background preloader

Articles OA

Facebook Twitter

Enquête Couperin sur les archives ouvertes en 2017. Publié le 30 novembre 2017, par Thérèse HAMEAU Le consortium Couperin met en ligne les résultats de l’enquête menée en 2017 par le groupe de travail sur l’accès ouvert (GTAO). Il a exploité 121 réponses sur les 151 reçues. Les universités représentent 45 %, les Grandes Écoles 28 % et les organismes de recherche 23 %.Voici quelques éléments extraits de la synthèse : 82% des répondants disposent en 2017 d’une archive en production ou en cours de mise en œuvre, contre 62% en 2014 ; la plateforme HAL représente 79% des archives en production et 84% des archives des universités ; 53% des établissements, contre 30,6% en 2014, ont inscrit en 2017 leur archive ouverte dans une politique globale d’établissement.

Les résultats de l’enquête. Peer Community in : évaluation des preprints par les communautés. Le “Peer Community in” (PCI) est une organisation scientifique à but non-lucratif ayant pour but de créer des communautés spécifiques de chercheurs capables d’évaluer gratuitement dans leur champ disciplinaire des documents « preprints » (c-a-d, articles non publiés et déposés en libre accès sur des plateformes d’archives ouvertes comme arXiv.org ou bioRxiv.org. Pour le moment, quelques communautés spécifiques (Peer Community in X) se sont mises en place : Peer Community in Evolutionary Biology (PCI Evol Biol), Peer Community in Ecology (PCI Ecol), Peer Community in Computational Statistics (PCI Comp Stat).

Une fois recommandé par l’un de ces PCI sur la base d’évaluations rigoureuses, les preprints sont alors validées et peuvent être considérées comme des articles ou contributions de grande valeur. Principes clefs des recommandations du PCI. Science ouverte : pour un meilleur accès aux résultats de la recherche. Des conditions de transmissions du virus Ebola jusqu'aux conséquences du Brexit, de nombreuses recherches fondamentales, financées par l’argent public, voient pourtant leurs résultats échapper aux citoyens voire aux chercheurs eux-mêmes. Au profit de qui? De certains grands éditeurs de revues scientifiques. Pour les chercheurs, la publication, c’est le nerf de la guerre.

Une source de connaissances, un outil de diffusion et aussi de carrière. Ce modèle juteux profite en fait à quatre ou cinq grands éditeurs internationaux comme Elsevier, Springer Nature et Wiley. Le risque, c’est de transformer des inégalités d'accès à la lecture en inégalités d'écriture. Parallèlement un certain nombre de chercheurs dans le monde appellent eux au boycott des revues. Academic journal publishing is headed for a day of reckoning. « Nous n’avons pas d’autre choix » : les éditeurs, ResearchGate et les guerres du copyright | UrfistInfo.

Nous avions laissé éditeurs et ResearchGate fin septembre en position d’observateurs, chaque camp campant sur ses positions. Rappelons en effet que le 15 septembre 2017, l’association d’éditeurs STM envoyait, via son cabinet d’avocats, une proposition à ResearchGate afin de rendre le réseau « plus compatible avec les droits d’usage et d’accès pour partager des articles », et lui laissait jusqu’au 22 septembre pour trouver un accord – courrier resté sans suite du côté du réseau social. Les choses se sont emballées courant octobre, et les rebondissements sont suffisamment importants pour que Nature et Science couvrent le sujet. D’offensives en contre-offensives, les lignes bougent sans pour autant clarifier les positions de toutes les parties prenantes… L’offensive de la Coalition for responsible sharing Faute de réaction publique de la part de ResearchGate fin septembre, plusieurs éditeurs réagissent rapidement[1].

Des éditeurs divisés Un changement des règles de ResearchGate Notes. Cost estimates of an open access mandate for monographs in the UK’s third Research Excellence Framework. Assumptions Number of books to be submitted In REF 2014, there were 12,873 submissions of output type ‘A’ (authored books), 2,066 of output type ‘B’ (edited books), 13,253 of output type ‘C’ (chapters in books), and 436 outputs of type ‘R’ (scholarly editions). Taking a book to be composed of approximately eight chapters – an admittedly rough measure for economic purposes – this yields a total of 17,032 books submitted to the 2014 exercise (but this figure does not deduplicate books in the case of multiple book chapters).

While there was a significant fall in the number of book chapters submitted between the preceding Research Assessment Exercise and the REF, all other output volumes remained relatively stable between the exercises.3 These data are shown in Table 1. Excel | CSV Table 1 Book outputs in the Research Excellence Framework 2014 There are some overlaps in the above calculation since it is likely that ‘chapters in books’ will also appear in ‘edited books’. Excel | CSV Table 2 Table 3. My reflection on my journey in open access or Can you be a librarian without being an open access advocate?

In honor of this year's Open Access Week, here's a personal reflection of my engagement with open access over the 10 years of my career in academic libraries. I also consider the question ""Can you be a librarian without being an open access advocate". Many of you may find my personal reflection of my journey in open access to be of little interest, so please feel free to jump ahead to my discussion of "Can you be a librarian without being an open access advocate? " Introduction I was having a twitter conversation with someone recently, and this fairly new librarian mentioned to me that while in library school I was described as a "hard core OA advocate" based on my blog posts. controversial question?

- can you be a librarian and not be a open access advocate? — Aaron Tay (@aarontay) July 5, 2017 A "brief" history of my personal engagement with open access as a librarian I've just celebrated my 10 years as an academic librarian recently. Learning and thinking about open access (2013-2014) Ask The Chefs: Where Does Open Access Go From Here? Open Access (OA) publishing is continuing to grow. Based on our most recent research and analysis, Delta Think estimates the OA market at approximately $470M in 2016, up from $390M in 2015. It is also no secret that OA volume as a percentage of total market volume (estimated at 20-22%) is much higher than OA revenue as a percentage of total market revenue (4-9%). But what does this all mean? For publishers, those could be scary numbers, analogous to the revenue declines seen when print advertising decreased as online advertising increased, but at much lower revenue levels. For OA advocates, is this shift producing the accessibility and openness they had hoped for?

In anticipation of Open Access Week, we asked the Chefs: Where does Open Access go from here? Joe Esposito: This is a difficult question to answer, in part because to answer it, one would have to be able to say where open access is today. There’s a lot to like about the notion of open research. So what are your thoughts? "Les preprints sont une forme recevable de communication scientifique" / aviesan. Depuis plus de deux décennies, les communautés de physiciens, de mathématiciens et d’informaticiens pratiquent, de manière complémentaire à la publication d’articles scientifiques selon les modalités classiques, la diffusion de manuscrits avant leur évaluation par les pairs (preprints, en anglais).

Un serveur comme arXiv.org a grandement contribué à ce phénomène qui accélère et fiabilise le processus de diffusion de la connaissance, au bénéfice tant des communautés de recherche que de la société. L’usage de preprints reste en revanche marginal dans la communauté des sciences de la vie, malgré l’introduction et la progression récentes de l’usage de serveurs comme BiorXiv.org ou PeerJ Preprints. Début 2016, le colloque ASAPBio (Accelerating Science and Publication in Biology) a souligné la nécessité de valoriser les preprints dans l’ensemble du système de production de connaissances : citation, évaluation, recrutement, promotion, etc. DOAJ and SCIENTIFIC KNOWLEDGE SERVICES partner to achieve broader support for Open Access to scientific literature – News Service.

The new agreement underpins the Directory of Open Access Journals in its work to reach new members and generate more support and shows the strong commitment of Scientific Knowledge Services to the Open Science movement. DOAJ announces the agreement with Scientific Knowledge Services (SKS) as its exclusive agent in a selection of countries from the EMEA region (details below). Scientific Knowledge Services will be responsible for facilitating financial support to DOAJ and in this way contribute to the work of DOAJ to assess and promote quality, peer reviewed Open Access journals. This agreement focuses on generating new members and sponsors for DOAJ from the countries listed below, and includes planning, marketing, market research, supervision, training, maintenance of a customer database, record-keeping, and reporting to the DOAJ.

The selection of EMEA countries is listed below: About SKS For business development inquiries: Marika Markova, SKS Executive Director For media inquiries: Like this: German researchers resign from Elsevier journals in push for nationwide open access | Science | AAAS. Five leading German scientists have resigned from their editorial positions at journals published by Elsevier, the latest step in a battle over open-access and subscription policies between the Dutch publishing giant and a consortium of German libraries, universities, and research institutes. The researchers want Elsevier to accept a new payment model that would make all papers authored by Germany-based researchers open access. The five are only the first of many ready to step down, warn leaders of the consortium, called Projekt DEAL. Instead of having individual libraries pay subscriptions for individual journals, Projekt DEAL wants to set up nationwide “publish and read” agreements with publishers. DEAL would pay publishers a lump sum to cover publication costs of papers authored by researchers in Germany.

Negotiations with Elsevier began in 2016, but stalled late last year. DEAL representatives say they won’t accept any changes to their proposed model. Others have followed his lead. Bib2HAL ou comment faciliter le dépôt dans HAL – Carnet'IST. Ce billet est un retour d’expérience à la suite d’une importante pratique d’import par lots de références dans HAL, au début (en 2011) par des versements en XML puis (depuis 2013) par des imports en BibTex grâce à Bib2HAL, outil en ligne développé par l’INRIA. L’idée de départ était de soulager les chercheurs qui exprimaient ne pas avoir le temps de procéder eux-mêmes au dépôt de leurs travaux, tout en promettant néanmoins de fournir le full-text si le travail de saisie des métadonnées était déjà effectué. Nous avons réalisé une enquête auprès des chercheurs de notre établissement en 2014 et la question “Si on saisit pour vous dans HAL toutes les métadonnées d’un de vos articles, irez-vous ensuite y ajouter le texte intégral ?

“ a généré un oui massif à 71 %. Après des centaines d’imports de références seules et quasiment aucun full-text récupéré, nous avons modéré cette pratique en la cantonnant aux articles dont le recensement nous est demandé par ailleurs. – pour un ouvrage. Prendre un chercheur par la main… pour l’emmener vers HAL demain… – Lab & doc. Vous n’aurez plus d’excuse ! Non, non, non!!! On ne les acceptera plus! « C’est trop long, trop compliqué, on n’a pas assez de temps, oui, il faut que je m’y mette mais pas aujourd’hui, il y a trop de trucs à remplir, on n’y comprend rien »… STOP! Depuis lundi, la plateforme HAL vous propose une nouvelle version du formulaire de dépôt. Youpi! C’est magique : il vous suffit de télécharger votre fichier et HAL se charge d’y retrouver le titre, les auteurs et toutes les informations possibles et imaginables ! Vous n’avez plus rien à faire… enfin presque ! Il ne faut pas rêver non plus… Laisseriez-vous un logiciel écrire et décider à votre place sans réagir ?

Là, si vous me dites qu’on ne vous prend pas par la main, tout de même ! Une fois connecté (oui, il faut vous connecter: HAL ne propose pas encore la reconnaissance faciale…), cliquez sur « Dépôt ». Ici, deux options s’offrent à vous : – votre document n’a pas d’identifiant : vous glissez-déposez votre fichier Mais attention !

A defining overview on OA & academic books - Knowledge Exchange. Knowledge Exchange is continously active in promoting Open Access by bringing together Open Access experts from all six KE-countries. This study was initiated by Knowledge Exchange and financed by Knowledge Exchange, FWF, CRIStin and Couperin, and together with the skilled expertise of Eelco Ferwerda, Frances Pinter and Niels Stern, we can now publish the biggest landscape study on the conditions and potentials for Open Access books yet. The field of OA monographs is still in its early evolution and therefore 73 in-depth conversations were conducted to understand the different developments among three stakeholder groups: Publishers, funders and libraries.

The importance of author attitudes, scholarly reward and incentive systems is also raised throughout the study by numerous interviewees. Our study shows that although the main OA policies do not include monographs, conversations about OA and monographs are surfacing and are expected to be accelerating over the next few years. Rapport sur les ouvrages en libre accès. Publié le 6 octobre 2017, par Thérèse HAMEAU Knowledge Exchange (KE) met en ligne un rapport A landscape study on open access and monographs dans lequel il dresse un état de lieux des ouvrages en libre accès (LA) dans huit pays européens : Allemagne, Autriche, Danemark, France, Finlande, Norvège, Pays-Bas et Royaume-Uni. Les auteurs analysent la situation actuelle en répondant aux questions suivantes : les livres sont-ils pris en considération dans les politiques nationales en faveur du LA ?

Quelles sont leurs sources de financement ? Quels sont les modèles économiques existants pour ce type de publication ? Le rapport émet également des recommandations au KE pour contribuer à leur développement.En matière de politique, l’étude montre l’absence de cohérence entre les huit pays, l’Autriche étant le seul pays ayant inclus les livres dans sa politique en faveur du LA. L’information. Study Suggests Publisher Public Access Outpacing Open Access; Gold OA Decreases Citation Performance - The Scholarly Kitchen. A recent study, out as a preprint, offers something of a muddled bag of methodological choices and compromises, but presents several surprising data points, namely that voluntary publisher efforts may be providing broader access to the literature than Gold or Green open access (OA), and some confounding shifts in claims of an open access citation advantage.

“The State of OA: A large-scale analysis of the prevalence and impact of Open Access articles” is posted as a preprint, and like all preprints, it has not yet gone through peer review and must be viewed with some level of skepticism. It suffers from a variety of issues which will hopefully be addressed via a rigorous peer review process should the article be submitted for formal publication. As written, the paper veers too far into advocacy. The preprint contains scant information on their statistical methods. It’s unclear whether the authors controlled for article properties like age, paper type, and journal type, etc.

Support Science by Publishing in Scientific Society Journals - The Scholarly Kitchen. Robin des bois ou rogue open access ? Les réseaux sociaux académiques en 2017 | UrfistInfo. Support Science by Publishing in Scientific Society Journals - The Scholarly Kitchen. Appel de Jussieu : soutien et recommandation du Conseil Scientifique de l’Insmi - RNBM. Working towards a transition to open access. 11 | 2017 Libre accès aux publications et sciences ouvertes en débat. Open Access : l’association Liber liste cinq « principes fondamentaux » pour négocier avec les éditeurs | - Eprist. Reflections on the (UK) Open Access Repository Landscape - Research Libraries UK. OpenAIRE Position Paper on Open Research Europe : OpenAIRE blog. Le/la chercheur.e publie | ^^ Germany’s strategy for life without Elsevier | THE News. It Takes More than a Mandate: Factors that Contribute to Increased Rates of Article Deposit to an Institutional Repository.

Open-access à l'université Paris Nanterre - De BibTeX à HAL : le retour d'expérience de l'Université Paris Nanterre. Pratiques documentaires numériques à l'université - Pratiques documentaires et pratiques d’auto-archivage des mathématiciens et informaticiens en France - Presses de l’enssib. Test de Dissem.in : une véritable avancée vers le dépôt simplifié dans HAL – Carnet'IST. ResearchGate et le respect du droit d’auteur | Réseau AO Toulouse. L’accès aux travaux de la recherche, les archives ouvertes de la connaissance – Lab & doc.

Negotiations with Elsevier: The crucial issues for the FinELib consortium - FinELib - Kansalliskirjaston Kiwi. Coupler Zotero et Bib2Hal pour signaler massivement les publications sur HAL. Openwashing | Marlène's corner. Des métriques pour l’open access | Marlène's corner. L’Open access est-il négociable ? Leçons du contrat Elsevier / Pays-Bas – L'Alambic numérique.

La nasse dorée de l’open access – (Gaol Road to Open Access) – L'Alambic numérique. Open Access et nouvelles formes de publication scientifique.