background preloader

Villes du futur

Facebook Twitter

EN IMAGES. Ces architectes africains qui montent au sommet. Vingt mille lieux sur les mers : comment les architectes voient la vie sur l’eau. Projet "Citadel" d'appartements, agence Waterstudio (Hollande).

Vingt mille lieux sur les mers : comment les architectes voient la vie sur l’eau

Il s'agit de construire dans des polders ouverts des habitations flottantes adaptées à la montée des eaux. Ces villes flottantes qui vous feront quitter la terre ferme. À Hong Kong, un quartier flottant ancestral Jusque dans les années 80, c’est tout un quartier flottant qui animait le quartier Causeway Bay à Hong Kong.

Ces villes flottantes qui vous feront quitter la terre ferme

Les habitants, membres de la communauté Tanka, se succédaient depuis la génération de leurs ancêtres pêcheurs, ont décidé de vivre sur l’eau pour éviter la guerre sur terre. Finalement, le manque de propreté et l’accumulation des ordures ont poussé de nombreuses familles à fuir dans les années 1980 pour des logements publics sur la terre ferme. Cités futuristes : les projets les plus fous (1/2)

Transformer l'Etat (4/4) : Free-staters, villes flottantes : faire société sans Etat. En 2001, à l’initiative d’un jeune universitaire américain – Jason Sorens – était fondé le Free State Project.

Transformer l'Etat (4/4) : Free-staters, villes flottantes : faire société sans Etat

Il s'agit alors d'un projet politique s’inscrivant dans la pensée libertarienne appelant à la création, dans le New Hampshire, d’une puissance politique suffisamment forte pour imposer ses propres choix politiques, sociaux et économiques. La ville intelligente n’aime pas les pauvres ! En préparation du prochain OuiShare Fest sur le thème des villes qui aura lieu du 5 au 7 juillet 2017 à Paris, l’équipe de Ouishare, la communauté « dédiée à l’émergence de la société collaborative », organisait une première table ronde sur un sujet d’autant plus provocateur que posé en forme d’affirmation : « la Smart City n’aime pas les pauvres !

La ville intelligente n’aime pas les pauvres !

» Vérifions ! Les critiques du concept mouvant de ville intelligente sont de plus en plus nourries. Si le numérique et la technologie ont bien investi les villes, force est de constater que ce n’est pas selon le scénario que prévoyait la Smart City, qui était plutôt celui d’un contrôle et d’une optimisation des fonctions de la ville par les grands acteurs de la ville. Virginie Garin : la Chine va construire une forêt verticale pour purifier l'air - Sciencesetavenir.fr. La ville du futur sera-t-elle vivable ? A quoi ressembleront les villes de demain ?

La ville du futur sera-t-elle vivable ?

Entre enfer urbain, ville durable et utopie urbaine, quelles orientations se profilent ? L'urbanisation du futur est-elle condamnée à l'enfer ou à l'utopie ? Comment a-t-on imaginé l'avenir des villes à travers l'histoire ? Quelles sont les grandes idées phares, en adéquation avec les problématiques environnementales de notre temps, pour imaginer les villes du futur ?

La ville du futur sera-t-elle vivable ? Pour en finir avec les « villes nouvelles » Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Francis Pisani Les villes nouvelles sont inévitables.

Pour en finir avec les « villes nouvelles »

Il suffit de regarder les besoins en Inde, en Chine et en Afrique pour s’en rendre compte. La population mondiale n’a pas fini de croître et les ruraux continuent à être attirés par les villes, quel que soit le coût de l’installation. Mais celles qu’on développe aujourd’hui sont tout sauf réjouissantes. La réponse la plus courante au besoin d’urbanisation est le bidonville. L’urbaniste américain Adam Greenfield, connu pour son pamphlet Against the Smart City (« Contre la ville intelligente », 2013), s’en prend aujourd’hui à ces villes nouvelles, les accusant de ne jamais tenir compte des réalités sociales, politiques et culturelles locales.

Aux mains d’experts étrangers Greenfield remarque que la conception de tels projets est souvent le fait d’entreprises étrangères au continent, rarement familières des cultures locales. Lilypad par Vincent Callebaut : cité flottante écologique et autosuffisante. Publié le 17 décembre 2009, mis à jour le 31 mai 2013 L’architecte Vincent Callebaut est rempli d’idées débordantes, son projet surnommé Lilypad est une cité flottante autosuffisante et écologique pouvant accueillir jusqu’à 50 000 habitants.

Lilypad par Vincent Callebaut : cité flottante écologique et autosuffisante

Ce projet utopiste répond à la problématique du réchauffement climatique. En effet, d’ici 100 ans le niveau des océans devrait monter de 50 cm à 1 m. La fiche architecte de Vincent Callebaut : biographie, projets, récompenses ici Crédits images © Vincent Callebaut. Vincent Callebaut sur architectureFR. Vincent Callebaut est diplômé de l’Institut supérieur d’Architecture de Bruxelles en 2000 à l’âge de 23 ans, avec son projet parisien du « Métamusée des Arts et Civilisations » Quai Branly.

Vincent Callebaut sur architectureFR

A l’issue de ses études, grâce à la bourse Leonardo da Vinci attribuée par la Communauté Européenne, il décide de s’installer à Paris pour aiguiser son esprit critique et son inventivité spatiale pendant deux ans de stages au sein des agences qui le passionnent (Odile Decq Benoit Cornette Architectes Urbanistes, Massimiliano Fuksas). Très vite, il se distingue de ses pairs et remporte en 2001 le Prix Napoléon Godecharle récompensant le meilleur espoir de l’architecture belge, avec son projet écologique et futuriste « Elasticity, une ville aquatique de 50 000 habitants totalement autonome». En 2005, il est finaliste des RE-Nouveaux Plaisirs d’Architecture récompensant les 12 figures émergentes de l’Architecture en Communauté Française de Belgique. Ses projets Asian Cairns Master plan « vert » Hong Kong. Les grands archétypes urbains : une introduction à la ville fantasmée.

Enfin l’année s’achève, et avec elle l’heure des cadeaux.

Les grands archétypes urbains : une introduction à la ville fantasmée

A ce titre, pop-up urbain est ravi de vous offrir cet humble livret, réalisé à six mains, sur les grands archétypes de l’utopie urbaine que nous aimons décortiquer depuis des années… L’utopie urbaine est en quelque sorte la clé de voûte de ce blog, et ce depuis ses prémisses. En croisant les mythes fondateurs des siècles passés, les travaux d’utopistes plus ou moins éclairés, et bien évidemment la pop-culture la plus récente, certains « archétypes urbains » se dessinent sous toutes leurs formes. Sortes d’utopies génériques, chacune ayant vocation à représenter une ou plusieurs facettes de l’urbanité réelle, ces figures jouent le rôle de miroir déformant dans lequel se reflètent nos propres fantasmagories. Comme l’a très justement écrit Pierre Loubier dans Le Poète au labyrinthe : ville, errance, écriture : Le projet Lilypad en images. Le projet Agora Garden - ARTE. Le projet Lilypad - ARTE. Ocean Spiral, un projet pour vivre sous la mer. La partie émergée de la sphère d'habitation d'Ocean Spiral, avec ses zones portuaires.

Ocean Spiral, un projet pour vivre sous la mer

Cette ambitieuse étude entend démontrer qu'il est possible de vivre sous la mer en exploitant ses ressources d'une manière raisonnée. © Shimizu Ocean Spiral, un projet pour vivre sous la mer - 5 Photos Une entreprise japonaise de construction, Shimizu, a présenté l'an dernier un projet futuriste, baptisé Ocean Spiral, consistant à faire vivre des humains dans l'océan.