background preloader

Le capitalisme raconté par le ketchup, par Jean-Baptiste Malet (Le Monde diplomatique, juin 2017)

Le capitalisme raconté par le ketchup, par Jean-Baptiste Malet (Le Monde diplomatique, juin 2017)
Dans la salle d’un restaurant décorée d’ours et de cobras empaillés, au cœur de la vallée de Sacramento, en Californie, un homme mord dans son hamburger face à une bouteille de ketchup. M. Chris Rufer, patron de la Morning Star Company, règne sur la filière mondiale de la tomate d’industrie. Avec trois usines seulement, les plus grandes du monde, son entreprise produit 12 % du concentré de tomate consommé sur la planète. « Je suis une sorte d’anarchiste, explique M. Rufer entre deux bouchées. Traversé continuellement d’un essaim de camions tractant des doubles bennes de fruits rouges, l’établissement est le plus compétitif du monde. Mises en conteneurs, elles circuleront sur tous les océans du globe. Toute l’humanité mange de la tomate d’industrie. Lorsqu’il presse le flacon Heinz pour couvrir ses frites d’une nouvelle giclée de ketchup, produisant ce bruit caractéristique que des milliards d’oreilles ont appris à reconnaître depuis l’enfance, M. Dans les usines de M.

https://www.monde-diplomatique.fr/2017/06/MALET/57599

Related:  La mondialisation en fonctionnementMondialisation, fonctionnement et territoireslecturesMONDIALISATIONDIET1 : Nourriture / Sciences humaines

Jean-Marie Miossec, Le conteneur et la nouvelle géographie des océans et des rivages de la mer. Dans le sillage de la CMA CGM 1Avec Le conteneur et la nouvelle géographie des océans et des rivages de la mer. Dans le sillage de la CMA CGM, Jean-Marie Miossec trace sa route au long cours sur près de 650 pages de texte et de plus de 700 pages si l’on inclut les 20 pages de bibliographies, les 20 pages d’un excellent glossaire du transport maritime et les 15 pages d’index qui permettent de retrouver avec aisance les lieux ou encore les armements. Les 145 cartes et schémas de synthèse, souvent inédits, permettent de comprendre les dynamiques complexes ou de saisir l’ampleur des aménagements portuaires. Il s’agit là d’un ouvrage remarquable par la qualité des analyses, la richesse des exemples et des études de cas, la profondeur de l’approche géographique. Cette entrée centrée autour du conteneur est dynamique et permet à la fois de suivre les flux mondiaux qui accompagnent la Mondialisation et de comprendre les évolutions spatiotemporelles sur le temps long des territoires.

Le système du risque à Saint-Martin (Petites Antilles françaises) 1En géographie, les recherches sur les risques naturels s’organisent en trois axes qui correspondent à autant de générations de travaux (Morel et al., 2006) : l’étude des aléas1, qui relève d’une approche physique récemment enrichie par les apports des méthodes quantitatives et de la modélisation ; l’analyse de la vulnérabilité2, qui place l’aménagement et le territoire au centre de la réflexion ; et l’approche pluridisciplinaire, qui se démarque par son caractère global et son orientation vers l’aide à la décision. Outre la spatialisation des risques3, réalisée en appui à l’élaboration des documents de planification (PER et PPR), les travaux récents ont privilégié l’analyse historique (de l’occupation du sol, des jeux d’acteurs et des processus de territorialisation, en particulier) et les questions relatives à la perception et à la gestion. Figure 1. Proposition d’un cadre méthodologique pour l’analyse de la vulnérabilité des sociétés face aux aléas Source : P.

Cartographie. Les villes prennent le pouvoir Les mégalopoles sont les nouveaux moteurs de l’économie mondiale. De la Californie au delta de la rivière des Perles, en Chine, l’avenir s’écrit dans des pôles urbains tentaculaires. D’ici à 2025, il y aura au moins quarante de ces villes ultra-connectées dans le monde. Par-delà les frontières, elles inventent une autre forme de gouvernance et d’économie, affirme Parag Khanna, l’auteur de Connectography : Mapping The Future of Global Civilization (éd. Penguin Random House, avril 2016, non traduit en français). Le ketchup, un concentré de capitalisme - Ép. 2/4 - Les fruits du capitalisme La production de la tomate d’industrie, décrite dans le documentaire "L'empire de l'or rouge", se fait miroir de processus économiques tels que la mondialisation du commerce, la division du travail, ou la création de monopole ; en somme, la tomate d’industrie est un "concentré" de capitalisme ! Dans l'industrie de la tomate, "le capital arrive à structurer une production croissante, en employant de la technologie. Toujours moins de main d'oeuvre arrive à produire toujours plus." (Jean-Baptiste Malet) Deuxième jour de notre semaine d’enquêtes économiques sur les “fruits du capitaliste”.

Sciences, environnement, technologies ProductComment les crevettes passent des filets des chalutiers aux rayons de nos magasins. Produit de luxe il y a encore une dizaine d’années, la crevette grise est rentrée aujourd’hui dans le rayon des produits de grande consommation. Mais pour être vendue à des prix attractifs dans le circuit de l’hyper-distribution européenne, ce crustacé réalise un long trajet. Entre 100 et 500kg de crevettes grises sont pêchées chaque jour au large de la Belgique, des Pays-Bas et de l’Allemagne grâce à une technique de pêche appelée chalutage. Un type de pêche largement critiqué par des associations écologiques et scientifiques qui dénoncent des risques pour la faune maritime. Une vaste pétition pour l’interdiction de la pêche en eau profonde a été lancée il y a quelques années et la Commission européenne s’est même emparée du dossier dans le but d’interdire le chalutage en eau profonde.

Documentaire sur France 2 : la mondialisation de la tomate En juillet 2017, nous avions publié une brève intitulée « Le concentré de tomate, un produit agro-industriel mondialisé », accompagnée de la carte ci-contre. Elle avait pour point de départ un livre de Jean-Baptiste Malet, L’Empire de l’or rouge. Enquête mondiale sur la tomate d’industrie (Fayard, 2017, 288 pages) et son traitement par la presse, qui offrait aux enseignants une étude de cas idéale de la mondialisation en fonctionnement. Procrastination et télévision: une alliance fatale Procrastiner est un mécanisme qui consiste à remettre régulièrement au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui. Est-ce avoir peur d'accomplir une tâche ou de ne plus savoir la finir? Les raisons sont multiples et les conséquences sont vastes: stress, comportement dépressif, angoisse, pression, déclin des fonctions cognitives...et à force de ruminer à en avoir le vertige, la plupart des gens essayent de fuir en s'adonnant à des remèdes divers pour dissimuler les difficultés éprouvées. Et parmi les moyens les plus accessibles, la télévision trône! La télévision, un divertissement hypnotique La plupart des gens (surtout ceux qui procrastinent) trouve que la télévision permet de calmer les angoisses, de détendre et de faciliter le sommeil.

les territoires du Père Noël La figure du Père Noël moderne est le résultat d’un long voyage historique et géographique entre Méditerranée, Europe Germanique et Amérique du Nord . Mais il sert aujourd’hui de support au développement de territoires de la Finlande à la Chine en passant par la Turquie et les Etats-Unis .View Les territoires du Père Noël in a larger map Pour les chercheurs en management et en mercatique, le Père Noël est devenu une marque, utilisée par les territoires pour leur développement (M.

La sauce tomate, un concentré de mondialisation L'Empire de l'or rouge, ce mardi soir sur France 2. Quand une boite de sauce tomate industrielle raconte la globalisation de notre alimentation, avec ses gagnants et ses perdants. Un documentaire saisissant. Vous ne regarderez plus jamais votre ketchup de la même manière. Même chose pour le coulis de tomates ou la sauce tomate, en bocal, en conserve ou en brique. Ce mardi soir sur France 2, Jean-Baptiste Mallet et Xavier Deleu consacrent un reportage passionnant à la sauce tomate industrielle, qui représente un quart de la production mondiale de tomates. Se former Lettres-Histoire-Géographie lycée - TICE - Le circuit mondial d'un produit : la noix de cajou Acteurs, flux, réseaux de la mondialisation Dans le cadre du programme de Géographie en 1e Bac Pro, le premier sujet d'étude "Acteurs, flux, réseaux de la mondialisation" nous propose une situation sur "Le circuit mondial d'un produit". Le logiciel gratuit en ligne StoryMapJs, permet aux élèves de suivre virtuellement ce parcours de la noix de cajou à travers les continents et de comprendre le processus de la mondialisation d'un produit. Grâce au découpage d'extraits de l'émission Capital consacrée à ce sujet (aout 2017), nous suivons cette petite noix, apparue récemment dans nos rayons.

Related: