background preloader

Actu numérique

Facebook Twitter

Vers La richesse des réseaux. Les Presses universitaires de Lyon viennent de faire paraître la traduction française de La Richesse des réseaux de Yochaï Benkler, ce spécialiste des sciences politiques, professeur à la Harvard University, codirecteur du Centre Berkman pour l’internet et la société. Nous vous proposons à cette occasion de découvrir cet ouvrage, qui fait déjà figure de classique, en publiant sa longue introduction qui à l’avantage de donner un réel aperçu des modalités de l’argumentation de Yochaï Benkler… Pour lui, l’enjeu de la société de l’information repose tout entier sur la transformation du mode de production de l’information, de la communication et de la connaissance.

L’émergence de l’économie de l’information en réseau nous permet de faire davantage “pour et par nous-mêmes”. Elle réorganise en profondeur l’espace public et vient contrarier l’hégémonie de la production marchande et propriétaire que nous connaissions dans la sphère de la production du savoir, de l’information et de la culture. JDN : web & tech, media, management, business, patrimoine, vidéos, Premium et Le Hub.

The Verge. MIT Technology Review. Rémy Rieffel: Internet et la culture, une vraie révolution? Comment le web redéfinit la notion de vie privée. Quelle conception de la vie privée les géants du web imposent-ils ? Antonio A. CASILLI : On a souvent tendance à considérer les entreprises du secteur du numérique comme de simples acteurs économiques et technologiques qui introduisent des innovations et qui, par leur créativité, apportent des solutions à des problèmes existants. Or, il se trouve qu’elles sont aussi porteuses d’un ensemble de normes. Des injonctions, des formes prescriptives dont la nature est en même temps sociale et technologique. Par cela je ne veux pas dire qu’elles véhiculent un ensemble homogène de valeurs. Elles affichent des postures distinctes, quant à leur positionnement social, économique, politique. Mais, parmi elles, certaines grandes plateformes s’imposent, et imposent leur vision du monde.

Quelles sont ces normes et pourquoi ont-elles un impact sur la vie privée, la privacy ? Antonio A. D’autres ont plutôt voulu esquisser une analyse historique. Antonio A. Antonio A. Antonio A. Antonio A. Antonio A. Nouvelles technologies - Le documentaire est en mutation. Les qualificatifs ne manquent pas lorsque vient le temps de décrire la route à prendre pour l'industrie du documentaire: nébuleuse, floue, jalonnée de sables mouvants, etc.

L'incertitude semble être la seule certitude. Bousculés par de nouvelles technologies qui imposent une redéfinition des paramètres de production et de distribution des oeuvres, les artisans tentent de s'adapter et d'évoluer, le plus souvent à tâtons, mais toujours avec conviction. «Après quinze ans de production, l'industrie du documentaire arrive à la fin d'un cycle, celui de la télévision. Nous en sommes à une croisée des chemins», soutient Monique Simard, directrice générale du Programme français de l'ONF. Finis les temps fastes des heures de gloire de la télévision câblée, où la demande de documentaires, stimulée par l'appétit vorace des chaî-nes spécialisées, excédait l'offre. Documentaire participatif Car rien n'est encore définitif, de l'aveu d'Hugues Sweeney: «Nous sommes en phase exploratoire.

Site complet. Jeux vidéo, la fin des clichés ? 52% des joueurs sont en fait des joueuses. Une étude publiée par le Internet Advertising Bureau révèle que 52% des gamers sont des femmes. Cela peut paraître surprenant, pourtant, les femmes ont toujours joué aux jeux vidéo et représentaient déjà 49% des joueurs en 2011. Malgré tout, les stéréotypes ont la dent dure et l’industrie du jeu reste largement sous domination masculine. La hiérarchie des genres Quand on dit jeu vidéo, on pense immédiatement à des adolescents jouant dans des univers où se mêlent machisme, guerre et cavales.

Pourtant, les jeux les plus populaires sont ceux disponibles sur smartphones et ils sont bien loin des images de combats et de courses-poursuites. Le problème, c'est que les jeux mobiles et sociaux plébiscités en masse par les femmes sont considérés comme moins nobles par la communauté des gamers. Ces dernières années, la gamme des jeux s’est considérablement diversifiée et offre une variété d’expériences bien plus large que celle proposée par les blockbusters. Mais le sexisme ne s'arrête pas là. RSLN | Accueil.

Usbek & Rica | Explore le futur. Illusions perdues et utopies déçues du numérique. « Gouvernements du monde industriel, vous géants fatigués de chair et d’acier, je viens du Cyberespace, le nouveau domicile de l’esprit. Au nom du futur, je vous demande à vous du passé de nous laisser tranquilles. (…) Nous sommes en train de créer un monde où tous peuvent entrer sans privilège (…), un monde où n’importe qui, n’importe où, peut exprimer ses croyances, aussi singulières qu’elles soient, sans peur d’être réduit au silence ou à la conformité ».

Depuis la déclaration d'indépendance du cyberespace en 1996, l’utopie numérique n’avait jamais connu la crise. La magie de la technologie nourrissait au quotidien les rêves d’une société meilleure, et cet imaginaire guidait en particulier la foule, immense, de ceux qui inventent les nouveaux usages de nos technologies. Mais en 2014, les idéalistes ont le cœur lourd. « Il y a cinq ans, je suis venue ici pour parler de la façon dont Wikipédia allait transformer le monde. 1. 2.

A cet argument, Dominique Cardon réserve deux critiques. Le web 3.0, c'est pour quand ? ANTISECHE - On l'imagine beau et intelligent, sachant tout de nous et capable de prévoir nos moindres désirs. Le web 3.0 serait aux données ce que le 2.0 était à nos amis et à notre vie sociale.

Mais pour que la chimère devienne réalité, il faut que les développeurs avancent pas à pas, en pragmatiques et sachent raison garder : c'est ce que nous a expliqué Robin Berjon, le consultant en standards web et frenchie au W3C que nous vous avions déjà présenté. Petit point sur la situation. RSLN : on dit que le web 3.0 sera "sémantique". Qu'est-ce que ça veut dire exactement ? Robin Berjon : L'idée de base du web sémantique, c'est de mettre en réseau des données qui soient traitables de façon automatique par des ordinateurs. Actuellement le contenu des pages web est orienté vers l'utilisateur, il est fait pour les humains, avec des éléments ergonomiques qui ne sont pas facilement traitables par des machines.

Automatiser tout cela, c'est fabriquer un web de données. Oui. WIRED.