background preloader

[ PARTICIPATION ]

Facebook Twitter

La démocratie est malade. En guise de remède, la notion de participation fut introduite il y a plusieurs années dans les discours politiques.

Définie comme un retour à l'authenticité démocratique, la participation doit renforcer l’implication directe des citoyens dans le gouvernement des affaires publiques, en dehors des seuls scrutins électoraux. Comment fonctionnent les dispositifs de participation, à quelle échelle et qui se les approprie ? Comment la participation institutionnelle s’articule-t-elle avec les procédures traditionnelles de la vie publique, comme les élections ? Promesse d’un renouveau ou vocable politicien, qu’en est-il véritablement de la participation ?

Image: wikimedia ( Dictionnaire de la participation. Participations.

Plus de participation, pour plus de démocratie ? Le troisième âge du suffrage universel, par Alain Garrigou (Les blogs du Diplo, 19 janvier 2016) Depuis son origine, le suffrage universel a reposé sur un fondement élémentaire : que les citoyens s’en servent, s’en servent correctement, en somme qu’ils deviennent des électeurs réguliers.

Le troisième âge du suffrage universel, par Alain Garrigou (Les blogs du Diplo, 19 janvier 2016)

On sait aujourd’hui combien l’évidence du suffrage universel n’est pas naturelle et combien sa réussite a dépendu de luttes sociales et d’autres ressorts de la participation électorale que la conviction politique — le communautarisme, le clientélisme voire la corruption. On sait enfin comment le triomphe de la conviction politique est passé par l’Etat capable d’offrir des biens publics et par l’intervention des entrepreneurs politiques engagés par des promesses électorales.

Le deuxième âge du suffrage universel, celui de son évidence, a recouvert d’amnésie le premier et a naturalisé l’évidence de la participation, comprise à la fois comme désir spontané et comme devoir intériorisé de s’exprimer. "Le Problème de la représentation politique" par Pierre Rosanvallon. Etienne Chouard : On passe à l'acte ! YOUROPE ARTE - démocratie participative - mobilisation citoyenne. Démocratie représentative : suffrage, Ô désespoir ! #DATAGUEULE 57. La participation : injonction ou levier ? Marion Carrel est maître de conférence en sociologie à l'Université de Lille 3.

La participation : injonction ou levier ?

Son champ de réflexion porte sur la politique de la ville, la démocratie participative et la citoyenneté dans les quartiers populaires. Son essai est une version remaniée d'une thèse de doctorat en sociologie sur les écueils, les limites et les succès de la participation des habitants des quartiers d'habitat social à la définition et l'évaluation des politiques de la ville. Le titre de cet essai Faire participer les habitants ? Citoyenneté et pouvoir d'agir dans les quartiers populaires (ENS-Editions, avril 2013) Veut-on vraiment que les habitants des quartiers populaires participent ?

Pourquoi et comment aller vers une Démocratie Participative. Conférence "les limites de la démocratie participative", par Philippe Aldrin de Sciences Po Aix. La démocratie participative est-elle un conte de fées ? Blondiaux_Mouvements_07.pdf. La démocratie participative à Grenoble. Questionnez vos élus. L'Association Les sites Questionnezvoselus.org et Questionnezvoscandidats.org sont développés par une association d'intérêt général, à but non lucratif et à la gestion désintéressée, dénommée FACEP (French Association for Civic Education & Participation).

Questionnez vos élus

Créée en Décembre 2012 à La Ruche (espace d'entrepreneuriat social situé à Paris), l'association a pour objet de renforcer l'éducation civique et la participation citoyenne, à travers notamment la mise en place de plateformes internet et d'applications mobiles pédagogiques et innovantes. Télécharger nos statuts. La démocratie ouverte, ou "Open Government" Jeudi 29 octobre s’est tenue l’Assemblée Générale du collectif Démocratie Ouverte (DO) à Paris dans les locaux du Conseil Economique et Social (CESE) en présence d’une cinquantaine de participants.

La démocratie ouverte, ou "Open Government"

DO a pour objectif de mettre en visibilité, en réseau et en action les acteurs citoyens, institutionnels et économiques qui souhaitent faire évoluer notre démocratie vers plus de transparence, de participation et de collaboration. En plus du traditionnel bilan de ses activités, l’Assemblée Générale a été l’occasion pour le collectif d’acter la transformation de son mode de fonctionnement. Un nouveau bureau a été nommé (parmi ses membres on trouve deux personnes de l’équipe du GIS, Loïc Blondiaux et Clément Mabi). Le projet de transformer Démocratie Ouverte en fondation a également été validé. Parlement & Citoyens. Mali : un jury citoyen dit non aux OGM. Participation des habitants : les conseils citoyens changeront-ils la donne ? Mesure phare du pilier "participation" de la loi Lamy, les conseils citoyens sont encore en cours d'installation dans la majorité des quartiers prioritaires.

Participation des habitants : les conseils citoyens changeront-ils la donne ?

Les habitants pourront-ils raccrocher les wagons des contrats de ville, qui seront bientôt signés un peu partout ? Périmètre, désignation des membres, rôle des conseils et relations avec la commune... Les partis sont-ils démocratiques. Université d'été, 2015 Stephane Mahe © Reuters On l’a souvent observé, les partis politiques ne sont pas forcément eux-mêmes des modèles de démocratie, ce qui expliquerait entre autres la désertion en leur sein des citoyens et sans doute aussi leur distance d’avec la « chose publique » Dans les pages Forum de La Croix Géry Lecerf revient sur le récent rapport Winock-Bartolone « Refaire la démocratie »… Le chantier est ouvert et toutes les bonnes volontés sont requises.

Les partis sont-ils démocratiques

Le professeur à Sciences-Po Lille réquisitionne la pensée de Simone Weil, telle qu’elle s’exprime dans le texte désabusé de 1950 publié dans les Écrits de Londres et paru en revue sous le titre radical de Note sur la suppression générale des partis politiques. « Presque partout, l’opération de prendre parti, de prendre position pour ou contre, s’est substituée à l’obligation de la pensée » constate-t-elle déjà.

Les partis peinent à s’adapter aux nouvelles formes de mobilisation. C’est un paradoxe de la politique moderne.

Les partis peinent à s’adapter aux nouvelles formes de mobilisation

Jamais les hommes politiques n’ont été aussi connectés. On les surprend pendus à leur téléphone, obnubilés par leurs SMS ou plongés dans leur tablette pour tromper l’ennui d’un long débat parlementaire. En permanence, ils lisent la presse ou actualisent leurs comptes Twitter et Facebook, sur lesquels leurs collaborateurs veillent scrupuleusement. Malgré cela, ce petit monde dopé à l’info n’a jamais semblé aussi bousculé par les mobilisations de la société civile portées par les réseaux sociaux.

Dès l’automne 2012, de jeunes entrepreneurs en colère contre un point de la loi de finances, qu’on retrouvait sur Twitter avec le mot-clé #geonpis, avaient fait reculer le gouvernement. L'Isoloir. Koom : le site communautaire qui repense l’engagement citoyen. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Nicolas Hazard (Président du comptoir de l'innovation) Avec l’arrivée du numérique et des nouvelles technologies, les entrepreneurs inventent de nouveaux modèles économiques qui modifient en profondeur nos modes de production, le marché de l’emploi et notre façon de travailler.

Koom : le site communautaire qui repense l’engagement citoyen

Dans cette rubrique, Nicolas Hazard décrypte les grandes tendances de ces entreprises qui changent l’économie et fait chaque mois le portrait d’une start-up qui illustre la manière dont notre société se transforme. Le numérique a changé le rapport des citoyens au pouvoir politique, et de manière générale, à leur engagement. Désormais, on signe des pétitions en ligne, on se mobilise sur les réseaux sociaux, on compare les programmes politiques, on construit des propositions et des alternatives de manière collaborative. Chaque action individuelle a un impact collectif. Internet, nouvel espace démocratique. Dominique Cardon est sociologue au Laboratoire des usages de France Télécom R&D.

Internet, nouvel espace démocratique

Ses travaux portent notamment sur les transformations contemporaines de l’espace public, sur les relations entre les usages des nouvelles technologies et les pratiques culturelles et médiatiques. Entretien réalisé lors du Forum « Réinventer la démocratie » qui s’est tenu à Grenoble les 8, 9 et 10 mai 2009. Sommaire des vidéos :

Internet et l'émergence de la cyberdémocratie - Democratie Electronique. Depuis quelques années, internet est présent dans tous les foyers, notamment dans ceux des pays industrialisés.

Internet et l'émergence de la cyberdémocratie - Democratie Electronique

C’est un outil de communication, également ludique, qui est un terrain propice à l’émergence du concept de la cyberdémocratie. La démocratie, dans ses fondements, sous-entend une participation citoyenne dans la vie politique. Jusqu’à aujourd’hui, cette participation se limitait en pratique à l’élection. La cyberdémocratie suppose une plus grande participation, et l’avènement d’internet est une aubaine, une opportunité, une conjoncture parfaite pour poser les bases de la démocratie électronique.

Pour tenter de comprendre le processus en marche, il faut passer par l’intérêt d’une démocratie électronique, ainsi que la portée de la toile. Démocratie Ouverte. Web et participation politique : quelles promesses et quels pièges ? 1Pendant la décennie qui s'est écoulée, je me suis préoccupé de ce problème d'ordre général : la relation entre l’internet et la démocratie. Plus précisément, j'ai étudié comment et à quel point les médias numériques facilitent la participation à la vie politique, comment ils favorisent l'engagement citoyen dans la vie publique.

Comme on peut s'y attendre – et c'est une chance – je ne suis pas le seul à m'être lancé dans cette entreprise, et j'ai pu profiter d'amples retours de la part de collègues tandis que j’ai pu lire de nombreux travaux. À ce stade, on peut dire que le sujet « internet et démocratie » constitue en quelque sorte un sous-domaine interdisciplinaire spécialisé qui intéresse quantité de chercheurs venus des études médiatiques, de la communication politique, de la sociologie politique, voire des études culturelles. 3J'ai publié assez régulièrement sur ce sujet. 6Au mieux, la démocratie apparaît, tout au plus de manière inégale, suite à des luttes politiques. Internet et l'émergence de la cyberdémocratie - Democratie Electronique. La démocratie 2.0. La démocratie délibérative suppose que les citoyens échangent, sur une base d’égalité, des arguments rationnels qui débouchent sur l’élaboration d’une position commune. Incontestablement, le principe d’égalité est respecté sur le net.

L’anonymat des internautes facilite l’expression de personnes qui hésiteraient à s’exprimer dans un lieu public « réel ». Le statut, l’origine sociale des individus étant masqués sur Internet, la parole de chacun équivaut à celle des autres. Par contre, l’échange argumenté est loin d’être toujours la règle. Cinq expériences de démocratie 2.0. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Anne-Sophie Novel (journaliste ) Du 23 au 27 novembre, à Strasbourg, les participants au Forum mondial pour la démocratie examineront des initiatives de démocratie participative à l'oeuvre sur tous les continents.

En voici quelques exemples. > Lire aussi l'entretien : "Internet renforce le pouvoir de la société civile" Depuis trois ans, les initiatives françaises de démocratie 2.0 se multiplient, avec pour objectif de stimuler la participation citoyenne aux instances démocratiques, qu'elles soient locales ou nationales. Dans la perspective des élections municipales de mars 2014, Questionnezvoselus.org propose ainsi aux internautes d'interroger les candidats à la mairie des 39 villes de France métropolitaine de plus de 100 000 habitants.

Le numérique au secours de la démocratie ? Les outils numériques sont-ils un moyen de faire avancer la démocratie participative ? Quelles sont les initiatives actuelles dans ce domaine ? Qui en sont les acteurs ? L'Alphabet numérique : "Civic Tech" "Internet renforce le pouvoir de la société civile" LE MONDE | • Mis à jour le | Propos recueillis par Anne-Sophie Novel (journaliste ) Amanda Clarke est chercheuse à l'Oxford Internet Institute de l'Université d'Oxford. Elle a rédigé pour le Conseil de l'Europe un rapport sur les liens entre Internet et démocratie, qui sera présenté à l'occasion du Forum. Civic tech : ce que le web pourrait changer à la démocratie. Stig - l'app de démocratie participative. Chrono2007 internet un mode de participation politique. Civocracy. Peut-on réenchanter la politique grâce à des sites participatifs ? Puzzled By Policy - Home. L’algopolitique. Par Hubert Guillaud le 20/05/15 | 6 commentaires | 2,448 lectures | Impression Dans Les lois de l’imitation, un livre de 1890, le sociologue et criminologue Gabriel Tarde avait définit l’avenir des statistiques comme le “nouvel oeil des médias de masse”.

Il écrivait : “Les [journaux] alors deviendront socialement ce que sont vitalement les organes des sens. Chaque bureau de rédaction ne sera plus qu’un confluent de divers bureaux de statistique, à peu près comme la rétine est un faisceau de nerfs spéciaux apportant chacun son impression caractéristique, ou comme le tympan est un faisceau de nerfs acoustiques. Pour le moment, la statistique est une sorte d’œil embryonnaire, pareil à celui de ces animaux inférieurs qui y voient juste assez pour reconnaître l’approche d’un ennemi ou d’une proie”. Image : un visage humain sur Mars, via Wikipedia, exemple d’interprétation erronée de motif. De l’utopie numérique au choc social, par Evgeny Morozov (Le Monde diplomatique, août 2014) Participation citoyenne à la loi numérique: illusion de démocratie ou réelle avancée? En moins d’une semaine, plus de 2 800 personnes y ont contribué. Samedi 26 septembre, le gouvernement a lancé une plateforme participative sur laquelle il a mis en ligne son projet de loi sur le numérique, en préparation depuis plus de deux ans.

Le texte a été publié après une première phase consultative réalisée en 2014 par le Conseil national du numérique, qui en avait tiré un rapport de près de 400 pages. Débats à la Colline - La démocratie participative (Bernard Stiegler) UN LABORATOIRE POUR TRANSFORMER LES POLITIQUES PUBLIQUES. Les algorithmes ont-ils pris le pouvoir ? Ils classent, recommandent, façonnent nos réseaux, régulent les marchés, détectent les criminels… Les algorithmes ont nos vies à l’œil, pour le meilleur et pour le pire. David est un ado qui aime bidouiller des programmations informatiques sans autorisation. En pleine guerre froide, il réussit à entrer sans le savoir dans le système informatique du réseau de défense militaire américain. Ce qu’il prend pour un jeu est en réalité un programme de simulation de réponses à des attaques nucléaires.

Politique de l'algorithme. Débats à la Colline - La démocratie participative (Bernard Stiegler) J'AI PAS VOTÉ - Le tirage au sort en politique. Plébiscite et référendum : en vouloir ou pas. David Van Reybrouck: Contre les élections, pour la démocratie. Petite histoire du tirage au sort en politique. En France, il est courant de « tirer les rois » à l’épiphanie [1].

Les origines de cette coutume remontent au moins aux Saturnales, la principale fête romaine. Yves Sintomer, Petite histoire de l’expérimentation démocratique. Tirage au sort et politique d’Athènes à nos jours. Ecrire nous-mêmes les Constitutions pour améliorer nos sociétés (Gouvernance) Transparency International - The Global Anti-Corruption Coalition. Quels enjeux pour les innovations démocratiques. Faire se croiser chercheurs et nouvelles formes d’innovation démocratiques… Telle était l’ambition du débat organisé à Super Public, le 8 juin dernier à l’invitation du politiste Loïc Blondiaux (@loicblondiaux), qui signait récemment une tribune plutôt bienveillante à l’égard des « Civic Tech », ces solutions qui réinterrogent la démocratie par le levier de la technologie. Réconcilier délibération et égalité politique : Fishkin et le sondage délibératif.