background preloader

Acceptation

Facebook Twitter

Quelle est la différence entre accepter et accueillir ? Acc… ueillir ou Acc… epter ?  Accepter, accueillir, les nuances entres les deux postures sont subtiles et souvent confondues. Ce qui est perçu comme choix : c’est j’accepte ou je refuse, j’accueille ou je rejette. Mais que faire selon les cas, accepter, accueillir ou accepter d’accueillir ? Accepter Les synonymes du mot « accepter » sont nombreux, avec une connotation tantôt positive, tantôt négative : Côté Positif : adopter, ratifier, se prêter, signer, accéder, agréer, se rallier, souscrire, approuver, dire oui, s’assumer, adhérer. Sous-entendu une liberté d’acceptation, un libre arbitre dans la décision.

L’idée aussi qu’on progresse après une étape – contrat, accord verbal – qu’on a choisi d’accepter.Côté Négatif : avaler, endosser, obéir, concéder, daigner, condescendre, digérer, se résigner, subir, supporter, se conformer, se soumettre, tolérer. D’où l’importance de ne pas confondre acceptation et soumission, résignation ou fatalisme. Accueillir Accepter d’accueillir Dessin de Marianne de Nayer (ma soeur)

Acceptation ou résignation. Bien souvent, nous pensons accepter une situation, alors qu’en réalité nous nous sommes simplement résignés à cette dernière. Quelle est la différence ? Il s’agit là de deux attitudes distinctes. En effet, la résignation nous fait souffrir, car nous continuons d’espérer que la situation change et qu’elle ne soit pas telle qu’elle est actuellement. Parfois, nous employons toutes nos forces pour la changer. Cependant, le fait d’accepter la réalité, sans prétendre vouloir la changer et sans en souffrir, nous permet de nous projeter dans la vie, et de chercher de meilleures options sur notre chemin.

Quand ce n’est pas l’acceptation… c’est la résignation Nous pensons avoir accepté une situation lorsque nous parvenons à « survivre » à cette dernière, et lorsque nous parvenons à l’oublier. Toutefois, il s’avère que nous nous sommes résignés, c’est-à-dire que nous n’avançons plus dans la direction que nous désirions prendre. L’acceptation est synonyme de bonheur L’acceptation est synonyme de respect. Être plus heureux - 5 choses à accepter et sur lesquelles lâcher-prise. Il y a comme ça des livres qui vous marquent. Ils vous ouvrent de nouvelles perspectives et vous donnent un super coup de boost dans votre quotidien ou votre pratique professionnelle. Ce fut récemment mon cas avec la lecture de l’ouvrage “Faire les bons choix ”, coécrit par deux consoeurs coachs, Anna Gallotti et Maryvonne Lorenzen.

Le billet d’aujourd’hui met en lumière l’un des nombreux points d’intérêt de ce livre, que je m’empresse de partager avec vous ici. Il s’agit de cinq choses à accepter si vous voulez être (un peu) plus heureux dans votre vie. À l’origine de cette liste, se trouve Carlo Moïso, psychiatre et psychothérapeute italien, l’une des figures de proue de l’analyse transactionnelle. Force est de constater que bon nombre de sources de stress et de mal-être en tout genre sont issues de ces 5 situations. Après, comme le suggère le titre du livre dont j’ai parlé en intro, c’est un vrai choix à faire. D’après C.Moïso, il existe deux types d’injustices de la vie. Vivre avec plus de légèreté - 5(+1) choses à accepter dès maintenant. Nous voici de retour avec ces 5 particularités de la vie que vous pourriez accepter pour vivre avec plus de légèreté. Rappelons que cette liste (appelée aussi 5i) a été conçue au départ par le psychiatre italien Carlo Moïso et reprise dans l’ouvrage “Faire les bons choix ” de Anna Gallotti et Maryvonne Lorenzen (j’aime bien rendre à César ce qui lui appartient).

Nous avions vu la dernière fois les deux premières situations avec l’injustice de la vie et l’inadéquation de l’Homme. Aujourd’hui, je vous propose l’inévitabilité de la fin et l’irréversibilité du passé. Il est évident que la première chose à laquelle on pense quand il s’agit d’inévitabilité de la fin est… la mort. Quel est le sens de ma vie ? D’après les auteures du livre inspirant cette série d’articles, il existe trois attitudes face à “la finitude de toute chose et de toute activité” : Attitude 1 – Ignorer la finitude. C’est justement parce que notre vie a une fin qu’elle mérite d’être vécu pleinement. Exemple Choix. Vivre plus sereinement : 5 + (1) choses à accepter dès à présent. Acceptation. En droit civil français, l'acceptation est le consentement d'une personne (appelée acceptant) à une offre de contrat qui lui a été faite[1]. C'est un acte unilatéral de volonté, émanant du destinataire d'une pollicitation, qui montre l'intention de celui-ci de conclure le contrat[2].

En vertu du principe de liberté contractuelle, celui qui accepte doit toujours être libre de conclure ou de ne pas conclure le contrat : il ne pourra donc pas être contraint à accepter l'offre[2]. En revanche, la responsabilité délictuelle du destinataire de l'offre pourra être engagée si, du fait d'une attitude négligente, ou avec l'intention de nuire, il cause un dommage à l'offrant : ce sera ainsi le cas si le destinataire de l'offre oblige le pollicitant à maintenir son offre, en sachant pertinemment qu'il n'a aucune intention réelle de l'accepter un jour[2].

Caractères[modifier | modifier le code] Une acceptation pure et simple[modifier | modifier le code] Une acceptation libre[modifier | modifier le code] Sentiments négatifs. Compassion. Acceptation de soi. Consentement. Deuil. Crise.