background preloader

Les bonnes pratiques du management

Facebook Twitter

Chez Zappos, les employés sous-performants deviennent des "Héros" Vous voulez devenir un manager ou un manager libéré ? Suivez-le-mooc ! Qualité de vie au travail et Compétitivité. .Manager l'Être , Être Manager. Une charte de management n’est pas un référentiel. Il semble que les chartes de management connaissent actuellement le même succès que les projets d’entreprise dans les années 80.

Une charte de management n’est pas un référentiel

Il serait long et quelque peu hors de propos de nous interroger ici sur les raisons d’un tel succès. Mais la focalisation de bon nombre d’entreprises sur la performance économique de court terme n’y est sans doute pas pour rien. Il leur faut alors redonner du sens et des repères à leurs salariés et, particulièrement, à leurs managers. La charte de management est un des moyens de le faire. Chartes et référentiels de management sont souvent confondus Pourtant, ces deux outils ont des fonctions différentes et complémentaires. Une charte décline une politique de management en principes d’action et valeurs. Des rôles différents à chaque niveau de management Dans un référentiel, au contraire, on trouve des rôles et des compétences. Une charte questionne la culture managériale.

Le référentiel Management/Encadrement.

Exemples de charte et référentiel management

Les groupes de pairs au secours des agents. Le cadre territorial est confronté à des multiples tensions dans son travail.

Les groupes de pairs au secours des agents

Dans les cas extrêmes, elles peuvent mener à l’épuisement professionnel. Parmi les facteurs générateurs de tension : le décalage entre ce qu’il fait et ce qui lui est prescrit. Par exemple ce rapport d’analyse des offres qui traîne depuis trois semaines, et qui ne sera jamais prêt pour la commission d’appel d’offres. Management : osez la participation ! Les modes de management traditionnels reposent principalement sur les principes d’obéissance.

Management : osez la participation !

Une mauvaise stratégie, selon Francis Boyer, spécialiste en innovation managériale, qui prône un changement de paradigme.« Le management de demain devra mobiliser l’intuition, la relation et les plaisirs, avec pour objectif la valorisation de “l’intelligence humaine” ». En clair, partir du principe que les salariés ont des capacités, du goût pour le travail, le sens des responsabilités et l’envie d’être associés aux projets de l’entreprise.

Pour Francis Boyer, l’enjeu est donc de passer à l’étape suivante : celle du management collaboratif. Un management qui repose sur quatre piliers. « Le choix, c’est avant tout donner la liberté à une personne de s’engager en toute connaissance de cause et en prenant ses responsabilités. » Certains salariés peuvent ainsi s’organiser comme ils le souhaitent. Le reverse management, ces entreprises pas comme les autres. Faire travailler ses clients, coopérer avec ses concurrents, supprimer les horaires de travail, laisser les salariés se fixer eux-mêmes leurs rémunérations, fêter les échecs… Autant de pratiques qui surprennent, interrogent et, pour beaucoup de dirigeants, effraient.

Le reverse management, ces entreprises pas comme les autres

C’est l’histoire d’une mère de famille, désespérée de ne pas parvenir à obtenir de la part de son jeune adolescent qu’il range sa chambre. Il faut dire que le cocon de ce chérubin ressemble davantage à une déchetterie qu’à une chambre : linges sales et restes de nourriture s’amoncèlent jour après jour. Toutes ses tentatives, explications des règles élémentaires d’hygiène, sermons, punitions, colères, n’y changent rien.

Le résultat est toujours le même : la mère finit par ranger la chambre. Droit à l'échec ou à l'erreur : facteur-clé de confiance, de liberté de parole et d'innovation. Qui n’a jamais assisté à un comité de direction, à un comité exécutif, voire même à un conseil des ministres ne peut imaginer à quel point la parole y est convenue, chaque mot soupesé.

Droit à l'échec ou à l'erreur : facteur-clé de confiance, de liberté de parole et d'innovation

Chacun des participants s’assure avant tout de ne pas dire le mot de trop, celui qui risquerait de le mettre en difficulté vis-à-vis du « chef ». Ne remontent que les « bonnes nouvelles ». Résultat : le dirigeant est souvent le dernier informé de situations délicates qui, faute d’être traitées à temps, se transforment vite en gestion de crise. Ce non-dit se diffuse insidieusement à tous les échelons, jusqu’au plus près du terrain. La culture du « politiquement correct » constitue la règle plus que l’exception.

Les bonnes pratiques de management. Bon manager Récemment, j’ai animé un séminaire managers avec des méthodes d’intelligence collective.

Les bonnes pratiques de management

Parfois, on me demande à quoi ça sert les « méthodes d’intelligence collective »… Avec l’accord de mon client, je vous restitue le travail de la dizaine de participants qui, en une journée, ont produit un cahier des bonnes pratiques de management. Les pratiques managériales les plus innovantes du monde. Audace, inventivité, souplesse, authenticité...

Les pratiques managériales les plus innovantes du monde

Tout le monde s'accorde à dire que nos entreprises doivent se réinventer pour se différencier. Quand on parle d'innovation, on pense stratégie, offre, organisation et très rarement management, à savoir la manière dont on anime et les Hommes. Pourquoi ? Comment Manager ? Des conseils pratiques. Qu'il soit expérimenté ou bien débutant, tout professionnel en charge de collaborateurs est amené à se poser la question : "Comment manager" ?

Comment Manager ? Des conseils pratiques

Ou plus précisément "comment faire dans telle ou telle situation ? " Pour comprendre le enjeux, nous pouvons résonner par une approche inverse : quels sont les effets d'un "mauvais" management ? Quelle sont les conséquences économiques d'une telle situation. Les faits : une mauvaise adhésion de l'équipe à l'animation de son responsable, peu d'implication des collaborateurs, démotivation... Résultats : des manques à gagner, des pertes sèches... Les Bonnes Pratiques du manager by StG Editialis on Prezi. Le leadership de l'incertitude : OSER se réinventer grâce à la crise. L'incertitude est devenue une donnée fondamentale à intégrer dans sa stratégie d'entreprise.

Le leadership de l'incertitude : OSER se réinventer grâce à la crise

Face à cette nouvelle donne, les entreprises ont 3 options : - Attendre sans rien changer, en espérant un retour "à la normale",- s'adapter au mieux aux évolutions, en espérant que ce ne soit pas trop tard ! - anticiper pour répondre aux attentes émergentes ou créer de nouveaux marchés. Mais comment faire lorsque 49 % des dirigeants avouent que leurs organisations n'y sont pas préparées ? Parce que la crise fait peur, les entreprises doivent rassurer. Parce que notre monde est en permanente mutation, elles doivent se montrer plus agiles. Reverse mentoring, le monde à l’envers. XEnvoyer cet article par e-mail Reverse mentoring, le monde à l’envers XEnvoyer cet article par e-mailReverse mentoring, le monde à l’envers Bottom-up digital Les jeunes talents de la génération Y forment les dirigeants aux pratiques et usages de la transformation digitale.

Reverse mentoring, le monde à l’envers

Management : Bonnes Pratiques. Quand les entreprises autorisent les erreurs – Air France. Qualité totale, excellence, zéro défaut, maîtrise des risques, perfection, autant de mots d’ordres et d’injonctions sur lesquelles se construisent nos organisations et les relations en entreprise. Mais qu’arrive-t-il lorsque surviennent des erreurs ? La Maif instaure la « tolérance à l'erreur » pour ses salariés. Depuis le début de l'année à la Maif, la « tolérance à l'erreur » est actée noir sur blanc dans un glossaire nourri, en annexe d'un copieux accord sur la « Qualité de vie au travail et la prévention des risques psychosociaux (RPS) », signé pour trois ans par cinq syndicats sur six. Une quasi-unanimité plutôt rare dans l'entreprise. L'heure du management bienveillant.

Exemple de la société Mars Chocolat

Exemple de la société HCL Technologies. Exemple de la société Intuit. Exemple de la société Danone. Exemple de la société Morning Star. Exemple de la société Orange. Exemple de Google. Exemple de la société Leroy-Merlin.