background preloader

Les 10 sites menacés par le tourisme de masse

Les 10 sites menacés par le tourisme de masse
1 - Venise L'image d'un immense paquebot longeant la fragile lagune de Venise, cette semaine à la télévision, a laissé pantois les amateurs de la Cité des Doges. Pas moins de 500 paquebots passent ainsi chaque année entre les îles et la Place Saint-Marc, pour fournir une plus belle vue aux photographes. Quitte à ce que la pollution des bateaux et la pression de l'eau ravage un peu plus la merveille qu'ils admirent ! 2 - L'île de Pâques L'accès à la fameuse île de Pâques, qui appartient au Chili, est désormais organisée avec un Pass que gèrent les autorités locales avec les agences de voyage, pour réduire le nombre et la durée des séjours sur place. 3 - Les îles Galapagos Leur faune et leur flore est unique au monde, valant dès 1978 aux Galapagos une inscription méritée sur la liste du Patrimoine mondial de l'Humanité par l'Unesco. 4 - Le mont Kilimandjaro 5 - Le mont Everest On pourrait croire que l'ascension de l'Everest est réservée à une élite. 6 - Le Machu Picchu 8 - Pétra, en Jordanie Related:  EPE Tourisme de masse à VeniseDA SILVA PEREIRA Marion EPE : Tourisme de masseTourisme

France-Monde | Le surtourisme, une fatalité ? Le sujet est devenu tellement sensible que l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) lui a consacré plusieurs rapports. Comment accueillir toujours plus de touristes sans y perdre son âme ? Pour nombre de destinations, c’est devenu un véritable casse-tête. Le cas de Venise est le plus emblématique – et sans doute aussi le plus ancien. Risque de « muséification » Venise, Barcelone, Dubrovnik, Lisbonne, Amsterdam, Salzbourg, Reykjavik… La liste des villes confrontées au problème du « surtourisme » ne cesse de s’allonger. Et c’est compter sans un phénomène plus impalpable : la perte d’authenticité, déplorée aussi bien par les touristes que par des habitants qui n’hésitent plus à mener la fronde. « Tourist go home » (« Touriste, rentre chez toi ») fait partie des slogans qui ont fleuri ces dernières années sur les murs de Barcelone. Autre stratégie : l’introduction de numerus clausus à l’entrée des sites les plus fréquentés.

Les ravages du tourisme de masse sur Arte  Arte / 20H50 - Venise, Barcelone, Dubrovnik… Submergées par les visiteurs, ces trois villes y ont perdu leur identité. Quand Sacha Guitry disait que «les voyages, ça sert surtout à embêter les autres une fois qu’on est revenu!», il n’avait perçu qu’une partie du problème. Soyons indulgents. À son époque, arpenter la planète n’était pas aussi facile qu’aujourd’hui. Rien de tel que des chiffres pour faire peur. «L’Unesco ne fait rien, à part se faire de la publicité» Comme des boxeurs rebondissant dans les cordes du ring, les maires des trois villes se répondent ou s’opposent à tour de rôle. C’est ce que cherche à éviter la maire de Barcelone, précisant que les touristes ne sont pas des ennemis. À Dubrovnik, le constat est le même.

Quand le tourisme dénature le monde Quand il était guide en Antarctique, dans les années 90, Alain A. Grenier, professeur en tourisme et en développement durable à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), se rappelle que « les gens n’étaient jamais satisfaits de la distance qui les séparait des animaux ». Être plus près. Avoir le meilleur point de vue. Voilà les revendications des voyageurs qui paient une fortune pour ce genre d’expédition. Il lui revient également en tête des images où les touristes marchaient au milieu des manchots, expérience fort perturbante pour ces animaux. « On joue sur le côté magique du divertissement. — Alain A. Les safaris en Afrique. A-t-on perdu la maîtrise de la situation ? Pour le directeur général d’Aventure Écotourisme Québec, Pierre Gaudreault, la présence d’un guide peut aussi contribuer à réduire les impacts sur l’environnement. « Il y a de plus en plus de gens qui pratiquent le plein air, ajoute-t-il. « Qui travaille dans ces bateaux-là ?

Venise : la taxe salée qu'il faudra désormais payer Préparez-vous à sortir la monnaie pour visiter Venise le temps d'une journée ! Le parlement italien a approuvé une mesure, introduite dans la loi de finances du pays, qui permettra à la cité des Dogues de faire payer un ticket d'entrée à ses visiteurs. À partir de juillet prochain, les touristes qui arrivent directement en bateau devront également payer une taxe. "Le montant maximum autorisé pour ces deux mesures [taxe de séjour + contribution de débarquement] est porté à 10 euros", précise la loi dont franceinfo se fait l'écho. Ainsi, cette nouvelle taxe vise les touristes qui ne dorment pas dans des hôtels et qui de ce fait ne paient pas la taxe de séjour. Un énorme manque à gagner pour Venise qui accueille chaque année quelque 600 navires, ce qui représente entre 20 et 23 millions de touristes. Selon les premières estimations de la ville, cette nouvelle taxe pourrait lui rapporter près de 50 millions d'euros par an.

La mer Méditerranée menacée par le tourisme de masse, selon WWF sur Orange Actualités franceinfo, publié le mercredi 27 septembre 2017 à 12h56 L'ONG WWF, dédiée à la protection de l'environnement, tire la sonnette d'alarme sur les dangers qui pèsent sur la mer Méditerranée, dans un rapport publié mercredi 27 septembre. Pour le Fonds mondial pour la nature, les coupables sont le tourisme de masse et l'"exploitation non durable des ressources de la mer". Si l'on prend l'ensemble des activités économiques menées en Méditerranée, elles représentent "chaque année environ 450 milliards de dollars", rappelle le WWF. Le tourisme marin et côtier représente 92% de cette somme. La pêche et l'aquaculture composent les autres activités économiques menées en Méditerranée. Le rapport, intitulé Relancer l'économie de la mer Méditerranée, les actions pour un futur durable, estime que "le modèle actuel de tourisme de… Lire la suite sur Franceinfo

Venise : le tourisme menace son patrimoine Cet article date de plus de cinq ans. Publié le 15/03/2018 20:46 Mis à jour le 15/03/2018 22:15 Durée de la vidéo : 4 min En moins d'un demi-siècle, la ville a perdu la moitié de ses habitants. Les Vénitiens ont fui le tourisme de masse qui s'est emparé de la ville, au point de lui faire perdre son âme. Venise, livrée au tourisme de masse, est désertée par ses résidents. Le centre de Venise perd 1 000 habitants chaque année. Partager : l'article sur les réseaux sociaux L’actu à 18h30 Tous les soirs, recevez l'essentiel de l'actualité France Télévisions collecte votre adresse e-mail pour vous adresser la newsletter "L’actu à 18h30". Comment être un voyageur responsable? - Voyages pour la planète Le tourisme durable est avant tout basé sur la notion d’échange et de respect : respect de vos hôtes, respect de leur culture, et respect de la nature. Le voyageur soucieux de s’inscrire dans cette démarche doit donc respecter certaines règles de bonne conduite que nous avons souhaité compiler ci-dessous. En effet, par ignorance et donc sans le vouloir, les touristes peuvent être la cause d’un certain nombre d’impacts négatifs sur les populations d’accueil, alors qu’un voyageur bien informé est au contraire garant du respect d’un certain équilibre et d’un accueil favorable. De même, il website existe aujourd’hui un tas de petites astuces qui peuvent vous permettre de réduire votre impact sur l’environnement sans rien entamer de votre plaisir. Les conseils ci-dessous sont bien sûr valables pour toutes les destinations, cependant une attention particulière est demandée pour les pays avec lesquels nous avons une grande différence culturelle. Avant le départ Respect de la nature Equipements

Le tourisme de masse va-t-il "s'autodétruire" ? Cet été, des actions coup de poing ont été menées dans plusieurs villes espagnoles par des groupes d'habitants, pour dénoncer les effets néfastes sur leur quotidien du déferlement de dizaines de millions de vacanciers. Des formes de "tourismophobie" montent aussi depuis des années à Venise, Dubrovnik, Ibiza, Gérone ou Majorque, où les flots de visiteurs grossissent toujours plus. Mais ce "touriste" - accusé de tous les maux - n'est bien souvent que "le bouc-émissaire d'un malaise qui en cache un autre, celui de sociétés fragmentées par l'industrie du tourisme", relève l'anthropologue Jean-Didier Urbain, au dernier jour du salon professionnel du Tourisme Top Resa à Paris. LIRE AUSSI - "Vous n'êtes pas les bienvenus" : rejet du tourisme de masse en Europe Le tourisme massif produit "des effets extrêmement clivants sur la population locale : d'un côté des gens s'enrichissent, et de l'autre des gens subissent, sont prolétarisés et marginalisés", souligne-t-il à l'AFP. Quotas de touristes ?

La fontaine de Trevi étouffe avec le flot de touristes | Virginie ZILIANI | Italie «Il faudrait plus d'ordre, sinon la visite n'est pas agréable», estime Rafel Llerat, un visiteur de 44 ans venu d'Espagne. La place de Trevi, où se dresse la célèbre fontaine du XVIIIe siècle classée au patrimoine mondial de l'Unesco, est nichée au coeur d'un lacis de ruelles dans un espace réduit du centre historique de Rome, vite encombré par le flot quotidien de touristes. Une quinzaine de policiers municipaux sont déjà chargés de réguler l'espace et de veiller sur le chef d'oeuvre du Bernin. Avec leurs sifflets, ils rappellent à l'ordre les visiteurs au moindre comportement inconvenant. «Non, ce n'est pas possible d'aller dans cette zone, vous risquez d'abîmer le marbre», lance l'un d'eux à une touriste qui tente de manger sa glace au bord de la fontaine. Il y a trois semaines, une rixe avait éclaté entre une jeune touriste néerlandaise et une italo-américaine de 44 ans, toutes les deux ayant jeté leur dévolu sur un endroit stratégique pour prendre une photo. Bains sauvages

Venise trouve une solution pour accueillir les paquebots et protéger la lagune Avec ses quais flottants, le nouveau terminal pourra accueillir jusqu’à cinq paquebots. ©Duferco Italia Holding SpA Opposés aux escales des paquebots de croisières, les défenseurs de l’environnement ont donné leur accord pour le projet Venis Cruise 2.0 qui prévoit la construction d’un nouveau terminal composé de quais flottants et d’une ile artificielle. Rappel des faits. Depuis son élection à la mairie de Venise en juin dernier, Luigi Brugnaro, membre de la droite berlusconienne et entrepreneur, multiplie les déclarations sur le passage des paquebots. Cette bataille a donné un coup d'accélérateur à la présentation de projets sur le déplacement des paquebots hors de la lagune. Un projet estimé à 148 M€ Dans ce contexte, le projet Venis Cruise 2.0 sur la construction d’un nouveau terminal composé de quais flottants et d’une ile artificielle, représente un terrain d’entente. Pour les environnementaux, cette solution permettra de sauvegarder la lagune. Ariel F.

Les raisons de la "tourismophobie" (et quelles solutions sont envisagées) TOURISME - Après plusieurs villes espagnoles, italiennes ou croates, c'est au tour de San Sebastian, dans le pays basque, de manifester contre le tourisme de masse ce jeudi. "Vous n'êtes pas les bienvenus": à Barcelone et dans d'autres destinations touristiques européennes, le flot de touristes commence à susciter l'hostilité d'habitants décidés à reconquérir leurs villes. Des romantiques canaux de Venise aux remparts de Dubrovnik, en passant par l'île écossaise de Skye, les touristes sont devenus un cauchemar pour certains riverains malgré la manne financière qu'ils apportent. Dans le quartier côtier de la Barceloneta, les habitants protestent depuis des années contre les nuisances: ivresse, rapports sexuels en pleine rue... "Plus jamais un été comme celui-ci", "Pas de touristes dans nos immeubles", "Vous n'êtes pas les bienvenus", lisait-on samedi sur des pancartes lors d'une manifestation d'habitants sur la plage habituellement bondée de touristes. Explosion touristique Contactez-nous

Une fromagerie multiplie par 10 la population de son village SAINTE-ÉLIZABETH-DE-WARWICK | Une fromagerie du Centre-du-Québec est devenue le principal moteur économique et touristique de son village. Elle organise, chaque semaine, une activité qui multiplie par 10 sa population. Chaque vendredi, la Fromagerie du presbytère accueille des gens sur son terrain de Sainte-Élizabeth-de-Warwick, près de Victoriaville, afin qu’ils viennent déguster ses produits. À titre comparatif, la municipalité de Sainte-Élizabeth-de-Warwick ne compte que 363 citoyens. C’est le huitième été que le propriétaire, Jean Morin, invite les gens au presbytère. Au fil des ans, il a ajouté des produits à l’offre fromagère, permettant notamment à une boulangerie, un vignoble et un maraîcher de s’installer sur les terres du presbytère les vendredis soirs. « Nous ne voulons pas de revendeurs. On y offre des aliments complémentaires aux produits de la fromagerie, comme des pâtés, des terrines et de la bière artisanale. Photo collaboration spéciale, Yanick Poisson

Les habitants de Venise protestent contre la mort lente de leur ville Le tourisme, ce fléau. La cité des doges a exprimé son ras-le-bol, samedi. Des centaines de Vénitiens ont lancé un cri d'alarme, alertant sur l'exode des habitants et demandant à la municipalité d'agir pour que la ville ne devienne pas un musée à ciel ouvert. Venise compte désormais moins de 55 000 habitants, contre 100 000 il y a 40 ans, 175 000 en 1951, selon la BBC. La cité "perd en effet 1000 habitants chaque année". A l'appel de cette association, 300 Vénitiens ont manifesté, valise à la main, dénonçant le "dépeuplement" de leur cité. Les magasins de bibelots ont pris la place des épiceries Venessia.com avait déjà organisé, en 2009, une manifestation baptisée les "funérailles de Venise", avant de dénoncer, l'année suivante, la transformation de Venise en "Venisland", sorte de parc d'attraction à l'image de Disneyland. Il faut jouer des coudes pour se frayer un passage dans les ruelles ou franchir les ponts surplombant les canaux. Limiter le nombre de visiteurs quotidiens

Related: