background preloader

Réseaux sociaux à l’école : mieux vaut éduquer qu’interdire

30 juillet 2015 | 09:58 Les réseaux sociaux font dorénavant partie de la vie, je ne vous apprends rien là. On y associe souvent le concept d’identité numérique, mais on peut aussi parler d’identité « tout court », puisque l’un ne va pas sans l’autre bien souvent, surtout chez les jeunes. Pourtant, la communication sur les réseaux sociaux nécessite toutes sortes d’apprentissages et le milieu scolaire est assurément un terreau idéal pour cela, en plus de pouvoir profiter de ses avantages pour moderniser les techniques d’enseignement. Voici quelques niveaux d’influence de ces réseaux sur le système d’éducation. Des parents branchés Si les jeunes sont branchés, il ne faut pas oublier que bien des parents le sont aussi. À l’inverse, certains ont vécu de mauvaises expériences. De nombreuses écoles (secondaires surtout) et presque toutes les commissions scolaires possèdent aussi leur page Facebook publique pour y diffuser des nouvelles et échanger avec leur communauté. De la cyberintimidation

http://www.quebecnumerique.com/reseaux-sociaux-a-lecole-mieux-vaut-eduquer-quinterdire/

Related:  Formation parents 3.0e-learning / formation et numérique

Renseigner les parents sur notre utilisation des #médiasSociaux La rentrée approche à grands pas ! Les vacances, encore trop courtes, laisseront bientôt leur place à toute la fébrilité de la rentrée et bien que mon corps insiste pour que celles-ci se poursuivent, mon cerveau lui est fin prêt. L'an dernier, j'ai commencé à utiliser Challenge U en classe et cela a dépassé mes attentes plus vite que prévu. Mes élèves se sont donc retrouvés subitement avec 2-3 séquences à faire par semaine, dont quelques-une à la maison. Perspectives sur l’utilisation des TI en éducation au Québec Depuis plus de 10 ans, le Groupe de travail québécois sur les normes et standards pour l’apprentissage, l’éducation et la formation (GTN-Québec) s’appuie sur les travaux des groupes internationaux d’élaboration des normes et soutient les acteurs du milieu de l’éducation, dans le but de favoriser l’implantation de pratiques exemplaires de description et de production de ressources éducatives interopérables, réutilisables et accessibles à tous. Dans un monde où les technologies de l’information (TI) évoluent rapidement, au point où il est parfois difficile de départager les tendances des modes, le GTN-Québec propose, avec ce document, une réflexion brossant le portrait de l’utilisation des TI au sein du système d’éducation québécois et des enjeux qu’elle soulève[1]. Comment les TI peuvent-elles supporter, voire modifier au moins en partie, les pratiques pédagogiques des formateurs? Quelles sont les conditions d’une utilisation optimale des TI en contexte pédagogique?

Utiliser les réseaux sociaux en classe. Introduction : C’est un sujet d’actualité. Si les réseaux sociaux font peur à certains ils deviennent pour d’autres des outils pertinents pour la classe. Quand ils font peur c’est souvent en lien avec une représentation inexacte du phénomène et par le fait même des usages réels chez les jeunes. Dans les lycées, les réseaux sociaux sous surveillance Les équipes pédagogiques gardent un œil sur Facebook et Twitter pour tenter de contrôler les dérapages. Les enseignants ne se contentent plus de regarder par-dessus leur épaule lorsqu’ils écrivent au tableau. Il leur faut maintenant surveiller les bavardages électroniques sur Internet. Fin janvier, deux élèves du très huppé lycée Lakanal de Sceaux (Hauts-de-Seine) ont ainsi été exclus de l’établissement après s’être moqués d’enseignants sur Facebook. Même scénario, fin mars, dans un lycée des Yvelines.

Document web n°5 : Les médias sociaux et l'enseignement Depuis quelques années, une nouvelle famille de technologies web fait beaucoup parler d’elle. Il s’agit des médias sociaux, un nouveau type de sites web où les visiteurs peuvent participer activement à l’élaboration du contenu du site. Il en existe une grande diversité, depuis les sites de réseautage privé ou professionnel (Facebook, Myspace, LinkedIn) aux sites de partage de contenu (YouTube, Flickr, Digg), en passant par les sites de création collaborative (Wikipédia). Apprendre les leçons à la maison et faire les devoirs à l'école Dans le cadre de ce programme, les élèves visionnent une vidéo en ligne qui lui permet de maîtriser les notions et après, il se rend en classe pour mettre en pratique ces apprentissages. Cette méthode d'enseignement est de plus en plus répandue au pays alors que les vidéos sont facilement accessibles, en l'occurrence à l'aide du site YouTube ou par un téléchargement quelconque. L'école secondaire Sir William Mulock, à Newmarket, en Ontario, a décidé de faire le saut. Dans ce qu'ils appellent communément l'école «Apportez vos appareils personnels», chaque étudiant doit avoir en main un ordinateur portable ou une tablette pour avoir accès à la technologie. Donna Green, professeure de mathématiques, a opté pour ce virage dans sa classe de 10e année (l'équivalent de la quatrième année du secondaire au Québec).

Les fondements de la littératie numérique Introduction De nos jours, on dit souvent que les jeunes sont « les enfants du numérique » en raison de leur apparente facilité à utiliser tous les outils technologies. On le comprend aisément : les jeunes Canadiens vivent dans un monde interactif, une culture numérique « sur demande » où ils ont accès aux médias à toute heure et en tout lieu, à volonté. La messagerie instantanée, le partage de photos, les messages texte, les réseaux sociaux, la vidéo en continu et l’Internet sans fil – dans tous ces secteurs d’activité, les jeunes ont pris les commandes et créer une nouvelle façon de « vivre » et de naviguer sur le Net. Il faut donc se poser la question suivante : mais qu’est-ce , au juste, que la littératie numérique ?

Université de Neuchâtel : Kit réseaux sociaux : guides, méthodologie, responsabilité, Facebook Utiliser les réseaux sociaux en mode professionnel demande de mettre en place une organisation pour que les employés et partenaires puissent s’y exprime certes, mais en toute responsabilité. De nombreuses initiatives existent en ce sens et certaines se distinguent plus que d’autres telles les universités en Suisse qui s’intéressent de près au sujet en posant des jalons clairs. Rubrique réseaux sociaux avec le plein d’infos Après l’Université de Genève et son Kit réseaux sociaux : guides, méthodologie, Facebook, l’Université de Neuchâtel via son service communication affiche dans une rubrique dédiée Réseaux sociaux sa présence sur les médias sociaux avec une présentation sur leur portail qui peut inspirer bien des institutions, entreprises et associations. Points de responsabilité sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux ont-ils leur place à l’école ? En quelques années (Facebook a été lancé en 2004), les réseaux sociaux sont devenus les médias dominants dans les pratiques numériques, des jeunes d’abord, de la grande majorité des acteurs de la société ensuite, renvoyant au rang de "vieux" médias les sites web, les blogs et même la messagerie électronique. Car pourquoi perdre du temps à envoyer des dizaines de mails pour donner rendez-vous à ses amis pour une petite fête lorsque l’envoi d’une seule annonce d’événement sur Facebook suffit. Ce qui d’ailleurs se révèle beaucoup plus efficace puisqu’on peut être quasiment certain que la grande majorité des destinataires recevra effectivement le message. D’ailleurs plus personne ne peut contester l’influence déterminante des réseaux sociaux dans les événements historiques aussi importants que le "Printemps arabe". De leur côté, les hommes politiques, les journalistes, les people de tout bord, n’ont pas hésité à y assurer leur présence et à les investir systématiquement.

Faut-il faire entrer les réseaux sociaux à l’école ? doc 7 Les débats actuels sur l’éventuelle introduction des GAFAM (Google-Apple-Facebook-Amazon-Microsoft) à l’école et les questions que pose la mise à disposition des données personnelles des élèves montrent à quel point la question de la relation de l’école avec le numérique est complexe. Elle l’est d’autant plus pour les jeunes enseignants qui débutent leur carrière et découvrent leur métier d’éducateurs. Les enseignants qui débutent dans le métier ont une perception paradoxale de leurs usages numériques : D’un côté, ils ont le sentiment d’avoir un niveau d’expertise élevé sur internet et y passent en moyenne 2 heures au quotidien, notamment pour consulter leurs réseaux sociaux ; de l’autre, ils se disent inquiets face à leur mission d’éducation au/par le numérique et excluent pour la plupart l’usage d’internet, et en particulier des réseaux sociaux avec leurs élèves.

Les enfants, les adolescents et le réseautage social Le réseautage social est une façon amusante pour les enfants d'interagir, d'élaborer des projets et d'échanger de l'information. Les réseaux sociaux en ligne, comme Facebook et Twitter, relient des gens partout sur la planète, ce qui peut les ouvrir à un monde inconnu. Pour vous assurer que vos enfants utilisent le réseautage social de manière sécurisée, voici quelques conseils importants. Vérifiez le réseau social en ligne auquel votre enfant veut se joindre et assurez-vous qu'il s'agit d'un service bien connu.

Le Québec a toujours une longueur d'avance dans ce domaine :) by tleroux Sep 27

Related:  chatilinoRéseaux sociaux et enseignementComment s'en protéger