background preloader

Leur écologie et la nôtre, par André Gorz

Leur écologie et la nôtre, par André Gorz
Evoquer l’écologie, c’est comme parler du suffrage universel et du repos du dimanche : dans un premier temps, tous les bourgeois et tous les partisans de l’ordre vous disent que vous voulez leur ruine, le triomphe de l’anarchie et de l’obscurantisme. Puis, dans un deuxième temps, quand la force des choses et la pression populaire deviennent irrésistibles, on vous accorde ce qu’on vous refusait hier et, fondamentalement, rien ne change. La prise en compte des exigences écologiques conserve beaucoup d’adversaires dans le patronat. Mais elle a déjà assez de partisans capitalistes pour que son acceptation par les puissances d’argent devienne une probabilité sérieuse. Alors mieux vaut, dès à présent, ne pas jouer à cache-cache : la lutte écologique n’est pas une fin en soi, c’est une étape. C’est pourquoi il faut d’emblée poser la question franchement : que voulons-nous ? Il vaut mieux tenter de définir, dès le départ, pour quoi on lutte et pas seulement (...)

http://www.monde-diplomatique.fr/2010/04/GORZ/19027

Related:  André GorzEcologie

Andre Gorz, sortir du capitalisme (2 Penseur de l’écologie politique, André Gorz n’a eu de cesse de poser les fondamentaux de la place du travail et de l’individu dans le monde capitaliste. Et si, bien sûr, Gorz n’a pas inventé l’écologie, il lui a donné sa dimension politique dans « Ecologie et politique », un recueil de textes paru en 1975. Comme aujourd’hui, sur les questions du nucléaire, du gaz de schiste, de l’industrie automobile et chimique, André Gorz pose la question de « leur écologie et la nôtre ». COP21 : 700 maires du monde réunis à Paris pour exercer « une pression positive » Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Laetitia Van Eeckhout Exercer une « pression positive » sur les négociations qui se déroulent au Bourget. Telle est la volonté des représentants des quelque 1 000 villes du monde entier réunis, vendredi 4 décembre à Paris, en marge de la COP, pour un Sommet des élus locaux pour le climat. Ce rassemblement est organisé à l’initiative d’Anne Hidalgo, l’hôte, et de Michaël Bloomberg, envoyé spécial des Nations unies pour les villes et le climat et ancien maire de New York. Lire aussi : Anne Hidalgo et Michael Bloomberg : « Accord contraignant ou pas, il faut agir » Rio de Janeiro, Santiago du Chili, Milan, Athènes, Londres, Bordeaux, Copenhague, Berlin, Londres, Sydney, Séoul, Shanghai, New Delhi, Pékin, Bamako, Dakar, Johannesburg, Chicago, Los Angeles, Montréal, Vancouver… Au total, 700 maires ont répondu présent.

Un autre monde est possible selon André Gorz (et le logiciel libre) Avant de se donner la mort en septembre 2007, le philosophe et journaliste André Gorz a transmis un dernier texte à la revue EcoRev’, qu’il avait parrainée lors de sa création, intitulé « La sortie du capitalisme a déjà commencé ». Nous le reproduisons ici pour alimenter le débat, en rappelant que le sous-titre de ce blog stipule que « ce serait l’une des plus grandes opportunités manquées de notre époque si le logiciel libre ne libérait rien d’autre que du code ». Ce texte ayant fait l’objet d’une version remaniée, nous avons choisi de mettre en ligne l’un après l’autre les deux articles, qui bien que très proches, offrent tout de même d’intéressantes nuances. Extrait de la version remaniée : Extrait de la version originale : Pourtant une tout autre voie de sortie s’ébauche.

Les plus pauvres émettent 2 000 fois moins de gaz à effet de serre que les plus riches Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Martine Valo Les quantités de gaz à effet de serre émises dans l’atmosphère ne présagent pas seulement de l’évolution du changement climatique à venir, elles constituent aussi un solide indicateur des énormes disparités économiques dans le monde. C’est sous cet angle-là que les économistes Lucas Chancel et Thomas Piketty abordent la question de l’atténuation du réchauffement dans leur étude « Carbone et inégalité : de Kyoto à Paris », rendue publique mardi 3 novembre. André Gorz - la richesse du possible Ce que nous devons à André Gorz est bien plus qu'une leçon de vie, d'honnêteté et d'exigence, c'est une conception politique de l'écologie qui nous relie à l'histoire et touche à la vérité de l'existence dans sa contingence même, mais c'est aussi la proposition d'une véritable alternative écologiste au service de l'autonomie individuelle. Avec une trop grande discrétion sans doute, ce fut l'indispensable passeur entre la philosophie et l'écologie-politique, un penseur de l'avenir qui nous relie au passé dans ce qu'il a de meilleur : ses luttes d'émancipation, l'anticapitalisme et la volonté d'authenticité. On peut dire que c'est lui qui nous a passé le témoin de la tradition révolutionnaire, même atténuée en "réformisme radical", une conception qui reste révolutionnaire de l'écologie, une écologie qui change la vie vraiment et nous rend plus libres, plus vrais, un peu plus nous-mêmes ! Fidélité et trahisons La fin de l'aliénation La libération du travail

Au Costa Rica, 98,7 % de l’électricité produite est « verte » Entre janvier et octobre, le pays a produit la quasi-totalité de son électricité à partir de l’hydraulique, la géothermie et l’éolien. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Frédéric Saliba (Costa Rica, envoyé spécial) À 2 400 mètres d’altitude sur la cime du Montecristo, au nord-ouest du Costa Rica, des dizaines d’éoliennes fendent l’air dans un bourdonnement lancinant. En contrebas, le lac d’Arenal s’étend à l’infini dans la vallée. Penser la sortie du capitalisme avec André Gorz Alors que « nous semblons attendre misérablement de l’avenir qu’il nous restitue le passé», nous devrions plutôt « rompre avec cette société qui meurt et qui ne renaîtra plus »: telle était la certitude du philosophe, disparu il y a tout juste cinq ans, rappellent Christophe Fourel , auteur d'André Gorz, un penseur pour le XXIème siècle, et Olivier Corpet (1). Il y a cinq ans, le lundi 24 septembre 2007, une dépêche de l’AFP annonçait en fin d’après midi que le philosophe André Gorz s’était suicidé en compagnie de sa femme. La nouvelle était presque passée inaperçue, même si le suicide d’un couple “ main dans la main ” n’est pas chose banale. Ce qui l’était encore moins, c’est qu’André Gorz avait eu la délicatesse de laisser entrevoir cette issue à ses lecteurs un an auparavant. « Nous aimerions chacun ne pas avoir à survivre à la mort de l’autre », écrivait-il à l’automne 2006 dans Lettre à D.

Et si Lyon bannissait la voiture ? Les résultats d'une enquête sur nos déplacements Une piste cyclable fraîchement peinte. Crédit : DD/Rue89Lyon. Logiquement, l’équipement des ménages en voiture se réduit également. Tandis que ceux qui continuent à l’utiliser plébiscitent les parcs-relais. Le scénario Gorz - Fondation de l'Écologie Politique Les deux ouvrages collectifs Sortir du capitalisme. Le scénario Gorz, et André Gorz en personne, publiés sous la direction d’Alain Caillé et de Christophe Fourel[1], offrent au public écologiste une occasion particulière de revenir sur ce penseur, qui, dès 1978, réunissait un ensemble de textes en un volume intitulé Écologie et politique[2].Gorz a élaboré une œuvre à l'écart de l'université et du monde académique, à la fois marginale et reconnue par un important public de fidèles lecteurs. Des livres utiles, une thèse même, ont déjà paru, depuis sa disparition en 2007, sur son œuvre. Marx, interlocuteur principal de Gorz Dans l'analyse critique de nos sociétés, Gorz s'est donné, au plan théorique comme dans son analyse empirique, un interlocuteur principal, Marx, auquel seront associés, par la suite, des marxistes contemporains, en particulier allemands ou italiens. Son rapport à ce courant de pensée n’a, pour autant, jamais été dogmatique.

Ébauche de réflexion sur les stratégies du mouvement pour la justice climatique après Paris Après la COP21, que faire pour sauver le climat? Dans cet article, Maximes Combes (économiste et membre d’Attac) & et Nicolas Haeringer (chargé de campagne pour 350.org et membre de Mouvements) esquissent des pistes de réflexion pour continuer à construire le mouvement pour la justice climatique. 2015 fut à l’évidence une année intense concernant le climat. Le mouvement pour la justice climatique a pris de l’ampleur et a gagné en vigueur, engrangeant de nombreux succès : des journées mondiales du désinvestissement (13 et 14 février), aux actions organisées en clôture de la COP 21 à Paris (12 décembre), en passant par le gel définitif du projet d’oléoduc de Keystone-XL aux États-Unis (annoncé par B. 2015 est donc une année qui nous a servi à construire des bases, plus solides, d’un mouvement capable d’engager la grande transition vers des sociétés justes et durables. Nous devons donc poursuivre nos mobilisations et nos engagements, avec une détermination intacte.

Grenoble sans publicité, un exemple pour nos villes ? Grenoble sans JC Decaux Depuis la campagne électorale, l’objectif de la liste était clair : administrer la ville afin d’y mettre en place un bouclier social et écologique et en changer le style de gouvernance. En ce qui concerne la gestion de l’espace public, les positions de la nouvelle majorité sont clairement en rupture avec ce qui se fait ailleurs en France et en Europe, avec, par exemple, la fin de la vidéosurveillance. Pendant la campagne électorale, la liste « une ville pour tous » avait pris des engagements pour réduire la place de la publicité en ville. Arrivée à la tête de la ville, la nouvelle équipe découvre que le contrat qui lie la Ville à l’entreprise d’affichage publicitaire dans l’espace public, JC Decaux, prend fin en décembre 2014.

Après Cash Investigation : Perturbateurs endocriniens, la pensée magique des industriels et des médecins … tel que je l’ai dénoncé avant-hier. Démonstration par l’histoire du Distilbène®, dans un livre que j’ai écrit il y a cinq ans. Un médicament qui a démontré le rôle très perturbateur pour notre système hormonal de molécules de la même famille, celles dont on a parlé dans Cash Investigation, et la mécanique du déni des industriels. Les Parisiens sont inégaux face à la pollution LE MONDE | • Mis à jour le | Par Laetitia Van Eeckhout Les habitants de Paris de catégories sociales défavorisées sont plus vulnérables aux effets de la pollution atmosphérique : lors des pics de pollution, ils ont en effet un risque de décéder trois fois plus important que l’ensemble des Parisiens. Si on pouvait jusqu’ici en avoir l’intuition, ces inégalités sociales face à la pollution sont pour la première fois démontrées par une étude publiée dans la revue scientifique anglo-saxonne Plos One du 21 juillet et menée par des chercheurs de l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) et de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

A Lyon, composter en pleine ville : c'est possible ! Vous en avez peut-être croisés. Des bacs en bois, contenant épluchures, marc de café, coquilles d’œuf et autres restes de repas. Les composteurs collectifs fleurissent dans l’agglomération lyonnaise. A l’origine de ce projet, une bande de rêveurs qui, en 2009, se sont lancés un pari : montrer qu’en ville aussi, on peut composter.

Related: