background preloader

Chatilino

Facebook Twitter

Faut-il en finir avec la télévision ? L'auteur Michel Desmurget, directeur de recherche à l’INSERM, poursuit ses travaux au Centre de neurosciences cognitives, à Lyon.

Faut-il en finir avec la télévision ?

Pour en savoir plus M. Desmurget, TV Lobotomie : la vérité scientifique sur les effets de la télévision, Max Milo, 2011 Du même auteur Selon les experts de l’industrie médiatique, la télévision serait bienfaisante. Le discours laudateur du sérail télévisuel passe d’autant mieux que les téléspectateurs ont tendance à prendre comme une offense personnelle la moindre assertion négative. « Regardez-moi, je passe trois heures par jour devant le petit écran, et je ne suis ni inculte ni stupide ! En pratique, les influences délétères du petit écran sont difficiles à repérer, car elles se manifestent souvent longtemps après. Télévision et retard scolaire. Publicité : les médias rendent les enfants matérialistes.

Publicité : les médias rendent les enfants matérialistes © Fuse Suivez l'actualité de terrafemina.com sur Facebook Plus ils regardent la télévision, plus les enfants sont exposés aux spots publicitaires : or la pub rend les 8-11 ans de plus en plus matérialistes.

Publicité : les médias rendent les enfants matérialistes

Une étude menée par des chercheurs du Centre sur les enfants, les adolescents et les médias de l'université d'Amsterdam, montre qu’il existe un lien direct entre le fait pour des enfants de regarder des publicités et le développement de leur matérialisme. Quand, entre deux dessins animés, un petit téléspectateur entre 8 et 11 ans regarde les publicités pour le dernier jeu de construction à la mode ou la figurine dernier cri, il développerait son consumérisme. « Les enfants deviennent conscients de la signification symbolique des objets. Numérique, le bon bulletin des élèves français. C’est un document instructif et paradoxal, troublant même.

Numérique, le bon bulletin des élèves français

Un rapport qui ne manquera pas d’interpeller ceux qui ne jurent que par le numérique pour guérir l’école de ses maux et qui, au moins à première vue, donne des arguments à ceux qui doutent de la pertinence des nouvelles technologies dans le champ de l’éducation. En présentant lundi 14 septembre une vaste étude sur l’usage de ces outils par les élèves (1), l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) a en tout cas bousculé pas mal d’idées reçues. Côté France, on apprend ainsi qu’il n’existe quasiment pas de « fracture numérique » : il y a trois ans, 99 % des jeunes de 15 ans disposaient d’au moins un ordinateur à la maison. Parmi les moins favorisés d’entre eux, ceux « dont le statut socio-économique se situe dans le quartile inférieur de la population », 96 % avaient accès à l’Internet à leur domicile.

L'éthique et les TIC à l'école. Alphabétiser les jeunes au Web : une nécessité pour l’école d’aujourd’hui. Médias, images et TIC en Suisse romande : un aperçu du domaine MITIC. Le domaine MITIC, pour Médias, Images et Technologies de l’Information et de la Communication, est le volet du Plan d’étude romand (PER), en Suisse, qui comprend la compétence transversale TIC.

Médias, images et TIC en Suisse romande : un aperçu du domaine MITIC

Influences de la télévision. État des recherches. Réseaux sociaux à l’école : mieux vaut éduquer qu’interdire. 30 juillet 2015 | 09:58 Les réseaux sociaux font dorénavant partie de la vie, je ne vous apprends rien là. On y associe souvent le concept d’identité numérique, mais on peut aussi parler d’identité « tout court », puisque l’un ne va pas sans l’autre bien souvent, surtout chez les jeunes. Pourtant, la communication sur les réseaux sociaux nécessite toutes sortes d’apprentissages et le milieu scolaire est assurément un terreau idéal pour cela, en plus de pouvoir profiter de ses avantages pour moderniser les techniques d’enseignement.

Voici quelques niveaux d’influence de ces réseaux sur le système d’éducation. Des parents branchés Si les jeunes sont branchés, il ne faut pas oublier que bien des parents le sont aussi. À l’inverse, certains ont vécu de mauvaises expériences. De nombreuses écoles (secondaires surtout) et presque toutes les commissions scolaires possèdent aussi leur page Facebook publique pour y diffuser des nouvelles et échanger avec leur communauté. De la cyberintimidation. Éducation « par les médias » ou « aux médias » Ces deux expressions proches se confondent dans l’esprit de bien des gens du milieu de l’enseignement, comme d’ailleurs dans celui des professionnels des médias.

Éducation « par les médias » ou « aux médias »

On peut même parler, ces dernières années, d’un faux consensus dans le milieu scolaire québécois. L’auteur clarifie cette question dans un article de la revue québécoise Vie Pédagogique auquel nous renvoyons le lecteur pour de plus amples développements. Les utilisateurs des réseaux sociaux en France : profils, comportements, attitudes. Les chiffres et baromètres sur l’utilisation des réseaux sociaux se suivent et ne se ressemblent pas toujours.

Les utilisateurs des réseaux sociaux en France : profils, comportements, attitudes

Si la précision des chiffres peut toujours être remise en question, elles ont le mérite de donner des tendances sur nos usages en termes et de web et de réseaux sociaux. Harris Interactive a dévoilé son dernier baromètre sur les usages des réseaux sociaux en France. Il a été réalise sur un échantillon représentatif de 2000 personnes de 15 ans et plus (ce qui représente déjà un biais car de nombreux utilisateurs ont moins de 15 ans). Voici les principales conclusions de cette 3ème édition du baromètre :