background preloader

MORTS

Facebook Twitter

Opération Triton : l’Europe s’aveugle sur la réalité de l’immigration. Crédits forumrefugies.org Le gouvernement italien crée Mare Nostrum en octobre 2013, quand un navire de migrants chavire près de l’île de Lampedusa ; à cause de cette catastrophe meurent presque 400 personnes.

Opération Triton : l’Europe s’aveugle sur la réalité de l’immigration

L’opération, fondée quelques jours après, vise à surveiller la Méditerranée entre la côte Est de la Tunisie et les côtes Sud d’Italie. Des navires croisent la mer à toute heure, des hélicoptères et même un drone sont mobilisés pour prévenir une autre tragédie. Jusqu’à la fin de la mission en octobre 2014, la marine italienne sauve plus de 150 000 hommes. Il n’empêche qu’entre 2000 et 3000 migrants se noient ou disparaissent dans ce corridor de la Méditerranée. Finalement, un an après la fondation de Mare Nostrum, l’Europe assume l’opération. Le budget réduit, le personnel diminué Crédits F. Du sauvetage à la surveillance Des nouvelles voies pour la migration légale On gaspille de l’énergie dans des discussions infinies sur la distribution des immigrés aux pays européens.

Migrants : quand l’Europe s’emmure. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Madjid Zerrouky Un peu plus de vingt-cinq ans après la chute de celui de Berlin, l’Europe redécouvre les murs et érige des murailles de la Bulgarie à la Manche pour bloquer réfugiés et migrants.

Migrants : quand l’Europe s’emmure

Dernier exemple : la Hongrie, qui construit une clôture de 175 km le long de sa frontière avec la Serbie. Au début des années 1990, déjà, l’Espagne a édifié des barbelés autour de ses enclaves nord-africaines ; la Grèce face à la Turquie en 2012 ; la Bulgarie en 2014… Pourtant, loin d’être hermétiques, ces barrières ne cessent d’être contournées quand elles ne cèdent pas, comme en cet été 2015, face à un afflux sans précédent de migrants. 1. Ceuta et Melilla 2. Ceuta et Melilla (1993) C’est en 1993 que le gouvernement espagnol, sous l’effet de l’augmentation des passages des migrants – surtout à Melilla – décide d’ériger des barrières pour tenter d’interdire l’accès par voie terrestre à ses deux territoires.

Le mur d’Evros, en Grèce (2012) Bulgarie (2014) Calais. Nombre record de migrants morts en Méditerranée en 2014. L'anné 2014 enregistre d'ores et déjà un sinistre record en Méditerranée.

Nombre record de migrants morts en Méditerranée en 2014

Méditerranée : chiffres et carte pour comprendre la tragédie. Jusqu'au printemps 2015, le drame de Lampedusa d'octobre 2013 – au cours duquel 366 migrants avaient trouvé la mort –, demeurait la plus grande tragédie migratoire de la Méditerranée de ce début du XXIe siècle.

Méditerranée : chiffres et carte pour comprendre la tragédie

La disparition d'au moins 700 personnes lors du naufrage d'un chalutier, ce week-end, à laquelle s'ajoute celle d'au moins 400 migrants lors d'un autre naufrage le 12 avril, fait craindre une tragédie bien pire encore : « une hécatombe jamais vue en Méditerranée », selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Les principaux naufrages de migrants depuis janvier 2015 (routes Afrique-Europe) (D'après les données du collectif The Migrants Files).

3.072 migrants sont morts en Méditerranée en 2014- 29 septembre 2014. Plus de 3.000 migrants ont péri en Méditerranée depuis janvier, soit plus du double que lors du pic de 2011, année du Printemps arabe, a déploré lundi l'Organisation internationale pour les migrations.

3.072 migrants sont morts en Méditerranée en 2014- 29 septembre 2014

Depuis 20 ans, traverser la Méditerranée constitue le périple le plus mortel pour les migrants irréguliers. Depuis le début de l'année, l'OIM a enregistré la mort de 4.077 migrants irréguliers dans le monde, dont les trois quarts -- 3.072 - en Méditerranée. Depuis l'an 2000, plus de 22.000 migrants ont perdu leur vie en Méditerranée. Pour la Méditerranée, "2014 est l'année la plus meurtrière", loin devant le pic de 2011, lorsque 1.500 décès avaient été enregistrés (en prenant les neuf premiers mois de l'année). De nombreux Syriens et Erythréens La majorité des migrants qui sont décédés aux portes de l'Europe - par noyade, asphyxie, faim ou froid - étaient originaires d'Afrique et du Moyen-Orient, selon les statistiques publiées par l'OIM.

Plus de 2 000 hommes, femmes et enfants sont morts « aux portes de l’Europe » en 2015. Depuis quelques années, la Méditerranée a hérité du surnom de « cimetière des migrants ».

Plus de 2 000 hommes, femmes et enfants sont morts « aux portes de l’Europe » en 2015

Venus pour l’essentiel de Libye, du Soudan, d’Erythrée, de Syrie ou d’Afghanistan, ils sont plus de 2 000 hommes, femmes et enfants à avoir perdu la vie en mer en tentant de rejoindre les côtes italiennes ou grecques depuis janvier, selon l’Organisation internationale pour les migrants (OIM). « Malheureusement, nous avons atteint ce week-end un nouveau niveau avec plus de 2 000 migrants et réfugiés morts » en 2015, en tentant la traversée, a annoncé Itayi Virri, porte-parole de l’OIM dans un communiqué.

Au total, 188 000 personnes sont arrivées illégalement depuis janvier en Europe, via la Méditerranée. Le bureau européen d’appui en matière d’asile (EASO) a estimé que le nombre de demandeurs d’asile dans les pays de l’Union européenne a fait un bond de 68 % au cours des cinq premiers mois. Meilleur fonctionnement de l’opération « Triton »