background preloader

USA

Facebook Twitter

Chronologie des interventions des États-Unis dans le monde. Hiroshima 1846 : Mexique. A l’issue d’une guerre qu’ils avaient programmées et provoquées, les États-Unis s’emparent de la moitié du territoire mexicain. Ce territoire conquis s’appelle aujourd’hui : la Californie, le Nevada, l’Utah, l’Arizona, le Nouveau-Mexique, le Colorado (en partie). 1852-1853 : Argentine. 1853 : Nicaragua. 1853-1854 : Japon. « Plan d’ouverture du Japon » et expédition Perry qui conduit, avec les navires de guerre américains, à forcer le Japon à ouvrir ses ports aux États-Unis. 1854 : Nicaragua. 1855 : Uruguay. 1859 : Chine. 1860 : Angola. 1893 : Hawaii. 1894 : Nicaragua. 1898 : Cuba. 1898 : Porto-Rico, Hawaii, Wake, Guam. 1898 : Philippines. 1903 : Colombie. 1914-1918 : Première Guerre Mondiale. 1915 : Haïti. 1916 : République Dominicaine. 1926 : Nicaragua. 1940-1945 : Deuxième Guerre Mondiale. 1945 : Début de la Guerre Froide entre les États-Unis et l’URSS. 1945 : Japon. 1945-46 : Chine. 1946 : Philippines. 1947 : Grèce. 1950 : Porto Rico. 1950-1953 : Corée.

Dommages irréversibles – L’économie des États-Unis ne peut pas être réparée. Par Brandon Smith – Le 2 février 2017 – Source alt-market.com Comme je l’ai souligné dans mon article « Le faux récit de la reprise économique mourra en 2017 », les médias traditionnels ont soigné l’élaboration du mème de propagande selon lequel l’administration Trump aurait hérité d’une économie mondiale en « plein boom », alors qu’en fait, c’est tout le contraire. Trump entre en fonction à un moment de long déclin et sera probablement le témoin de son accélération au cours de la prochaine année. Les signes sont déjà présents, et cela correspond exactement à la base de ma prédiction sur la victoire de Trump à l’élection ─ les mouvements conservateurs sont en effet mis au pouvoir comme boucs émissaires pour une crise économique mondiale que les financiers internationaux ont réellement créée.

De plus, cela n’empêche pas Trump de se vanter que le Dow Jones farceur ait atteint des records après son entrée à la Maison Blanche. Le gouvernement ne crée pas de richesse Conclusion ? Brandon Smith. Les globalistes / neocons se préparent à combattre la Russie et les États-Unis. Par Wayne Madsen – Le 25 janvier 2017 – Source Strategic CultureLes néocons et leurs co-idéologues globalistes sont, à tout le moins, insistants.

La décision de l’équipe de transition de Donald Trump d’empêcher les Républicains néocons qui ont signé le mouvement « Never Trump » d’avoir des postes dans son administration amènent les cercles mondialistes et néoconservateurs à chercher d’autres lieux d’action. Les néocons et les globalistes se sont regroupés, afin de lutter contre la Russie et contre le futur président américain Donald Trump.

Avec le départ des archi-néocons : Victoria Nuland de son perchoir au Département d’État, Samantha Power de la mission américaine aux Nations Unies et Susan Rice du Conseil de Sécurité nationale, l’establishement néocon et globaliste, qui a en commun des vues atlantistes, a opté pour le Canada comme lieu idéal pour mener sa guerre de subterfuges et de propagande. Wayne Madsen Traduit et édité par jj, relu par nadine pour le Saker Francophone.

Descente dans le trou noir qui a mené à la victoire de Trump. Par Eric Zuesse – Le 25 janvier 2017 – Source Strategic Culture Il y a plusieurs raisons principales pour lesquelles Donald Trump l’a emporté, par exemple il a remporté une victoire populaire avec une avance de 1 405 004 sur l’ensemble de tous les États sauf la Californie, où il a perdu par une énorme marge de 4 260 978 voix à Hillary Clinton (ainsi Hillary l’a battu dans l’ensemble des États de 2 855 974 voix), mais le Collège électoral représente les 50 États, et pas seulement un. Toutes les raisons ne peuvent pas – comme celle-là – être comprises que par les chiffres. Mais une raison particulièrement importante de sa victoire a trait au niveau le plus profond auquel le peuple américain analyse ce qu’il lit, voit et entend dans la presse nationale, et donc interprète, à partir de la presse, ce qui se passe dans son pays.

Ce sera le sujet de l’article. Trump s’est présenté à l’élection contre la candidate de l’OTAN, de la CIA, et du Conseil atlantique : Hillary Clinton. Stephen J. États-Unis. Manuel de survie pour les anti-Trump. Spécialiste du régime de Vladimir Poutine, la journaliste américaine d’origine russe Masha Gessen dispense ses conseils pour résister à un régime autocratique. “Merci, mes amis. Nous avons perdu et, ce jour étant le dernier de ma carrière politique, je vais dire ce qui doit être dit. Nous sommes au bord de l’abîme. Notre système politique, notre société, notre pays lui-même sont plus menacés aujourd’hui qu’ils ne l’ont jamais été ces cent cinquante dernières années. [Donald Trump], le président élu, a fait savoir clairement quelles étaient ses intentions et il serait immoral de prétendre le contraire. Nous devons nous unir dès à présent pour défendre les lois, les institutions et les idéaux sur lesquels repose notre pays.”

Voilà en substance ce qu’Hillary Clinton aurait dû déclarer le 9 novembre. “Nous devons accepter ce résultat – et regarder vers l’avenir. Conciliant Quelques heures plus tard, Barack Obama se montrait plus conciliant encore : Mais il y a plus grave. Table rase. Barack Obama, le marketing, & l’Empire (par John Pilger) Trois réalités dont on ne vous parle pas au sujet de l’Afghanistan. Par Ulson Gunnar – Le 10 janvier 2017 – Source New Eastern Outlook Le point presse de décembre 2016 du général John Nicholson, commandant en chef des US Forces Afghanistan (USFOR-A), a semblé paradoxal et peut-être révélateur d’une faillite de la politique étrangère définissant l’occupation états-unienne en Afghanistan.

Le département de la défense états-unien a publié l’intégralité de la mise au point du général Nicholson, intitulée Department of Defense Press Briefing by General Nicholson in the Pentagon Briefing Room. De ce document l’on peut dégager trois vérités spécifiques. 1. « Une armée afghane plus forte » nécessite plusieurs années supplémentaires d’assistance états-unienne. Dans un article intitulé Des milliers de Marines ont combattu dans le Sud de l’Afghanistan. Environ 300 Marines ainsi qu’une unité appelée Force opérationnelle Sud-Ouest vont se déployer dans le but de conseiller le 215e corps de l’armée afghane et la police nationale afghane au sujet de la 505e zone. 2. 3.

Un journal décrit l'investiture de Trump comme un épisode de «La Quatrième Dimension» Un critique télé écossais voit dans la cérémonie prévue cette semaine un reboot de la célèbre série de science-fiction. «Après une longue absence, La Quatrième Dimension est de retour avec une des productions les plus ambitieuses, coûteuses et controversées de l'histoire de la télévision. Les scénaristes de science-fiction de sont longtemps essayé à l'histoire alternative –parmi lesquelles la plus commune est “Et si les nazis avaient emporté la Seconde Guerre mondiale”– mais cet immense projet de réalité virtuelle interactive, qui se déroulera à la télé, dans la presse et sur Twitter, au cours des quatre prochaines années, prévoit de construire un présent alternatif au nôtre.

L'histoire commence dans une vision cauchemardesque de 2017, dans laquelle d'immenses sections de l'électorat américain ont –d'une manière ou d'une autre– été convaincues d'élire Donald Trump président des États-Unis. Partagez cet article. Trump promet une rupture historique entre les États-Unis et l'Europe. Si l’on en croit les déclarations faites à deux journalistes européens, le Britannique Michael Grove du Times of London et l’Allemand Kai Dieckmann de la Bild Zeitung –et il y a tout lieu de les croire–, Donald Trump prépare une remise en cause radicale de l’organisation dominant le monde transatlantique depuis trois quarts de siècle.

Après 1945, les États-Unis ont encouragé la coopération entre les États d’Europe occidentale; ils se sont engagés, pour la première fois de leur histoire, dans une alliance militaire permanente, l’Otan, convaincus que leur sécurité était liée à celle du Vieux continent; et ils ont poussé à l’élargissement de l’Union européenne après la fin de l’empire soviétique en 1990. Tous ces principes sont remisés par le 45e président des États-Unis au musée de l’Histoire.

Certes, il n’est pas le premier à regretter que les États européens ne consentent pas assez d’efforts pour leur propre défense et s’en remettent aux États-Unis. La fin du «parapluie» L'ennemi chinois. Hélas, Guy Debord avait raison et Donald Trump le prouve. La semaine dernière, à l'occasion de la remise d'une récompense pour l'ensemble de sa carrière aux Golden Globes, Meryl Streep a électrisé l'assistance en évoquant la plus stupéfiante performance d'acteur des derniers mois: le moment où celui qui n'était encore que le candidat républicain à la présidence, Donald Trump, s'est moqué d'un reporter handicapé du New York Times. C'était terrifiant, a-t-elle noté, parce que c'était efficace; encore plus terrifiant, «ce n'était pas dans un film, c'était dans la vraie vie». Émouvants et sincères, les mots de Streep ont donné voix à la déprime des progressistes dans le monde entier. Mais ils ont aussi capturé le dilemme face auquel nous nous trouvons, qui nous voit confondre la sincérité avec l'authenticité et l'émotion avec des images émouvantes.

Ce même dilemme que, il y a cinquante ans, Guy Debord avait disséqué dans son livre La Société du spectacle, complété ensuite en 1988 par ses Commentaires sur la société du spectacle. La comète Cheeto arrive. Par James Howard Kunstler – Le 16 Janvier 2017 – Source kunstler.com Je ne sais pas vous, mais je m’amuse beaucoup à regarder la garde prétorienne de l’État profond devenir folle, alors que le jour de l’apothéose de Trump approche. J’imagine beaucoup d’hommes et de femmes, courant dans les couloirs de Langley [siège de la CIA, NdT] et du Pentagone et d’une centaine d’autres redoutes opérationnelles secrètes, avec leurs cheveux en feu, se demandant comment diable ils pourraient neutraliser ce salaud dans les quatre jours qui restent.

Que reste-t-il dans leur sac à malice? Cuire un cheesecake empoisonné pour le déjeuner inaugural? La guerre civile 2.0 est en cours, en un écho intéressant de la première : Trump a critiqué l’icône sacrée des droits civils, le congressiste de la Géorgie John Lewis, descendant d’esclaves, après que ladite icône a fustigé Trump comme « un président illégitime« . Peut-être convient-il à cet État profond de finir à la manière d’un opéra bouffe. Liens. La station CNN virée de la cérémonie d’investiture de Trump. La nouvelle est tombée ce soir en Europe. Trump et son équipe ont refusé l’accréditation de CNN pour la cérémonie d’investiture. Avec Trump nous assistons à la fin des Fake News. Le journalisme de qualité reprend ses lettres de noblesse. Trump n’est pas le seul avec son équipe à refuser les journalistes de la Lügenpresse. Nous supportons le bon journalisme !

2017 s’annonce être l’année des gifles ! Olivier Renault source: Obama rompt sa promesse et refuse de reconnaître le massacre arménien comme un "génocide" Share Tweet Email Le Président Barack Obama a refusé vendredi de qualifier de génocide le massacre de 1915 contre les Arméniens, ne respectant pas ainsi sa promesse de campagne pour sa présidence qui approche de sa fin. Obama, marquant la prochaine Journée arménienne du Souvenir, a appelé le massacre de la première atrocité de masse du XXe siècle comme une tragédie qui ne doit pas être répétée. Pourtant, il n’utilisa pas le mot « génocide », dans sa formulation. « Je l’ai toujours dit, ma propre vision de ce qui est arrivé en 1915 et mon point de vue n’ont pas changés », a déclaré Obama. Les dirigeants arméniens et américains exhortent Obama chaque année de respecter son engagement en tant que candidat en 2008, quand il avait dit que le gouvernement américain avait la responsabilité de reconnaître les massacres comme un génocide et avait promis de le faire s’il était élu.

Aujourd’hui, Erdogan se livre à un nouvel assaut sur le peuple de l’Arménie. WordPress: J'aime chargement… L'armée américaine déploie ses chars en Europe, une première depuis la Guerre froide. L'arrivée en Europe de cette unité, le 3rd Armored Brigade Combat Team, appartenant à la 4ème division d'infanterie de Fort Carson, dans le Colorado, fait partie de l'opération baptisée "Atlantic Resolve" par le Pentagone. Elle vise, selon Washington, à dissuader une éventuelle agression russe et à rassurer les membres est-européens de l'Otan, dont les pays baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie) et la Pologne.

Les premiers véhicules, sur un effectif total de 2.5000, ont été débarqués vendredi dans le port allemand de Bremerhaven (nord de l'Allemagne) d'un navire roulier venu des Etats-Unis, le "Resolve". Deux autres navires sont attendus d'ici dimanche, puis le matériel sera transporté, principalement par trains, vers la Pologne, où s'installera le quartier général de la brigade, a précisé l'armée allemande, qui assure un soutien logistique à l'US Army. Les soldats seront pour leur part directement acheminés en Pologne par avion. Les USA effrayés par un satellite russe. International URL courte Selon le Pentagone, le satellite aurait effectué au moins 11 manœuvres en orbite, pour se rapprocher du dernier étage du lanceur qui l’y avait propulsé. "Une telle capacité à manœuvrer en orbite atteste, bien que pas nécessairement, qu'il s'agit un missile antisatellite orbital", lit-on sur SpaceNews Les représentants de la Force aérienne des États-Unis ont annoncé antérieurement qu'ils surveillaient les satellites, et qu'ensuite, des experts indépendants les ont rejoints.

Cosmos 2504 est également suivi par le centre des opérations cosmiques du commandement stratégique des États-Unis, a ajouté SpaceNews. Selon John Sheldon, directeur de l'Institut George Marshall, les manœuvres du satellite montrent que "des capacités sont entre les mains de pays (de la Russie et de la Chine, ndlr) qui pourraient causer des ennuis aux États-Unis". Pourtant, un lancement de satellite russe a déjà provoqué les mêmes craintes aux États-Unis en 2014.

Etats-Unis: un jeune patron divise par 14 sa rémunération pour augmenter les salaires. "Ce que je veux annoncer aujourd'hui c'est que nous allons mettre en place, avec effet immédiat, une politique salariale instituant un salaire minimum de 70 000 dollars pour toute personne travaillant ici", déclare Dan Price, cheveux longs et manches de chemise retroussées.

Cette augmentation salariale se fera progressivement sur les trois prochaines années. Dès cette année, les bas salaires au sein de la startup, qui atteignent en moyenne 48 000 dollars, dépasseront les 50 000 dollars, pour s'établir à 70 000 dollars en décembre 2017, a précisé le jeune chef d'entreprise. Cette mesure a un prix: Dan Price compte la financer en divisant par près de 14 sa propre rémunération, qui passe ainsi de près d'un million de dollars à 70.000 dollars. Il va également puiser dans les quelque 2 millions de dollars de bénéfices dégagés en 2014 par l'entreprise, qui n'est pas cotée en Bourse. Avec AFP. Décryptage de la Doctrine Obama. Uk.businessinsider. Hillary Clinton, un soutien de toujours du mariage gay ? Loin de là... Hillary Clinton, un soutien de toujours du mariage gay ? Loin de là... Comment faire la différence entre Hillary Clinton et Barack Obama ? Accord Iran-Occident-Israël: Un marché de dupes dans un monde immoral | Mondialisation - Centre de Reserche sur la Mondialisation.

Les Etats-Unis subissent une nouvelle défaite économique au Pacifique | Mondialisation - Centre de Reserche sur la Mondialisation. Accord sur le nucléaire iranien: les États-Unis préparent de nouvelles guerres | Mondialisation - Centre de Reserche sur la Mondialisation. Le Yémen et la militarisation des voies navigables stratégiques | Mondialisation - Centre de Reserche sur la Mondialisation. OEA: Lorsque l’Empire se fait rappeler à l’ordre | Mondialisation - Centre de Reserche sur la Mondialisation. Ce que vous ignorez sur les accords états-uno-iraniens, par Thierry Meyssan. Pourquoi Barack Hussein Obama est-il tellement obsédé par Israël ?

Kosovo : « l’Autoroute de la nation », symbole du néocolonialisme américain | Mondialisation - Centre de Reserche sur la Mondialisation. Un dernier regard sur l’économie réelle avant qu’elle n’implose – Partie 2. A l’Ouest rien de nouveau, on détruit, à l’Est on construit. Casse-tête pétrolier et nucléaire au Moyen-Orient.

Express. Le Pentagone perd la trace d’un stock d’armes de 500 millions de dollars destiné au Yémen. Historique – La domination du dollar touche à sa fin : Les « alliés » Européens sortent le Plan B , désertent Obama, et rejoignent en masse la banque asiatique d’investissement, pilotée par Pékin. L’Iran s’empare du détroit de Babal-Mandab, et menace une route maritime vitale pour Israël. Le pire ennemi d'Israël sur terre est à la Maison Blanche. Les Clinton, Bellerive et l'or d'Haïti. Communication. Selon Wikileaks, les Etats-Unis ont mis l'Afghanistan intégralement sur écoute.

La NSA a mis sur écoute un pays entier. Pourquoi la NSA écoute l'intégralité des téléphones aux Bahamas. Obama rate son coup d'État au Venezuela, par Thierry Meyssan. Tensions Obama/Netanyahu : Fox News accuse la Maison Blanche d’antisémitisme. Quand les USA forcent les nations Africaines à adopter les OGM. Congrès américain : discours intégral de Netanyahou et traduction française - Danilette's. Venezuela: Maduro demande des pouvoirs spéciaux pour riposter contre les sanctions US.