background preloader

Education et numérique

Facebook Twitter

Apprendre à coder ? À quoi sert la médiation scientifique en sciences du numérique? | Pixees. Le numérique façonne aujourd’hui le monde dans lequel nous évoluons. Des activités professionnelles, quel que soit le secteur (industrie, tertiaire, enseignement, commerce, etc.), aux activités ludiques, domestiques et sociales, toutes font appel au moins en partie aux technologies issues de l’Informatique et des Sciences du Numérique.Il est par conséquent essentiel que les citoyens maîtrisent ces technologies dans leurs usages, mais aussi qu’ils acquièrent la culture scientifique suffisante pour en comprendre les fondements et pouvoir ainsi contribuer à la mutation de la société engendrée par leur diffusion rapide dans le tissu social. Faire de la médiation scientifique entre ainsi dans le champ de notre mission de service public.

C’est un devoir mais aussi un plaisir, celui « d’allumer l’étincelle dans les yeux des enfants », se plaisait à rappeler Gilles Kahn, ancien PDG d’Inria et premier informaticien à être entré à l’Académie des sciences.

Apprendre la programmation ?

Les fondements de la littératie numérique. Introduction De nos jours, on dit souvent que les jeunes sont « les enfants du numérique » en raison de leur apparente facilité à utiliser tous les outils technologies. On le comprend aisément : les jeunes Canadiens vivent dans un monde interactif, une culture numérique « sur demande » où ils ont accès aux médias à toute heure et en tout lieu, à volonté. La messagerie instantanée, le partage de photos, les messages texte, les réseaux sociaux, la vidéo en continu et l’Internet sans fil – dans tous ces secteurs d’activité, les jeunes ont pris les commandes par de nouvelles façons de s’engager en ligne. Nous devons former nos jeunes et les préparer à vivre dans un monde hautement médiatique; les jeunes doivent absolument acquérir les compétences de la littératie numérique - développer leurs connaissances, renforcer leurs valeurs, posséder toute une gamme d’aptitudes adaptées au numérique, allant de la pensée critique à la gestion de l’information et des communications. 1. 2. 3. 4. 3.

Analepse et prolepse pour une science du numérique à l’École. L'informatique doit-elle rester un simple outil à l’École? Faut-il ou pas apprendre à « coder » et « programmer » à l’École ? Ces questions qui divisent, Binaire les a posées à Michèle Drechsler. Nous imaginons avec elle ce que l'informatique et la programmation pourraient apporter à l’École. Un exemple : l'expérience de la programmation permet de montrer aux élèves que les erreurs peuvent être riches d'enseignement. Étant donné la densité des programmes en vigueur, l'intégration de l'enseignement de l'informatique à l’École pourrait-elle se faire au détriment de priorités actuelles ? Quel serait son impact sur l'égalité des chances et la réussite de tous élèves ? A ce propos, il est intéressant de procéder à une analepse pour poser le focus sur cet enseignement à l'école, il y a presque 20 ans, et d'imaginer une prolepse pour réfléchir à l'intégration d'un tel enseignement à l'école maintenant.

Analepse pour l'informatique Synthèse proposée au colloque Eprep 2008. Programmation à l'école. Le numérique éducatif : un portrait européen. Auteur : Minh-Hung HO, DEPP-MIREI L’essentiel En 2012, en France, les établissements scolaires disposent de 20 postes pour 100 élèves, soit 7 de plus qu’en 2006. La France se situe au 18e rang européen pour l’équipement informatique des écoles et au 12e rang pour celui des collèges.

Les lycées d’enseignement général et technologiques et les lycées professionnels français se placent respectivement aux 4e et 5e rangs européens. La façon dont ces technologies sont mobilisées dans l'enseignement pèse au moins autant que l’équipement numérique des établissements. Même s’il est difficile d’estimer un effet global, les études d’impact identifient des retombées positives du numérique éducatif. Chiffres-clés 12C’est le nombre moyen d’ordinateurs pour 100 élèves de l’école primaire en France en 2012 18C’est le nombre moyen d’ordinateurs pour 100 élèves de collège 30 C’est le nombre moyen d’ordinateurs pour 100 élèves de lycée d’enseignement général et technologique L’infographie Repères Approfondissement.

Numérique : changer radicalement le questionnement. La faiblesse de l’équipement ou encore la formation des professeurs — je m’expliquerai plus longuement sur ce dernier point un de ces prochains jours —, il est en est de plus légitimes parce qu’objectivement observables comme l’inadéquation des contenus, des programmes et des examens ou, enfin, l’inculture assez générale de l’encadrement. Mais ce qui met des entraves au développement d’un enseignement imprégné du numérique peut aussi trouver son origine dans le comportement même de l’institution, dans sa globalité, ou de ses partenaires des collectivités. « On s’est encore, à mon avis, trop attardé à regarder en arrière ou à proposer des pauses (l’expérimentation, l’évaluation, les usages) qui mettent, à chaque fois, un coup d’arrêt à l’engagement numérique de l’école. » disais-je récemment en conclusion du rendez-vous de Cénon, organisé par Éducavox, les 11 et 12 décembre derniers.

Ça sert à quoi, le numérique ? Est-ce que c’est mieux pour les apprentissages ? Il ne vaut rien, basta. Apprendre avec le numérique : Le colloque rennais en vidéo. Le 24 avril à Rennes, le colloque « Apprendre avec le numérique » a cherché à éclairer comment les nouvelles technologies peuvent nous aider à construire de nouvelles pratiques pédagogiques pour conforter l’autonomie et la responsabilité des élèves. En ligne. Lancement du Collectif Code Junior : la Culture Code se fera ensemble. Ce collectif a pour vocation de fédérer les acteurs indépendants qui croient que s’initier à la Culture Code est important pour que nos enfants ne soient pas uniquement des consommateurs digitaux mais deviennent des citoyens numériques éclairés, créatifs, inventifs.

Cette Culture Code s’inscrit à la croisée d’une éducation aux medias et à l’information, d’une culture scientifique et technique, et d’une démarche de création… et de plaisir. Le Collectif Code Junior a la particularité de réunir des structures impliquées venues d’horizons divers, qui « font » la Culture Code sur le terrain et initient les enfants, dans le domaine du périscolaire. Nos objectifs Vous êtes invités Le Collectif, coordonné par Tralalere, est ouvert à toutes les structures et personnes qui souhaitent participer à l’aventure naissante d’une Culture Code pour les enfants en France.

Les membres du collectif – Collectif enjeux e-médias : www.enjeuxemedias.org – Magic Makers : magicmakers.fr/blog lu : 6391 fois. Idées fausses, troubles et archaïsmes numériques. On nage en pleine confusion ! Je lisais ce matin, reproduit sur Educavox, un texte dont le but est de faire le point sur… En fait, on n’en comprend pas trop bien les motivations, même si l’on semble deviner qu’il s’agit de promouvoir l’enseignement de l’informatique et du code. Mais l’auteure parle à l’évidence de sujets qu’elle ne maîtrise pas.

Elle commence par accumuler les syllogismes, dont le principal et le plus couru énonce qu’il convient d’enseigner le numérique donc l’informatique. Elle mélange tout ensuite en titrant sur « HTML comme 3e langue » (quelles sont les deux autres ? Mystère !) Allez y comprendre quelque chose ! Ce texte est assez emblématique d’un état assez vaporeux de la réflexion sur tous ces sujets, au cœur du numérique, dont le point d’orgue fut, sans doute, l’inénarrable, désopilant mais néanmoins comminatoire rapport de l’Académie des sciences de 2013. Des technologies vraiment « nouvelles » ? Très loin de là. . « Faire entrer le numérique à l’école » Qu’est-ce apprendre avec le numérique ? Jacques Cool, technopédagogue au Canada, livre sur son blog L’espace à Zecool une analyse de l’apprentissage (savoir-faire et savoir être) à l’heure du numérique.

Comment l’Internet redéfinit la relation de l’apprenant à l’enseignant – formateur – animateur ? Qu’est-ce qui change aussi bien dans les rôles respectifs et dans les modalités de transmission du savoir ? Apprenant et savoirs Jacques Cool montre que l’heure est à l’ouverture et à la capacité d’autonomisation (empowerment) des apprenants avec des activités renouvelées qui se basent davantage sur l’échange, la collaboration et la co-construction des savoirs.

Dans un article intitulé Les nouveaux rôles de l’apprenant et de l’apprenante, il explicite ces différents changements pédagogiques en cours avec une infographie (cf. ci-dessous, téléchargement à cette adresse en pdf) et une présentation Prezi (cf. ci-dessous). Infographie Présentation Licence : Creative Commons by-nc-saGéographie : International. L’enseignement de la géographie bouleversé par la curation et les réseaux sociaux. Les bases de la curation : sélectionner, éditer et partager Curation = DécouverteEditionPartage La curation de contenus en ligne passe par trois étapes : sélectionner, éditer et partager. Sélectionner : - Sélectionner le site le plus intéressant, l’information la plus pertinente, l’image la meilleure ou la plus emblématique (importance du paysage de la carte pour la géographie). Sur Scoop it, la curation passe par un moteur de recherche interne, qui propose des sujets, des suggestions pas toujours très adaptées (des résultats sportifs sur une aire géographique étudiée).

Lorsqu’il parcourt différents sites sur la toile, il a la possibilité grâce un bouton (bookmarklet) placé dans son navigateur de transférer l’information sur son journal Scoop-it. Autre possibilité, il peut à partir d’un autre site Scoop-it « rescooper » l’information. A noter pour finir que tout curateur peut partir de zéro et créer sur son journal un nouvel article (fonction « new scoop » ).

Éditer Partager. Enfants mut@nts ? Conférence du 18 septembre 2013. L’éducation au numérique : grande cause nationale ? Oui, évidemment ! Et c’est tout le pari d’une trentaine d’institutions – dont France Télévisions-- qui, réunies depuis quelques jours dans un collectif, sont convaincus de l’urgence d’agir vite pour accélérer l’acculturation des Français à la révolution numérique, toujours mal comprise, pour leur montrer comment en profiter et surtout pour favoriser l’éclosion d’une génération qui créera les prochaines étapes d’Internet !

Réunies à l’initiative de la CNIL, elles vont monter en quelques semaines un dossier qui sera remis cet automne au gouvernement. De nombreuses raisons de tirer la sonnette d’alarme D’abord le sentiment partagé que nos concitoyens ne comprennent pas vraiment la mutation en cours, qui constitue un basculement de paradigme productif et sociétal aussi important que la révolution industrielle ou l’invention de l’imprimerie. Les Français consomment beaucoup de numérique (terminaux et contenus) mais ne savent pas ce qu’il y a derrière leurs écrans. Pourquoi un collectif ? Dossier Penser l'école à l'ère du numérique. Nous rassemblons ici des éléments de réflexion et des propositions concernant les transformations des systèmes d'enseignement à l'ère du numérique, de l'Internet et du "multimedia".

Nous pensons, comme d'autres, que l'école est profondément affectée par la nouvelle "époque numérique" dans laquelle nous sommes entrés de manière irréversible, et qu'il faut donc que l'institution scolaire s'intéresse de près aux implications - cognitives, épistémologiques, culturelles et sociales - de cette transformation et puisse ainsi se saisir activement de ce nouveau contexte au lieu de le subir. Cela suppose selon nous une approche théorique sérieuse et des propositions pratiques ambitieuses, qui doivent aller bien plus loin que les timides et naïves tentatives d'"introduction des TICE" à l'école menées jusqu'ici, tout en se tenant à distance des positions échevelées en faveur du "tout numérique" à l'école. • Signalons par ailleurs l'intéressant article de David R.

. - le rapport de C. ISN Lille Académie. Et si on enseignait vraiment le numérique ? Il faut relancer la Déclaration d'indépendance du cyberespace proclamée en... 1996 Le Monde | | Par Olivier Ertzscheid, maître de conférences à l'université de Nantes. Ils sont nés en 1996. Ils ont aujourd'hui 16 ans. L'ensemble de leur scolarité s'est faite dans l'ombre et la lumière du numérique.

A leur naissance, le web est âgé d'à peine 7 ans. John Perry Barlow rédige et publie la "déclaration d'indépendance du cyberespace", un texte qui reste emblématique de l'idéologie des "pionniers" et qui fut structurant pour toute une génération de primo-internautes. 16 ans plus tard, pour ces natifs du numérique, il ne reste plus rien de cette déclaration d'indépendance. Combien de collégiens, de lycéens et d'étudiants, combien de ceux qui sont nés en 1996 sont-ils au courant de cette Histoire, de ces pratiques, de cette évolution ? Enseigner l'activité de publication et en faire le pivot de l'apprentissage de l'ensemble des savoirs et des connaissances. Eduquer dans un monde connecté : jeux d'écrans. Aujourd’hui, qu’est-ce qu’éduquer ? Serge Tisseron : Contrairement à ce que pensent beaucoup de parents, éduquer, ce n’est pas protéger et guider l’enfant, mais faire en sorte que ce dernier puisse s’autoprotéger et s’autoguider.

La prise de risques est inhérente à l’éducation, mais il faut que cette prise de risques soit calculée et que l’adulte soit présent au cas où l’enfant en a besoin. L’éducation qui va permettre au jeune de s’autoprotéger est pour une part l’affaire des parents, mais aussi celle de l’école, des producteurs de contenus (des jeux vidéo notamment), des collectivités locales… Il faut que tout le monde s’y mette, car le problème est considérable.

Peut-on dire que les jeunes d’aujourd’hui souffrent d’addiction aux jeux vidéo ? S. Quels bouleversements la nouvelle culture des écrans entraîne-t-elle ? S. Ensuite, on constate un bouleversement du point de vue cognitif, lié à cette culture des écrans. Quels sont les bénéfices et les dangers d’Internet ? S. S. 1. Usages du numérique en éducation.