background preloader

TIC131 interactivité multimédia

Facebook Twitter

13min - Apprendre au 21e siècle - François Taddei - Université Paris Diderot. Lapprentissage multimedia. Interactivité, interaction... 1.

Interactivité, interaction...

Interactivité ou interaction ? La situation n’est pas toujours très claire (habituel...). On peut noter que, généralement, les linguistes (les spécialistes de sciences du langage) ne parlent d’interaction que lorsque deux sujets humains parlants sont impliqués dans l’échange. Ils réservent le terme "interactivité" à ce qui qualifie l’échange entre un sujet humain et un objet technique (ordinateur ou autre).

Cela n’empêche pas les spécialistes d’informatique de parler d’interaction homme-machine... 2. On parle d’interactivité pour qualifier la capacité d’un dispositif technique de réagir aux commandes et actions de son utilisateur : ainsi un logiciel pédagogique sera (en général) plus interactif que la télécommande de votre téléviseur par exemple. Quels rôles et quelle formation pour les tuteurs intervenant dans des dispositifs de formation à distance ? Isdm24 lombardo. Isdm24 lombardo. TIS vol7 n2 7 239 255. Relief - ...contre la planéité.

TIS vol7 n2 7 239 255. L'évolution des théories de l'apprentissage à l'ère du numérique. L'évolution des théories de l'apprentissage à l'ère du numérique Mohammed Chekour, Mohammed Laafou, Rachid Janati-Idrissi Résumé Les théories de l'apprentissage visent à expliquer le phénomène d'acquisition des connaissances.

L'évolution des théories de l'apprentissage à l'ère du numérique

L'application directe d'une théorie de l'apprentissage permet de formuler des hypothèses de travail et des méthodes pour des recherches en didactique plus systématique. Dans ce travail, nous avons essayé de réaliser une synthèse des principales théories de l'apprentissage : behaviorisme, cognitivisme, constructivisme et socio-constructivisme. Les critiques de ces théories mettent en évidence la valeur ajoutée d'une nouvelle théorie de l'apprentissage qui s'intéresse à des apports des nouvelles technologies à l'apprentissage et à l'interaction des communautés humaines en réseau. Vellas. Hdr mitropoulou.

Les niveaux d'interactivité - Première partie - 3.4 Les niveaux d’interactivité Jean-Baptiste TOUCHARD [74] évoque la possibilité de mesurer une valeur ZpS (nombre de zaps par secondes) pour évaluer l’interactivité.

Les niveaux d'interactivité - Première partie -

7pillierscarre. Les voies de l’ « apprenance » de demain par P Carré. Lors de sa dernière intervention dans le cadre de l’Université Ouverte des Compétences du mois de Mars, Philippe Carré est revenu sur les concepts d’« auto formation » et d’ « individualisation »pour décrire les voies de l’apprenance de demain.

Les voies de l’ « apprenance » de demain par P Carré

De l’apprenant acteur à l’apprenant auteur de sa formation En démarrage de sa conférence, l’auteur d’ouvrages de référence sur l’apprenance (1) a souligné le véritable « renversement actuel de perspective ». N’oublions pas que la formation passe par le formé nous rappelle-t-il. Interactivité, interaction...

Numérique : C'est quoi le numérique? Le numérique, c'est un langage composé de chiffres, un code.

Numérique : C'est quoi le numérique?

On qualifie de "numérique" les machines (appareil photo, camescope, écran plat, ordinateur...) qui sont capables de comprendre ces langages, et les informations (photos, films, musiques...) qu'elles produisent ou qu'elles traitent. Les codes inventés pour enregistrer les informations numériques ou pour que les machines numériques communiquent entre elles est uniquement constitué de 0 et de 1. Ce sont les seules informations que les machines numériques comprennent. >> Comment les machines numériques se comprennent-elles? - Imaginons un "feu numérique" pour la circulation, commandé par un ordinateur... Le feu peut prendre 3 couleurs : vert, orange ou rouge. J'invente un langage pour le feu, uniquement constitué de 0 et de 1. Rouge = 00orange = 01vert =11. Intervention jeunes - Association de prévention des enfants sur internet - e-Enfance.

Les liens faibles, moteurs de notre diversité informationnelle ? Le risque de l’individualisation de l’internet. La lecture de la semaine, il s’agit d’une petite partie d’un article paru dans la New York Review of Books.

Le risque de l’individualisation de l’internet

Intitulé « Mind Control and the Internet » (Internet et le contrôle de l’esprit), l’article de Sue Halpern consiste, comme c’est le cas la plupart du temps dans la New York Review of books, en le développement d’une thèse qui s’appuie sur la critique de plusieurs livres récemment parus. Je n’ai gardé qu’un passage de ce long article, celui où Sue Halpern recense le livre de Eli Pariser, The Filter Bibble : What the Internet Is Hiding from You. Ce livre montre notamment que depuis décembre 2009, Google vise à donner à toute requête effectuée sur le moteur de recherche un résultat qui corresponde au profil de la personne qui fait la recherche. La carte conceptuelle - Padagogie.

Les cartes conceptuelles permettent de dégager les idées fortes d’un document ou d’un schéma logique.

La carte conceptuelle - Padagogie

Si visuellement elles ressemblent aux cartes mentales ou heuristiques elles n’ont pas les mêmes finalités. Si la carte mentale est souvent utilisée pour faire ressortir un « brainstorming » ; la carte conceptuelle vise à faire ressortir les liens logiques entre des concepts. Selon Ausubel (1968), la création de liens entre les connaissances est fondamentale dans le processus de construction de connaissances puisqu’une information ne peut devenir une connaissance tant qu’elle n’est pas reliée de façon signifiante aux connaissances antérieures d’un individu. La carte conceptuelle va également structurer la pensée de l’apprenant en créant des chemins et des logiques. La propagande des algorithmes ? Vraiment. Cet été, Katharine Viner (@kathviner), rédactrice en chef du Guardian a publié un long article sur Comment la technologie bouleverse la vérité (un article que vient de traduire Courrier International, et qui a déjà été largement discuté sur Rue89 ou Big Browser par exemple).

La propagande des algorithmes ? Vraiment

Sommes-nous dans un régime post-vérité ? L’article de Katharine Viner nous explique qu’à l’heure des réseaux sociaux, la vérité ne compte plus. La journaliste prend notamment l’exemple du Brexit détaillant le fait que les arguments de ceux qui ont fait campagne pour la sortie du Royaume-Uni de l’Europe se sont écroulés le lendemain même de l’élection. « Le Brexit a été le premier scrutin d’une nouvelle ère, celle de la politique post-vérité. Les partisans du maintien du Royaume-Uni dans l’UE ont bien – mollement – tenté de démontrer les mensonges du camp adverse en s’appuyant sur des faits, mais ils ont vite découvert que les faits ne pesaient pas lourd dans les débats ». C’est la faute aux réseaux sociaux !

900719ar. Les niveaux d'interactivité - Première partie - L'interactivité, le multimédia et l'apprentissage: une dynamique complexe - Max Giardina. Analyse de Interactions, interactivité et multimédia. L’interactivité. Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.

L’interactivité

Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org. Média, multimédia et interactivité. Index Articles du même auteur parus dans les Actes Sémiotiques Auteurs cités : Jean-Pierre Balpe, Walter Benjamin, Jean-Jacques Boutaud, Jean-Claude COQUET, Edmond Couchot, Joseph COURTÉS, Anne-Marie Duguet, Umberto ECO, Jean-Marie FLOCH, Jacques FONTANILLE, jean-Paul Fourmentraux, Max Giardina, Algirdas Julien GREIMAS, Yves Jeanneret, Michèle Jouve, Olga Kisselera, Jean-Marie Klinkenberg, Bernard Lamizet, Thierry Lancien, Michel Lenoble, Michel Maffesoli, Alain Milon, Eleni Mitropoulou, Alex Mucchielli, Daniel Peraya, Ahmed Silem, Peter Stockinger, Christian Vandendorpe, Alain Vuillemin, Claude ZILBERBERG, Alessandro Zinna Texte intégral Version PDF [778 ko]

Média, multimédia et interactivité