background preloader

La cause oubliée

Facebook Twitter

*** POUR TOUTE DEMANDE D'EQUIPE, MERCI D'ALLER VOIR SUR LE PEARLTREE DHK EQUIPE À PARTIR DU PEARLTREE DHK COLLABORATIONS ***

Défilé « Haute-Fourrure » de Fendi : honteux ! Karl Lagerfeld a organisé un défilé 100 % fourrure pour Fendi (08/07/2015). La Fondation 30 Millions d’Amis dénonce le sacrifice de milliers d’animaux. Ne l’oublions pas : ce sont des « êtres vivants et sensibles » ! Visuel d'illustration. © Dmitry_Laudin_Shutterstock Pour célébrer ses 50 ans de collaboration avec la marque Fendi, Karl Lagerfeld a organisé un défilé funestement intitulé « Haute-Fourrure ».

Sur le podium, robes, manteaux, accessoires… en véritables fourrures animales. Et pour servir la lubie de ce créateur, nombreux ont été les visons, renards et lapins à y laisser leur peau ! Car derrière un défilé luxueux et glamour se cache une réalité sordide : celle de la souffrance de milliers d’animaux. Une industrie impitoyablement cruelle Dans le monde, 56 millions d’animaux meurent chaque année pour garnir nos vêtements ! Le combat de la Fondation 30 Millions d’Amis Il est temps aujourd’hui que chacun prenne conscience de ce qui se cache derrière cette industrie de la mode. Avant-propos. Il y a peu, je refaisais le monde avec des amis. Ça arrive encore. Chacun y allait donc de sa proposition. Et si on obligeait les gens qui dépensent plus d’une certaine somme d’argent pour des animaux à payer un impôt spécial ?

Hum… Déception. Pourquoi y a-t-il toujours cette idée que si l’on aime les animaux c’est au détriment des humains ? Une sorte de jalousie spécifique… On ne reproche pas aux gens qui aiment l’art, l’espace ou les mathématiques de trop peu s’occuper des humains ! Pourtant nous l’avons toujours fait. Au XIXe siècle, Saartjie Baartman, dite la Vénus Hottentote, figurait en première page d’un ouvrage recensant l’ensemble des animaux connus.

Questionner la frontière entre les humains et les animaux n’est pas anodin. Les textes explorent. Dossier coordonné par Adèle Ponticelli. Élevage en cage de 322 millions de lapins : une ONG plaide pour l’interdiction. Des lapins malades, gavés d’antibiotiques, alignés sur des centaines de mètres, entassés dans des cages jonchées de cadavres et entourées de déjections animales. Ces images choc apparaissent dans une vidéo tournée par le CIWF (Compassion in World Farming), une ONG créée par des éleveurs qui encourage les pratiques d’élevage respectueuses du bien-être des animaux de ferme. CIWF a mené l’enquête dans seize élevages de lapins en batterie répartis dans cinq pays de l’Est et du Sud de l’Union européenne [1]. 322 millions de lapins sont élevés en cage sur le territoire européen, dont 37 millions en France. « La production cunicole [l’élevage de lapins] fait très peu parler d’elle, alors que les lapins sont le deuxième animal le plus élevé pour sa viande en Europe.

Ils sont à 99 % élevés en cage », précise Aurélia Greff, responsable communication et campagne chez CIWF. Il n’existe encore aucune législation en matière de bien-être des lapins. 35.000 morses échoués sur une plage. Ce que vous voyez sur cette photo ce sont 35.000 morses qui se sont échoués sur une plage dans le nord-ouest de l’Alaska. Il s’agit de l’une des nombreuses conséquences de la fonte des glaces de l’Arctique due au réchauffement climatique. Megan Ferguson, spécialiste de la surveillance aérienne des mammifères marins pour l’agence américaine océanographique et atmosphérique (NOAA),a précisé qu’ils n’étaient que 1 500 quatre jours plus tôt. Elle a aussi ajouté que l’on avait également remarqué davantage d’ours bruns au même endroit et qu’en revanche, des baleines grises qui étaient présentes dans les environs jusque dans les années 90, avaient disparu, "signe d’un changement de l’environnement arctique".

Pour expliquer ce phénomène nouveau, il faut savoir que d’habitude les morses vivent sur la banquise et pêchent dans des eaux peu profondes. Il est donc aisé de comprendre qu’avec la fonte des glaces ils se réfugient sur la terre ferme pour y pêcher plus facilement. LA MORT DES PAPILLONS. Maltraitance animale, quand l'ignorance tue. La condition des animaux dans notre société est effrayante.

Chaque jour, l'homme exploite torture et tue plusieurs millions d'animaux dans les domaines de l'agro-alimentaire, le spectacle, la mode, la science ou les cosmétiques ... Qui imagine la somme de souffrances qui entoure une simple tranche de jambon ? Castrés sans anesthésie à quelques semaines de leur naissance, la plupart des porcelets ont également la queue coupée et les dents meulées. S'ils ne meurent pas précocement de blessures ou d'"euthanasie maison", ils passent le reste de leur vie dans des enclos si petits qu'ils ne peuvent presque pas bouger.

Les autres animaux d'élevage ne sont pas mieux traités. Dans la filière "foie gras" ce sont les femelles qui sont broyées, tandis que les mâles sont placés dans des cages individuelles où ils ne peuvent ni se retourner ni étendre leurs ailes. Si l'abattage rituel est plus médiatisé, ce n'est peut-être pas pour les beaux yeux de la vache ...

Réflexions sur la cause animale

Les animaux en toute conscience. Darwin affirmait, il y a cent cinquante ans, qu’il n’y a pas une différence de nature mais de degré entre l’homme et les autres espèces animales. Pourtant, il y a encore quelques décennies, parler chez l’animal de conscience, c’est-à-dire des états supérieurs de l’activité intellectuelle, eût été inconcevable dans les milieux scientifiques. Il y régnait un climat de «mentaphobie» dénoncé par Donald Griffin, fondateur de l’éthologie cognitive. Ce temps semble définitivement révolu.

A l’issue d’un congrès à l’université de Cambridge sur le sujet, des scientifiques internationaux renommés, dont Stephen Hawking, ont signé le 7 juillet une Déclaration de conscience des animaux (3), dont la conclusion est que «les humains ne sont pas les seuls à posséder les substrats neurologiques qui produisent la conscience. Le néocortex n’est donc plus considéré comme indispensable pour penser finement. Par Pierre Jouventin éthologiste, directeur de recherche au CNRS (1) et David Chauvet juriste (2)

International Campaigns - Pour les droits des animaux ! Broyage à vif des canetons mâles dans l'industrie du "foie gras" Et au milieu, roulait une charrette. Vite Dit Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée. 09h16le neuf-quinzeEt au milieu, roulait une charretteParDaniel Schneidermannle 11/02/2013 (Photos empruntées au blog Hippotese) Abonnez-vous !

Robert Calcagno: Hommes ou requins: qui sont les dents de la mer? Dans notre culture occidentale, les requins ont toujours hérité des qualificatifs les plus détestables. Détenteurs du statut peu enviable de bouc-émissaires, ils ont été rendus responsables de toutes les difficultés rencontrées par l'homme dans sa conquête du milieu marin. La légende les a faits dévoreurs de naufragés lorsque les premiers embarcations ont fait route vers le large, mangeurs de pilotes d'avion lorsque les premières carlingues ont été retrouvées en mer, et même concurrents déloyaux des pêcheurs lorsque les prises s'avéraient insuffisantes. Aucune accusation ne leur a été épargnée, pas même celle de chasseurs d'hommes. Depuis le film "Les dents de la mer" (1975), il semble admis que les requins s'adonnent à la traque de baigneurs, surfeurs et autres véliplanchistes jusque sur le bord des plages. Quand un accident survient, il en faut peu alors pour que l'homme, dans un déferlement de haine, ne réclame justice.

Le danger est ailleurs Accepter une mer sauvage. Patrice Halimi: Sauver le coléoptère: quel intérêt? Lorsqu'on parle de biodiversité, on nous sort quasi-mécaniquement la défense du coléoptère à pois verts de Tasmanie. C'est vrai, le coléoptère, c'est beau. La Tasmanie encore plus. Mais franchement, au fond, s'il disparaissait qu'est-ce que ça pourrait bien nous faire ? Et bien ça pourrait nous rendre malade ! La biodiversité et notre santé sont liées - car l'homme n'est pas un empire dans un empire. Protéger la biodiversité suppose bien entendu de contraindre notre modèle de développement, mais pourrait s'avérer plus qu'utile pour sauver des vies humaines - ou tout au moins diminuer le nombre de malades.

Le coléoptère à pois verts plus efficace que Cerise de Groupama ? Pendant des siècles, on a considéré la nature comme un fléau. Depuis des années, on oppose à ceux qui entendent défendre la nature, la brillante marche du progrès. Près d'un tiers des colonies d'abeilles ont péri cet hiver aux Etats-Unis. Près d'un tiers des colonies d'abeilles aux Etats-Unis ont été décimées au cours de l'hiver 2012-2013, sans qu'une raison particulière ait pu être dégagée, selon une étude réalisée par le ministère de l'agriculture américain (USDA) et des associations professionnelles, publiée mardi 7 mai.

La population d'abeilles a décliné de 31,1 % l'hiver dernier, selon les résultats préliminaires d'une enquête réalisée auprès de plus de 6 200 producteurs d'abeilles aux Etats-Unis par l'USDA, en collaboration avec l'association AIA (Apiary Inspectors of America) et Bee Informed Partnership. Selon cette étude, la perte subie ces derniers mois par les abeilles américaines est 42 % plus importante que l'hiver précédent, lorsque 21,9 % d'entre elles avaient disparu. Les abeilles connaissent depuis six ans de très importants taux de mortalité, de 30,5 % en moyenne, sans que les experts s'accordent sur un facteur déterminant.

Lire nos explications La mortalité élevée des abeilles due à des facteurs multiples. Quand meurent les abeilles... Les abeilles sont en danger : les abeilles sources de vie vont-elles disparaître ? Sans elles, l'homme lui-même est menacé et perdu, sans elles, la pollinisation n'est plus possible, les cultures sont vouées à l'extinction. Aux Etats-Unis, près d'un tiers des colonies d'abeilles ont été décimées au cours de l'hiver 2012-2013, sans qu'une raison particulière ait pu être dégagée, selon une étude réalisée par le ministère de l'agriculture américain et des associations professionnelles.

Les abeilles connaissent depuis six ans de très importants taux de mortalité, de 30,5 % en moyenne. Comment expliquer le déclin et la mort des abeilles ? Plusieurs raisons participent de la surmortalité des abeilles comme "les parasites, les maladies, les facteurs génétiques, une mauvaise nutrition et l'exposition aux pesticides". La nature ne supporte pas d'être ainsi malmenée, épuisée, maltraitée : la nature mérite notre respect, notre attention... Comment l'homme peut-il jouer ainsi son propre avenir ? Sauvons les grenouilles ! Etat des lieux On ne les voit pas, sauf quand il pleut, on les entend parfois, mais seulement les mâles qui sont les seuls à coasser ; pourtant, elles sont partout !

Il existe près de 6 317 espèces appartenant à la classe des amphibiens et 5 576 espèces différentes dans le groupe des anoures, qui comprend les crapauds, les rainettes et les grenouilles. Les amphibiens vivent sur quasiment l’ensemble du globe, à l’exception de l’Antarctique, et cela depuis plus de 300 millions d’années. Ils ont donc connu les dinosaures et les mammouths. Pourtant, au cours de ces 30 dernières années, 150 espèces ont déjà disparu. Plus du tiers des grenouilles actuellement sur notre planète risque de s’éteindre si l’on ne change pas nos comportements car la principale menace de ces batraciens, c’est nous. Les causes de leur disparition La destruction de leur habitat Chaque année, 6 millions d’hectares de forêts tropicales, où la diversité en amphibiens est la plus importante, sont détruits. Rôle bio-indicateur. Filmer la cruauté envers les animaux devient un crime aux Etats-Unis.

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Garric Sur une vidéo filmée en caméra cachée, des ouvriers agricoles brûlent les chevilles de chevaux du Tennessee avec des produits chimiques. Une autre montre des éleveurs dans le Wyoming donner des coups de poings et de pieds à des porcs et porcelets, les bousculer ou les jeter en l'air. Et chez l'un des principaux fournisseurs d'œufs du pays, on découvre des poules en cage aux côtés de cadavres en décomposition d'oiseaux, tandis que des ouvriers brûlent et cassent le bec de poussins. Ces films d'une cruauté extrême, réalisés au cours des deux dernières années par des militants de la cause animale, essentiellement Mercy for Animals, The Humane Society of the United States et PETA (People for the Ethical Treatment of Animals), ont choqué l'opinion publique et entraîné une réaction rapide : le dresseur de chevaux du Tennessee a été reconnu coupable d'avoir enfreint la loi.