background preloader

Le numérique éducatif : un portrait européen

Le numérique éducatif : un portrait européen
Auteur : Minh-Hung HO, DEPP-MIREI L’essentiel En 2012, en France, les établissements scolaires disposent de 20 postes pour 100 élèves, soit 7 de plus qu’en 2006. La France se situe au 18e rang européen pour l’équipement informatique des écoles et au 12e rang pour celui des collèges. Les lycées d’enseignement général et technologiques et les lycées professionnels français se placent respectivement aux 4e et 5e rangs européens. La façon dont ces technologies sont mobilisées dans l'enseignement pèse au moins autant que l’équipement numérique des établissements. Même s’il est difficile d’estimer un effet global, les études d’impact identifient des retombées positives du numérique éducatif. Chiffres-clés 12C’est le nombre moyen d’ordinateurs pour 100 élèves de l’école primaire en France en 2012 18C’est le nombre moyen d’ordinateurs pour 100 élèves de collège 30 C’est le nombre moyen d’ordinateurs pour 100 élèves de lycée d’enseignement général et technologique L’infographie Repères Approfondissement

http://www.education.gouv.fr/cid79032/le-numerique-educatif-un-portrait-europeen.html

Related:  Numérique éducatif et en EPSEducation et numériqueSite académiqueLe numérique éducatifVolonté numérique

Numérique : changer radicalement le questionnement la faiblesse de l’équipement ou encore la formation des professeurs — je m’expliquerai plus longuement sur ce dernier point un de ces prochains jours —, il est en est de plus légitimes parce qu’objectivement observables comme l’inadéquation des contenus, des programmes et des examens ou, enfin, l’inculture assez générale de l’encadrement. Mais ce qui met des entraves au développement d’un enseignement imprégné du numérique peut aussi trouver son origine dans le comportement même de l’institution, dans sa globalité, ou de ses partenaires des collectivités. « On s’est encore, à mon avis, trop attardé à regarder en arrière ou à proposer des pauses (l’expérimentation, l’évaluation, les usages) qui mettent, à chaque fois, un coup d’arrêt à l’engagement numérique de l’école. » disais-je récemment en conclusion du rendez-vous de Cénon, organisé par Éducavox, les 11 et 12 décembre derniers. Ça sert à quoi, le numérique ? Est-ce que c’est mieux pour les apprentissages ?

Le numérique au service de l'École L'essentiel Notre monde connaît aujourd’hui avec le numérique une rupture technologique aussi importante que celle de l’invention de l’imprimerie au XVe siècle. La transformation des modes de production et de diffusion de l’information et des connaissances engendre de nouvelles façons de vivre, de raisonner, de communiquer, de travailler, et, pour l’École de la République, de nouveaux défis. En effet, face à des enfants qui évoluent depuis leur naissance dans une société irriguée par le numérique, notre manière d’apprendre et d’enseigner, et le contenu des enseignements doivent être profondément repensés.Le numérique peut aider l’École dans l’accomplissement de ses missions fondamentales : instruire, éduquer, émanciper et former les enfants d’aujourd’hui pour qu’ils deviennent les citoyens épanouis et responsables de demain. La création d’un Service public du numérique éducatif Onze nouveaux services pour cette rentrée

Bruno Devauchelle : Il y a-t-il une pédagogie du numérique ? Au coeur de différentes études critiques publiées ces dernières années se trouve l'aphorisme suivant : "le numérique en éducation ne vaut que par la pédagogie qui invite à l'utiliser !" Après avoir souvent entendu dans les propos volontaristes de responsables politiques ou autres promoteurs des équipements numériques que le numérique allait transformer la pédagogie et qu'on verrait probablement une pédagogie numérique émerger, on ne peut que s'interroger. Appelée de ses voeux sous cette formulation, cette approche certes séduisante reste très éloignée de la réalité quotidienne. En sortant ici des rituelles explications comme pas de moyens, pas de formations, pas de ressources, infrastructures sous dimensionnées et des rituels plans qui y font écho, l'analyse révèle qu'il y a un espace d'incompréhension entre différents acteurs. Trop d'imaginaire...

Usages du numérique éducatif Le projet académique 2013 - 2017 fait de « l’entrée de l’école dans l’ère du numérique » l’une de ses priorités. L’axe 3 est ainsi structuré par 3 objectifs : Le 1er est de mettre le numérique au service d’un parcours réussi des élèves, en veillant à prendre en compte la diversité des besoins, en s’appuyant sur l’entraide entre élèves et en associant les familles à l’accompagnement de la scolarité. Le deuxième est de former les enseignants au et par le numérique, pour tendre vers un usage concerté et pertinent des outils, prenant en compte la loi et la responsabilité professionnelle. Cet usage doit aussi développer les capacités à collaborer et à travailler en mode projet. Le troisième consiste à mettre en place une nouvelle gouvernance académique du numérique et des projets structurants.

Apprendre avec le numérique : Le colloque rennais en vidéo Le 24 avril à Rennes, le colloque « Apprendre avec le numérique » a cherché à éclairer comment les nouvelles technologies peuvent nous aider à construire de nouvelles pratiques pédagogiques pour conforter l’autonomie et la responsabilité des élèves. En ligne

Le numérique à l’école : tout (ou presque) reste à faire La disruption numérique de l’école La mobilisation des instruments porteurs en germe de réformes ou de modifications de ce qui se passe à l’école n’est pas nouvelle. Dès l’arrivée du cinéma au début du XXe siècle, cela était déjà envisagé. Dans les années 50, cela fut institutionnalisé, puis la télévision éducative, la radio, puis l’ordinateur, puis le cédérom, puis Internet, puis les portables, puis les tablettes, puis les tableaux blancs interactifs, puis les coccinelles robots. Observer les couches sédimentaires des technologies à l’école, c’est en même temps constater l’immuable des discours politiques qui considèrent à chaque fois que le numérique changera le monde de l’école.

L’humain au défi du numérique, par Jacques-François Marchandise On a l’habitude de parler de numérique avec des grands mots comme “révolution“, par exemple ; moi, je n’utilise pas ces mots-là et je préfère souvent parler de transition. JF Marchandise pose la question des changements systémiques que provoque le numérique, « d’une transformation d’ensemble qui va changer le jeu d’acteurs ». Dans ce monde transformé par le numérique, JF Marchandise avoue n’être pas persuadé de la causalité numérique. « Je ne suis pas sûr que ce soit le numérique qui produise les transformations du travail, par exemple ». De la même manière, il est certain qu’à l’Ecole, les élèves n’apprennent pas comme avant, « mais le numérique outille des nouvelles façons d’apprendre ».

Analepse et prolepse pour une science du numérique à l’École L'informatique doit-elle rester un simple outil à l’École? Faut-il ou pas apprendre à « coder » et « programmer » à l’École ? Ces questions qui divisent, Binaire les a posées à Michèle Drechsler. Nous imaginons avec elle ce que l'informatique et la programmation pourraient apporter à l’École. Un exemple : l'expérience de la programmation permet de montrer aux élèves que les erreurs peuvent être riches d'enseignement. Étant donné la densité des programmes en vigueur, l'intégration de l'enseignement de l'informatique à l’École pourrait-elle se faire au détriment de priorités actuelles ?

L'école numérique La stratégie pour faire rentrer l'école dans l'ère numérique vise à développer un écosystème global de l'e-Education, depuis les contenus et services jusqu'au matériel. Elle s'appuie sur la mobilisation coordonnée des différents acteurs pour mettre en place les conditions optimales d'un développement harmonieux et efficace des usages, des ressources, des équipements, des infrastructures, de la formation des enseignants et des compétences numériques des élèves. Le PLAN NUMÉrique à l'école

Tablettes tactiles à l'école : plus d'avantages que d'inconvénients C'est ce qu'ont indiqué ces chercheurs, Aurélien Fievez et Thierry Karsenti, lors de la Semaine de l'apprentissage mobile qui s'est tenue à l'Unesco, et ce à partir d'une vaste étude menée dans des écoles fran­co­phones du Canada, de la France et de la Belgique. Premier avantage : la tablette sim­pli­fie l'accès à l'information. Oui. C'est une fonction plébiscitée par les enseignants. On peut évidemment l'utiliser en passant classiquement par internet mais aussi avec des applis gratuites – Google Earth pour la cartographie par exemple, iBooks pour lire des livres, Evernote pour prendre des notes en texte, son ou images, sans parler des nombreuses applis qui permettent d'accéder à des dictionnaires ou à des calculatrices plus ou moins élaborées. Cela fait du travail en plus...

Related: