoptées dans le secteur de l’édition pour proposer une offre numérique ? [6], grâce auxquels des internautes peuvent s’associer pour financer divers projets.