background preloader

Evasion fiscale

Facebook Twitter

Denis Robert : « On nous prend vraiment pour des cons » Journaliste et écrivain, Denis Robert a révélé avec l’affaire Clearstream, des mécanismes cruciaux d’évasion fiscale. Il a remporté en 2011 une longue bataille judiciaire contre les banques qui le poursuivaient. Reporterre - Qu’est-ce qu’implique la directive sur le secret des affaires pour les citoyens et les journalistes ? » Denis Robert - Elle oblige le journaliste et surtout le lanceur d’alerte à faire la preuve qu’il n’espionne pas pour le compte d’autres entreprises, ou à des fins commerciales.

Cette atmosphère pré-insurrectionnelle te paraît-elle légitime ? Je n’ai pas vécu beaucoup d’insurrections, j’avais neuf ans en 68. Que signifie selon toi Nuit Debout ? Cela arrive en résonance avec le dégoût du politique. . « Nuit debout entre en résonance avec le dégoût du politique » Je mène ce combat depuis des années contre le capitalisme clandestin, contre les banques systémiques qui ont la main sur tout. On les a pris la main dans le sac récemment avec Luxleaks. Ton constat est sombre. « Interdire les espèces des petits, autoriser le pillage des grands !! » L’édito de Charles SANNAT. Mes chères impertinentes, mes chers impertinents, Je n’aime pas la démagogie, et je pense qu’il faut toujours essayer d’être honnête intellectuellement. Le problème c’est que les faits sont têtus et les faits sont là ! Au moment où la chasse aux espèces (qui représentent moins de 2 % de la masse monétaire totale) est ouverte, c’est une enquête de 3 ONG sur l’évasion fiscale légalisée et institutionnalisée qui vient provoquer chez moi un agacement qui n’est pas nouveau, mais cela permet d’en reparler.

Voilà la réalité. On demandera donc de plus en plus d’efforts aux petits pour préserver les plus gros. Parallèlement, on se plaint de cette crise sans fin et de l’impossibilité de la relance alors qu’effectivement, la richesse ne circule plus puisqu’elle se concentre dans des mains de moins en moins nombreuses. Les banques françaises entre optimisation et évasion Résultat : il y a bel et bien une déconnexion entre les bénéfices déclarés dans les paradis fiscaux et l’activité réelle des banques.

L'évasion fiscale comme symptôme de la schizophrénie ambiante -- Caleb IRRI. Comme tant d’autres avant lui, Gérard Depardieu quitte la France pour aller s’installer en Belgique, là où les lois fiscales sont plus protectrices… Ce n’est donc ni le premier ni le dernier à agir de la sorte, et nombreux sont les riches qui se laissent tenter par l’évasion fiscale, ou pour être plus poli « l’optimisation fiscale ». Rien de bien nouveau sous le soleil en définitive.

Je ne sais si c’est parce que le moment est « mal choisi » ou si c’est parce qu’il est estampillé « de gauche » (ce qui date quand même un peu), mais traiter Gérard Depardieu de « minable » parce qu’il agit ainsi (comme les autres donc) n’a pas de sens : si les lois l’y autorisent, comment espérer que l’optimisation fiscale ne soit pas préférée à un « patriotisme » qui n’a aucune raison d’être privilégié par rapport aux règles « supra-nationales » qui instaurent que l’intérêt individuel prime sur toutes les autres considérations ? Caleb. Hallucinant] Audition de Pierre Condamin-Gerbier au Sénat. Le 12 juin 2013, Pierre Condamin-Gerbier, ancien banquier de la banque suisse de Cahuzac, Reyl & Cnie, et ancien responsable de l’UMP en Suisse, a été auditionné par le Sénat.Ses déclarations sont stupéfiantes…“Il y a parfois des petits miracles au Sénat. Devant des bancs presque vides et dans l’indifférence de la presse, la Commission d’enquête sur le rôle des banques dans l’évasion fiscale a auditionné, mercredi 12 juin, le banquier de Genève Pierre Condamin-Gerbier, qui en une petite heure, en aura dit plus que le retentissant Cash Investigation d’Elise Lucet diffusé la veille.” émoin principal dans l’affaire Cahuzac, ce Français et ex-employé de Reyl & Cie multiplie les révélations sur le système bancaire suisse.

Une médiatisation qui crée le malaise à Genève. Il assurait, la semaine dernière, avoir dans les mains une liste de quinze personnalités politiques françaises disposant de comptes en Suisse. «Quand l’affaire Cahuzac a explosé, je me suis dit que je devais parler» Bien sûr. Evasion Fiscale. Partir à l'étranger. Evasion fiscale - Documentaire Arte HD 12 Septembre 2013. Optimisation fiscale. Optimisation fiscale : un plan d’action en préparation pour contrer les géants du Web. Évasion fiscale : Facebook France entasse ses bénéfices aux îles Caïmans.

Les millions d'utilisateurs, oui, les millions d'euros d'impôts, non. La philosophie fiscale de Facebook est simple, et n'a rien à envier en efficacité à celle des autres géants d'Internet comme Apple, Microsoft ou Google. C'est ce que montre BFMTV en révélant que Facebook n'a payé que 191.133 euros d'impôt sur les bénéfices en France en 2012, alors que son chiffre d'affaires réel "peut être estimé à environ 300 millions en 2012 en se basant sur le nombre d'inscrits au réseau en France (28 millions)". En 2011, son CA aurait été de 150 millions d'euros, selon le cabinet Greenwich (PDF), d'après le poids du réseau social sur le marché publicitaire. Passage par l'Irlande et mille-feuille de holdings, des classiques Montage traditionnel "d'optimisation fiscale", la filiale française déclare un chiffre d'affaires epsilonesque (7,6 millions d'euros) en se présentant comme fournisseur de services marketing.

Google envoie près de 9 milliards de $ aux Bermudes : paradis fiscal ! Par Olivier Duffez, Jeudi 17 octobre 2013 Google augmente de plus en plus les volumes d'argent transférés de sa filiale aux Pays-Bas vers celle située aux Bermudes. Par le biais d'optimisation fiscale, plusieurs milliards de dollars d'impôts ont ainsi été évités depuis des années... Concrètement, comme le rapporte boursier.com : Google a fait verser l'an dernier 8,8 milliards d'euros de "royalties" aux Bermudes, où ces sommes ne sont taxées qu'à environ 5%... Ce montant représente une hausse de 25% par rapport à 2011 et de 100% par rapport à 2009 ! D'ailleurs, Google utilise une structure complexe : Le groupe américain déclare la quasi-totalité de ses revenus hors Etats-Unis en Irlande (son siège européen), où la fiscalité est très douce.La filiale Google Netherlands Holdings a reçu en 2012 8,6 MdsE de "royalties" de Google Ireland Ltd et 232,8 ME de Google Singapour.

Voici une infographie qui fait comprendre les mécanismes utilisés par Google pour échapper à l'impôt (source : ecrans.fr) Evasion fiscale d'Apple: les Américains découvrent la Lune. APPLE - Si la nouvelle ne fera guère d’étonnés en Europe, les Américains découvrent les petits secrets d’une de leurs firmes stars. Apple pratiquerait l’évasion fiscale grâce à des montages financiers complexes, lui permettant de ne rien payer sur ses bénéfices étrangers. Les montants évoqués sont colossaux : 74 milliards de dollars de manque à gagner pour le Trésor US depuis 2009. Tim Cook doit s’expliquer mardi 21 mai devant le Congrès, dans le cadre d’une enquête de toute première importance. La commission du Sénat s'en était déjà prise l'an dernier à Microsoft et HP. Comme Apple, beaucoup d'entreprises du secteur technologique conservent d'importantes liquidités à l'étranger.

Certains y voyant un moyen d'alléger leur facture fiscale. Notamment grâce aux filiales irlandaises, dont le droit favorise les montages. L'Irlande, "Graal de l'évasion fiscale" L’astuce est ici : la loi américaine se base sur le lieu de résidence des entreprises, tandis que l’Irlande cible le lieu de direction. « Evasion fiscale, le hold-up du siècle », vraiment ? Hier, Arte a diffusé un grand moment de partialité assumée. Lisez le pitch de l'émission : "Imaginez un monde dans lequel vous pourriez choisir de payer ou non des impôts tout en continuant de bénéficier de services publics de qualité (santé, éducation, sécurité, transport…) payés par les autres. Ce monde existe : c’est le nôtre, c'est celui des paradis fiscaux" Forcément, on a du mal, vu sous cet angle, à dire autre chose que du mal, de l'évasion fiscale.

Pourtant, les choses ne sont pas si simples. De la SNCF ? En janvier dernier, les clients EDF de Neuilly, Courbevoie et Levallois ont subi une coupure de courant massive (1). Est-ce qu'on pourrait se dire que ces résultats catastrophiques (prisons surpeuplées, Education Nationale inefficace, approvisionnement énergétique en risque) sont dûs à un manque de ressource de l'Etat ? D'une part, évasion fiscale ou pas, depuis 30 ans, et malgré les déficits, les ressources publiques ont progressé, tous les ans !