background preloader

Darwinisme social, Dettes et inégalités !

Facebook Twitter

Darwinisme social et néolibéralisme

Défaire méthodiquement le programme du Conseil National de la Résistance. « Défaire méthodiquement le programme du Conseil National de la Résistance » C’est sous ce titre que Denis Kessler, ancien n°2 et idéologue du MEDEF (au côté d’Ernest-Antoine Seillières) de 1994 à 1998, écrivait il y a quelques jours dans un éditorial du journal Challenge (04/10/2007) : « Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. [...]

Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s’y emploie. Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d’importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme… A y regarder de plus près, on constate qu’il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Insupportable pour Monsieur Kessler et ses amis. « Face à la dimension criminelle de la crise, les élites sont aveugles, incompétentes ou complices.

Basta ! : Vous analysez les crises financières au prisme de la criminologie. Pour vous, la crise de 2008 est-elle due à des comportements criminels ? Jean-François Gayraud [1] : Le nouveau capitalisme qui se développe depuis les années 80 comporte des incitations et des opportunités à la fraude d’une ampleur inédite. L’alliance entre la financiarisation, la dérégulation et une mondialisation excessives forme un cocktail explosif. La criminalité est l’angle mort de la pensée économique, un impensé radical, et ce depuis le 18ème siècle. Il ne s’agit pas d’être « mono-causal » et de tomber dans la théorie du complot.

Avons-nous avancé depuis la crise de 2008, pour éviter de nouvelles crises ? Entre 2008 et 2012, nous avons connu une révolution, dans le sens astronomique du terme : nous sommes revenus au point de départ ! Comment l’expliquez-vous ? Il y a un problème de déni et d’aveuglement. D’où vient cette situation ? C’est la question centrale. Oui. Est-ce mieux en Europe ? @AgnesRousseaux. Comprendre la politique étrangère américaine pour s’y opposer… pour le bien de tous! Par Bruno Bertez (1ère Partie) Vous vous intéressez à l’économie, puisque vous donnez votre avis. Nous vous proposons des articles qui décryptent ce gigantesque labyrinthe, où tout s’imbrique, se dilue, se recompose en fonction des intérêts du moment. Vous avez pu apprécier la vision sans concession de Charles Sannat, vous ferez de même avec celle de Bruno Bertez, alias Lupus et ses compères.

Si comme beaucoup, vous êtes atteint par le virus du « savoir pour comprendre », ne vous privez pas de le propager. Le virus Lupus, est un virus salutaire pour tous. Nous constatons avec effroi que nos plus tristes prédictions sont en voie de se réaliser. La crise, mal traitée conduit aux affrontements. Ceux qui sont montés dans l’échelle mondiale ne l’ont fait que parce que les USA ont choisi le laxisme depuis le début des années 70. Le mode de vie de la vraie classe moyenne est désormais réservé aux 20% les plus riches. Le mode de vie de la vraie classe moyenne est désormais réservé aux 20% les plus riches « La vérité est douloureusement évidente. Seuls les 20% de gens les mieux payés peuvent s’offrir un style de vie de classe moyenne », écrit Charles Hugh Smith sur son blog.

Les autres ne peuvent simplement pas se le permettre, ou ils ont besoin de l’aide de l’Etat pour maintenir leur train de vie. Que la classe moyenne serait accessible à tous les foyers dans lesquels deux membres de la famille perçoivent des revenus, avec un patrimoine en hausse, c’est-à-dire la version des gouvernements, n’est plus vrai. Ce que ces seuils impliquent, c’est que s’invoquer des statuts ou une consommation illusoires ne suffisent plus pour se réclamer de la classe moyenne. La « vraie » classe moyenne se soucie de l’avenir de ses enfants et elle se concentre sur les questions de transmission de ses ressources à la prochaine génération plutôt que « sauver les apparences » en consommant à crédit.

Like this: Salaire moyen 2011 par métier et par ville, département ou région, grille de salaire net brut, retraite des français. Etes-vous riche ou pauvre ? En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de réaliser des mesures d’audience.ContinuerDésactiver les cookies Qui sommes-nous ? | Nos partenaires | Nos publications | Nos formations | Nous soutenir | Contacts | Newsletter Focus Sans vous, l’Observatoire des inégalités n’existe pas. Votre soutien compte. Outil Salaire Notre méthode : voir Où vous situez-vous sur l'échelle des salaires ? © Observatoire des inégalités | Source Insee | Infographie 1delebil.com | Développement Moduloo.net Rechercher sur le site Présentation Thémes Comprendre Nos sites Internet.

De la DETTE... odieuse ! ♚ Crédit Lyonnais | Les Inconnus. "Gardez Vous de L'Essor et de la Chute" un Hymne Rap - Hayek Contre Keynes. « La croissance n’est pas la solution, c’est le problème » Jean Gadrey est économiste et membre en 2008-2009 de la « Commission Stiglitz ». On nous dit que, sans croissance, c’est la régression sociale, on ne peut pas réduire les dettes, ni le chômage, ni la pauvreté, et l’on n’aura pas les moyens d’engager la transition écologique. Pourtant, je propose de dire « Adieu à la croissance », qui est le titre de mon livre (voir les bonnes feuilles sur le site d’Alternatives économiques). Il serait temps que les économistes, s’ils veulent être « responsables », prennent en compte les risques écologiques et qu’ils se posent les questions suivantes : et si ce culte de la croissance relevait d’un aveuglement des élites économiques et politiques ?

Et si la quête de la croissance, fondée sur des gains de productivité sans fin, était l’un des facteurs de crises, voire la plus grave des menaces à terme pour l’humanité ? Et si, quoi que l’on fasse, la croissance ne revenait jamais dans les pays « riches » ? Ces hypothèses sont de plus en plus crédibles. PIB : l'arnaque ! Croissance, chômage, précarité... Pourquoi ne pas dire la vérité ? INÉGALITÉS factuelles ! Les ultras-riches et moins de 1% Inégalités, ultra-riches, GROS PATRONS* Les paradis fiscaux, piliers du capitalisme. Monnaie-Dette, banques, corporations et paradis fiscaux. Système / Economie. Transparence Corruption & Notation. Riches / Pauvres : le débat. Le trading haute fréquence : « Un choix idéologique et politique »

Basta ! : Le trading haute fréquence, c’est quoi ? Gérard Paul [1] : Le trading haute fréquence (THF) consiste en l’exécution à grande vitesse de transactions financières pilotées par des algorithmes, dit le dictionnaire. Il s’agit d’une modalité du trading automatique. Les opérateurs de marché virtuels peuvent exécuter des opérations sur les marchés boursiers à l’échelle de la microseconde (0,000001 seconde). La vitesse de transaction du THF était encore de 20 millisecondes à la fin de la décennie 2010.

Elle est passée à 113 microsecondes en 2011 (une vitesse 181 fois supérieure, ndlr). A partir de ces moyens techniques, les opérateurs de THF mettent en œuvre des tactiques de trading. L’informatique a pénétré les marchés financiers depuis quelques années déjà. On n’en sait strictement rien... Quelles sont les conditions, techniques et politiques, qui ont permis l’essor du trading haute fréquence ? La pratique du THF n’est pas contraire aux lois, elle est très peu réglementée. Non. Bonnet d'âne aux agences de notation. Crise et recrises.

En cas de crise, les banques pourront prélever les dépôts des épargnants. Après la ponction des épargnants chypriotes cette année et l'idée émise par le FMI d'une supertaxe de 10% sur le patrimoine, l'Europe vient d'entériner la participation des déposants au renflouement des banques en cas de crise grave. L'accord, scellé mercredi 11 décembre, est passé relativement inaperçu, alors qu'il pourrait être d'une importance capitale pour les épargnants. Les Européens se sont mis d'accord sur une loi prévoyant des règles de renflouement interne des banques, ou "bail-in", afin d'éviter de ne faire participer que les Etats au sauvetage des établissements financiers. "Grand pas franchi ce soir: accord #BRRD pour 28", a écrit sur son compte twitter le commissaire européen chargé des Services financiers, Michel Barnier, en référence à la directive sur le sauvetage des banques.

"Contribuables ne seront plus premiers à payer pour erreurs des banques", a-t-il ajouté. Dépôts garantis jusqu'à 100.000 euros Les dépôts seront garantis jusqu'à 100.000 euros. (Avec AFP)

Compléments économie

Libéralisation ou précarisation du "marché" du travail. Esclavage moderne : TRAVAIL = tripalium. De la misère civilisée, croissance des inégalités. La haine de l'autre. Mais que fait la police ? Questions sociales | santé & psychisme au travail. La Synthèse on line : réflexions financières, économiques et sur la mondialisation. Article - Platon et la crise mondiale. Le mot «crise» désigne une situation que nous ne pouvons pas résoudre avec nos moyens habituels.

C'est pourquoi la notion de crise est intimement liée à celle de changement : il faut changer de comportement pour la dépasser. En clair, il faut savoir saisir l'opportunité d'une crise pour faire naître quelque chose d'autre, sinon la crise peut être difficile à supporter. Dans le cas d'une civilisation, une crise non résolue s'appelle un moyen-âge, c'est-à-dire un moment obscur caractérisé par l'absence de ce qui fonde la culture humaine : le droit, les sciences, l'art, etc. Crises au pluriel Nous vivons un moment de crises au pluriel. Au moins quatre crises importantes nous affectent à une échelle planétaire : • La crise sociale et humaine : plus d'un milliard d'êtres humains souffrent de la faim dans le monde, c'est-à-dire un être humain sur six.

Platon penseur des crises Platon (428 - 247 av. Cycles et crises Platon développe une vision historique des crises (Lois). La dynamique des crises.