background preloader

Management public

Facebook Twitter

Le Pecha Kucha, pitch parfait évitant la mort par PPT. Marketeurs, évitez la mort de votre public par asphyxie au PowerPoint ou Keynote traditionnel ! Ne les noyez plus sous une avalanche de détails, de chiffres non mémorisables et immangeables ! Une réunion n’est pas un enfer. Elle peut devenir le paradis des idées et des expressions neuves en utilisant un outil « moderne »… qui, pour autant ne peut se suffire à lui-même (nous n’en promouvons pas une utilisation dogmatique !) : le Pecha Kucha. Le Pecha Kucha ou la technique du 20×20 Le Pechakucha ou Pecha Kucha (à prononcer « Pétcha Koutcha ») est un format de présentation orale associée à la projection de 20 diapositives se succédant automatiquement toutes les 20 secondes. La réalisation de la présentation Pecha Kucha avec PPT Commencez par structurer votre présentation en 20 points.

Pour ce faire, écrivez le découpage de l’intervention sur papier. 20 secondes représentent 60 mots ; utilisez par exemple Word pour les compter. Cet exercice oblige à la concision. Et l’humour ? (c) ill. Pecha Kucha: l'art de pitcher en 6 min. 40 sec. Tous les entrepreneurs doivent régulièrement démontrer à quel point leur idée est unique, voire révolutionnaire. Pendant un repas, dans un ascenseur, durant un évènement de networking, lors de conversations entre amis ou entre voisins: toutes les occasions sont bonnes pour en parler.

Mais s'il est souvent difficile de persuader des non-experts que cette idée répond à un réel besoin, il est encore plus difficile de la présenter sans noyer son interlocuteur sous une avalanche de détails. Détails qui lui feront tout simplement perdre l'envie d'en savoir plus. Venant tout droit du Japon, Pecha Kucha est l'art de présenter une idée efficacement et ce dans un temps très limité. Comme toutes les techniques de pitching, elle pourrait bien être un parfait outil pour promouvoir votre idée ! Etes-vous prêts à « pitcher » en 6 minutes et 40 secondes ?

Pecha Kucha est une expression japonaise signifiant bavardage. Pourquoi choisir Pecha Kucha «Think passion, not portfolio » Créer votre présentation. Charte du facilitateur de sessions Open Space Technology. La facilitation est une véritable discipline, une dimension incontournable de notre métier de coach agile. Parfois il s’agira de faciliter des cérémoniaux SCRUM, parfois des Workshops collaboratifs (vision, conception, changement …) ou des innovations Games. Même si les racines sont les mêmes, la facilitation de sessions (ateliers) Open Space Technology est quant à elle un exercice un peu particulier… Une charte affichée à chaque session: une des règles du jeu!

Du fait de la spécificité du format (ouvert, ateliers multiples et simultanés, profils de participants hétérogènes, nombre variable, Loi des 2 Pieds…). Pour autant, la satisfaction des participants des sessions et des sponsors de ce type d’évènements (notamment quand nous les organisons pour le compte d’entreprises) dépend en partie d’une bonne facilitation et d’une bonne restitution des échanges… Cette petite charte du facilitateur disposée dans chaque atelier est donc un élément non négligeable de ce dispositif… Follow Me:

Outils pratiques du Manager Agile #2: MBWAL. Le MBWAL, ou plus exactement le Management by Walking Around & Listening, est une déclinaison US du « Aller et Voir sur le Terrain » (l’une des pratiques reines du Lean management, en l’occurrence le Gemba Walk ). On retrouve sa source dans le livre « In search of Excellence » de Peters et Waterman. Proximité et simplicité sont au cœur de cette pratique adoptée dans de nombreuses organisations américaines, une pratique qui se veut avant tout brève, informelle et si possible fréquente (pour en devenir plus naturelle). Pourquoi ? Prendre la températureÉtablir une véritable relation de confianceRéduire la distance entre le manager et ses collaborateursPromouvoir une communication bidirectionnelle plus naturelle et moins formelleAller au devant d’éventuels problèmes Comment ?

Comme de nombreuses pratiques que je vous présenterai, le MBWAL est une technique très simple: il suffit dans un premier temps de se décoller de sa chaise ! Bref, just be cool ! Dans la même série: Follow Me: Outils pratiques du Manager Agile #1: One-on-One. Le One-on-One est une conversation d’environ 20 minutes en face à face entre le manager et son collaborateur. Le One-on-One se mène chaque semaine avec chaque collaborateur… C’est tout simplement la démonstration que le manager se rend ENFIN DISPONIBLE pour l’autre, dans un mode Ecoute Active, sans perturbations extérieures «Vous êtes important, vous êtes ma priorité!» « Je fais en sorte de voir tout le monde une fois par semaine… j’ai commencé il y a deux mois… j’ai 15 personnes à voir toutes les semaines en plus du reste… c’est dur mais ça vaut la peine » Un manager Agile Pourquoi ? Etablir une véritable relation de confiance ou restaurer la confiance perdueMieux connaître son collaborateur, son travail mais aussi la façon dont il fonctionne pour notamment ajuster son style de managementDonner du Feedback et de signes de reconnaissance sources de motivationDonner simplement la parole aux collaborateurs Comment ?

Dans la même série: En quoi puis-je vous aider? Follow Me: Outils pratiques du Manager Agile #3: Feedback 360. Le feedback 360 c’est du Management Agile, une technique toujours efficace quand elle est menée dans de bonnes conditions et une thématique qui va prendre de plus en plus de place dans les années qui viennent : RH et Agilité. Le Feedback 360 degrés peut prendre différentes formes ; celle que je vous présente ici concerne le Manager. C’est en effet le Manager Agile qui va solliciter du feedback de ses pairs, de sa hiérarchie, de ses collaborateurs (notamment les Equipes Agiles sous son périmètre) voire même de ses clients. L’idée est même d’élargir le système d’évaluation « à tous les employés potentiellement sous l’influence d’un manager » « Chaque employé pouvait choisir d’effectuer une évaluation 360 degrés pour n’importe quel manage ayant une influence positive ou négative sur son travail.

L’ancienneté de l’employé chez HCLT ne rentrait pas en ligne de compte- un mois, une décennie – pas plus que le rapport hiérarchique avec le manager en question » Vineet Nayar Pourquoi ? Comment ? Outils pratiques du Manager Agile #7: La matrice Urgence / Importance. … plus connue sous le nom de Matrice d’Eisenhower, président US, qui utilisait ce principe pour prioriser ses actions.

Stephen Covey a popularisé la technique sous cette forme matricielle, dans les années 90, dans son livre « Les Sept Habitudes des gens efficaces » pour aider les manager à sortir de la spirale de l’action! Pourquoi? La gestion du temps est une dimension clé du boulot du Manager. La matrice permet de fixer des priorités dans les tâches à réaliser; elle permet aussi d’offrir de bons éléments de décision, sur une activité clé du Management Agile: la délégation.

En effet, outre le fait qu’une délégation efficace se doit d’être progressive et suivie, elle est avant tout SÉLECTIVE. Comment? La matrice est plutôt simple à utiliser, et se construit sur la base de deux axes: Le 1er axe concerne le degré d’Urgence de la TâcheLe 2ème axe concerne le degré d’importance de la tâche En bref, en terme d’actions… Dans la même série: Jean Claude GROSJEAN - COACH d’Organisation. Follow Me: Enquête bien-être au travail 2015 dans les collectivités locales : tous les résultats. Baromètre Bien-être au travail 2014 : le malaise croissant des fonctionnaires territoriaux. Selon le principe du verre à moitié vide ou à moitié plein, le Baromètre national 2014 sur le bien-être au travail dans la fonction publique territoriale, pour la troisième année réalisé par la Gazette et le cabinet de conseil en relations humaines et d’étude des risques psychosociaux CaTTalyse, peut se lire chaussé de lunettes roses ou aux verres fumés.

Ainsi, les optimistes sauront se réjouir à juste raison de plusieurs chiffres forts, à commencer par le niveau de satisfaction globale des territoriaux qui, comblant près de sept d’entre eux sur dix, croît en un an dans chacune des catégories d’emploi jusqu’à même laisser un cadre A sur cinq « tout à fait satisfait ». Un accomplissement soutenu par un certain « confort » professionnel — avec le temps et les moyens de faire sans pression ni blurring (1) excessifs – et, plus encore, un « réconfort », puisé à l’empathie de collègues dont le soutien s’érige en premier facteur de facilitation du travail pour sept répondants sur dix.

LE MANAGEMENT PAR LES VALEURS. La Méthode des Référentiels de Valeurs Partagés (MRVP) pour un management par les valeurs Comprendre les valeurs dans l’entreprise Si on y prête attention, les valeurs sont en jeu partout dans l’entreprise. L’économique les comptabilise, le commercial et le marketing les échangent, la communication les présente et les transmet, la formation et la production les développent. Il y a partout des valeurs à partager, à transmettre, à développer; la gestion des ressources humaines n’y échappe pas. Il ne faut surtout pas oublier tout ce qui est évaluations, impossibles sans échelles de valeurs, qu’il s’agisse du personnel, des équipes, des situations, des compétences, des activités, des résultats, etc. Pourtant la notion de valeurs reste souvent très floue ou très spécifique, créant des incohérences et malentendus. Deux définitions sont à retenir. Ici les valeurs dont on parle peuvent être partagées parce qu’elles sont communes.

Le management par les valeurs avec la MRVP. Le management par les valeurs : mode d’emploi. Laurent, manager : « Ce que j’attends de Laure ? Qu’elle prenne plus d’initiatives « Laure : « Ce que j’attends de mon manager ? Qu’il écoute mes idées » Il est de plus en plus fréquent d’entendre des dirigeants s’étonner du manque d’engagement, d’initiative ou de coopération de la part de leurs collaborateurs. Ce qui est encore plus surprenant, c’est de constater que ces derniers revendiquent ce que leurs managers attendent d’eux. Etrange, non ? A vrai dire, pas vraiment. Les limites du management par la règle : Procédures, descriptions de poste, objectifs, tous ces outils ont été conçus pour aider le manager à assumer sa principale contribution : prescrire ce qui doit être fait par ses collaborateurs et contrôler le respect des consignes.

Bien adaptés à un environnement stable et prévisible, ces outils s’avèrent relativement inefficaces dans un monde en perpétuel changement (vos descriptions de poste sont-elles à jour ?) Les bénéfices du management par les valeurs Et la liste est longue… Le management par les valeurs : mode d’emploi. Sept conseils pour abréger une réunion. Neuf cadres sur dix (88%) se sentent inutiles en réunion et un tiers (32%) s'est déjà assoupi autour de la table selon un récent sondage de l'Ifop (1).

Pour lutter contre l'ennui et gagner en performance rien de mieux que de limiter le nombre et la durée de ces rencontres. Et de booster la créativité des participants. Voici sept pistes pour y parvenir. 1. Osez désacraliser la réunion du lundi ou les rendez-vous automatiques qui jalonnent un projet. 2. Toute rencontre utile doit chercher à résoudre un problème. 3. L'agencement de l'espace est capital. 4. Vous avez fixé un délai de deux heures pour dénouer tel imbroglio ?

5. Plutôt que d'investir à chaque fois la salle du 1er étage, songez à délocaliser l'équipe dans des endroits insolites : la terrasse de l'immeuble, le jardin à côté du parking, le bistrot du coin... 6. Délaissez le Powerpoint ou le paper-board. 7. J'appelle cela des "accidents" . (1) Réalisé en mars 2014 auprès de 1001 personnes. EC-FR1.