Historiographie

Facebook Twitter
Une géographie critique du territoire national est-elle possible? Rédactrices : Cécile Gintrac (CPGE, Enghien) et Sarah Mekdjian (MCF, Grenoble) Didacticiens et enseignants ont déjà largement contribué à l’analyse critique des programmes scolaires en géographie, notamment sur ce blog. Journée d’étude Aggiornamento : Bousculer la nation ? Une géographie critique du territoire national est-elle possible ? (Cécile Gintrac, Sarah Mekdjian) Journée d’étude Aggiornamento : Bousculer la nation ? Une géographie critique du territoire national est-elle possible ? (Cécile Gintrac, Sarah Mekdjian)
Rédactrice : Suzanne Citron Histoire de France et identité nationale « Histoire de France » désigne ici le récit du passé imposé par l’école élémentaire et l’identité nationale ne se sépare pas de l’imaginaire national au sens de Benedict Anderson, une représentation du collectif remontant à l’ère des nations européennes et américaines du 19ème siècle, banalisée par l’école obligatoire. Actes de la journée d’étude Aggiornamento du 14 avril “Bousculer la Nation ?” (texte 1 : Suzanne Citron) Actes de la journée d’étude Aggiornamento du 14 avril “Bousculer la Nation ?” (texte 1 : Suzanne Citron)
Badinter : "Le Parlement n'est pas un tribunal" Badinter : "Le Parlement n'est pas un tribunal" LE MONDE | • Mis à jour le | Par Robert Badinter Par expérience personnelle, je sais combien il est douloureux d'entendre dénier la réalité d'un génocide qui a englouti vos proches les plus chers. Je comprends donc la passion qui anime la communauté arménienne pour que soit reconnu par la communauté internationale, et surtout la Turquie, le génocide arménien de 1915. Et cependant, quelle que soit la sympathie que l'on puisse éprouver pour cette cause, elle ne saurait conduire à approuver la proposition de loi votée par l'Assemblée nationale le 22 décembre 2011 et soumise prochainement au Sénat, qui punit d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende ceux qui "contestent ou minimisent de façon outrancière un génocide reconnu comme tel par la loi française".
La concurrence mémorielle - Histoire, Mémoire et Société Après l'excellent ouvrage précurseur et collectif dirigé par Jean-Michel CHAUMONT en 1997 (La concurrence des victimes : génocide, identité, reconnaissance) et après l'indispensable Guerres de mémoires (que nous avions recensé dans les premiers articles de ce blog) dirigé en 2008 par Pascal BLANCHARD et Isabelle VEYRAT-MASSON, une nouvelle référence semble émerger chez nos voisins belges. Au gré des navigations dans le cadre de l'actualisation de ce site Internet, j'ai découvert un peu par hasard qu'un ouvrage venait d'être édité assez discrètement chez Armand Colin en novembre 2011. Je précise "assez discrètement" car je suis assez surpris du peu d'information et de promotion qui entoure le livre pour l'instant. A défaut d'avoir pu avoir l'objet entre les mains, je relaie aux lecteurs de ce blog les renseignements que je suis parvenu à glaner sur Internet : Les coordinateurs sont Geoffroy GRANDJEAN et Jérôme JAMIN. La concurrence mémorielle - Histoire, Mémoire et Société
Devenir historien-ne commencera bientôt à publier des billets traitant des multiples façons d’exploiter divers types de sources. C’est pourquoi il m’a paru utile de proposer ici quelques éléments introductifs, très généraux, sur les sources et leur critique. Plus que des indications méthodologiques précises, il s’agit ici simplement de recourir à quelques classiques de l’historiographie afin de proposer quelques pistes de réflexions pour vous aider à mieux définir ce qu’est une source et ce que l’on entend par “critique des sources”. Ce billet s’inscrit, par ailleurs, dans la continuité de quelques billets précédents, qui ont fait suite à la publication de “Mais par quoi vais-je bien pouvoir commencer ?“. À propos des sources À propos des sources
En 2009, lors de la diffusion d’«Apocalypse» de D. Costelle et I. Clarke, j’avais rédigé une chronique intitulée «Apocalypse : au-delà des prouesses techniques est-ce de l’histoire?» [1] En 2011, D. Costelle et I. La chronique de Lyonel Kaufmann : l'enquête historique à l'âge d'Apocalypse La chronique de Lyonel Kaufmann : l'enquête historique à l'âge d'Apocalypse
Rédacteur : Eric Fournier Les héros de l’histoire de France expliqués au Figaro Alain Corbin a produit une œuvre majeure et écrit un livre pour enfants, Les Héros de l’histoire de France expliqués à mon fils dans lequel il s’interroge sur l’historicité des ressorts de l’admiration. Des héros et des cannibales : des usages politiques de l’œuvre d’Alain Corbin. Des héros et des cannibales : des usages politiques de l’œuvre d’Alain Corbin.
Numéro non thématique - 1 | 1992
Enseigner de la géographie (Actes de colloque) - 5 | 1994
Savoir, langages et citoyenneté - 15-16 | 1999
Guerres et conflits dans les manuels et dans l'enseignement - 29 | 2008
17 octobre 1961 : "Ce massacre a été occulté de la mémoire collective"
L’empire des géographes L’empire des géographes L’empire des géographes Une préface dense de Paul Claval nous permet de saisir le passage d’une géographie de l’exploration à une géographie coloniale, puis tropicale après les indépendances. Cette géographie se scientifise progressivement et devient plurielle. Elle a ses institutions, les sociétés de géographie, éminents lieux de production d’un savoir colonial qui, dès les années 1890, entament la «progressive décolonisation» de leurs publications, comme à Lyon (Jean-François Klein) et dont on ne peut en oublier qu’ils furent parfois des productions scientifiques de qualité (Emmanuelle Sibeud). De plus, l’institution sait «s’accommoder de l’émergence d’individualités qui se sont plus ou moins démarquées de la cause coloniale», comme Jean Dresch (Mustapha Chouiki).
L'historien Patrick Boucheron, ou le Moyen Age dévoilé - Idées
L’historien et la nation
Un aperçu de la géographie dans le monde - Globe Un aperçu de la géographie dans le monde - Globe 72 1024x768 Normal 0 21 72 1024x768 Normal 0 21 En écho à l'émission Qu’est-ce que la géographie, Globe vous propose un aperçu partiel, via quelques liens hypertextes, des différentes façons de pratiquer la géographie dans le monde. Vous pouvez réécouter l’émission, et la podcaster en cliquant ici. N'hésitez pas à laisser vos commentaires pour nourrir et développer cet aperçu.
La litanie des grands personnages Déjà dans les années 1979-80, Alain Decaux s’y exclamait : « On n’enseigne plus l’histoire à nos enfants ! » Aujourd’hui, les enquêteurs qui se penchent sur cet « assassinat » dénoncent, avec le procureur Dimitri Casali, la disparition dans les classes de 6e et de 5e de Clovis, Charles Martel, Hugues Capet, Louis IX dit Saint Louis, François Ier, Louis XIII, la relégation de Louis XIV en fin de programme, la réduction du premier empire en question optionnelle. « L’histoire de France » fétiche de la nation. Par Suzanne Citron. « L’histoire de France » fétiche de la nation. Par Suzanne Citron.
Rédacteur : Catherine Coquery-Vidrovitch On ne peut comprendre la situation actuelle du continent africain sans l’analyser à la lumière des héritages complexes du continent. Celui-ci n’est « né » ni avec les indépendances il y a une cinquantaine d’années, ni avec la colonisation près d’un siècle auparavant, ni avec la « découverte » par les Portugais à la fin du XVè siècle : les Européens n’ont découvert et construit que « leur » Afrique, alors qu’ils étaient, sans le savoir, les derniers arrivés dans une histoire longue de mondialisation. Car les Africains n’ont jamais vécu dans l’isolement, ne serait-ce que parce que l’humanité y est née. Une construction négative du continent a été conçue au moment où se développait du côté européen la traite atlantique des esclaves noirs. Pourquoi il faut enseigner l’histoire ancienne de l’Afrique subsaharienne.
Pour mémoire
Certains atlas du début du XXe siècle nous semblent aujourd’hui délicieusement surannés. Se faisant l’écho d’un exotisme quelque peu révolu, leurs pages portent des regards condescendants sur des peuples du lointain. Pour autant, l’histoire telle qu’elle se fait aujourd’hui s’est-elle affranchie des présupposés eurocentrés sur lesquels elle a posé ses fondations ? Asie, Afrique, Amérique...L'histoire des autres mondes - Laurent Testot, article
Faut-il enseigner les études de genre (rebaptisées "théorie du genre" par leurs adversaires) à l’école ? La polémique suscitée par cette question révèle le rapport ambivalent que la France entretient à l’égard des gender studies, champ d'étude né aux Etats-Unis, toujours soupçonné de s’inscrire dans une démarche militante, féministe, homo et transsexuelle. En réalité, les études de genre constituent un domaine de recherche pluridisciplinaire dont on peut retracer la genèse, les développements, les références et les enjeux. Les "gender studies" pour les nuls - Sandrine Teixido, édition Héloïse Lhérété, article
21 août 2011 De nouveau en avant-première d’une parution dans Géocarrefour, je propose ici un compte rendu de l’Atlas de la mondialisation. Comprendre l’espace mondial contemporain, publié par les Presses de Sciences Po. Il s’agit d’une lecture “relationnelle” et en quelque sorte comparée, le replaçant dans un dialogue avec plusieurs autres textes parus récemment sur la même thématique. Cartographier la mondialisation : l’Atlas de Sciences Po
Articles : "Le programme de cinquième sur l'Afrique commenté" - L'Histoire : Actualité de L'Histoire
Revue Revue d’histoire moderne et contemporaine 2007/5, Revue d'histoire moderne et contemporaine supplément 2007-4bis Histoire globale, histoires connectées Page 7 à 7 Histoire globale, histoires connectées : un changement d'échelle historiographique ? Introduction Page 23 à 33 La globalisation de l'Histoire globale : une question disputée
« Histoire et mémoires des deux guerres mondiales », site créé et animé par Jean-Pierre HUSSON
Figures historiques, événements mémorables : entretien avec François Dosse
De quel de Gaulle les élèves ont-ils besoin ? Ou comment le mythe (voire l’hagiographie) empêche la construction du raisonnement historique
Un nouvel enseignement pour l’histoire géographie
Le cas Gouguenheim
Faut-il réhabiliter Robespierre ? - Justine Canonne, article Histoire