background preloader

Langue

Facebook Twitter

The Delightful Perversity of Québec's Catholic Swears. Graffiti in Québec which roughly translates to "We don't give a fuck about the special law (Bill 78)".

The Delightful Perversity of Québec's Catholic Swears

(Photo: Gates of Ale/CC BY-SA 3.0) Québec is bilingual, but reluctantly. As a French province with small pockets of English, and a few larger pockets that will willingly use both languages, the signs, by law, are in French. The language on the street is French. Ordering food or browsing a store will likely involve some amount of standard conversational French, and should you get in trouble with the law, it's going to be time to find a Francophile lawyer.

The profanity, though, is pure Québec. Québec's swearing vocabulary is one of the weirdest and most entertaining in the entire world. A snowy street in Montréal, looking towards the Notre Dame de Bonsecours Chapel. The fact that the region has unique swears is not itself unusual. Je suis subjonctif imparfait. Je ne l'ai jamais beaucoup aimée, cette réforme.

Je suis subjonctif imparfait

Parce que je trouve qu'elle ménage la chèvre et le chou, parce que je trouve qu'elle ne va pas assez loin à mon goût, mais, surtout, parce que je trouve qu'en la faisant, on accorde une importance beaucoup trop grande à l'orthographe, qui est, disons-le, de la décoration. Se préoccuper de l'orthographe d'une langue, c'est se préoccuper de la couleur des bulletins de vote au lieu de réformer le mode de scrutin. Mais, justement, calmons-nous. C'est de la petite bière. The Linguistics of LOL. What Internet vernacular reveals about the evolution of language Post Typography When two friends created the site I Can Has Cheezburger?

The Linguistics of LOL

Les médias québécois et la crise du franglais. Les médias québécois, depuis une petite quinzaine, causent de langue à l’envi.

Les médias québécois et la crise du franglais

Plusieurs chroniqueurs s’y sont mis : Mathieu Bock-Côté, Christian Rioux, Marc Cassivi, Antoine Robitaille. Les réseaux sociaux ne dérougissent pas. Le motif immédiat de cette agitation ? Pourquoi a-t-on l’impression d’entendre quelqu’un crier quand un texte est écrit en capitales? C’est une des plus vieilles blagues de l’Internet.

Pourquoi a-t-on l’impression d’entendre quelqu’un crier quand un texte est écrit en capitales?

Dans cette question posée sur Yahoo Answers, un utilisateur demande COMMENT IL PEUT ARRÊTER D’ÉCRIRE EN CAPITALES. S’il y a de grandes chances que cette histoire soit un joli fake, elle montre au moins comment les capitales donnent l’impression d’entendre quelqu’un crier dans un texte écrit. Sur The New Republic, Alice Robb explique que ce sont les premiers blogueurs qui pourraient être responsables de ce développement. «Le linguiste Ben Zimmer m’a dirigé vers des groupes de discussions Usenet –les précurseurs des forums et des threads Reddit qui dominent Internet aujourd’hui– où des gens ont étudié ce que les lettres capitales pouvaient vouloir dire. Vive Le Quebec Libre! (or, Anglo Privilege) Du français du XVIIe.

«Au Québec, on parle le français du XVIIe siècle.»

Du français du XVIIe

Petit recueil de 18 moisissures argumentatives pour concours de mauvaise foi. Petit recueil de non plus 18, mais 20 moisissures argumentatives à utiliser sans modération lors des concours de mauvaise foi.

Petit recueil de 18 moisissures argumentatives pour concours de mauvaise foi

Ont été intégrés les plurium et l’argument de l’exotisme. Regarder la vidéo - Actualités Québec. Du bilinguisme, du franglais et de la culture de masse. J’ai un peu hésité avant de répondre à la supposée réponse qu’a servie Mélanie Robert à mon dernier billet.

Du bilinguisme, du franglais et de la culture de masse

Il s’agissait en fait plus d’une réponse à l’excellent billet de Marie-Christine Lemieux-Couture, mais comme madame Robert met le lien vers mon blogue à la fin de son texte, je ne peux faire autrement que de me sentir « interpellée ». Je suis heureuse que madame Robert fasse référence à la linguistique, car il est relativement rare qu’on parle de la science qui étudie les langues lorsqu’on parle de langue.

Il ne faudrait pas, cependant, tomber dans la facilité et croire que la linguistique est une science exacte, et qu’il suffit qu’un linguiste-polyglotte affirme une idée pour qu’elle devienne automatiquement et incontestablement vraie. Des anglicismes, des italianismes et de la situation géo-politique québécoise. Mélanie Robert a publié récemment un billet dans lequel elle dénonce le fait que les Québécois utilisent trop de mots anglais.

Des anglicismes, des italianismes et de la situation géo-politique québécoise

Je pourrais dire beaucoup de choses à propos de ce texte. De la langue, des gens et de la langue des gens. Je cogite ce billet depuis qu’un lecteur a commenté celui sur la médiocrité de la langue de la manière suivante: [...] quelqu’un qui ne maîtrise pas une langue et la déstructure n’est ni artiste, ni un créateur, ni même un utilisateur.

De la langue, des gens et de la langue des gens

Pour moi, c’est un ignare. Des langues comme le franglais du Nouveau-Brunswick ne sont pas des langues, ce sont les marqueurs sociaux de l’assimilation lente et destructrice que ces gens vivent. Qu’est-ce que la prétérition ? De l’hypercorrection… De l’économie linguistique et du tournevis universel… Il arrive souvent que les détracteurs du français québécois s’enorgueillissent à trouver plusieurs synonymes qui remplacent les formes qu’ils condamnent. Maganer pourra être remplacé par amocher, briser, détériorer, affaiblir, etc. C’est le fun pourra être remplacé par c’est amusant, c’est distrayant, c’est plaisant, c’est divertissant, etc.

Cool pourra être remplacé par charmant, drôle, agréable, excitant, etc. On croit ainsi démontrer l’inutilité de telles formes. Pourquoi, en effet, s’encombrerait-on de ces expressions lorsque l’on a tous ces synonymes à sa disposition? De l’importance de la norme prescriptive… De notre soi-disant dialecte honteux… Mathieu Bock-Côté s’est récemment prononcé sur la qualité du français au Québec. Ou, plutôt, sur sa piètre qualité. (L’article est maintenant malheureusement réservé aux membres VIP du Journal de Montréal.) De la rassurance, du choisissement et de la maîtrise du français… 13 Little-Known Punctuation Marks We Should Be Using. Sorry, I don't speak french ! Il y a cent ans, le Mile End était une petite ville indépendante avec son hôtel de ville, son église et une population majoritairement canadienne française. Au détour de la Seconde Guerre mondiale, les Juifs sont venus s'y installer en si grand nombre que la langue parlée par la majorité était le Yiddish.

Au cours des années 1970, les Italiens et les Portugais y ont peu à peu remplacés les Juifs partis s'installer dans l'ouest et ont ouvert des commerces. Langue de bois en sus - Détails et dédales. La langue de bois est maintenant un personnage à part entière de la vie publique. Elle s'invite généralement pour être reniée dans la minute. La phrase préférée de tout un chacun: « Je refuse de parler la langue de bois! Du fun, de mon chum et de la kiouteté de Jean Barbe… De bon matin…