background preloader

Des notions en plus

Facebook Twitter

Www.vie-etudiante.uqam.ca/orientation/Documents/guide_orientation_forces_limites.pdf. Roue des émotions de Plutchik - Traduction française. La roue des émotions inventée par Robert Plutchik définit un modèle des émotions humaines et de leur relations et combinaisons.

Roue des émotions de Plutchik - Traduction française

Il est composé de 8 émotions de base, opposées deux à deux, et de multiple nuances. Le modèle abouti à un circumplex où les émotions et variations sont représentées par des couleurs et des teintes différentes. Ce circumplex peut être éclaté pour permettre de voir l'ensemble des émotions à la fois. Une traduction partielle du circumflex a été fournie par le laboratoire I3S dans l'image du cône à droite plus bas. Une traduction complémentaire à été faite par Scriptol.fr et reportée sur le modèle applati ci-dessous. Désirabilité sociale. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Désirabilité sociale

En psychologie, la désirabilité sociale est le biais qui consiste à vouloir se présenter sous un jour favorable à ses interlocuteurs. Ce mécanisme psychologique peut s'exercer de façon implicite, sans qu'on en ait conscience, ou au contraire être le résultat d'une volonté consciente de manipuler son image aux yeux des autres. L'échelle psychométrique de Marlowe-Crowne offre une mesure de la désirabilité sociable. Ce concept est particulièrement pris au sérieux lorsque des sociologues ou des historiens du contemporain utilisent la démarche de l'enquête, ce qui est plus fréquent pour les premiers que pour les seconds. En effet si on n'y prend pas garde, cela introduit un biais dommageable quant aux résultats.

Effet Bradley Portail de la psychologie. Menace du stéréotype. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Menace du stéréotype

Les femmes et les mathématiques, un exemple de stéréotype négatif désinvestissant. Le concept de menace du stéréotype relève de l'étude des stéréotypes dans le domaine de la psychologie sociale. Il représente l'effet psychologique qu'un stéréotype peut avoir sur une personne visée par celui-ci. Face à certaines situations, un individu peut avoir la sensation d'être jugé à travers un stéréotype négatif visant son groupe ou craindre de faire quelque chose qui pourrait confirmer ce stéréotype.

La menace du stéréotype. On doit cette expérience datant de 1995 à Aronson et Steele.

La menace du stéréotype

Ces auteurs mettent en pratiquent l’hypothèse formulé par Leyens ; le stéréotype lui-même, la « réputation » dont les groupes font l’objet, aurait un effet direct sur les performances du groupe notamment quand il est rendu saillant, activé. Le groupe stigmatisé sait qu’il a la réputation d’être faible. On note, dans cette expérience, une efficacité de la menace. Www.prejuges-stereotypes.net/espaceDocumentaire/PGMEnfants.pdf. Testing (lutte contre la discrimination)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Testing (lutte contre la discrimination)

Pour les articles homonymes, voir Testing. Le testing, test de situation ou test de discrimination, est un moyen d'investigation et une forme d’expérimentation sociale en situation réelle destiné à déceler une situation de discrimination. Dans le cas le plus simple, on compare le comportement d’un tiers envers deux personnes ayant exactement le même profil pour toutes les caractéristiques pertinentes, à l’exception de celle que l’on soupçonne de donner lieu à discrimination. Le terme « testing » est un anglicisme, les anglophones utilisant les termes « situation testing », « discrimination testing[1] », « audit testing », « paired testing », etc. selon l’orientation juridique, sociologique, statistique ou autre de l’auteur(e), son pays et son auditoire. Le terme utilisé dans les textes de la Commission européenne et en Belgique est « test de situation ». L’Organisation internationale du travail (OIT) a approuvé son utilisation.

Portail du droit. Théorie de la Dominance Sociale. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Théorie de la Dominance Sociale

La Théorie de la Dominance Sociale est une théorie de psychologie sociale, la Théorie de la Dominance Sociale (TDS ; Social Dominance Theory, SDT) propose de comprendre comment et pourquoi les hiérarchies sociales se construisent et se maintiennent. Un des postulats de base de cette théorie est que dans chaque société existe une hiérarchie sociale avec un groupe hégémonique au sommet, des groupes dominés à la base et qu’une lutte existe entre les groupes dominants et dominés afin de maintenir ou améliorer leur position au sein de la hiérarchie sociale[1]. De plus, selon Sidanius et Pratto (1999[2]) « chaque société développe des idéologies ou mythes légitimateurs qui accentuent ou au contraire atténuent la hiérarchie sociale ».

Par mythes légitimateurs, les auteurs se réfèrent aux attitudes, croyances et valeurs qui justifient intellectuellement et moralement la hiérarchie sociale. Notes et références[modifier | modifier le code] Théorie de l'identité sociale. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Théorie de l'identité sociale

Développée par Henri Tajfel dans les années 1970, la théorie de l'identité sociale[1] met en évidence les processus psychologiques impliqués dans le changement social. Tajfel intègre dans sa théorie trois processus fondamentaux : la catégorisation sociale ; l'auto-évaluation à travers l'identité sociale ; la comparaison sociale inter-groupe. Ceux-ci permettent d'expliquer différentes formes de comportements groupaux, notamment les conflits intergroupes.

La théorie de l'identité sociale est devenue l'approche dominante des relations intergroupes et est utilisée comme cadre de référence pour comprendre et expliquer des phénomènes collectifs tels que les émeutes[2], le hooliganisme[3] ou la solidarité sociale[4]. Henri Tajfel[modifier | modifier le code] Henri Tajfel (autrefois Hersz Mordche) est né à Wloclawek (Pologne) le 22 juin 1919, de parents Juifs polonais. Ces expériences de vie douloureuses ont influencé sa carrière à trois niveaux[5]. Hypothèse du contact. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hypothèse du contact

Expérience de Busing aux États-Unis L'hypothèse du contact stipule qu'une des meilleures façon d’améliorer les relations entre deux groupes en conflit est d’établir un contact entre les deux, tout en respectant certaines conditions. Cette théorie s'inscrit dans le champ de l'étude des préjugés en psychologie sociale. En psychologie sociale, les préjugés sont des attitudes négatives ou des prédispositions à adopter un comportement négatif envers les membres d'un exogroupe, c'est-à-dire un membre d'un autre groupe que le groupe d'appartenance, aussi appelé outgroup en psychologie sociale. Ces attitudes négatives reposent sur une généralisation erronée et rigide[1]. Les premières recherches[modifier | modifier le code] Dès 1946, Brophy constatait que plus les marins Blancs effectuaient des voyages avec des marins Noirs, moins ils éprouvaient de préjugés négatifs à leur égard[2].