background preloader

MegaUpload : la cyberguerre a commencé

MegaUpload : la cyberguerre a commencé
Dès jeudi soir après l'annonce de la fermeture de MegaUpload par les autorités américaines, les Anonymous ont attaqué certaines cibles symboliques en représailles. Ce n'est pas une première, mais cette fois une cyberguerre a commencé. Mise à jour : Voir notre analyse de l’acte d’accusation C’est sûr, il y aura un avant et un après MegaUpload. En s’attaquant à MegaUpload, ça n’est pas seulement un site utilisé par les internautes pour accéder à des contenus illicites qui est visé par une procédure judiciaire. L’affaire MegaUpload fera prendre conscience du pouvoir immense qu’ont les autorités sur le moindre site internet dont ils peuvent provoquer la mort du jour au lendemain, en saisissant ses serveurs et ses noms de domaine. Justice.gov RIAA.org MPAA.org UniversalMusic.com Hadopi.fr Il est à parier que cette liste n’est qu’un début et que les attaques durent longtemps. Vouloir faire respecter l’ordre public sur Internet est on ne peut plus normal de la part des autorités légales. Lire

La justice américaine ferme le site de téléchargement Megaupload - - Le Nouvel Observateur Megaupload, l'un des plus gros sites de téléchargement qui attire chaque mois 100 millions d'internautes dont 15 millions de Français, a été fermé, jeudi 19 janvier, par la justice américaine pour piratage. Outre le site-mère, une vingtaine de noms de domaine affiliés à Megaupload.com dont Megavideo, ont été fermés. Sept dirigeants du réseau ont été arrêtés et sont poursuivis pour la violation de lois anti-piratage, selon un communiqué du FBI. De quoi susciter la stupéfaction chez Megaupload. Sept dirigeants encourent jusqu'à 20 ans de prison Le département de justice américain a indiqué que Kim Dotcom, fondateur (et PDG ?) Elles sont "responsables d'un piratage considérable sur internet de nombreux types de contenus protégés par les droits d'auteur à travers Megaupload.com et d'autres sites", affirment les autorités américaines. La justice a également saisi 50 millions de dollars d'avoirs. "Nous ferons tout pour rouvrir le site" Anonymous contre-attaque Nicolas Sarkozy salue l'initiative

ANONYMOUS. Riposte à la fermeture de Megaupload : hack de UniversalMusic ! Propulsé le Jeudi 19 janvier 2012 par guilhem. MEGAUPLOAD – C’est une véritable « révolution » ce soir sur Internet suite à la fermeture du site de téléchargement illégal Megaupload par le FBI ! Les réactions des internautes sont nombreuses sur Twitter et Facebook et les mouvements de protestations se précisent via le hashtag #protest sur Twitter ou encore l’annonce de 72 minutes de silence en guise de protestation ! Suite à l’arrestation des 2 fondateurs et la fermeture du site Megaupload, les célèbres Anonymous, groupe d’activistes actis sur Internet ont décidé de contre-attaquer pour protester ! Du coup les Anonymous ont rendu inaccessible le site de Universal Music (Universalmusic.com), mais également le site de la Justice américaine (justice.gov), de l’industrie du disque aux Etats-Unis (Riaa.com) ou encore le site de Sony Music ! Crédit photo Flickr

La cyberguerre civile iranienne Trois jours après les résultats — contestés — de l'élection présidentielle iranienne, la lutte entre les partisans de Mahmoud Ahmadinejad, réélu avec près de 63%, et les partisans de Mir Moussavi (environ 33%), continue dans la rue et en ligne. Il n'y a pas pour autant de «révolution Twitter». D'abord parce qu'il n'y a — pour l'instant — pas de révolution, et ensuite parce que l'organisation des manifestations n'est pas foncièrement modifiée par les réseaux en ligne. Twitter, Facebook et Youtube ont pris un poids réel dans la sphère politique iranienne, notamment après l'élection, mais ces outils servent davantage à relayer des informations non filtrées en Iran et dans le reste du monde qu'à organiser les manifestations. publicité «Une cyberguerre civile» La blogueuse iranienne Pedestrian explique que plusieurs sites ont été «filtrés» et sont devenus inaccessibles en Iran, comme le site de campagne de Mir Moussavi. Une blogosphère très active Faire sortir l'information Cécile Dehesdin

Sarkozy applaudit la fermeture de MegaUpload Le communiqué paraît tellement surréaliste qu'il a d'abord fait place à un mouvement de flottement dans les rédactions. Etait-il vrai ou s'agit-il d'un faux ? Nicolas Sarkozy, dans une dépêche transmise à l'AFP et à certains journalistes politiques, s'est félicité dans la nuit de jeudi à vendredi de l'opération menée par le FBI et le Département de la Justice américain pour fermer MegaUpload. Une communication étonnante s'agissant d'une opération de police menée par un autre état que la France. Rarement le dirigeant d'un état s'immisce ainsi, même pour se réjouir, dans les affaires judiciaires étrangères. "La mise à disposition illégale, par ce service, d'œuvres protégées par le droit d'auteur, permettait à ses promoteurs de réaliser des profits criminels sous la forme de recettes publicitaires ou d'abonnements de ses usagers", affirme Nicolas Sarkozy.

Anonymous attacks DOJ site after feds shut down Megaupload - Jan. 19 Anonymous went on a rampage after a federal raid shut down popular piracy hub Megaupload. NEW YORK (CNNMoney) -- In one of the U.S. government's largest anti-piracy crackdowns ever, federal agents on Thursday arrested the leaders of and shut down Megaupload.com, a popular hub for illegal media downloads. Hours later, Megaupload's fans turned the table on the feds. "Hacktivist" collective Anonymous said it set its sights on the U.S. Department of Justice and apparently knocked the agency's website offline. "We are having website problems, but we're not sure what it's from," a DOJ spokeswoman told CNNMoney. The DOJ website glitches came soon after various Twitter accounts associated with Anonymous took aim at the agency. Anonymous's favorite weapon for these attacks is what's called a "distributed denial of service" (DDoS) attack, which directs a flood of traffic to a website and temporarily crashes it by overwhelming its servers. "One thing is certain: EXPECT US!

Espionnage informatique : les États-Unis inculpent cinq officiers chinois Le torchon brûle entre Washington et Pékin, après l’inculpation aux États-Unis de cinq officiers de l’armée chinoise pour « piratage informatique » et « espionnage économique ». Le ministère chinois de la défense a accusé, mardi 20 mai, les États-Unis d' « hypocrisie » et de recours à « deux poids deux mesures ». « Le prétendu réseau (chinois) d’espionnage commercial est purement et simplement une invention des États-Unis, qui s’inscrit dans une stratégie de tromperie du public avec des motifs non avoués » a commenté le ministère, dans un communiqué sur son site Internet. De son côté, le ministère chinois des affaires étrangères a convoqué Max Baucus, ambassadeur américain à Pékin, afin de lui transmettre une « protestation solennelle » de la Chine. Le pillage chinois coûte des milliards de dollars aux États-Unis Un grand jury de Pennsylvanie a inculpé, lundi 19 mai, cinq officiers chinois accusés de vols de secrets commerciaux. Des vols dans le secteur de l’énergie

Le FBI fait fermer Megaupload, son fondateur inculpé De notre correspondant à Los Angeles >> Pour la riposte du collectif Anonymous, c'est à lire ici Si Megaupload n'est plus accessible, ce n'est pas pour marquer son opposition au projet de loi Sopa. Non, jeudi, la justice américaine a annoncé avoir mis le site de téléchargement hors-ligne après une opération pilotée par le FBI. Les autorités américaines accusent Megaupload, un site qui permet de stocker des fichiers en ligne, d'être une «entreprise criminelle internationale organisée». Et plus exactement d'avoir violé les lois sur le copyright et favorisé le piratage. Selon l'acte d'accusation, les ayants droits chiffrent leur manque à gagner à 500 millions de dollars et Megaupload aurait généré 175 millions de dollars de profit via les abonnements et la publicité. >> Posez vos questions sur Megaupload et le téléchargement, à nos journalistes de la rubrique High-Tech en écrivant à reporter-mobile@20minutes.fr. Le coup de force de n'arrête pas là. «Grotesquement exagérées» Philippe Berry

Le Pentagone veut porter la cyberguerre hors des Etats-Unis En revanche, le Pentagone fait pression sur le Congrès pour qu'il autorise l'adoption de nouvelles normes permettant à l' armée et aux agences spécialisées des Etats-Unis d' user de moyens plus , en particulier de mener des cyberattaques contre des objectifs à l'étranger. Le principal instigateur de cette revendication est le général Keith Alexander , chef du Cyber Command , une unité spéciale créée il y a deux ans. Actuellement, la défense américaine n'est autorisée qu'à protéger son propre territoire contre des cyberattaques. Le général souhaite que ses règles opérationnelles soient modifiées afin de pouvoir entreprendre des actions hors du territoire américain en cas de . Ce sujet est débattu depuis plusieurs mois par les plus hautes instances de l'Etat américain : défense, affaires étrangères , justice et Trésor. Le secteur bancaire est le plus visé par le virus Gauss, qui, selon les experts, – référence implicite aux Etats-Unis et à Israël . Cette cyberguerre se mène en secret.

MegaUpload sur la chaise électrique Le FBI a ordonné la fermeture de MegaUpload, un réseau de sites longtemps présenté comme l'un des principaux vecteurs du piratage de films et de titres musicaux. En France l'initiative a été saluée par Nicolas Sarkozy. Sur Internet, la guerre est déclarée. Ça sentait déjà le roussi. Le Département de la Justice américain accuse MegaUpload d’avoir mené une “entreprise de crime organisé, prétendument responsable de piratage en ligne massif et à l’échelle mondiale, à travers Megauplaoad.com et plusieurs sites apparentés, générant plus de 175 millions de dollars de profits criminels et privant ainsi les ayants droit de plus de 500 millions de dollars”. L’acte d’accusation de 72 pages (ci-dessous) vise sept membres de la galaxie MegaUpload, désignée comme ”Megaconspiracy”. Anonymous à la manœuvre Le FBI, en collaboration avec la Nouvelle-Zélande, Hong-Kong, les Pays-Bas, le Canada, l’Allemagne, la Grande-Bretagne et les Philippines, a piloté l’opération. Y compris en France.

NSA: les Américains étaient-ils à l'origine de l'espionnage de l'Elysée en 2012? C'est l'un des hold-up les plus audacieux réalisés contre l'Etat français. En mai 2012, quelques jours avant le second tour de l'élection présidentielle, des pirates ont réussi à s'introduire dans les réseaux informatiques de l'Elysée. Révélée par le quotidien régional Le Télégramme, cette intrusion avait alors été soigneusement étouffée par le Château. L'Express peut révéler que les intrus ont non seulement réussi à pénétrer au coeur même du pouvoir politique français, mais qu'ils ont pu fouiller les ordinateurs des proches conseillers de Nicolas Sarkozy. L'ordinateur du secrétaire général de l'Elysée pillé Tout a commencé sur Facebook. Une fois à l'intérieur, les pirates ont installé un logiciel espion qui s'est propagé d'un ordinateur à l'autre. C'est ce travail de fourmi qu'ont mené les enquêteurs français. Le virus porte la marque de son auteur Contactés à ce sujet, ni l'Anssi ni l'Elysée n'ont souhaité faire de commentaires. Vers des attaques "pires que le 11 Septembre" ?

La justice américaine s'attaque au site Megaupload | Technologie par Jeremy Pelofsky et Jim Finkle WASHINGTON (Reuters) - Le site de téléchargement de fichiers Megaupload.com a été rendu inaccessible jeudi par le gouvernement américain, conséquence de poursuites engagées par la justice contre plusieurs responsables du site accusés de violation du droit d'auteur. Cette décision, qui frappe l'un des plus importants sites de téléchargement au monde, survient alors que deux projets de loi visant à renforcer la lutte contre le téléchargement illégal aux Etats-Unis met internet en ébullition. Les fondateurs de la plateforme de partage de fichiers, baptisée "Mega Conspiracy" par les procureurs, sont accusés d'avoir entraîné plus de 500 millions de dollars de perte pour les ayant-droits et d'avoir généré 175 millions de dollars de profit via les abonnements et la publicité. A ce titre, un tribunal fédéral de Virginie a ordonné jeudi la fermeture de dix-huit autres noms de domaine affiliés à Megaupload et a saisi quelque 50 millions de dollars d'avoirs.

Une « carte de la cyberguerre » en temps réel, signée Kaspersky 01net le 27/03/14 à 12h52 Des fournisseurs de solutions de sécurité qui cartographient les cyberattaques en temps réel, ce n’est pas très nouveau. Réalisée en 3D façon « Google Earth », l’outil représente toutes les attaques répertoriées par les différents produits de l’éditeur russe : sur ordinateur, par email, par le web, sur le réseau, etc. Deutsche Telekom et Akamai cartographient également les cyberattaques en temps réel, mais face à Kaspersky, leurs outils font désormais has been... Lire aussi:

Related: