background preloader

Ressources militantisme

Facebook Twitter

11 conseils pour être un.e bon.ne allié.e – Lallab. #bonnepersonne. Les brutes #bonnepersonne.

#bonnepersonne

[TUTORIEL] Comment être un-e bon-ne allié-e? - Lamia(Λαμία), sa vie, son oeuvre (non je déconne) Vous voulez être un-e bonne allié-e et vous ne savez pas comment faire?

[TUTORIEL] Comment être un-e bon-ne allié-e? - Lamia(Λαμία), sa vie, son oeuvre (non je déconne)

Voici une liste de quelques conseils non exhaustifs. Pour le silence... …ou comment apprendre à fermer sa gueule.

Pour le silence...

Je suis une femme. Je suis oppressée de pas mal de manières différentes mais on est pas là pour jouer aux Pokémon. Je suis une femme blanche cis hétéro, mariée, je fais partie de la classe moyenne. Pour moi c’est normal de ne pas parler à la place des concerné-e-s en fait, ça l’a toujours été même quand je niais mon féminisme. J’aime pas parler de choses que je ne connais pas. Il m’arrive de lire des commentaires de personnes outrées lorsqu’on leur demande de se taire.

Getting Called Out: How to Apologize. Rapportnonmixite.pdf. La mixité contre le choix. La politique publique de lutte contre les "ghettos " et de promotion de la "mixité sociale" telle qu’elle est aujourd’hui concçue n’a jusqu’à présent rien produit de miraculeux.

La mixité contre le choix

Les hommes dans les mouvements féministes : entretien avec Alban Jacquemart - Amélie Macé & Julia Z. Ils sont souvent présentés comme des questionnements apparus dans les années 1970 avec le Mouvement pour la Libération des Femmes (MLF).

Les hommes dans les mouvements féministes : entretien avec Alban Jacquemart - Amélie Macé & Julia Z.

Mais en réalité, les débats autour de l’acceptation et des modalités de participation des hommes au sein des associations et des mouvements féministes apparaissent en France dès la fin du XIXe siècle. Si dans le contexte de lutte pour l’égalité des droits civiques de la première moitié du XXe siècle, les femmes - alors considérées comme des mineurs juridiques - sont contraintes de s’engager auprès d’hommes socialement habilités à porter leur parole dans l’espace politique pour se faire entendre, ces dernières, progressivement regroupées en associations, organisent dans le même temps les conditions de leur autonomie et questionnent par leurs actes les vertus de la mixité en milieu féministe.

La non-mixité : une nécessité politique. La ségrégation, c’est-à-dire la séparation imposée, l’accès réservé à certaines places ou certains espaces sociaux, est une des principales formes que prend la domination – que ce soit la domination des riches sur les pauvres, celle des hommes sur les femmes ou celle des blancs sur les non-blancs.

La non-mixité : une nécessité politique

Mais ce n’est pas la seule : de nombreux mécanismes de domination perdurent au sein même des espaces sociaux mixtes, malgré la mixité, voire parfois grâce à elle. Check tes privilèges a ajouté une photo. - Check tes privilèges. L'impolitesse du désespoir - Une heure de peine...

Je n'ai pas d'humour.

L'impolitesse du désespoir - Une heure de peine...

Voilà, comme ça, c'est dit. J'ai préféré préciser ce point d'entrée de jeu pour que les choses soient claires... Parce qu'on va me le reprocher, et parce que c'est aussi de ça dont je voudrais parler : de toutes ces situations où l'on reproche à l'autre de ne pas comprendre ou de ne pas vouloir comprendre que c'est de l'humour. De ces petites phrases simples que l'on lâche facilement : "c'est bon, c'est de l'humour", "c'est pas sérieux", "faut pas le prendre au premier degré", "mais personne n'y croit vraiment !

", et toutes ces sortes de choses. L'humour est une chose trop sérieuse... - Une heure de peine... Lui : Wah, hé, faut que je te montre un truc, tu vas trop te marrer.

L'humour est une chose trop sérieuse... - Une heure de peine...

...pour être laissée à des rigolos - Une heure de peine... Moi : Tagazok, gars. .

...pour être laissée à des rigolos - Une heure de peine...

Moi : Ah, ben, ça tombe bien, je me suis justement retiré dans un fjord perdu de la Norvège pour réfléchir au sens des propositions humoristiques. Lui : ... Moi : Bon, d'accord, je suis juste occupé à ré-exploser Ganondorf. C'est quoi le problème ? Lui : J'ai discuté avec mes potes, et ils sont pas convaincus par ton truc. Tu vois, il y a une référence à l'homosexualité.

Desproges et Coluche : stop à l’instrumentalisation de l’humour noir et du second degré : A contrario. Source INA J’aimais beaucoup Coluche et Desproges.

Desproges et Coluche : stop à l’instrumentalisation de l’humour noir et du second degré : A contrario

Ces humoristes étaient des individus intelligents, créatifs, mordants, sensibles et talentueux, à bien des niveaux. Comme beaucoup de monde, j’ai tous les textes de Desproges sous la main. Y compris son roman (« Des femmes qui tombent »). L’humour est une arme. Je vais parler d’humour. La chose à laquelle il ne faut pas toucher, parce que les inconditionnels de la liberté d’expression l’ont placée au panthéon.

L’humour pour les nuls. Depuis quelque temps, à force de l’ouvrir au sujet de l’humour, mes amis militants et moi, on a fini par atteindre certaines oreilles. Et, comme on pouvait s’y attendre, nos propos et nos revendications n’ont pas été du goût de tout le monde. Il faut dire que le sujet est délicat dans une société où il est de bon ton de dire « qu’on peut rire de tout mais pas avec tout le monde » et ce sans même se demander pourquoi et dans quel contexte Desproges a bien pu dire ça. Bref, captain obvious to the rescue, les gens veulent rire de tout. Ou plutôt, ils veulent rire de ce qu’ils veulent sans se prendre la tête et surtout, sans réfléchir. Les gens veulent rire de tout donc, et craignent pour leur droit à continuer de dire « oogah boogah » devant un noir quand on dénonce leur humour intolérant. On peut rire de tout, mais on peut aussi arrêter de citer Desproges n'importe comment.

C’était il y a 33 ans, 5 mois et 5 jours : Pierre Desproges inventait sans le savoir le «point Desproges», dont quiconque a eu une grande discussion sur l’humour, le rire et toutes ces sortes de choses a déjà pu expérimenter la grande force. Le «point Desproges», c’est le moment où quelqu’un, afin de donner de l’autorité à son propos, se réfère à une fameuse phrase de l’humoriste décédé, en 1988, des suites d’une maladie courte et rigolote (1) : on peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui.

Humour & Blagues anti-dominants. Photo 7 Notes Photo 19 Notes Photo 17 Notes Image de gauche : “pas assez féminin”.Image de droite : “C'est mieux comme ça ?” Photo 24 Notes - “des sex toys biodégradables.”- C'est pas très gentil de parler des cismecs comme ça. Photo 19 Notes. Colère Militante — À propos de la toxicité et des abus en milieu...

Tired of Toxicity in Your Activist Community? Address These 6 Issues. No, We Won't Calm Down – Tone Policing Is Just Another Way to Protect Privilege. Où va donc la colère ? Du bon usage de l'insurrection, par Georges Didi-Huberman (Le Monde diplomatique, mai 2016) 5 Ways to Stay Informed About the News Without Getting Emotionally Drained. Arguments anti-féministes (2) "Tu es trop agressive, cela nuit à ton message". Flanneryogonner.tumblr.