background preloader

Philosophes

Facebook Twitter

Gérard Bras 'Le peuple' Cynthia Fleury prof à AUoP. Cynthia Fleury. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cynthia Fleury (civilement Fleury-Perkins), née en 1974[1],[2], est une philosophe et psychanalyste française, qui enseigne la philosophie politique (en qualité de research fellow et associate professor) à l'American University of Paris[3], et est également chercheur associé au Muséum national d'histoire naturelle[3]. Biographie[modifier | modifier le code] Cynthia Fleury (au centre) lors d'une conférence de l'université de la Terre en 2011. Elle est membre fondatrice du Réseau international des femmes philosophes, parrainé par l'Unesco[9], ainsi que du Collectif Roosevelt[10]. En tant que psychanalyste, elle est membre de la cellule d'urgence médico-psychologique du SAMU de Paris (CUMP-Necker)[réf. nécessaire], marraine du projet ICCARRE (traitement d'intermittence du sida)[réf. nécessaire].

Elle a été nommée en 2013 membre du Comité consultatif national d'éthique (CCNE), dont elle est le plus jeune membre[12].

Fernand Deligny

Catherine Malabou Qu'est ce que l'intelligence/ Intelligence artificiel. René Girard - Philosophie du désir / Mimétiques. En réponse à la violence... Découvrir René Girard au Collège Supérieur de Lyon du 20 septembre au 20 décembre 2017 Conférences Exposition Ateliers de lecture Événements 2017 >> Voir et revoir Samedi 6 mai 2017 "Faut-il avoir peur ? René Girard penseur de la violence" Colloque international James Alison, Benoît Chantre,Michel Corbin, Jean-Pierre Dupuy,Jean-Claude Monod, Bernard Perret,Camille Riquier, Jean-Louis Schlegel, Michel Serres de l'Académie française ​Institut catholique de Paris >> en savoir plus ​>> Enregistrement du colloque Jeudi 23 mars à 19h30 "​Qui sommes-nous? " Conférence -débat avecEdgar Morin et Jean-Michel Oughourlian ​Collège d'Espagne, Cité Internationale universitaire de Paris Evénements 2016 : >> Voir et revoir.

Jean-Baptiste Brenet médiéviste, professeur de philosophie arabe

Ali Benmakhlouf professeur de philosophie arabe et de philosophi. Bergson. Simone Weil. Hannah Arendt. Signature plaque commémorative Vue de la sépulture. Hannah Arendt, née Johanna Arendt[1] le 14 octobre 1906 à Hanovre et décédée le 4 décembre 1975 à New York, est une politologue, philosophe et journaliste allemande naturalisée américaine, connue pour ses travaux sur l’activité politique, le totalitarisme, la modernité et la philosophie de l'histoire.

Elle soulignait toutefois que sa vocation n'était pas la philosophie mais la théorie politique (« Mein Beruf ist politische Theorie »)[2]. C'est pourquoi elle se disait « politologue » (« political scientist »)[3] plutôt que philosophe. Son refus de la philosophie est notamment évoqué dans Condition de l'homme moderne où elle considère que « la majeure partie de la philosophie politique depuis Platon s'interpréterait aisément comme une série d'essais en vue de découvrir les fondements théoriques et les moyens pratiques d'une évasion définitive de la politique »[4].

Biographie[modifier | modifier le code] L'œuvre doit selon H. Selon Yakov M. Pierre Rabhi. Jean Baudrillard. Claude Lefort. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Lefort. Claude Lefort Philosophe occidental Philosophie contemporaine Claude Lefort, né le 21 avril 1924 et mort le 3 octobre 2010[1], est un philosophe français connu pour sa réflexion sur les notions de totalitarisme et de démocratie, notamment comme membre du groupe Socialisme ou Barbarie.

Ancien directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, il était membre du centre de recherches politiques Raymond-Aron. Biographie[modifier | modifier le code] Origines familiales[modifier | modifier le code] Claude Lefort est le fils naturel de Rosette Cohen (1884-1959) et de Charles Flandin (1882-1955) et n'a porté le nom de Lefort qu'à partir de 1942. Les Cohen sont une famille juive originaire de Carpentras. C’est vers 1930 que Claude Cohen comprend qu’il est le fils du docteur Charles Flandin, un ami de la famille.

Au printemps 1942, une amie de la famille Cohen, réfugiée autrichienne[3]? Claude Lefort à propos des dérives bureaucratiques | Critique sociale. Claude Lefort a été dans les années 1940 militant trotskiste, au sein du « Parti Communiste Internationaliste » (PCI), avant de participer à une scission qui rompit avec le trotskisme, créant une nouvelle organisation d’extrême-gauche : Socialisme ou Barbarie. Le texte qui suit est un extrait d’un article qu’il a publié en 1958 dans la revue de ce groupe : « Organisation et parti », Socialisme ou barbarie n° 26, novembre-décembre 19581. « Le P.C.I., dans lequel j’avais milité jusqu’en 1948, ne participait en rien au système d’exploitation. Ses cadres ne tiraient aucun privilège de leur activité dans le parti. On ne trouvait en son sein que des éléments animés d’une « bonne volonté révolutionnaire » évidente, et conscients du caractère contre-révolutionnaire des grandes organisations traditionnelles. La critique que je fais du trotskysme n’est pas d’ordre psychologique : elle est sociologique. 2 Il s’agit du PCF, à l’époque intégralement stalinien [note de Critique Sociale].

Emmanuel Jaffelin

Bernard Stiegler Penser l'impact societal des nouvelles technolo. Jean Michel Besnier - Philosophe du Post humain/accomplissement. Bruno Latour Philosophe des sciences/techno. Myriam Revault d'Allonnes. André Gorz. Paul Ricoeur. Jean-Christophe Saladin Philosophie des humanistes. Jean-Pierre Dupuy pensée libérale/catastrophisme. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Dupuy . Jean-Pierre Dupuy Philosophe Époque Contemporaine Jean-Pierre Dupuy (né le 20 février 1941 ) est un ingénieur , épistémologue et philosophe français. Biographie [ modifier ] Ancien élève de l' École polytechnique , Jean-Pierre Dupuy a fondé le centre de sciences cognitives et d'épistémologie de l'École polytechnique (CREA) en 1982 avec Jean-Marie Domenach sur la base de réflexions préliminaires de Jean Ullmo .

Jean-Pierre Dupuy a contribué à introduire et diffuser en France la pensée d' Ivan Illich , qu'il a rencontré chaque année de 1974 à 1979 au Mexique au CIDOC de Cuernavaca , mais aussi celles de René Girard , de John Rawls et de Günther Anders . Il reçoit le prix Roger Caillois de l'essai 2011 . Sa pensée [ modifier ] Le Sacrifice et l'envie (1992) fait référence aux deux obsessions de toute théorie moderne de la justice. Références [ modifier ] ↑ J.P. Ouvrages publiés [ modifier ]