background preloader

Affaire Cytotec

Facebook Twitter

CYTOTEC (misoprostol), prostaglandine. Substance active (DCI) misoprostol GASTRO-ENTEROLOGIE - Mise au point Nature de la demande Renouvellement d'inscription et Réévaluation du SMR Avis de la CT du 04 novembre 2015 Par rapport aux inhibiteurs de la pompe à protons, pas d’avantage préventif des lésions et complications gastroduodénales induites par un traitement indispensable par AINS.

CYTOTEC (misoprostol), prostaglandine

MISODEL (misoprostol), prostaglandine utérotonique. Consulter le sujet - Déclenchée au cytotec à mon insu. Bonjour et merci pour ce forum!

Consulter le sujet - Déclenchée au cytotec à mon insu

La raison de mon témoignage est qu'il apparaît avec une quasi-certitude que ma fille et moi avons été victimes, en 1987 déjà, d’un déclenchement au Cytotec. Cela s’est passé en Suisse, dans un établissement bernois. J’y avais déjà accouché deux fois. En 1984, on me donna des comprimés oraux de prostaglandine (dinoprostone vraisemblablement) pour terme soi-disant dépassé, car on l'estimait grossièrement à l’époque. Naissance rapide mais très violente : ma fille naquit cinq heures après la prise des comprimés.

Crédits Illustrations : Identification. Déjà inscrit au site ?

Identification

Saisissez vos codes d’accès. Certaines de ces rubriques sont libres d’accès pour tous les professionnels de santé inscrits, d’autres, et toutes les archives, requièrent un abonnement Premium. Pour des raisons réglementaires, l’inscription individuelle des professionnels de santé est indispensable pour accéder au site. Il est indispensable, pour vous identifier : que votre ordinateur soit à l'heure (ainsi qu'à la bonne date) que votre navigateur (Internet Explorer, Firefox, Chrome, Safari...) accepte les cookies.Vous pouvez consulter cette page si vous avez besoin d'aide : Comment activer les cookies Héritier du Journal International de Médecine publié sous sa version papier d’octobre 1979 à juillet 1998, JIM.fr est aujourd’hui l'un des premiers sites médicaux francophones selon toutes les enquêtes de lecture.

La "non-affaire" du Cytotec. LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | • Mis à jour le Les témoignages suscitent l'émoi, en particulier lorsque le drame touche la grossesse et la naissance, situations où l'accident, devenu exceptionnel grâce à la médicalisation, est aussi perçu comme inacceptable à défaut d'être inévitable.

La "non-affaire" du Cytotec

Signe des temps, l'écho donné par la "santé-réalité" à la détresse légitime n'aide pourtant pas les familles endeuillées, mais terrorise illégitimement des milliers d'autres et alimente la défiance envers la médecine et ses professionnels. Cependant, chaque drame personnel ne révèle pas une faute médicale ou un scandale sanitaire. « Interdiction » du cytotec en obstétrique : les vraies raisons. Le Cytotec : vers un nouveau scandale médicamenteux? Après le scandale de Diane 35, le médicament contre l’acné employé comme contraceptif, le Cytotec, un antiulcéreux utilisé pour déclencher le travail sur enfant viable, est à son tour examiné de près par l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament), qui vient d'ailleurs de publier une mise en garde sur les risques potentiels liés à son utilisation.

Le Cytotec : vers un nouveau scandale médicamenteux?

Un médicament utilisé pour ses effets secondaires Le Cytotec (ou misoprostol) est un médicament ayant reçu l’autorisation de mise sur le marché (AMM) pour le traitement des ulcères d’estomac. Il est pourtant utilisé majoritairement pour ses effets secondaires, et notamment celui de pouvoir provoquer des fausses-couches. La notice indique de ne “jamais prendre du Cytotec au cours de la grossesse” ; une contre-indication détournée, puisqu’en dépit de l’avertissement de son fabricant (Pfizer), le misoprostol est utilisé dans certaines maternités pour provoquer l'accouchement. Aurélie, quant à elle, n’aura pas cette chance. Un anti-ulcéreux utilisé pour déclencher l'accouchement. « On s'en est sorti de justesse ».

Un anti-ulcéreux utilisé pour déclencher l'accouchement

Voilà les mots d'Aurélie, 31 ans, dans le quotidien 20 minutes, une femme en colère qui souhaite à présent alerter les futures mamans contre les dangers du Cytotec. En novembre 2010, lors de son accouchement, on lui a administré du Cytotec pour accélérer la délivrance. Résultat, des contractions plus fortes, le coeur du bébé qui ralentit, et l'utérus de la maman se déchire. Aujourd'hui, le petit Timéo souffre d'un handicap moteur. Ce médicament mis en cause par de nombreuses mamans ayant accouché dans les mêmes circonstances que cette jeune femme bénéficie pourtant d'une autorisation de mise sur le marché.

Cytotec hors AMM : les gynécologues taclent l’ANSM. Le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) s’étonne de la récente mise en garde de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) sur l’utilisation hors AMM de Cytotec, une initiative qui tiendrait plutôt, selon le collège, du « fameux principe de précaution » brandit désormais « à tout bout de champ ».

Cytotec hors AMM : les gynécologues taclent l’ANSM

De leurs côtés, les associations regroupées au sein du CIANE demandent l’abandon de cette prescription hors AMM au nom de l’intérêt des patientes (voir encadré). « Pourquoi l’ANSM sort-elle aujourd’hui, sans aucune concertation avec la profession, une "mise en garde sur les risques potentiels liés à l’utilisation hors AMM du Cytotec (misoprostol) dans le déclenchement de l’accouchement et toute autre utilisation gynécologique" ? » interroge le CNGOF dans un communiqué intitulé « Billet d’humeur ». Des risques connus Absence de concertation › Dr LYDIA ARCHIMÈDE Les associations en appellent au ministère.