background preloader

Habillement & mode : la vérité derrière vos "matières" préférées

Facebook Twitter

La soie, une torture de luxe. J'ai appris beaucoup de choses en devenant vegan et j'avoue que le fait que la soie soit fabriquée à partir de cocons d'insectes en fait partie. J'ai fait beaucoup de recherche et même si les chenilles sont "que" des insectes pour certains, ils souffrent et sont vraiment victime d'exploitation pour la soie. Petit cours d'histoire: La soie, découverte en Chine fut exploitée depuis environ 3000 ans avant J-C.

Sa méthode de fabrication restera secrètement gardée par la Chine pendant 3 millénaires puis exportée à d'autres civilisations. La soie est une jolie appellation pour désigner des fils de bave de chenille tissés pour en faire un tissu. La chenille bombyx du mûrier ou bombyx mori est appelée "vers à soie" par l'homme qui a décidé de faire que cet être vivant ne vive que pour être exploité et tué.

Le bombyx du mûrier n'existe pas à l'état sauvage, il est issu d'un croisement fait par l'homme, afin de les exploiter pour leurs cocons. Des alternatifs? Attention aux étiquettes /! Pourquoi les végans ne portent pas de soie? - La Carotte Masquée. Récemment, j’ai dû acheter un sari (après 6 mois en Inde, il était temps). Et je me suis alors retrouvée devant un problème de taille : tous les saris qu’on me montrait étaient en soie. Or, vegan et soie, ça ne fait pas bon ménage.

Sauf que, quand on m’a demandée pourquoi, j’ai été incapable de formuler une réponse argumentée et expliquer clairement le problème de la soie. J’ai baragouiné trois phrases sur le fait que les chenilles étaient tuées, mais ça m’a permis de me rendre compte que j’étais pas du tout callée sur le sujet. Autant pour la fourrure ou le cuir, c’est facile à comprendre. Autant pour la soie, peu de gens semblent au courant. Alors, j’ai voulu me renseigner et comprendre quel était exactement le problème avec la soie. La sériciculture: 1500 chrysalides tuées pour 1 mètre carré de soie Armée de mon ordi et d’une bonne connexion internet (enfin « bonne », tout est relatif en Inde), j’ai découvert que pour un sari, il faut tuer environ 15,000 chrysalides.

Explications. Société Vegan: Le sabra, la soie végétale. Le sabra, aussi appelé soie végétale, est un tissu qui ressemble à la soie par son aspect et son toucher. Cette étoffe rencontre depuis quelques années un vif succès dans l'industrie de l'artisanat marocain. L'aloe vera, la plante du sabra La soie du sabra est purement végétale, elle est obtenue à partir de l’aloès. Les feuilles de la plante sont trempées dans l’eau afin que l’on puisse en extraire les fibres, c'est l'opération de rouissage. Le rouissage, c'est la macération que l'on fait subir aux plantes textiles telles que le lin ou le chanvre, pour faciliter la séparation de l'écorce filamenteuse d'avec la tige. Les fibres sont ensuite filées de façon traditionnelle à l'aide d’un métier à tisser de basse-lisse, puis teintes parmi un panel de milliers de coloris disponible dans les souks. Elastique et infroissable L’aspect si particulier du sabra est dû à la structure de ses fibres.

Source : www.lepetitjournal.com. La laine pas si douce que ça. Il y a encore aujourd'hui beaucoup de vêtements en laine, certaine personne ne savent pas ce qui se cache derrière la laine en croyant que c'est inoffensif, seulement moi, je vais vous raconter comment c'est fabriquer et la souffrance que ça engendre.

Les moutons mérinos sont spécialement élevé pour ça, ils sont sélectionné génétiquement pour présenter un maximum de replis de peau et donc de laine. Ce surplus de laine artificiellement provoqué entraîne la mort de nombreux animaux pendant les grandes chaleurs. Les replis de peau retiennent aussi urine et humidité, ce qui attire les mouches. Celle-ci y pondent leur oeufs et les moutons sont dévorés vivant par les larves. Pour empêcher ce problème, les éleveurs découpent des morceaux de chair sur les agneaux, sans anesthésie. Quelques semaines après leur naissance, les agneaux ont les oreilles perforées, la queue coupée et les mâles sont castrés par la pose d'un élastique destiné à couper la circulation sanguine.

Source PETA. La Face cachée de l’Industrie de la Laine. Peut-on exploiter les animaux pour leur laine sans leur causer de souffrance? La réponse semble être dans la question. Le simple fait d’exploiter tout court devrait mettre la puce à l’oreille… Petit tour d’horizon d’un business pas si doux que ça. La laine désigne un ensemble de fibres provenant d’animaux différents (laine de mouton, laine angora, laine cachemire, laine du mohair, laine alpaga). L’industrie de la laine ne semble pas au premier abord entraîner de souffrance animale. En ce qui concerne les autres laines, elles sont produites dans des pays où la protection animale est quasiment inexistante. Source : ecovegan.free.fr “L’industrie du mouton australien et Neo Zélandais n’a rien d’autre que mépris pour les ovins indépendamment du fait qu’ils soient sur leur sol ou ailleurs. *** Attention Images Choquantes *** Source : vivrevegan.fr Toujours dans cette logique de productivisme, les animaux paient le prix fort, et dans l’industrie de la laine aussi !

Source : veganisme.fr KeïKo. Vente de laine Vegan Yarn | Mad laine. Le fil Spica de Vegan Yarn est un fil 100% coton biologique. Ce fil est teint à la main à l'aide de teintures végétales ce qui donnent aux écheveaux de jolies couleurs naturelles, tendres et pastels. Par ce procédé de teinture naturelle, les couleurs varient légèrement dans les écheveaux ce qui donnera un aspect unique à votre tricot. Le processus de teinture naturelle prend du temps, mais n'exige aucun produit chimique agressif.

Ce type de teinture prend entre 3 jours à 2 semaines en fonction des couleurs. Cuir. Les dessous de la confection du cuir : horreur et tortures pour les animaux. – Fourrure. Ceux qui ont renoncé à la fourrure connaissant l’horreur et les tortures que subissent les animaux au nom de la mode connaissent-ils les conditions dans lesquelles sont sacrifiés les animaux ? Quiconque se soucie des animaux et de l’environnement devrait être averti des dessous de la confection du cuir. Aujourd’hui, personne ne peut ignorer les conditions de l’élevage intensif et celles de la fabrication du cuir n’en sont pas moins reluisantes.

La plupart des animaux destinés au cuir souffrent de confinement, de surpopulation, de privation, de maltraitrances et parfois même de tortures. Ils subissent aussi souvent le marquage au fer, la caudectomie (coupe de queue), l’écornage (coupe des cornes) et l’égorgement sans anesthésie. La vidéo ci dessus montre une enquête en caméra cachée réalisée par PETA Asie. Source : bioalaune.com. Le Piñatex, un cuir à base de fibre d'ananas. Pour trouver une alternative au cuir, la créatrice espagnole, Carmen Hijosa, s’est inspirée de la culture textile aux Philippines pour mettre au point le Piñatex, un cuir végétal fabriqué à base de fibres d’ananas. Dans les mariages traditionnels ou lors d’événements importants aux Philippines, les hommes s’habillent d’un vêtement transparent appelé Barong Tagalog.

Cet habit a la particularité d’être constitué de fibres de feuilles d’ananas qui ressemble étrangement à la matière du cuir, très controversée, que l’on connaît tous. C’est là que la designeuse espagnole, Carmen Hojisa, découvre cet usage philippin et y voit une excellente opportunité pour remplacer le cuir traditionnel. Le Piñatex, enfin une alternative fiable au cuir Le textile a été décrit par la créatrice comme un textile fin, robuste et innovant, une matière non tissée à base de longues fibres, tel un feutre. Le Piñatex ressemble beaucoup au cuir. Le Pinatex ©Photo Facebook Pinatex Un produit en voie de développement. En finir avec la fourrure. Libérez les lapins angoras. La fourrure, conseil pratique. Cette pratique plus rare est tout aussi préjudiciable aux animaux. Le piège “à mâchoire” est de très loin le plus utilisé parmi toutes les techniques existantes. Qualifié “d’inhumain” par l’AVMA (American Veterinary Medical Association), il est interdit dans 89 pays en raison des atroces souffrances qu’il occasionne aux animaux.

Une mâchoire en métal se referme sur l’un des membres de l’animal, causant une très grande douleur. Immobilisés, ils peuvent rester jusqu’à plusieurs jours sans pouvoir manger ou boire. Ils finissent souvent par mourir de froid, de faim, ou tués par un prédateur. S’ils sont encore vivants lors du retour du trappeur, ils sont généralement battus à mort ou étouffés afin de conserver la fourrure intacte de toute trace de sang.