background preloader

Principales complications de la grossesse

Facebook Twitter

OBÉSITÉ durant la GROSSESSE: Revue des risques pour la mère et le bébé. Actualité publiée hier Obesity Reviews Cette méta-analyse de 573 études alerte à nouveau sur les complications liées à l’obésité durant la grossesse, pour la mère et pour l’enfant, et recommande aux femmes, risques à l’appui, d’aborder la conception avec un poids de santé. Les conclusions, présentées dans la revue Obesity Review, appellent également les autorités à développer des interventions ciblées sur les femmes en âge de procréer, afin d’éviter la triple peine, pour la mère, l’enfant et les dépenses de santé. La prévalence de l'obésité maternelle (IMC> 30 kg / m2 lors du démarrage de la grossesse), chez les femmes âgées de 20-39 ans atteint aujourd’hui 32% aux États-Unis, 30 à 37% en Europe selon les pays et 20-25% en Irlande, lieu de l’étude. Parmi les risques documentés liés à l’obésité pendant la grossesse : · le diabète gestationnel, l’hypertension, la pré-éclampsie, la dépression et des taux plus élevés de césarienne, d’infections du site opératoire.

Santé de la Femme. Quel est le risque au Canada qu’une femme ne survive pas à l’accouchement? Aux États-Unis aujourd’hui, environ 15 femmes meurent des suites de leur grossesse ou de leur accouchement pour 100.000 naissances viables. En France, c’est 9,6 femmes sur 100.000. Le Canada fait mieux! C’est la bonne question que nous pose cette semaine un des auditeurs de Radio Canada International qui se trouve au Sénégal. Écoutez Les risques de décès des mères dans le monde lors de l’accouchement Le nombre de décès maternels pour 100 000 naissances vivantes atteint en moyenne 16 décès pour chaque tranche de 100 000 naissances dans les pays développés. Cette statistique est tout à fait différente dans les pays en développement où l’on signale aujourd’hui en moyenne 230 décès de mamans sur 100 000 accouchements.

L’Afrique subsaharienne est la région du monde où la mortalité maternelle est la plus forte : 510 décès pour 100 000 naissances. 99 % de tous les décès maternels surviennent dans des pays en développement Le saviez-vous? Pendant ce temps au Canada… Liens externes Nos articles récents. Medscape France - Informations & Ressources médicales pour médecins | Medscape France. Ces femmes qui accouchent sans aucun suivi médical. Rafael Ben-Ari/Chameleo/REX/SIPA C’est un chiffre malheureusement constant. Depuis une dizaine d’années, le nombre de femmes qui débarquent dans les hôpitaux parisiens pour accoucher, sans avoir eu le moindre suivi obstétrical, reste le même - aux alentours de 1500 par an. L’Association pour le Développement de la Santé des Femmes (ADSF), qui a mené une enquête, tire la sonnette d’alarme. Toutes les nuits, 80 à 100 femmes enceintes couchent dans la rue. 15% des femmes enceintes ont un logement instable.

De nombreuses femmes RomsCes femmes vivent pour la plupart dans une situation très précaire. Le rapport de l’association énumère ces profils : « des migrantes concentrées dans des zones de bidonvilles en banlieue Est de Paris (93 et 94), pour l’immense majorité des femmes Roms ; des femmes logées dans des hôtels sociaux, notamment d’origine africaine ; mais aussi des femmes vivant dans des squats ou des habitations précaires. « Il y a deux siècles, je serais morte en couches ». Vraiment ?

Parmi les personnes qui pourfendent mes billets figurent des femmes protégeant bec et ongles le pouvoir médical qui leur aurait sauvé la vie ainsi qu’à leur bébé. En énumérant les complications qui ont nécessité l’usage de machines bruyantes, de substances pharmaceutiques et d’improbables instruments, elles affirment qu’elles seraient mortes en couches si elles avaient dû donner naissance il y a deux siècles. Il est indéniable que la mortalité périnatale était monstrueuse à cette époque et que de nombreux progrès médicaux ont eu lieu depuis lors. Cependant, lorsque l’on se penche sur les causes de décès maternel avant le XXe siècle, il n’est pas si évident que l’armada médicale actuelle et son utilisation ostentatoire soient les principaux facteurs de la baisse du nombre de décès liés à l’accouchement. Pour commencer, au XVIIIe siècle, les gens mourraient facilement.

La fièvre puerpérale était l’autre principale tueuse des futures mères. Sources : INSEE, « Espérance de vie – Mortalité ». Du délai « idéal » entre deux grossesses… 7 Symptoms Every Pregnant Woman Should Know. Au service de la lutte contre le sida. L’objectif est d’aider les femmes à concevoir sans transmettre le VIH ni à leur(s) partenaire(s) ni à leur(s) enfant(s). On estime qu’avant 35 ans, la fertilité des femmes infectées est identique à celle des femmes non infectées. Cas où les deux partenaires sont infectés par le VIH et sous traitement antirétroviral: après avoir vérifié l’absence d’autre infection (hépatite B ou C, infection sexuellement transmissible), les rapports sexuels sans préservatif sont la manière la plus simple, si la charge virale des 2 partenaires est indétectable. Cas où l’homme n’est pas infecté par le VIH : la femme doit être traitée par antirétroviraux et le couple peut recourir, soit à des rapports sans préservatifs, soit à des autoinséminations à domicile en recueillant le sperme (contenu dans un préservatif sans spermicide ou dans un récipient) et en le déposant sur le col utérin à l’aide d’une seringue au moment de l’ovulation.

Une procréation médicalement assistée (PMA) est envisagée en cas d’échec. Accouchement prématuré : quand le passé rattrape les mères. Grossesse sans tabac. Affection psychiatrique et grossesse : surveillance materno-fœtale | Gynécologie Obstétrique Pratique - Mensuel francophone de gynécologie obstétrique. Profession, Société Publié le 17 Avr 2014 S. ORLANDI, Ajaccio Quel que soit le traitement des pathologies psychiatriques, la grossesse, l’accouchement et le post-partum doivent être surveillés par une prise en charge psychiatrique pédiatrique et obstétricale, adaptée à la mère et à l’enfant. Connectez-vous ci-dessous pour pouvoir lire cet article. Attention, pour des raisons réglementaires, ce site est réservé aux professionnels de santé.

Merci de vous identifier avant d'accéder aux rubriques de votre choix. Pour tout renseignement relatif à votre inscription, contactez-nous par mail (info@len-medical.fr) ou par téléphone : 01 47 55 31 72 Une fois votre identification effectuée, vous disposerez d'un "identifiant" personnel et d'un mot de passe qui vous permettront d'accéder définitivement aux rubriques du site. Vous êtes déjà inscrit au site, Merci de saisir votre identifiant et votre mot de passe : Vous n'êtes pas encore inscrit au site, Merci de compléter le formulaire ci-dessous.

Faut-il faire un dépistage de la prééclampsie au premier trimestre ? | Gynécologie Obstétrique Pratique - Mensuel francophone de gynécologie obstétrique. Gynécologie générale Publié le 17 Avr 2014 F. PERROTIN*, C. ARTHUIS*, E. Le dépistage précoce de la prééclampsie permettrait de mieux stratifier le niveau de risque vasculaire des patientes afin de choisir le type de suivi de la grossesse.

Connectez-vous ci-dessous pour pouvoir lire cet article. Attention, pour des raisons réglementaires, ce site est réservé aux professionnels de santé. Merci de vous identifier avant d'accéder aux rubriques de votre choix. Pour tout renseignement relatif à votre inscription, contactez-nous par mail (info@len-medical.fr) ou par téléphone : 01 47 55 31 72 Une fois votre identification effectuée, vous disposerez d'un "identifiant" personnel et d'un mot de passe qui vous permettront d'accéder définitivement aux rubriques du site.

Votre identifiant et votre mot de passe reçus lors de votre inscription à l'opération E-Direct GYNÉCO vous donnent également accès à l'intégralité du site Gynécologie Obstétrique Pratique. Les timbres, ça ne colle pas pour les femmes enceintes. Il y a bien 30 ans, cette affiche de la Ligue contre le Cancer attirait avec raison l’attention des femmes sur le risque à fumer pendant la grossesse, surtout pour l’enfant. Superbe affiche, geste si élégant pour tenir une cigarette, témoignant d’une féminité triomphante. Une étude britannique randomisée à double insu avait évalué l’effet des timbres à la nicotine pour aider les femmes enceintes à cesser de fumer [1]. Elle comparait deux groupes, l’un de 521 femmes enceintes qui recevaient entre la 12e et la 24e semaine de gestation 8 semaines de traitement par un timbre de 16h à 15mg de nicotine, l’autre de 529 recevant dans les mêmes conditions un timbre placebo.

Les résultats très décevants confirmaient ceux de deux méta-analyses du même auteur. Le taux d’abstinence à partir de la date d’arrêt ne diffère pas significativement entre les deux groupes (timbre nicotine 9,4%, placebo 7,6%, RR=1,26 ; intervalle de confiance 95% : 0,82 à 1,96). Une étude française vient d’être publiée. L’HTA chronique complique sérieusement la grossesse.

Réseau de prévention des addictions - Parution du guide concernant l'usage de substances psychoactives durant la grossesse. Le RESPADD a le plaisir d'annoncer la parution du Guide concernant l’usage de substances psychoactives durant la grossesse, un ouvrage réalisé avec le soutien financier de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT), la Direction Générale de la santé (DGS), la Fédération Addiction et la Mutuelle Nationale des Hospitaliers. Ce guide est issu de la traduction française du livre « Guide to Problem Substance Use During Pregnancy » d’Anne Whittaker paru en 2011 et publié par l’association britannique Drugscope. Il a été enrichi de contributions d’experts francophones en addictologie et en périnatalité, et a bénéficié du soutien du groupe de travail « Femmes et addictions » de la Fédération addiction et de celui du Gega – Groupe d’études grossesse et addictions –. Diabète gestationnel : en fait-on trop ou pas assez ?

Un état des lieux des complications du diabète gestationnel en France Gynéco. Plus de fruits et légumes pour moins d’accouchements prématurés. Les patchs à la nicotine seraient inefficaces chez les femmes enceintes. Pas de raison de ne pas lutter contre la grippe pendant la grossesse. 12 mars 2014 © Inserm, M. Rosa-Calatrava, E. Errazuriz Etude du virus de la grippe Ni l’utilisation d’oseltamivir (Tamiflu®), ni la vaccination contre le virus de la grippe A(H1N1) pendant la grossesse n’ont d’impact sur la naissance et la santé des nourrissons à naître. Ces deux médicaments sont en effet recommandés chez la femme enceinte afin de réduire les risques d’infection et de complications liés à la grippe (hospitalisations, fausses-couches ou encore accouchements prématurés). Compte tenu du peu de données disponibles sur l’utilisation de ces produits dans ce contexte, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a demandé au service du CHU de Toulouse d’évaluer leur sécurité d’emploi en situation réelle.

Une base de données très riche "Au moment de la mise sur le marché d’un médicament, nous ne disposons pas de données de sécurité concernant les femmes enceintes. Des données rassurantes Note Source A Beau et coll. La toxémie gravidique a-t-elle des conséquences neurocognitives à long terme ? Les patientes qui ont eu une prééclampsie ou une éclampsie tendent à se plaindre, même des années plus tard, de troubles cognitifs, notamment de perte de mémoire et de difficultés de concentration. S’agit-il de manifestations subjectives liées à l’anxiété suscitée par une grossesse difficile ou d’une authentique dysfonction cognitive attribuable à des lésions cérébrales ?

Pour répondre à cette question, une équipe néerlandaise a réalisé une étude sur 46 femmes ayant présenté une éclampsie et 51 une prééclampsie. Leurs performances cognitives ont été comparées à celles de 48 témoins ayant des caractéristiques démographiques et socio-économiques semblables et dont la grossesse s’était déroulée sans pathologie hypertensive. Elles ont toutes participé à une série de tests portant sur la perception visuelle, les fonctions motrices, la mémoire récente et ancienne, l’attention et les fonctions exécutives.

Suite dans l'espace membres. Pré-éclampsie, un déséquilibre entre les facteurs pro et anti-angiogéniques. Maladie bipolaire et grossesse : Institut universitaire en santé mentale de Québec (IUSMQ) Grossesse après conisation : mesurer la longueur cervicale à 16 semaines ! Grippe H1N1 : une femme enceinte hospitalisée en urgence à Limoges. Santé Une femme est hospitalisée au CHU de Limoges elle est dans un état grave. Son enfant a pu être sauvé. Par Cécile Gauthier Publié le 13/02/2014 | 10:56, mis à jour le 13/02/2014 | 18:55 © France 3 Limousin Au CHU de Limoges des mesures de précaution sont prises Dans la nuit de mardi à mercredi une femme de 31 ans, enceinte de 8 mois, a été transférée du l’hôpital d’Ussel au CHU de Limoges pour syndrome grippal aiguë. Une césarienne a immédiatement été effectuée afin d’éviter toute contamination du bébé.

Sa mère, toujours hospitalisée en réanimation est elle infectée par la grippe A, plus précisément la souche H1NI de 2009. Grippe A : le Limousin compte aujourd'hui 262 cas pour 100 000 habitants, le seuil d'épidémie est donc franchi. Au CHU de Limoges des précautions sont prises. Reportage à Limoges. Voir la vidéo VIDEO. Reportage : Gwenola Beriou ; Valérie Agut ; Chrystelle Reynard. Fear of childbirth predicts postpartum depression: a population-based analysis of 511 422 singleton births in Finland -- Räisänen et al. 3 (11. Affection psychiatrique et grossesse : surveillance materno-foetale.

ACCOUCHEMENT: Mise en garde sur l’effet hémorragique des antidépresseurs. ACCOUCHEMENT: Mise en garde sur l’effet hémorragique des antidépresseurs Actualité publiée le 28-08-2013 Si l'usage d’antidépresseurs chez la femme enceinte n’est pas sans risques*, cette étude vient ajouter celui d’hémorragie post-partum, à ceux déjà évoqués pour la mère comme pour l’enfant. Cette large étude menée à la Harvard School of Public Health, sur des femmes enceintes sous antidépresseurs, conclut ainsi, dans le BMJ, à un risque d’hémorragie postpartum 50% plus élevé. Un résultat valable quelle que soit la classe d'antidépresseurs, à prendre en compte dans la décision clinique. C’est la première étude à rapporter cette association. Le Dr Kristin Palmsten, rappelle qu’une des principales causes de mortalité maternelle est l’hémorragie post-partum et que de précédentes études ont déjà suggéré, mais avec les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) seulement, une association avec le risque de saignement.

L’analyse constate, un risque de dépression post-partum de. Les antidépresseurs augmentent les risques d'hémorragie du post-partum | Medscape France. Www.uvp5.univ-paris5.fr/wikinu/wikinu-colleges/WIKINUCOLLEGE-GYNECOOBST/Lansac-obst-Prurit.pdf. Évaluation des recommandations françaises pour le dépistage du diabète gestationnel. Le diabète de grossesse. Le diabète de grossesse, aussi appelé diabète gestationnel, apparaît vers la fin du 2e et au 3e trimestre. Il se manifeste par une augmentation du taux de sucre dans le sang qui survient uniquement lors de la grossesse. On le retrouve dans 2 à 4 % des grossesses et il peut affecter la mère et son enfant. Le diabète de grossesse disparaît après l'accouchement dans 90 % des cas. Durant la grossesse, le placenta produit des hormones qui enrayent l'action de l'insuline. Chez certaines femmes cela entraînera une hyperglycémie, puis un diabète. Les femmes âgées de plus de 35 ans avec un surplus de poids et des cas de diabète dans la famille sont plus à risque que les autres.

Les symptômes Généralement, la femme enceinte n'a pas de symptômes évidents de diabète. Les risques Les risques sont nombreux lorsque le taux de sucre n'est pas bien contrôlé. Pour la mère : Fatigue accrue Augmentation du risque d'infection Surplus de liquide amniotique, ce qui augmente le risque d'un accouchement prématuré. Www-ulpmed.u-strasbg.fr/medecine/cours_en_ligne/e_cours/obstetrique/diabete_gestationnel.pdf. La pré-éclampsie. Dossier réalisé en collaboration avec Daniel Vaiman, directeur de recherche à l’Inserm (UMR8104, Hôpital Cochin, Paris) Un syndrome assez fréquent, parfois gravissime © Fotolia La pré-éclampsie est une pathologie de la grossesse caractérisée par une élévation de la pression artérielle se produisant au plus tôt au milieu du second trimestre (après vingt semaines d’aménorrhée).

Elle s’accompagne d’une élévation de la quantité de protéines présente dans les urines. Responsable d'un tiers de naissances de grands prématurés en France, ce syndrome est une cause majeure de retard de croissance intra-utérin. On estime qu’ environ 5 % des grossesses s’accompagnent de pré-éclampsie . Une survenue plus probable chez les nullipares La pré-éclampsie survient dans 70 à 75 % des cas lors d’une première grossesse.

Plusieurs facteurs de risque de pré-éclampsie ont été identifiés : L’hypertension artérielle et la protéinurie, signes d’alerte Une progression rapide au troisième trimestre de grossesse Sites. Preeclampsia: Research Roundup and Information for Professionals and Consumers. Fièvre pendant la grossesse. Diabète Gestationnel (DG) Menace d'Accouchement Prématuré (MAP) et prématurité. Pré-éclampsie et syndrome pré-éclamptique. Hémorragie deuxième et troisième trimestres. Hémorragie de la délivrance. Pré-éclampsie et syndrome pré-éclamptique. Hémorragie premier trimestre. Diabète sucré de type 1 et 2 préexistants et grossesse.