background preloader

Propositions bibliographiques pour l'AP

Facebook Twitter

Apprentissage du débat et citoyenneté. Former l'esprit critique : Une méthode en 25 exemples. "Aujourd'hui plus que jamais on a besoin de citoyens capables de faire le tri dans les informations et d'effectuer des choix pertinents", écrit Philippe Meirieu en préface du livre de Gérard de Vecchi. L'esprit critique devient une compétence fondamentale que l'Ecole doit développer chez les élèves. Car si l'esprit critique s'apprend c'est par des situations qui font réfléchir l'élève et qui l'ouvre au débat argumenté.

Dans son livre "Former l'esprit critique", G de Vecchi propose une méthode très concrète qui , en 25 chapitres, emmène le lecteur de la définition de l'esprit critique à la lutte contre le complotisme sur Internet... Tout commence par le statut de l'erreur "Développer une pensée libre n'a rien d'évident", rappelle P Meirieu. Pour G de Vecchi tout commence par le statut de l'erreur. Des fiches pratiques et des exercices L'ouvrage apprend à construire et instruire des situations problèmes. Une révolution pédagogique Peut on apprendre l'esprit critique ? Ca peut s'apprendre ? Sciences et compétences. En 4e, un groupe d’élèves travaille sur les mouvements des plaques tectoniques au niveau d’une fosse océanique, un autre groupe sur les chaines de montagne ou encore sur les dorsales océaniques.

Le but sera de communiquer à tous les résultats de la recherche. Une autoévaluation permet aux élèves d’estimer s’ils pensent avoir acquis les compétences en jeu et si c’est le cas, ils demandent à être évalués. Voilà le genre de pratiques liées à la construction de compétences dont il est question dans ce livre, qui se veut avant tout utile pour les enseignants de sciences. Mais, comme le dit dans la préface un des pères de la Main à la pâte et grand scientifique Pierre Léna, il y a encore des clarifications à opérer, sur le plan sémantique et conceptuel : « À côté des savoirs ou connaissances, dont chacun croit comprendre clairement ce qui est désigné, toutes sortes de termes ont fleuri récemment dans la langue pédagogique : savoir être, savoir-faire, capacités, attitudes, compétences.

La personnalisation des apprentissages. Agir face à l’hétérogénéité, à l’école. Cet ouvrage est un véritable outil d’auto-formation en ce sens qu’il offre à la fois des apports théoriques riches, synthétiques et organisés qui permettent de poser clairement les concepts et des analyses de situations éducatives qui permettent de mettre en œuvre à la fois des outils pour penser et pour agir. Sylvain Connac est l’exemple même du chercheur/praticien qui est suffisamment dans la pratique pour intégrer les théories et savoir les mettre à disposition de tous les enseignants, débutants ou experts dans un ouvrage facile à lire.

Si l’hétérogénéité est souvent reconnue comme un frein, elle apparaît ici comme une ressource incontournable et indispensable, personnaliser n’étant pas seulement une prise en compte de l’individu mais bien d’une personne. L’originalité de l’ouvrage est qu’il permet un réel travail d’auto-analyse par l’élaboration d’outils pour « se regarder pédaler »... Reste à se poser la question de la cohérence avec ce qui se passe hors de l’établissement. Des ceintures pour évaluer les compétences des élèves. Accueil > Publications > Ouvrages > Des ceintures pour évaluer les compétences des élèves La problématique de l’évaluation est récurrente. De grandes réflexions et initiatives nationales sont régulièrement lancées afin que l’évaluation prenne davantage en compte les progrès des élèves et soit au service de l’acquisition des compétences pour tous.

De même, la pédagogie institutionnelle, présente surtout dans les années 1965-1980 autour de Fernand Oury et Jacques Pain, connaît un regain d’intérêt depuis le début du siècle : mise en place de « conseils d’élèves » pour lutter contre la violence scolaire, utilisation des ceintures... C’est dans ce contexte que paraît Des ceintures pour évaluer les compétences des élèves, un ouvrage unique et actuel sur le sujet. Les auteurs, forts de leurs précédentes publications dont Jouer en classe aux éditions Fabert, présentent ici des récits, des fiches en couleur et des aides pour les enseignants des collèges et lycées. Lire un interview des auteurs. Les TICE en classe, mode d’emploi.

Avec ce livre, l’auteur met à la portée de tout enseignant les technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE) en classe. Étape par étape, il propose des démarches pédagogiques complètes en s’appuyant sur de nombreux exemples. Après avoir accompagné le lecteur dans les premières expérimentations pour progresser dans la prise en main des outils techniques, l’auteur démontre à quel point le numérique est une fabuleuse opportunité pour repenser et enrichir les approches pédagogiques. En effet, les TICE deviennent le support d’une pédagogie coopérative plutôt que descendante. L’auteur explique également l’impact de ces technologies sur l’espace de la salle de classe, ainsi que sur la gestion du temps dans et hors de l’école.

Dans cette troisième édition, l’auteur propose des activités pédagogiques utilisant réalité virtuelle et intelligence artificielle. En effet, l’outil numérique devient le support d’une pédagogie coopérative plutôt que descendante. 1. 2. L’évaluation, plus juste et plus efficace : comment faire. Un livre pour faire évoluer les pratiques en terme d’évaluation des élèves. Entre retours d’expérience et analyse profonde du sujet, il offre une lecture stimulante et salutaire pour aborder cette question d’actualité difficile.

Questions aux auteurs. Cette publication semble arriver à point nommé, alors que le ministre insiste sur l’importance d’une évaluation « positive », tout en étant très prudent sur un éventuel abandon de la notation chiffrée… Effectivement, il parait dans une actualité foisonnante : celle des déclarations ministérielles sur la nécessité d’une évaluation « positive », « bienveillante », avec la mise en place d’un groupe de travail national sur le sujet qui devra rendre des conclusions très rapidement, nous dit-on ; celle, aussi, du terrain, où on voit se multiplier les recherches d‘alternatives à un système de notation obsolète. Vous insistez sur l’inefficacité du système traditionnel de notation.

En êtes-vous si sûr ? Sur la librairie. Enseigner en classes hétérogènes. Accueil > Publications > Ouvrages > Enseigner en classes hétérogènes Prendre en compte les différences de niveau ou de culture ? Pas facile, sans doute. Pourtant, de nombreuses réponses existent qui peuvent même transformer la difficulté en une opportunité. Pour nombre d’enseignants, l’hétérogénéité du niveau scolaire des élèves représente un problème. Comment prendre en compte les différences de niveau ou de culture ? Pas facile, sans doute. Le lecteur trouvera ici du concret et du pragmatique, ainsi que des convictions étayées par des résultats de recherches et surtout par les effets produits sur les exemples analysés. Sommaire L’hétérogénéité peut être une chance ! Jouer en classe en collège et en lycée, pour acquérir connaissances et.

Frustrant ! C’est qu’on a envie de s’y mettre tout de suite. Dès le préambule le jeu commence, on voudrait être dans la classe où les élèves s’écharpent à propos des fusées de Cuba. À défaut, on voudrait faire une partie là, tout de suite, en famille ou demain avec nos élèves. Mais les auteurs ne nous donnent pas tout ! Ce n’est pas une boite de jeu. Le jeu consiste à nous convaincre d’en fabriquer nous-mêmes.

Pour Dominique Natanson et Marc Berthou, faire jouer les élèves en classe, c’est du boulot ! Convaincant ! Stimulant ! Convaincu, le lecteur est sur la case départ. Jubilatoire ! Yannick Mevel. Apprendre à apprendre. Apprendre à apprendre, tout un programme ! Donner aux élèves les outils et les méthodes pour construire leurs connaissances et compétences, c’est une des clés de la réussite scolaire. Les enseignants en sont conscients, qui, à 83 %, ont plébiscité l’ajout des outils et méthodes pour apprendre au nouveau socle commun.

Mais l’enjeu va plus loin que cela. Parce qu’apprendre, ça ne s’arrête pas aux portes de l’école, du collège ou du lycée. Pour former des individus émancipés, capables de penser et de vivre au sein de la société, il faut apprendre aux enfants à apprendre par eux-mêmes, tout au long de la journée et tout au long de la vie. Voici un ouvrage qui, suivant le titre de la nouvelle collection de Canopé, éclaire la question en proposant à la fois des expériences de terrain et les apports de la recherche. Questions à Jean-Michel Zakhartchouk Pourquoi ce titre et la reprise d’une notion que certains trouvent douteuse théoriquement ? Propos recueillis par Cécile Blanchard.