background preloader

Leur écologie et la nôtre, par André Gorz

Leur écologie et la nôtre, par André Gorz
Evoquer l’écologie, c’est comme parler du suffrage universel et du repos du dimanche : dans un premier temps, tous les bourgeois et tous les partisans de l’ordre vous disent que vous voulez leur ruine, le triomphe de l’anarchie et de l’obscurantisme. Puis, dans un deuxième temps, quand la force des choses et la pression populaire deviennent irrésistibles, on vous accorde ce qu’on vous refusait hier et, fondamentalement, rien ne change. La prise en compte des exigences écologiques conserve beaucoup d’adversaires dans le patronat. Mais elle a déjà assez de partisans capitalistes pour que son acceptation par les puissances d’argent devienne une probabilité sérieuse. Alors mieux vaut, dès à présent, ne pas jouer à cache-cache : la lutte écologique n’est pas une fin en soi, c’est une étape. C’est pourquoi il faut d’emblée poser la question franchement : que voulons-nous ? Il vaut mieux tenter de définir, dès le départ, pour quoi on lutte et pas seulement contre quoi. Related:  ÉcologieEcologieENVIRONNEMENT

Andre Gorz, sortir du capitalisme (2 Penseur de l’écologie politique, André Gorz n’a eu de cesse de poser les fondamentaux de la place du travail et de l’individu dans le monde capitaliste. Et si, bien sûr, Gorz n’a pas inventé l’écologie, il lui a donné sa dimension politique dans « Ecologie et politique », un recueil de textes paru en 1975. Comme aujourd’hui, sur les questions du nucléaire, du gaz de schiste, de l’industrie automobile et chimique, André Gorz pose la question de « leur écologie et la nôtre ». Aujourd’hui, deuxième volet de cet entretien de Daniel Mermet avec Christophe Fourel à partir d’archives de l’émission « A voix nue » (France Culture, 1991). Où comment comprendre et mettre en œuvre une écologie émancipatrice et clairement anti-capitaliste. Là-bas si j’y suis. A l’agenda :

De quoi avons-nous (vraiment) besoin ?, par Razmig Keucheyan (Le Monde diplomatique, février 2017) La transition écologique suppose de faire des choix de consommation. Mais sur quelle base ? Comment distinguer les besoins légitimes, qui pourront être satisfaits dans la société future, des besoins égoïstes et déraisonnables, qu’il faudra renoncer à assouvir ? C’est la question qu’aborde le Manifeste négaWatt, l’un des ouvrages d’écologie politique les plus stimulants parus récemment, rédigé par des spécialistes de l’énergie (1). Un négawatt, c’est une unité d’énergie économisée — « néga » pour négatif. Grâce aux énergies renouvelables, à l’isolation du bâti ou au raccourcissement des circuits économiques, il est possible, selon les auteurs, de mettre sur pied un système économique qui soit écologiquement viable à l’échelle d’un pays, et même au-delà. Le consumérisme ambiant ne saurait perdurer, car il accroît en permanence les flux de matières premières et la consommation d’énergie. Dès lors, deux problèmes apparaissent. Une tâche brûlante de notre temps

COP21 : 700 maires du monde réunis à Paris pour exercer « une pression positive » Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Laetitia Van Eeckhout Exercer une « pression positive » sur les négociations qui se déroulent au Bourget. Telle est la volonté des représentants des quelque 1 000 villes du monde entier réunis, vendredi 4 décembre à Paris, en marge de la COP, pour un Sommet des élus locaux pour le climat. Ce rassemblement est organisé à l’initiative d’Anne Hidalgo, l’hôte, et de Michaël Bloomberg, envoyé spécial des Nations unies pour les villes et le climat et ancien maire de New York. Lire aussi : Anne Hidalgo et Michael Bloomberg : « Accord contraignant ou pas, il faut agir » Rio de Janeiro, Santiago du Chili, Milan, Athènes, Londres, Bordeaux, Copenhague, Berlin, Londres, Sydney, Séoul, Shanghai, New Delhi, Pékin, Bamako, Dakar, Johannesburg, Chicago, Los Angeles, Montréal, Vancouver… Au total, 700 maires ont répondu présent. Des villes plus ambitieuses Les élus veulent aller au-delà de cette reconnaissance et apporter « une contribution décisive à la COP21 ».

La Terre vue de l'espace, belle mais si fragile | Les années lumière Science et technologie La Terre vue de l'espace, belle mais si fragile Le dimanche 22 novembre 2015 Les pieds sur Terre, mais la tête dans les étoiles, Jacques Arnould appréhende d'une manière différente la crise climatique. « J'ai la chance de prendre le temps de réfléchir au pourquoi de nos activités spatiales et en quoi ces activités vont changer notre vie humaine sur Terre. » En entrevue avec Chantal Srivastava, le philosophe et historien des sciences chargé des questions éthiques au Centre national d'études spatiales (CNES) explique comment l'espace peut être un instrument de lutte aux changements climatiques. Créer un compte

Un autre monde est possible selon André Gorz (et le logiciel libre) Avant de se donner la mort en septembre 2007, le philosophe et journaliste André Gorz a transmis un dernier texte à la revue EcoRev’, qu’il avait parrainée lors de sa création, intitulé « La sortie du capitalisme a déjà commencé ». Nous le reproduisons ici pour alimenter le débat, en rappelant que le sous-titre de ce blog stipule que « ce serait l’une des plus grandes opportunités manquées de notre époque si le logiciel libre ne libérait rien d’autre que du code ». Ce texte ayant fait l’objet d’une version remaniée, nous avons choisi de mettre en ligne l’un après l’autre les deux articles, qui bien que très proches, offrent tout de même d’intéressantes nuances. Extrait de la version remaniée : Extrait de la version originale : Pourtant une tout autre voie de sortie s’ébauche. Un texte qui pour certains a valeur de référence et que nous souhaitions vous faire partager. Non seulement André Gorz[1] La sortie du capitalisme a déjà commencé (version 2) URL d’origine du document

Du ski par 40 °C, par Benoît Bréville (Le Monde diplomatique, août 2017) Ce n’est plus aux États-Unis que se joue l’avenir de l’air conditionné. Si la consommation électrique nécessaire à la climatisation continue d’y augmenter, du fait de l’agrandissement des maisons et du réchauffement climatique, les ventes de climatiseurs stagnent, les ménages se contentant de remplacer leurs vieux appareils. De nouveaux clients sont apparus dans les pays émergents, à mesure que s’y constituait une classe moyenne urbaine. En comparaison, l’Inde demeure assez peu équipée (2 à 3 % des foyers), mais le potentiel de développement est immense. Déjà bien implanté au Japon, en Corée du Sud ou dans les pays du Golfe, où l’on fait du ski dans des centres commerciaux par 40 °C à l’extérieur, le marché de l’air conditionné se développe à vive allure au Brésil, en Indonésie, au Nigeria, aux Philippines ou encore au Mexique.

Les plus pauvres émettent 2 000 fois moins de gaz à effet de serre que les plus riches Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Martine Valo Les quantités de gaz à effet de serre émises dans l’atmosphère ne présagent pas seulement de l’évolution du changement climatique à venir, elles constituent aussi un solide indicateur des énormes disparités économiques dans le monde. C’est sous cet angle-là que les économistes Lucas Chancel et Thomas Piketty abordent la question de l’atténuation du réchauffement dans leur étude « Carbone et inégalité : de Kyoto à Paris », rendue publique mardi 3 novembre. Dans leur analyse, qui s’appuie sur des données reflétant la forte hausse des émissions de ces gaz depuis 1998, les deux chercheurs de l’Ecole d’économie de Paris – l’un à l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri), le second en tant que directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) – remettent en cause l’approche par pays. 13 tonnes pour un Européen, 6 pour un Chinois Mettre à contribution les plus gros émetteurs

Qui sont les cancres et les zélés du climat? La réponse en cartes | Les cartes week-end Quelles provinces font le plus d'efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre? Quelles sont celles qui se croisent les bras? Voici un tour d'horizon avec des cartes et des analyses. Un texte de Danielle Beaudoin Pour voir cette carte sur votre appareil mobile, cliquez ici. Les meilleurs élèvesLa Colombie-Britannique, le Québec et l'Ontario ont travaillé plus fort que les autres provinces pour lutter contre les changements climatiques, selon Annie Chaloux, professeure et directrice de l'Observatoire des politiques publiques de l'Université de Sherbrooke (OPPUS). « Ça fait très longtemps qu'elles mettent en place des politiques, elles sont très sensibles à la question des changements climatiques. » — Annie Chaloux, directrice de l'OPPUS L'experte constate que le Québec a été particulièrement proactif dans ce domaine, notamment en raison de la création en 2013 d'un marché du carbone avec la Californie. « Des producteurs de pétrole. Donner des bonbons aux mauvais élèves?

Penser la sortie du capitalisme avec André Gorz Alors que « nous semblons attendre misérablement de l’avenir qu’il nous restitue le passé», nous devrions plutôt « rompre avec cette société qui meurt et qui ne renaîtra plus »: telle était la certitude du philosophe, disparu il y a tout juste cinq ans, rappellent Christophe Fourel , auteur d'André Gorz, un penseur pour le XXIème siècle, et Olivier Corpet (1). Il y a cinq ans, le lundi 24 septembre 2007, une dépêche de l’AFP annonçait en fin d’après midi que le philosophe André Gorz s’était suicidé en compagnie de sa femme. La nouvelle était presque passée inaperçue, même si le suicide d’un couple “ main dans la main ” n’est pas chose banale. Ce qui l’était encore moins, c’est qu’André Gorz avait eu la délicatesse de laisser entrevoir cette issue à ses lecteurs un an auparavant. « Nous aimerions chacun ne pas avoir à survivre à la mort de l’autre », écrivait-il à l’automne 2006 dans Lettre à D. Or, il est fondamental de revenir sur l’œuvre d’André Gorz aujourd’hui.

L’air conditionné à l’assaut de la planète, par Benoît Bréville (Le Monde diplomatique, août 2017) La ville de Hamilton, au Canada, n’est guère connue pour la douceur de son climat : chaque année, les températures y sont négatives pendant cent vingt-neuf jours, et elles ne dépassent 30 °C que pendant dix-huit jours. Dans cette localité de 500 000 âmes, 82 % des foyers disposent pourtant de la climatisation, une technologie que le conseil municipal envisage de fournir gratuitement aux résidents pauvres souffrant de problèmes de santé. Hamilton inaugurerait ainsi un dispositif inventé aux États-Unis, où des aides publiques existent déjà pour les ménages peinant à s’équiper (1). Subventionner l’air conditionné ? Mais le goût américain pour la fraîcheur artificielle ne se limite pas à ces zones arides ou subtropicales. Or cette dépendance a un coût écologique considérable, à la fois en termes d’émissions de gaz à effet de serre, du fait des fluides réfrigérants utilisés par les climatiseurs, et en termes de consommation énergétique. Des ours polaires devant les cinémas

Au Costa Rica, 98,7 % de l’électricité produite est « verte » Entre janvier et octobre, le pays a produit la quasi-totalité de son électricité à partir de l’hydraulique, la géothermie et l’éolien. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Frédéric Saliba (Costa Rica, envoyé spécial) À 2 400 mètres d’altitude sur la cime du Montecristo, au nord-ouest du Costa Rica, des dizaines d’éoliennes fendent l’air dans un bourdonnement lancinant. En contrebas, le lac d’Arenal s’étend à l’infini dans la vallée. « De janvier à octobre, nous avons produit 98,7 % de notre électricité à partir d’énergies renouvelables », se félicite Elbert Duran, directeur de la communication de l’Institut costaricain d’électricité (ICE). L’année prochaine, le pays prévoit d’atteindre 100 % d’électricité verte. Diversifier la production d’énergies propres Le 4×4 traverse la ville de Tilaran, dont le nom vient du mot tilawa, qui signifie en langue indienne, « le lieu de la pluie et du vent ». Juste à côté de l’usine Miravalles III, 4 300 panneaux photovoltaïques scintillent au soleil.

Ruée en vue pour les terres d’ici Les bouleversements climatiques qui frappent de plus en plus la planète risquent d’accélérer l’accaparement de terres agricoles québécoises, de plus en plus convoitées en raison de l’accroissement des possibilités de production alimentaire. C’est ce que conclut une étude de la Fondation David Suzuki qui sera publiée lundi et dont Le Devoir a obtenu copie. Une situation qui menacerait le secteur agricole de la province, mais aussi notre sécurité alimentaire. « Sous l’effet des changements climatiques, de plus en plus d’investisseurs pourraient être amenés à tourner leur regard vers les terres agricoles québécoises, qui devraient profiter d’un avantage concurrentiel par rapport aux terres agricoles des pays plus au sud », soutient le rapport intitulé « Climat d’accaparement ». Or, au cours des prochaines décennies, la population mondiale devrait dépasser les neuf milliards de personnes, ce qui signifie qu’il faudra augmenter la production alimentaire mondiale d’au moins 50 % d’ici 2050.

Le philosophe André Gorz et sa femme unis jusque dans la mort | Rue89 Culture Dorine et André Gorz en 1947, devant l’usine de Billancourt (Suzi Pillet). Il avait dit de sa « Lettre à D. » qu’elle serait son oeuvre ultime. Ce lundi, André Gorz, 84 ans, et sa femme Dorine, 83 ans, se sont donnés la mort. Dans le milieu très sérieux de la pensée, André Gorz avait, il y a quelques mois, ému ses pairs. La sachant condamnée, l’amoureux fou avait pris sa plume pour lui dire combien il l’aimait, combien il regrettait de l’avoir négligée, combien il la trouvait belle. « Il fallait aussi que notre amour soit ’aussi’ un pacte pour la vie. Ayant tout quitté pour rester auprès d’elle, André Gorz était heureux. « C’est cela : la passion amoureuse est une manière d’entrer en résonance avec l’autre, corps et âme, et avec lui ou elle seuls. Leur exceptionnel amour, écrivait-il, tenait en ce qu’elle le faisait « exister », « accéder à un autre monde ».

Un an dans la vie d’une forêt – Le Comptoir Pendant un an, à intervalles réguliers, au fil des saisons, David Haskell a observé un mètre carré d’une forêt des Appalaches, dans l’État du Tennessee, mètre carré qu’il a fort à propos décidé de baptiser le “mandala”, du nom des diagrammes symboliques qui représentent dans le bouddhisme l’évolution et l’involution de l’univers par rapport à un point central, et qui sont généralement utilisés comme supports pour la méditation. « Les énergies lumineuse et sonore qui inondent le mandala trouvent un point de convergence dans ma conscience, où leur beauté est ardemment appréciée. Il y a également convergence au départ du trajet de l’énergie, au cœur incroyablement chaud et pressurisé du soleil. Celui-ci est à l’origine aussi bien de la lumière de l’aube que du chant matinal des oiseaux. Le rougeoiement à l’horizon est de la lumière filtrée par l’atmosphère ; la musique dans l’air est de l’énergie solaire filtrée par les plantes et les animaux dont se sont nourris les oiseaux chanteurs.

Related: