background preloader

Les misérables

Facebook Twitter

Gavroche. Certaines informations figurant dans cet article ou cette section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans les sections « Bibliographie », « Sources » ou « Liens externes »(août 2018). Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes. Ce personnage est vraisemblablement inspiré de l'enfant figurant sur le tableau d'Eugène Delacroix La Liberté guidant le peuple, rendu célèbre en 1831 (soit l'année précédant celle de la mort de Gavroche dans l’œuvre)[1].

Naissance du « gamin » de Paris[modifier | modifier le code] « La gaminerie parisienne est presque une caste. On pourrait dire : n'en est pas qui veut. . — Victor Hugo, Les Misérables (Tome III. Gavroche, archétype du gamin de Paris[modifier | modifier le code] — Victor Hugo, Les Misérables (Tome III. Biographie du personnage[modifier | modifier le code] Les Gavroches(Les Garçons de la rue, 1907) . « Navet, l'ami à Gavroche »[3]Dessin de Victor Hugo (encre et lavis) « [ . . . ] ↑ A. Javert. Javert est l'un des personnages du roman Les Misérables de Victor Hugo. Il est inspecteur de police et l’ennemi juré de l’ex-forçat Jean Valjean en rupture de ban et que de ce fait il pourchasse sans trêve. Il se suicide quand il comprend que Jean Valjean est un homme bon qui a tout fait pour se racheter, regrettant de l’avoir traqué.

Biographie du personnage[modifier | modifier le code] « En grandissant, il pensa qu'il était en dehors de la société et désespéra d'y entrer à jamais. […] En même temps, il se sentait je ne sais quel fond de rigidité, de régularité et de probité, compliqué d'une inexprimable haine pour cette race de bohèmes dont il était. Il entra dans la police. Il y réussit. Hugo complète ainsi le portrait de Javert : « Les paysans asturiens sont convaincus que dans toute portée de louve il y a un chien, lequel est tué par la mère, sans quoi en grandissant il dévorerait les autres petits.

Javert ne vit que pour faire respecter les lois. En 1821, lorsque M. . — Tome I. Marius (Les Misérables) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Marius. Marius Pontmercy (naissance en 1810) est un personnage du roman Les Misérables de Victor Hugo. Marius devant la dépouille de son père : « On distinguait sur la joue du colonel gisant et pâle, une grosse larme qui avait coulé de son œil mort. […] Cette larme, c'était le retard de son fils »[1] Illustrateur inconnu (1864) Marius, le jeune premier des Misérables, naît en 1810.

Georges Pontmercy s'est marié, sous l'Empire, avec la fille cadette du riche bourgeois royaliste Luc-Esprit Gillenormand, réticent à ce mariage. M. Alors qu'ils viennent juste de s'installer dans le Marais, Georges Pontmercy tombe gravement malade et écrit à M. C'est tout ce dont il hérite de son père, la vente du mobilier suffit à peine à payer l'enterrement. Victor Hugo jeune homme[4], tel qu'il se décrit sous les traits de Marius Portrait par Achille Devéria (1828) Marius a, entre-temps, achevé ses études et il est avocat.

Cosette. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cosette (née à la fin de l'année 1815), surnom d'Euphrasie, est l'un des personnages du roman Les Misérables de 1862 de Victor Hugo. Son nom est devenu synonyme d'enfant maltraité, exploité par des adultes, notamment pour les tâches domestiques. Biographie du personnage[modifier | modifier le code] Devant le lit où Fantine expire en février 1823, Jean Valjean, devenu maire de Montreuil, fait la promesse à la morte de s'occuper de Cosette : Que pouvait dire cet homme qui était réprouvé, à cette femme qui était morte ? Ce n'est qu'après de nombreuses péripéties (notamment celles, très mouvementées, de juin 1832), que Cosette et Marius se marient en février 1833 au prix du sacrifice de Valjean. Au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code] Cosette a notamment été incarnée au cinéma et à la télévision par : Galerie[modifier | modifier le code] Une image de Cosette, 1892.

Notes et références[modifier | modifier le code] Fantine. Fantine (1796-février 1823) est l'un des personnages des Misérables de Victor Hugo. La première partie (tome I) de l'œuvre, qui compte huit livres, porte son nom bien que le portrait et l'histoire du personnage n'apparaissent qu'à partir du livre troisième. Biographie[modifier | modifier le code] Fantine est née à Montreuil-sur-Mer, mais on ne connaît rien de ses parents ni de son enfance et elle n'a d'ailleurs pas de patronyme, anomalie due au fait d'être née en 1796 à l'époque troublée du Directoire. À 10 ans, elle va travailler dans une ferme des environs de Montreuil. En mai 1818, elle décide de refaire sa vie en retournant dans sa ville natale. Mais, avant d'arriver à Montreuil, elle doit rapidement trouver une pension pour Cosette afin d'obtenir un emploi, car, à cette époque, une mère célibataire était rejetée par la société.

En janvier 1823, à la suite d'un incident dont elle n'est pas responsable, l'intransigeant inspecteur de police Javert l'arrête et veut l'incarcérer. Jean Valjean. Jean Valjean (1769-1833) est l'un des principaux personnages du roman Les Misérables de Victor Hugo. Jean Valjean est le personnage central qui lie différentes histoires du cycle des Misérables. Son profil psychologique évolue au fil du temps, des rencontres qu'il fait, constituant la preuve de la bonté universelle et de la capacité à s'améliorer que possède chaque être humain. Biographie 25 ans (en 1794) Après la mort de son beau-frère en 1794, c'est à lui de nourrir la famille.

Sa sœur a sept enfants, le plus jeune a un an et le plus âgé, huit. 26 ans (en 1795) À 26 ans, en 1795, un hiver très froid entraîne la famille Valjean dans la disette : « Un dimanche soir, Maubert Isabeau, boulanger sur la place de l'église, à Faverolles, se disposait à se coucher, lorsqu'il entendit un coup violent dans la devanture grillée et vitrée de sa boutique. 27 ans (en 1796) En 1796, à 27 ans, Jean Valjean est condamné à cinq ans de bagne pour ce vol. On ne saura presque plus rien de sa sœur. 46 ans (1815)