background preloader

GAFA, GAFAM ou NATU : les nouveaux maîtres du monde

GAFA, GAFAM ou NATU : les nouveaux maîtres du monde
Ces start-ups parfois créées dans un garage sont ainsi devenues les plus grandes capitalisations boursières mondiales, et leurs patrons, des références iconiques de l’entrepreneur à succès. Pourtant elles sont de plus en plus décriées pour leur mainmise tentaculaire sur l’économie mondiale et leur pratique de corsaire fiscal. Elles menaceraient même la souveraineté des Etats. Le poids des GAFAM Ces entreprises ont parfois à peine 20 ans (Facebook a été créé en 2004 et Google en 1998) et pourtant la capitalisation de chacune d’elles, à l’exception de Facebook dépasse les 1 000 milliards de dollars. Pour donner un ordre de grandeur – bien que pas directement comparable – c’est l’équivalent du PIB d’un pays comme les Pays-Bas, qui émarge tout de même à la 17e place du classement des pays les plus riches du monde. A eux 5, les GAFAM sont davantage valorisés que le montant du PIB du Japon, de l’Allemagne ou de la France ! GAFAM : une concentration inquiétante Qu’est-ce que cela signifie ?

https://www.lafinancepourtous.com/decryptages/finance-et-societe/nouvelles-economies/gafa-gafam-ou-natu-les-nouveaux-maitres-du-monde/

Related:  HGGSP: TH2: Les puissances du numériqueLes nouvelles technologies : puissance des géants du numérique (GAFAM, BATX...), impuissance des États et des organisations internationales ?Mémoire

Attac installe un "hôpital" dans un Apple Store Le Huffpost et des tiers selectionnés, notamment des partenaires publicitaires, utilisent des cookies ou des technologies similaires. Les cookies nous permettent d’accéder à, d’analyser et de stocker des informations telles que les caractéristiques de votre terminal ainsi que certaines données personnelles (par exemple : adresses IP, données de navigation, d’utilisation ou de géolocalisation, identifiants uniques). Ces données sont traitées aux fins suivantes : analyse et amélioration de l’expérience utilisateur et/ou de notre offre de contenus, produits et services, mesure et analyse d’audience, interaction avec les réseaux sociaux, affichage de publicités et contenus personnalisés, mesure de performance et d’attractivité des publicités et du contenu. Pour plus d’information, consulter notre politique de confidentialité.

« Les Gafam défient désormais les principaux Etats du globe. Et ces derniers contre-attaquent » Chronique. Longtemps, le marché passé par les géants du Web avec le public est resté obscur. Forts de la promesse d’un monde sans frontières, vaste forum où toutes les libertés pourraient s’épanouir et les droits humains prospérer, où le travail serait enrichi par l’automatisation des tâches d’exécution, les promoteurs du numérique nous ont offert un univers fabuleux de messageries instantanées, de réseaux sociaux, de « nuages » aux capacités de stockage illimitées.

Réseaux Sociaux et Informations : Alliés ou Ennemis ? À l’heure du paradigme du social media, les médias traditionnels ont du souci à se faire. Selon des études, 80 % des 4 milliards d’internautes à travers le monde sont actifs sur les nouveaux outils du web social. En France, les internautes passent en moyenne 1 h 22 par jour sur les réseaux sociaux. Et ce chiffre est en augmentation régulière. Qu'est-ce que la taxe Gafa ? - Economie & euro - Toute l'Europe Alors que les géants du numérique sont en moyenne deux fois moins imposés que les entreprises traditionnelles en Europe, la France et l'UE plaident pour plus de justice fiscale sur le sujet. Si Paris a voté sa propre "taxe" Gafa en juillet 2019, le texte est toujours à l'état de projet du côté de Bruxelles. Un projet ralenti par les désaccords entre les Vingt-Sept, mais aussi par l'hostilité américaine à une réforme au niveau mondial. Comment taxer les GAFA ? - Crédits : iStock

En Chine, la reconnaissance faciale est désormais obligatoire pour acheter un portable Depuis ce dimanche 1er décembre, les personnes achetant un téléphone portable dans une boutique en Chine doivent désormais accepter de se faire enregistrer par reconnaissance faciale et que leurs données soient gardées. Dans un pas supplémentaire pour mieux contrôler le cyberespace, le gouvernement chinois avait publié en septembre dernier une directive destinée à «préserver les droits légitimes et les intérêts des citoyens en ligne», en renforçant l'enregistrement sous son identité réelle. Celle-ci prévoit notamment que les opérateurs téléphoniques doivent «utiliser l'intelligence artificielle et tous les moyens techniques possibles» pour s'assurer de l'identité réelle de gens achetant un nouveau numéro de téléphone. Concrètement, cela signifie que les acheteurs peuvent être enregistrés en train de tourner la tête et de cligner des yeux, a expliqué un représentant de l'opérateur China Unicom. Des utilisateurs oscillant entre adhésion et inquiétude

Les médias, quatrième pouvoir? Discussion avec Julia Cagé – La Péniche Le 4 novembre dernier s’ouvrait la plateforme « Médias et Citoyens », qui vise avec la participation des citoyens français, dans les pas du Grand Débat, à réfléchir au problème de la perte de crédibilité qui touche les médias. Car oui, ces médias, que l’on nomme souvent « quatrième pouvoir », sont constamment remis cause et cela ne date pas que de la naissance des chaînes d’information en continu ni de l’essor des réseaux sociaux ou encore de la crise des Gilets jaunes. Le terme « média » regroupe l’ensemble de nos moyens de communication tels que la presse, la radio, le cinéma, la télévision mais également tout le bouquet des médias du net. Si Montesquieu identifie trois pouvoirs bien institués (l’Exécutif, le Législatif et le Judiciaire), l’Histoire nous en révèle un quatrième… le pouvoir médiatique.

Le PDG de Facebook s’excuse devant le Parlement européen Publié le : 22/05/2018 - 11:12Modifié le : 22/05/2018 - 22:48 Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg a été auditionné par les chefs des groupes politiques au Parlement européen mardi. Il a présenté ses excuses et a reconnu que le réseau social n’avait pas fait tout ce qu’il fallait pour empêcher les abus. Le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, s'est rendu mardi 22 mai au Parlement européen à Bruxelles pour s'expliquer sur les lacunes du réseau social dans la protection des données de ses utilisateurs, illustrées par le scandale Cambridge Analytica.

Depuis 2016, il y a plus d'abonnements à la téléphonie mobile que d'humains sur Terre Il convient d'abord de préciser que dans certains pays, pour des raisons culturelles ou pratiques, il est courant qu'une seule personne possède plusieurs abonnements et plusieurs téléphones portables. Un chiffre supérieur à 100 (ou même à 300 !) ne signifie donc pas que toute la population a un abonnement ou un téléphone. Par ailleurs les chiffres de la Banque Mondiale dépendent de la facilité à collecter les données et, comme toute statistique a fortiori à l'échelle mondiale, ils sont à utiliser avec précaution, d'autant que le comptage des abonnements et le recensement de la population relèvent de deux méthodes différentes. Critique des médias, vingt ans après, par Pierre Rimbert (Le Monde diplomatique, décembre 2016) Il y a tout juste vingt ans, le sociologue Pierre Bourdieu lançait Liber - Raisons d’agir, une maison d’édition dont deux titres — le sien, Sur la télévision (1996), et celui de Serge Halimi, Les Nouveaux Chiens de garde (1997) — analysaient les effets délétères d’un journalisme de marché rongé par les connivences, le panurgisme et la précarité. Leur succès ancra dans le débat d’idées français une critique radicale des médias cultivée de longue date dans les colonnes du Monde diplomatique ; il suscita la fureur des chefferies éditoriales et la sympathie des rieurs. Deux décennies plus tard, ce mouvement longtemps marginal a convaincu un large public, avec l’aide involontaire d’éditocrates toujours plus arrogants. Mais il a échoué à trouver dans le monde politique et syndical le levier d’une transformation concrète. « En lisant ton papier, je me suis régalé » « Club Méditerranée de la culture »

Related: