background preloader

Didactique histoire

Facebook Twitter

Michel Winock, Qu’est-ce qu’un événement ? Le document : leçon d'histoire, leçon de méthode. Des Annales », les documents non écrits et les témoignages involontaires, la série inscrite dans la durée, les faits économiques, sociaux ou culturels deviennent les matériaux de l'historien.

Le document : leçon d'histoire, leçon de méthode

C'est la recherche historique, qui « commence avec le geste de mettre à part, de rassembler, de muer ainsi en 'document' certains objets répartis autrement » 10, qui attribue désormais le statut de trace. Le travail consiste à faire parler ce matériau, à procéder à la « déstructuration du document » pour déceler ses « conditions de production » n. Rendre explicite a pour but de dégager la matière historique, l'histoire étant une œuvre de reconstruction 12. Explication et commentaire visent à mettre en contexte. Ils sont ici considérés comme synonymes. Méthodologie de la recherche Cette recherche est fondée sur une analyse des méthodes de commentaire de document proposées aux étudiants de premier cycle ou préparant les épreuves du Capes ou de l'agrégation d'histoire. 10.

Quels documents pour enseigner l'histoire-géographie ? - Bulletin n°29-30. Colloque « Apprendre l'histoire et la géographie à l'École » - La place des documents dans l'enseignement de l'histoire et de la géographie. Gérard Granier, inspecteur d'académie-inspecteur pédagogique régionalFrançoise Picot, inspectrice de l'Éducation nationale Les documents sont au centre de l'enseignement de l'histoire et de la géographie.

Colloque « Apprendre l'histoire et la géographie à l'École » - La place des documents dans l'enseignement de l'histoire et de la géographie

Aux examens, l'étude de documents est devenue l'exercice roi, détrônant la rédaction ou la composition. Les documents sont également très présents dans les épreuves des concours de recrutement d'enseignants (CRPE, CAPES, agrégation). En classe, les professeurs utilisent abondamment de nombreux documents. Certains enseignants, notamment au collège, fondent leur enseignement sur des "fiches documentaires" polycopiées qu'ils ont eux-mêmes conçues, associant documents, questions, et emplacements réservés aux réponses. Réimaginer l’Histoire pour mieux l... Si les Aztèques nous avaient conquis (et autres récits d'histoire contrefactuelle) - Le Temps. Jésus a 97 ans, «il souffre d’arthrose et son esprit est ailleurs, la plupart du temps».

Si les Aztèques nous avaient conquis (et autres récits d'histoire contrefactuelle) - Le Temps

Il meurt «en deux minutes», terrassé par une attaque, «seul dans sa chambre», mais reconnu dans tout l’Empire romain comme un prophète à part entière. Dix-sept siècles plus tard, en 1848, les troupes chinoises entrent triomphalement à Londres et la reine Victoria se prosterne devant l’empereur Daoguang. MSHIS31 – Didactique de l'histoire I. Séminaire S1 – année 2016-2017 Pour les conditions cadres et les éléments du cours 2016, je vous laisse le soin de consulter la plate forme eleaning (Moodle) de la HEP Vaud : Séance du séminaire – mardi 4 octobre 2016 Thème : Enseigner l’histoire par le problème I Exercice sur la plate-forme de elearning – Groupe Kaufmann «Le problème en histoire enseignée» Complément à l’exercice : LA VIE DU PAYSAN DANS L’ÉGYPTE ANTIQUE 5e Séance du séminaire – mardi 11 octobre 2016 Thème : Enseigner l’histoire par le problème II La Suisse et la colonisation européenne au 19e-20e siècle : Exercice de formulation d’un problème + détermination des étapes de sa mise en pratique en classe.

Pour réaliser l’exercice, je dispose du document « Construction d’un problème en histoire enseignée ». Pratiques de savoir en classe et chez les historiens : une étude de cas au collège. 1L’histoire et la vérité sont intimement liées, tant chez les historiens qu’à l’école.

Pratiques de savoir en classe et chez les historiens : une étude de cas au collège

Mais la centration sur la recherche de la vérité en classe d’histoire n’a-t-elle pas à voir avec l’abandon de la recherche d’explications, au-delà de la description des faits ? Et par là, avec les difficultés avérées de la discipline (Audigier, 2005) ? Cette question du rapport au savoir et à sa construction renvoie à la relation que peuvent entretenir savoirs et problèmes auxquels ils répondent (Fabre, 2007) : la volonté de savoir si une explication historique est vraie ou fausse tend à masquer les questions auxquelles cette explication répond. Pourtant les tentatives n’ont pas manqué d’inverser cette tendance.

Il en est ainsi des situations problèmes, qui semblent de peu d’effet sur le plan des apprentissages, tant l’introduction du point de vue comme « médiateur supplémentaire entre l’élève et le savoir » déstabiliserait « le rapport au savoir, et à la discipline en particulier » (Guyon, 1996). Le temps. Une histoire sans fin. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Nicolas Truong L’époque est à la colère, à la déprime et au chagrin.

Une histoire sans fin

Et le discours dominant martèle – jusqu’à l’épuisement – la rengaine du déclin. La résignation est de mise : l’impuissance politique, la désillusion économique, les états de violence permanents, l’anomie sociale, l’inégalité endémique, les opérations de police mondialisées, le nihilisme et le djihadisme mondialisé seraient notre horizon, presque notre destinée.

Orient contre Occident, islam versus chrétienté, eux contre nous : la guerre des mondes serait une fatalité. Or l’Histoire revient. L’entrée de Patrick Boucheron au Collège de France est l’un des signes manifestes de ce mouvement. Cette leçon – dont nous reproduisons ici des extraits choisis avec l’auteur – est symbolique pour plusieurs raisons. Dans le sillage de Foucault et de Bourdieu A lire sur le sujet: La confusion des guerres mondiales comme obstacle à l’intelligibilité du XXe siècle. Par Laurence De Cock et Charles Heimberg Source : En Jeu.

La confusion des guerres mondiales comme obstacle à l’intelligibilité du XXe siècle