background preloader

Réussite scolaire

Facebook Twitter

Décrochage. Le Café rappelle les trois études récentes du Cren (université de (...) L’Ecole peut-elle quelque chose contre le décrochage ?

Décrochage. Le Café rappelle les trois études récentes du Cren (université de (...)

Trois études récentes apportent des éclairages nouveaux sur les mécanismes du décrochage. Elles montrent clairement du doigt les responsabilités de l’Ecole. Décrochage : Que dit la recherche ? L'Ecole peut-elle quelque chose contre le décrochage ?

Décrochage : Que dit la recherche ?

Trois études récentes apportent des éclairages nouveaux sur les mécanismes du décrochage. Elles montrent clairement du doigt les responsabilités de l'Ecole. Ainsi le travail de PY Bernard et C Michaut explique que les décrocheurs sont aussi des jeunes qui en ont "marre de l'école". E. Maurin, D. Décrochage : Une bonne idée suffit-elle ? Présenté par le premier ministre et les ministères de l'éducation nationale et de l'emploi le 21 novembre, le nouveau plan anti-décrochage articule une bonne idée, de bons sentiments, avec fort peu de mesures concrètes.

Décrochage : Une bonne idée suffit-elle ?

Est-ce parce qu'il fait presque l'impasse des relations avec les collectivités territoriales ? Car encore une fois ce sont elles qui auront à faire face. Une bonne idée En reprenant l'idée québécoise des Journées de la persévérance scolaire, l'éducation nationale est très bien inspirée. D'abord parce que ça marche. De bons sentiments Cette bonne idée est accompagnée de bons sentiments pédagogiques.

On ne peut que souscrire à ces recommandations. Quelques mesures faussement concrètes... Il y a quand même quelques mesures pédagogiques plus concrètes. L’école et les quartiers populaires : Pour une autre vision des populations reléguées. Il est des jours où les statistiques parlent.

L’école et les quartiers populaires : Pour une autre vision des populations reléguées

Il est des jours où le poids des inégalités de la relégation urbaine et des discriminations s’incarne dans des lieux et des visages. Il est des jours également où l’on accède à un état différent de la connaissance. Les populations « populaires », discriminées, reléguées ne sont ni résignées, ni réduites au silence ou totalement dépossédées d’une analyse et de champ d’actions.

L’allégorie des quartiers populaires telle qu’elle apparaît sous la plume de certains responsables politiques et scolaires, de chercheurs parfois, sacrifie à des lectures compassionnelles et déficitaires. Dès lors que l’on parle de l’école et des quartiers populaires jaillissent comme par réflexe certains mots : échec scolaire, déscolarisation, démission parentale, manque de ressources financières et culturelles etc. Les milieux éducatifs prêtent-il attention à ces initiatives ? Le droit à l’éducation est-il en recul en banlieue ? Vous avez dit démission ? Numérique et réussite scolaire : un couple gagnant ? La nouveauté technologique fascine et les arguments éducatifs ne manquent jamais lorsqu'elle arrive sur le marché.

Numérique et réussite scolaire : un couple gagnant ?

Les publics visés par ces argumentaires sont d'abord les familles et éventuellement les enseignants. Mais les publics visés sont aussi les décideurs, ceux qui par les moyens financiers dont ils disposent peuvent influer sur la diffusion de ces technologies. Le récent plan numérique annoncé par le président de la république n'échappe pas à cet engouement. Lors de récentes entretiens avec des élèves de CM2 et de 6è, nous avons pu constater combien leur relation aux technologies actuelles était positive, enthousiaste. De même lorsqu'on évoque avec eux l'avenir, ils le voient peuplé de ces technologies.

Compte tenu des finalités de l'Ecole, de sa tradition et de son organisation, la nouveauté technologique n'y a a priori pas de place en tant que telle, sinon elle risquerait de créer l'effet girouette. Refondation de l’éducation prioritaire et réussite éducative : par Fabienne Federini — Observatoire de la Réussite Educative. Ce texte est disponible en version pdf C’est toujours intéressant d’être interpelée sur une question qui semble en veille depuis la disparition du ministère délégué à la réussite éducative, mais qui n’en reste pas moins vive, pour reprendre une expression communément usitée par le centre Alain Savary, au sein du ministère de l’éducation nationale, notamment parce qu’un de ses bureaux porte cette problématique.En revanche, il ne paraît pas judicieux d’associer l’éducation prioritaire et la réussite éducative dans un même mouvement.

Refondation de l’éducation prioritaire et réussite éducative : par Fabienne Federini — Observatoire de la Réussite Educative

Car la réussite éducative telle que nous l’entendons depuis le Pacte pour la réussite éducative [1], est pour tous les élèves et non à destination de quelques-uns, sinon nous risquons de faire de la réussite éducative le substitut de la réussite scolaire pour les élèves scolarisés en éducation prioritaire. En effet, la réussite éducative ne doit pas être pensée comme un supplétif de la réussite scolaire. Avec d’autres ministères ensuite : Notes. Cnesco : Comment lutter contre la ségrégation dans son établissement ? Pour affronter la ségrégation sociale à l'école, il faut agir localement, nous dit le colloque réuni par le Cnesco.

Cnesco : Comment lutter contre la ségrégation dans son établissement ?

Le 6 juin, il consacrait un atelier à la question des politiques d'établissement en associant des acteurs et des chercheurs. Si ceux-ci ont bien montré que la ségrégation se construit aussi dans les établissements, que proposent ceux-là pour en diminuer la portée ? Co-auteur du rapport sur la ségrégation scolaire publié par le Cnesco et d'une étude réalisée pour la région Ile de France, Arnaud Riegert a montré comment les établissements scolaires fabriquent de la ségrégation en construisant des classes homogènes et des filières homogènes scolairement, socialement ou culturellement. En mettant en place des classes de niveau, les chefs d'établissement pensent améliorer les chances des élèves, ce qui n'est pas le cas pour les plus faibles.