background preloader

Mondialisation

Facebook Twitter

Les nouvelles géographies de la mondialisation. Le premier train entre la Chine et la France arrivera à Lyon. Rails Dans quelques jours, après avoir parcouru près de 11 300 kilomètres, un train de marchandises arrivera à Lyon, en provenance… de Chine, une première.

Le premier train entre la Chine et la France arrivera à Lyon

Ce train de fret est parti de Wuhan le 6 avril, transportant des produits mécaniques, électroniques et des vêtements. Il devrait traverser le Kazakhstan, la Russie, la Biélorussie, la Pologne et l’Allemagne, pour finalement arriver en France aux alentours du 22 avril. Un voyage de 16 jours contre environ 50 jours habituellement par voie maritime. EDU'bases Histoire-Géographie - Le succès d'une pâte à tartiner à l'heure de la mondialisation. Entretien avec SASKIA SASSEN: « La mondialisation, l’État et les classes moyennes modestes » Tout d’abord, votre dernier ouvrage, Expulsions, paru en mai de cette année (2014) étudie la globalisation sous un regard plus sévère comparativement à vos ouvrages antérieurs.

Entretien avec SASKIA SASSEN: « La mondialisation, l’État et les classes moyennes modestes »

Pourquoi cette « radicalisation » dans l’analyse ? Et que signifie, pour vous, ce besoin de « renommer » les phénomènes accompagnant ou agissant dans cette globalisation ? J’ai toujours eu une interprétation critique de la mondialisation constituée par les grandes entreprises et les marchés financiers. Depuis mon premier livre déjà, The Mobility of Labor and Capital (La Mobilité du Travail et du Capital, Cambridge University Press, 1988), et dans The Global City (La Ville Mondiale, Princeton University Press, 1991), cette attitude était déjà présente. Dans Expulsions, ce petit livre pouvant être lu par un large public, le cadre reflète ce que j’ai vu émerger dès les années 1980 et que j’ai relevé dans The Global City. Je ne fais pas vraiment une distinction stricte entre sociologie et économie. Deux vecteurs. Le diamant. La revue Hérodote a publié dans son n°151 (4ème trimestre 2013), un article de Jordan Biets, « Le diamant : illustration d’un univers économique en mutation ».

Le diamant

L’article présente la capitale mondiale – Anvers - ainsi que les acteurs, à savoir le groupe sud-africain De Beers qui traditionnellement s’occupe de la prospection et de l’extraction, la Beurs Voor Diamanthande (BVD), en français « Bourse aux diamants » d’Anvers et les deux communautés actives : les juifs et les jaïns (communauté religieuse originaire d’Inde). L’augmentation du volume global de production de diamants durant les années 1960 à 1980 s’est heurtée aux limites de capacité de transformation d’Anvers. L'ambre. Dans les P@ges Europe de La Documentation française, un article de Marielle Vitureau, correspondante de RFI dans les pays baltes : « Lituanie.

L'ambre

Le pays de l'ambre risque-t-il de perdre son atout ? », publié le 16 septembre 2015, permet d’appréhender l’actualité de la production et de la commercialisation d’une pierre mondialisée de longue date. Un pays, la Lituanie. Une mine d’ambre, la plus importante au monde, située dans l’enclave de Kaliningrad, au sud de la Lituanie, en Russie. Une transformation par des entreprises lituaniennes qui produisent 14 381 kilos de bijoux et objets d’art en ambre en 2013 et exportent partout dans le monde. Quels sont les effets introduits par la nouvelle frontière installée en 1991 entre Lituanie indépendante et Russie ? Pour compléter : De l'Italie à l'Afrique: dans les coulisses de l'industrie de la tomate. Au marché de Makola à Accra, capitale du Ghana, on ne trouve plus de tomates fraîches, juste des pyramides de boîtes de concentré de tomate italien et chinois (Photo: Mario Poeta) JOL Press : Comment est né ce projet de webdocumentaire ?

De l'Italie à l'Afrique: dans les coulisses de l'industrie de la tomate

Mathilde Auvillain : Il y a deux ans, nous sommes allés dans les Pouilles, au sud de l'Italie, faire un reportage sur les migrants africains exploités dans les champs de tomates. Sans-papiers, ils travaillent au noir et vivent dans des conditions misérables. Ces migrants sont pourtant le maillon essentiel d'un commerce international : l'Italie est le troisième pays producteur de tomates au monde, après les Etats-Unis et la Chine. «The Dark Side Of The Italian Tomato» raconte l'histoire d'un business qui se fait en partie aux dépens de l'Afrique.

>>>> «The Dark Side Of The Italian Tomato» est en ligne sur le site de RFI JOL Press : Vous avez donc décidé de retracer le chemin de ces boîtes de concentré de tomate jusqu'au Ghana... Apple, une entreprise transnationale - Histoire, Géographie, Education civique.